Demande du marché, revenu total et revenu marginal

Demande et chiffre d'affaires total :

À partir de la courbe de demande du marché, nous pouvons déduire les dépenses totales des consommateurs, qui constituent le revenu total des entreprises vendant le produit en question.

Le revenu total est le produit de la quantité vendue et du prix

TR = P. Q

Si la demande du marché est linéaire, la courbe des revenus totaux sera une courbe qui monte initialement vers le haut, atteint un maximum puis commence à diminuer (figure 2.40).

Quel que soit le prix, le revenu total est l’aire du rectangle définie en tirant des perpendiculaires de ce prix et la quantité correspondante sur la courbe de la demande. Par exemple, à la figure 2.39, le revenu total au prix P 2 est la surface du rectangle P 2 AQ 2 0.

Le concept de revenu marginal est particulièrement intéressant pour la théorie de l'entreprise. Le revenu marginal est la variation du total des revenus résultant de la vente d'une unité supplémentaire de la marchandise.

Graphiquement, le revenu marginal est la pente de la courbe du total des revenus à n'importe quel niveau de production. Si la courbe de demande est linéaire, il est évident que pour vendre une unité supplémentaire de x, son prix doit chuter. Puisque la quantité totale sera vendue au nouveau prix inférieur, le revenu marginal sera égal au prix de l'unité supplémentaire vendue moins la perte résultant de la vente de toutes les unités précédentes au nouveau prix inférieur.

MR = P n + 1 - (P n - P n + 1 ) Q n

Où Q n est la quantité vendue avant la baisse des prix. Clairement, à tous les prix, le MR est inférieur au prix, étant donné que (P n - Pn + 1 ) (= ΔP) est positif et que Q n est positif.

Graphiquement, le revenu marginal peut être dérivé de la courbe de demande comme suit. Choisissez n'importe quel point de la courbe de demande (tel que le point a) et tracez-y des perpendiculaires sur les axes des prix et des quantités (respectivement AP et AQ). Recherchez ensuite le point médian de la perpendiculaire PA.

Dans la figure 2.41, le milieu de PA est le point C. Tracez une droite allant de D à C et prolongez-la jusqu'à couper la perpendiculaire AQ (au point B de la figure 2.41). Cette ligne est la courbe des revenus marginaux. Pour constater cela, notons d’abord que le revenu total au prix P (= OPAQ) est la somme des revenus marginaux de toutes les unités individuelles (= ODBQ). Les deux zones, OPAQ et ODBQ, sont en fait égales car elles ont communes de la zone OPCBQ, et les triangles DPC et CAB sont égaux (ils ont les angles correspondants égaux et un côté égaux par la construction PC = CA).

Par conséquent, la courbe MR est la ligne DCBG et peut être obtenue en joignant les points médians des perpendiculaires tirés de la courbe de la demande à l’axe des prix. En d’autres termes, la courbe MR coupe une telle perpendiculaire en son milieu (à condition que la demande soit une ligne droite).

Cela prouve que la courbe MR part du même point (a 0 ) que la courbe de la demande et que la MR est une ligne droite avec une pente négative deux fois plus forte que la pente de la courbe de la demande. C'est le même résultat que nous avons établi ci-dessus en utilisant une géométrie simple.

La relation entre le revenu marginal et l'élasticité des prix :

Le revenu marginal est lié à l'élasticité de la demande par rapport au prix avec la formule

Recettes totales, recettes marginales et élasticité des prix :

Nous avons dit que si la courbe de la demande baissait, la courbe TR augmentait initialement, atteignait un maximum, puis commençait à diminuer. Nous pouvons utiliser la relation dérivée antérieure entre MR, P et e pour établir la forme de la courbe des revenus totaux.

La courbe des revenus totaux atteint son niveau maximum au point où e = 1, car à ce point sa pente, le revenu marginal, est égale à zéro

MR = P (1 - 1/1) = 0

Si e> 1, la courbe des recettes totales a une pente positive, c’est-à-dire qu’elle continue à augmenter et qu’elle n’a donc pas atteint son point maximum étant donné que

P> 0 et (1 - 1 / e)> 0; donc MR> 0

Si e, 1, la courbe des revenus totaux a une pente négative, c’est-à-dire qu’elle est en baisse, étant donné

P> 0 et (1 - 1 / e) 0

Nous pouvons résumer ces résultats comme suit:

Si la demande est inélastique (e <1), une augmentation du prix entraîne une augmentation du revenu total et une baisse du prix entraîne une baisse du revenu total.

Si la demande est élastique (e> 1), une augmentation du prix entraînera une diminution du revenu total, alors qu'une diminution du prix entraînera une augmentation du revenu total.

Si la demande a une élasticité unitaire, le chiffre d'affaires total n'est pas affecté par les variations de prix, puisque si e-1, alors MR = 0.

 

Laissez Vos Commentaires