Difficultés de mesure du revenu national (4 problèmes)

La mesure du revenu national dans n'importe quel pays pose de nombreux problèmes.

Les problèmes sont plus aigus dans les PMA comme l'Inde que dans les pays avancés.

Ces problèmes sont regroupés en deux: (i) problème conceptuel ou théorique et (ii) problème pratique ou statistique. Cependant, comme il n’existe aucune voie d’issue permettant d’éviter tous les problèmes conceptuels, nous mettons ces problèmes de côté et ne considérons que les problèmes pratiques.

Certaines des difficultés rencontrées pour mesurer le revenu national sont les suivantes:

1. Manque de données fiables:

La fiabilité des données relatives à l'estimation du revenu national est souvent mise en doute (en Inde). L'estimation du revenu national est réalisée à partir de données primaires relatives aux revenus et à la valeur des biens produits. On constate que de nombreux producteurs, en particulier les petits producteurs et les commerçants, ne tiennent aucun compte de leurs revenus ni même des biens produits. De toute évidence, les données primaires recueillies à partir de cette source sont supposées vagues. La raison derrière cela est l'analphabétisme. En outre, de nombreuses personnes hésitent à coopérer avec les collecteurs de données. Surtout, les collecteurs de données «fabriquent» souvent des données sans même s’approcher des portes des secteurs producteurs ou des unités économiques. Si cette information est considérée comme la base du jugement, le jugement souffrira d'inexactitude.

2. Existence de secteur non monétisé:

La fiabilité des estimations du revenu national est sérieusement affectée s’il existe un vaste secteur non monétisé. Cela crée un problème d'évaluation. Dans un PMA, il existe une économie de troc non organisée dans laquelle l’argent n’est pas utilisé à des fins de transaction.

Dans chaque transaction, le problème de l'évaluation des biens traités se pose. En outre, les agriculteurs pauvres de ces pays conservent une grande partie de leur production pour leur propre consommation. Naturellement, une grande partie de la production ne vient pas sur le marché et n'est pas soumise au processus d'évaluation. En imputant des valeurs à ces biens, le problème de l'évaluation peut être partiellement résolu. Mais compte tenu de l'immensité d'un pays comme l'Inde, cette imputation est une tâche ardue. Même si l'imputation est possible, sa fiabilité est également mise en doute.

Diverses activités non marchandes et domestiques telles que la garde d'enfants par les mères et les sœurs ne sont pas prises en compte dans l'estimation du revenu national d'un pays, pour les raisons susmentionnées. En fait, ces activités ajoutent à la production lorsque nous retenons les services d’une dame ayah qui s’occupe d’un enfant contre certains paiements monétaires. Mais ceux-ci ne sont pas pris en compte compte tenu des difficultés d’estimation de ces revenus.

En outre, dans l’estimation du revenu national, les pertes ou les problèmes sociaux ne sont pas pris en compte. Les émissions de C0 2 provenant des voitures automobiles polluent l'environnement, ce qui réduit les «émissions» pour les générations futures. Cela n’est généralement pas ajusté, bien que l’on tente souvent de mesurer le «PNB vert».

3. Difficultés dans la classification de la population active:

En Inde, la population active n'est pas clairement définie. Par exemple, les agriculteurs indiens ne sont pas engagés dans l'agriculture toute l'année. Évidemment, pendant la saison morte, ils exercent d'autres activités. Dans un tel cas, il est très difficile d’identifier leurs revenus pour une profession donnée.

4. Revenu illégal:

Enfin, les revenus illégaux ne sont pas déclarés dans les comptes du revenu national. En d'autres termes, les formes d'activités économiques illégales et les activités illégales qui ne sont pas signalées à l'autorité dans le but de payer des impôts sont omises des comptes du revenu national.

C'est ce qu'on appelle l'économie souterraine ou l'économie souterraine. Le jeu et le commerce de la drogue sont des formes d'activités économiques illégales tandis que les personnes au pouvoir reçoivent des pots-de-vin, mais ces personnes sous-déclarent ou ne déclarent pas les revenus illégaux qu'ils ont obtenus. En Inde, les revenus générés par l'économie souterraine indienne sont estimés à environ 40 pc du PIB. Ces transactions sous-estiment la valeur réelle du revenu national de tout pays.

 

Laissez Vos Commentaires