Tarifs: Signification et types | Commerce international | Économie

Dans cet article, nous discuterons de la signification et des types de droits imposés sur les importations et les exportations.

Signification des tarifs :

Un tarif est un droit ou une taxe imposé par le gouvernement d'un pays sur le produit commercialisé lorsqu'il traverse les frontières nationales. Des droits de douane peuvent être perçus à la fois sur les exportations et les importations. Le tarif ou les droits imposés sur les marchandises originaires du pays d’origine et destinés à l’étranger sont appelés droits à l’exportation. Les pays souhaitant maximiser leurs exportations évitent généralement l’utilisation de droits à l’exportation. Les tarifs sont donc devenus synonymes de droits d'importation.

Les droits d'importation ou les droits d'importation sont perçus sur les marchandises en provenance de l'étranger et prévues pour le pays d'origine. Parfois, un pays peut également recourir à ce que l’on appelle un droit de transit. Il est imposé aux marchandises originaires du pays étranger et est destiné à un pays tiers franchissant les frontières du pays d'origine. Par exemple, si l'Inde impose des droits de douane sur les marchandises que le Bangladesh exporte vers le Népal via le territoire indien, ces droits seront appelés droits de transit. De tels droits préoccupent généralement beaucoup les pays sans littoral.

L’imposition de droits de douane à l’importation entraîne des variations relatives des prix des produits et des facteurs.

Cela entraîne un changement important dans la structure du commerce international. Les tarifs élevés ont certainement pour effet de limiter le volume des échanges internationaux. Un tarif ou une subvention négatif est souvent supposé développer le commerce extérieur au-delà de son volume en l'absence de subvention.

Types de tarifs:

Les tarifs sont de plusieurs types et peuvent être classés en différents groupes ou sous-groupes comme ci-dessous:

(1) Classification sur la base du critère d'imposition:

Sur la base du critère d'imposition des droits de douane.

Ceux-ci peuvent être de types tels que:

a) Tarif spécifique,

b) tarif ad valorem,

c) Tarif composé et

d) Tarif dégressif.

(a) Tarif spécifique:

Le tarif spécifique est le montant fixe d'argent par unité physique ou en fonction du poids ou de la mesure du produit importé ou exporté. Ces droits peuvent être perçus sur des produits tels que le blé, le riz, les engrais, le ciment, le sucre, les vêtements, etc. Les droits spécifiques sont assez faciles à gérer, car ils ne nécessitent pas l'évaluation des produits.

La détermination de la valeur des biens échangés peut être difficile car il existe plusieurs variantes de prix telles que le prix à la demande, le prix de l'offre, le prix du marché, le prix contractuel, le prix facturé, le prix fob, le prix (franco à bord), caf (coût, assurance, fret) prix etc. Le recours à des droits spécifiques permet au gouvernement de rester à l’écart de la complexité des prix.

Toutefois, les droits spécifiques ne peuvent pas être perçus sur des marchandises de grande valeur telles que diamants, bijoux, montres, téléviseurs, automobiles, oeuvres d'art telles que des peintures, etc. Ces articles sont taxables sur la base du poids, de la surface couverte ou de la nombre d'articles.

b) Tarif ad valorem:

«Ad Valorem» est le mot latin qui signifie «sur la valeur». Lorsque le droit est perçu en tant que pourcentage fixe de la valeur du produit échangé, il est appelé tarif valorem. Ces droits sont perçus sur les produits dont la valeur est disproportionnée par rapport à leurs caractéristiques physiques telles que le poids ou le mesurage.

Ces droits sont plus équitables, car les biens coûteux, généralement consommés par les riches, supportent une charge plus lourde, tandis que les biens meilleur marché achetés par les pauvres supportent une charge tarifaire moindre. Par exemple, si l’importation de montres est soumise à un droit de douane ad valorem de 70%, une montre évaluée à Rs. 1000 seront soumis à un devoir de Rs. 700 et une montre évaluée à Rs. 1200 seront soumis à un tarif s'élevant à Rs. 840. Les droits ad valorem présentent un avantage supplémentaire en ce que la comparaison internationale des droits de douane, dans leur cas, peut être facilement effectuée.

(c) Tarif composé:

Le tarif composé est une combinaison de droits spécifiques et ad valorem. La structure du tarif composé comprend un droit spécifique sur chaque unité de la marchandise plus un pourcentage de droit ad valorem. Les tarifs composés confèrent non seulement une plus grande élasticité aux revenus, mais assurent également une protection plus efficace des industries nationales.

(d) Tarif à l’échelle mobile:

Les droits d'importation qui varient en fonction du prix des produits sont appelés droits de passage. Celles-ci peuvent être spécifiques ou sur une base ad valorem. En pratique, il s’agit généralement d’une base spécifique.

(2) Classement sur la base de la finalité pour laquelle laquelle le tarif est imposé:

Sur la base de l'objectif de la perception du tarif.

Ceux-ci peuvent être de deux types:

a) Tarif des recettes et

(b) Tarif de protection.

a) Tarif des recettes:

Le tarif, qui est imposé principalement pour générer plus de revenus pour le gouvernement, est appelé tarif de revenu. Dans les pays avancés, l'introduction et la diversification des impôts directs ont réduit l'importance des droits de douane en tant que source de recettes publiques. Mais dans les pays les moins développés, les gouvernements dépendent encore beaucoup de cette source de revenus.

En règle générale, le tarif de vente pur n'est pas possible. L'imposition de droits de douane, même dans le but de générer des revenus, a effectivement un effet protecteur lorsqu'elle entraîne le passage de la demande des consommateurs domestiques des produits importés aux produits fabriqués au pays.

(b) Tarif de protection:

Le gouvernement peut imposer des droits de douane pour protéger les industries nationales de la concurrence acharnée des produits fabriqués à l'étranger. Plus le tarif est élevé, plus l'effet protecteur du tarif peut être grand. Un tarif de protection parfait est susceptible d'interdire complètement l'importation de l'étranger.

En pratique, le tarif de protection parfait peut ne pas exister. Si la demande intérieure d'importation reste forte, il peut y avoir une possibilité de contrebande de produits importés. En outre, un tel tarif ne rapportera aucun revenu au gouvernement. Un taux de protection élevé peut rendre les producteurs nationaux plus léthargiques, inefficaces et incapables de faire face à la concurrence étrangère, même à long terme.

(3) Classification sur la base de la discrimination:

Si le tarif est influencé par la prise en compte de la discrimination.

Il peut y avoir deux types de tarifs -

a) non discriminatoire et

(b) discriminatoire.

a) Tarif non discriminatoire:

Si les taux de droits uniformes sont applicables à tous les produits, quel que soit leur pays d'origine, ils sont appelés droits non discriminatoires. Il est possible que des tarifs bas sur certains produits de base existent en raison d'accords commerciaux avec certains pays, mais le pays d'origine à l'imposition tarifaire applique les mêmes taux de droits peu élevés aux produits de base de tous les pays.

Un tel système de tarif non discriminatoire est appelé tarif à colonne unique. Ce système de tarif est facile et simple à administrer. Il existe toutefois un problème qui n’est pas suffisamment élastique pour s’ajuster en fonction de l’évolution des besoins des industries du pays d’origine. Du point de vue des recettes également, il se peut que cela ne soit pas satisfaisant pour le pays à imposition tarifaire.

b) Tarif discriminatoire:

En cas de tarif discriminatoire, les taux de droits varient pour différents produits. Les produits originaires des pays favorisés sont soumis à un taux de droit inférieur à ceux des autres pays. Les tarifs discriminatoires peuvent être des tarifs à colonne double ou multiple.

Dans le cas du tarif à double colonne, il existe deux taux de droit différents pour tout ou partie des produits. Les deux taux sont soit annoncés dès le début par le gouvernement et ils sont créés après que le pays a conclu un accord commercial avec une nation favorisée avec certains pays étrangers. Les tarifs préférentiels peuvent être soit unilatéraux, soit réciproques.

Le tarif à double colonne peut en outre être classé comme suit:

i) Tarif général et conventionnel

ii) Tarif maximum et minimum

(iii) Tarif à colonnes multiples.

(i) Tarif général et conventionnel:

Le tarif général est déterminé par la législature de l'état. Il prévoit également l'ajustement des taux de droits au fur et à mesure des obligations imposées par les accords commerciaux internationaux. Le tarif douanier conventionnel est élaboré dans le cadre des accords commerciaux conclus entre le pays d'origine et d'autres pays. Il n'autorise pas les modifications des taux de droits en fonction de l'évolution des conditions ou des exigences nationales.

Les changements ne peuvent être possibles qu'après des négociations et des accords entre les pays concernés ou après l'expiration de l'accord existant. Il est clair qu’il existe une certaine rigidité dans le tarif douanier conventionnel. En revanche, le tarif général est plus flexible

(ii) Tarif maximum et minimum:

Dans ce système, un pays applique des taux de droits maximaux et minimaux pour chaque produit. Ces taux de droits sont fixés par le législateur et le gouvernement est autorisé à appliquer des taux de droits spécifiques aux marchandises importées des différents pays. Les taux de droits minimaux sont appliqués aux produits originaires des pays traités comme "les nations les plus favorisées". Les taux de droits maximaux sont appliqués dans le but d'améliorer la position de négociation du pays d'origine vis-à-vis des pays étrangers.

(iii) Tarif à colonnes multiples:

Le tarif à colonnes multiples comprend trois taux différents: un taux général, un taux international et un taux préférentiel. Les taux de droits généraux et internationaux peuvent être considérés comme équivalents aux taux de droits maximum et minimum décrits ci-dessus. Le tarif préférentiel est généralement appliqué par un pays visé aux produits originaires des pays coloniaux.

Le taux de droit préférentiel est maintenu inférieur au taux général. Par exemple, les marchandises importées par la Grande-Bretagne avant l’indépendance avant l’indépendance étaient soumises à un tarif réduit ou à une franchise de droits en raison des préférences impériales. Par ailleurs, les produits importés d’autres pays tels que le Japon, l’Allemagne et d’autres pays étaient soumis à des taux de droits plus élevés.

(4) Classification sur la base de produits:

Que le produit soit importé ou exporté peut être la base du tarif.

Sur cette base, les tarifs peuvent être des types de:

a) Droits d'importation et

b) Droits d'exportation.

a) Droits d'importation:

Si le pays d'origine impose des droits de douane sur les produits des pays étrangers au fur et à mesure qu'ils entrent sur son territoire, il est appelé tarif d'importation ou droit d'importation.

b) Droits d'exportation:

Si les produits du pays d'origine deviennent assujettis à la taxe lorsqu'ils quittent son territoire pour être vendus sur le marché étranger, la taxe ou le droit est appelé tarif d'exportation ou droit d'exportation.

Les droits de douane à l'importation sont restés un sujet d'un grand intérêt tant pour des raisons analytiques que politiques. Celles-ci sont beaucoup plus répandues et presque tous les pays y ont recours. En revanche, les droits d'exportation sont appliqués dans une mesure très limitée. Certains pays, tels que les États-Unis, ont légalement interdit les droits d'exportation. Même dans les pays où ils sont à la mode, l’objectif fondamental est d’obtenir des revenus plus importants.

(5) Classification sur la base des représailles:

Sur cette base, les tarifs peuvent être des types de

a) Tarifs de rétorsion et

b) Droits compensateurs.

a) Tarifs de représailles:

Si un pays étranger a imposé des droits de douane sur les exportations du pays d'origine et que ce dernier impose des droits de douane sur ses produits, les tarifs auxquels le pays d'origine a recours seront considérés comme des tarifs de rétorsion. Le pays d'origine, tout en adoptant cette mesure, n'a pas non plus pour objet de générer des recettes ou de protéger les industries d'origine mais d'agir en guise de représailles.

b) Droits compensateurs:

Si le pays étranger exporte de grandes quantités de ses produits sur le marché de son pays d'origine grâce à des subventions à l'exportation, le pays d'origine peut neutraliser "l'avantage injuste" dont bénéficient les produits étrangers en leur imposant des droits lors de leur entrée sur le territoire. du pays d'origine. Ce dernier a tout à fait raison de recourir à ces droits compensateurs afin de compenser l'avantage injuste procuré par les subventions à l'exportation de produits étrangers et d'assurer la concurrence sur un pied d'égalité entre les produits étrangers et les produits d'origine nationale.

 

Laissez Vos Commentaires