Marché des biens et courbe des SI dans l'économie ouverte

Faisons une étude approfondie de la relation entre le marché des biens et la courbe IS dans l’économie ouverte.

L'analyse de la détermination du revenu national, de l'emploi et du taux d'intérêt dans les économies ouvertes est également effectuée dans le cadre du modèle IS-LM avec quelques modifications.

En particulier, la courbe IS dans l'économie ouverte contient un nouveau terme d'exportations nettes (NX).

Un changement important dans le modèle IS-LM applicable à une économie ouverte est que, dans ce pays, les dépenses intérieures ne déterminent pas le niveau du revenu ni de la production nationaux. Ce sont plutôt les dépenses en biens intérieurs qui déterminent le niveau de revenu national et d'emploi dans une économie ouverte.

Une partie des dépenses des résidents nationaux est consacrée aux importations en provenance de pays étrangers et le reste aux biens et services produits dans le pays. En outre, une partie des dépenses en produits d'origine nationale provient des étrangers vers lesquels nous exportons des produits. Ainsi, les exportations nettes qui signifient les exportations moins les importations ainsi que les dépenses des résidents nationaux en produits nationaux constituent la demande globale ou les dépenses en produits nationaux.

Ainsi, l'équilibre du marché des biens dans une économie ouverte est représenté par l'équation suivante:

Y = C + I + G + NX

ou Y = C + I + G + (X - M)

Où NX ou (X - M) représente les prochaines exportations. L'équation ci-dessus indique que le niveau d'équilibre du revenu national est égal à la somme de la demande de consommation (C), de la demande d'investissement (I), des achats de biens et de services (G) des pouvoirs publics et des exportations nettes (NX). Les dépenses de consommation (C) dépendent du revenu disponible ou de Y - T, les investissements dépendent négativement du taux d’intérêt, G est une dépense autonome du gouvernement et les exportations nettes, entre autres, dépendent du taux de change (e).

En incorporant ce qui précède dans l’équation IS, nous avons la courbe IS suivante pour une économie ouverte:

Courbe IS: Y = C (Y - T) + I (r) + G + NX (e)

Exportations nettes (NX):

Le terme exportations nettes (NX) doit être précisé. Comme indiqué ci-dessus, les exportations nettes représentent l'excédent des exportations sur les importations. Elles dépendent du revenu intérieur (Y), ce qui influe sur les dépenses en importations et donc sur les exportations nettes.

En outre, les exportations nettes dépendent de:

(1) Le revenu extérieur (Yf) qui affecte la demande étrangère pour nos exportations et

(2) Le taux de change réel que nous désignons par R.

La dépréciation du taux de change réel augmentera nos exportations et réduira nos importations, ce qui améliorera notre balance commerciale à mesure que la demande passera des biens étrangers aux biens produits au pays.

On peut noter que le taux de change réel est le rapport entre le prix des biens à domicile (P) et le prix des biens à l'étranger (P f ). C'est-à-dire que R = eP f / P. Si e est le taux de change nominal (c'est-à-dire le rapport entre les prix des devises nationales et étrangères), le taux de change réel R est égal à. Maintenant, la dépréciation de la monnaie nationale fera baisser les prix de ses exportations et fera monter les prix de ses importations. Cela aura tendance à augmenter les exportations et à réduire les importations et, partant, à améliorer la balance commerciale.

Les exportations nettes ou la balance commerciale peuvent être représentées comme suit:

NX = X - M

NX = X (Y f, R) - M (Y, R)

NX = NX (Y, Yf, R)

Il découle de la dernière équation que les exportations nettes dépendent de (1) le revenu intérieur ou la production (Y), qui détermine les importations; (2) le revenu étranger (Y f ) qui détermine la demande pour nos exportations; et (3) le taux de change réel (R) qui détermine les prix de nos exportations et de nos importations.

Trois résultats importants découlent de l'équation des exportations nettes:

1. Une augmentation de notre revenu intérieur, toutes choses restant inchangées, augmenterait nos dépenses en importations et aurait donc un effet défavorable sur le déficit commercial.

2. Une augmentation des revenus extérieurs, disons aux États-Unis, sans que rien ne change, augmentera nos exportations et améliorera notre balance commerciale. En conséquence, la demande globale augmentera dans notre pays avec un effet favorable sur notre revenu national, notre production et notre emploi.

3. Une dépréciation du taux de change réel de notre monnaie augmentera nos exportations et réduira nos importations, ce qui aura un effet favorable sur la production nationale et l'emploi.

 

Laissez Vos Commentaires