Term Term Paper sur l'élasticité de la demande | Économie

Voici une compilation d'articles sur «l'élasticité de la demande» pour les classes 11 et 12. Trouvez des paragraphes, des articles à court et à long termes sur «l'élasticité de la demande» spécialement conçus pour les étudiants en commerce.

1. Document sur l'élasticité de la demande par rapport au prix :

L'élasticité de la demande par rapport au prix indique le degré de réactivité de la quantité demandée d'un bien à la variation de son prix, d'autres facteurs tels que le revenu, les prix des produits connexes qui déterminent la demande sont maintenus constants. Précisément, l'élasticité de la demande par rapport au prix est définie comme le rapport entre le pourcentage de variation et la quantité demandée par rapport au pourcentage de variation du prix.

Ainsi,

Il résulte de la définition ci-dessus de l'élasticité-prix de la demande que, lorsque la variation en pourcentage de la quantité demandée d'un produit est supérieure à la variation en pourcentage du prix qui l'a provoquée, l'élasticité de la demande par rapport au prix (e p ) sera supérieure à un et, dans ce cas, la demande est dite élastique.

Par ailleurs, lorsqu'un pourcentage de variation du prix d'un produit donné entraîne une variation inférieure de la quantité demandée, l'élasticité sera inférieure à un et la demande est dans ce cas dite inélastique. En outre, lorsque le pourcentage de variation de la quantité demandée d’un produit est égal au pourcentage de variation du prix qui l’a provoquée, l’élasticité des prix est égale à un.

Ainsi, en cas de demande élastique, une variation de prix donnée entraîne une variation assez importante de la quantité demandée. Et en cas de demande inélastique, un changement de prix donné entraîne un très petit changement de quantité demandée pour un produit.

Tout le monde sait et observe qu'il existe une différence considérable entre les différents biens en ce qui concerne l'ampleur de la réponse de la demande aux variations de prix. La demande de certains biens est plus sensible aux changements de prix que ceux d’autres.

En termes économiques, nous dirions que la demande de certains biens est plus élastique que celle des autres ou que l’élasticité-prix de la demande de certains biens est supérieure à celle des autres. Marshall qui a introduit le concept d'élasticité dans la théorie économique fait remarquer que l'élasticité ou la réactivité de la demande sur un marché est grande ou petite, selon que le montant demandé augmente beaucoup ou peu pour une baisse de prix donnée et diminue beaucoup ou peu pour une hausse donnée. dans le prix.

Cela ressort clairement des Fig. 7.1 et 7.2, qui représentent deux courbes de demande. Pour une baisse de prix donnée, de prix compris entre prix, l'augmentation de la quantité demandée est beaucoup plus importante sur la figure 7.1 que sur la figure 7.2. Par conséquent, la courbe de demande de la figure 7.1 est plus élastique que la courbe de demande de la figure 7.2 pour une chute de prix donnée pour la portion de courbes de demande considérée. La demande pour le produit représenté à la Fig. 7.1 est généralement dite élastique et la demande pour le produit à la Fig. 7.2 inélastique.

Il convient toutefois de noter que les termes élastique et inélastique sont utilisés au sens relatif. En d'autres termes, l'élasticité est une question de degré seulement. La demande de certains biens n’est que plus ou moins élastique que d’autres. Ainsi, lorsque nous disons que la demande d’un produit est élastique, nous entendons simplement que la demande est relativement plus élastique.

De même, lorsque nous disons que la demande d’un produit est inélastique, nous ne voulons pas dire que sa demande est absolument inélastique, mais seulement qu’il est relativement moins élastique. En théorie économique, les exigences élastiques et inélastiques ont acquis une signification précise. La demande d'un bien est dite élastique si l'élasticité-prix de la demande est supérieure à un.

De même, la demande d'un bien s'appelle inélastique si l'élasticité de la demande par rapport au prix est inférieure à un. L'élasticité de la demande par rapport au prix égale à une, ou en d'autres termes, l'élasticité unitaire de la demande représente donc la ligne de partage entre demande élastique et demande inélastique. Nous comprendrons maintenant que, par demande inélastique, nous ne voulons pas dire parfaitement inélastique, mais seulement que l’élasticité de la demande est inférieure à l’unité; et par demande élastique, nous ne voulons pas dire absolument élastique mais que l'élasticité de la demande est supérieure à un.

Ainsi,

Demande élastique: e n > 1

Demande inélastique: e p <1

Demande élastique unitaire: e p = 1

L'élasticité de la demande par rapport au prix pour différents biens varie d'une bonne affaire :

Les biens présentent une grande variation en ce qui concerne l'élasticité de la demande, c'est-à-dire leur réactivité aux variations de prix. Certains produits comme le sel, le blé et le riz ne réagissent pas beaucoup à l’évolution de leurs prix. La demande de sel reste pratiquement la même pour une petite hausse ou une baisse de son prix.

Par conséquent, la demande de sel ordinaire est dite "inélastique". La demande de biens tels que radios, réfrigérateurs, etc., est élastique, car les variations de leurs prix entraînent des modifications importantes de la quantité demandée. Nous expliquerons plus loin les facteurs responsables des différences d'élasticité de la demande de divers biens.

Il suffira ici de dire que la principale raison des différences d'élasticité de la demande est la possibilité de substitution, c'est-à-dire la présence ou l'absence de substituts concurrents. Plus il est facile de trouver des substituts à un produit ou de remplacer d'autres produits, plus l'élasticité-prix de la demande de ce produit sera grande.

Les biens sont demandés parce qu'ils répondent à des besoins particuliers et que ceux-ci peuvent généralement être satisfaits de différentes manières. Par exemple, le besoin de divertissement peut être comblé par un téléviseur, un gramophone, des salles de cinéma ou des salles de cinéma.

Si le prix d'un téléviseur baisse, la quantité demandée de téléviseurs augmentera considérablement, car une baisse du prix de la télévision poussera certaines personnes à acheter des téléviseurs au lieu d'avoir des gramophones ou de se rendre dans les cinémas et les théâtres. Ainsi, la demande de téléviseurs est élastique.

De même, si le prix du 'Lux' baisse, sa demande augmentera considérablement car il sera remplacé par d'autres variétés de savon telles que le Jai, le Hamam, le Godrej, les Poires, etc. Au contraire, la demande d'un bien nécessaire tel que le sel est inélastique. La demande de sel est inélastique, car elle répond à un besoin fondamental de l'homme et il n'y a pas de substitut à celle-ci. Les gens consommeraient presque la même quantité de sel, que cela devienne un peu moins cher ou plus cher qu'auparavant.

Demande parfaitement inélastique et parfaitement élastique :

Nous allons maintenant expliquer les deux cas extrêmes d’élasticité-prix de la demande. La première situation extrême est une demande parfaitement inélastique qui est illustrée à la Fig. 7.3. Dans ce cas, une variation du prix d'un produit n'affecte en rien la quantité demandée par le produit. Dans cette demande parfaitement inélastique, la courbe de demande est une droite verticale, comme le montre la Fig. 7.3.

Comme on le verra dans ce chiffre, quel que soit le prix, la quantité demandée à la marchandise reste inchangée à QO. Un exemple approximatif de demande parfaitement inélastique est la demande d'insuline d'un patient diabétique aigu. Il doit obtenir la dose d'insuline prescrite par semaine, quel que soit son prix.

La deuxième situation extrême est une demande parfaitement élastique, auquel cas la courbe de la demande est une ligne droite horizontale, comme illustré à la Fig. 7.4. Cette courbe de demande horizontale pour un produit implique qu'une légère réduction de prix inciterait les acheteurs à augmenter la quantité demandée de zéro à tout ce qu'ils pourraient obtenir.

En revanche, une légère hausse du prix du produit obligera les acheteurs à s’éloigner complètement du produit pour que la quantité demandée soit réduite à zéro.

Les produits de différentes entreprises travaillant sous une concurrence parfaite sont totalement identiques. Si une entreprise parfaitement concurrentielle augmente le prix de son produit, elle perdrait tous ses clients qui passeraient à d'autres entreprises et si elle réduisait légèrement son prix, elle inciterait tous les clients à acheter le produit.

Mesure de l'élasticité des prix:

L'élasticité de la demande par rapport au prix exprime la réponse de la quantité demandée d'un bien aux variations de son prix, compte tenu du revenu du consommateur, de ses goûts et du prix de tous les autres biens. Ainsi, l'élasticité du prix signifie le degré de réactivité ou de sensibilité de la quantité demandée d'un bien à une variation de son prix.

Une méthode importante pour mesurer l'élasticité de la demande par rapport au prix est la méthode du pourcentage. L'élasticité des prix peut être mesurée avec précision en divisant le pourcentage de variation de la quantité demandée en réponse à une petite variation du prix, divisé par le pourcentage de variation du prix.

Ainsi, nous pouvons mesurer l'élasticité des prix en utilisant la formule suivante:

ou, en termes symboliques;

Où,

e p représente l'élasticité des prix

q représente la quantité d'origine

p représente le prix d'origine

Δ représente un petit changement

Mathématiquement, l'élasticité-prix de la demande a un signe négatif car le changement de la quantité demandée pour un bien va dans le sens opposé à celui de son prix. Lorsque le prix baisse, la quantité demandée augmente et inversement. Mais pour faciliter la compréhension de l'ampleur de la réponse de la quantité demandée d'un bien à une variation de son prix, nous ignorons le signe négatif et prenons en compte uniquement la valeur numérique de l'élasticité.

Ainsi, si une variation de prix de 2% entraîne une variation de 4% de la quantité demandée de bien A et de 8% de celle de B, la formule d'élasticité ci-dessus donnera la valeur de l'élasticité-prix du bien A égale à 2 et que de bien B égal à 4. Il indique que la quantité demandée de bien B change relativement beaucoup plus que celle de bien A en réponse à un changement de prix donné.

Mais si nous avions écrit les signes moins avant les valeurs numériques des élasticités des deux produits, c’est-à-dire si nous avions écrit l’élasticité sous la forme - 2 et - 4, comme le feraient des calculs mathématiques stricts, alors puisque - 4 est inférieur à - 2, nous aurions induit en erreur en concluant que l'élasticité-prix de la demande de B est inférieure à celle de A. Mais, la réponse de la demande de B à l'évolution de son prix étant supérieure à celle de A, il vaut mieux ignorer le moins signer et tirer la conclusion des valeurs absolues des élasticités. Par conséquent, par convention, le signe moins avant que la valeur de l'élasticité-prix de la demande soit généralement ignorée en économie.

Élasticité de la demande à l’arc:

La notion d'élasticité ponctuelle de la demande qui fait référence à l'élasticité des prix en un point de la courbe de la demande ou, en d'autres termes, à l'élasticité des prix lorsque les variations du prix et les variations résultantes de la quantité demandée sont infiniment petites. Dans ce cas, si nous prenons comme base de mesure le prix initial et la quantité initiale ou le prix et la quantité ultérieurs après le changement de prix, il n'y aura pas de différence significative du coefficient d'élasticité.

Toutefois, lorsque le changement de prix est assez important ou que nous devons mesurer l'élasticité sur un arc de la courbe de la demande plutôt qu'à un point spécifique de celle-ci, la mesure de l'élasticité ponctuelle, à savoir Δq / Δp. p / q ne nous fournit pas la mesure exacte et exacte de l'élasticité de la demande par rapport aux prix.

En outre, dans de tels cas, le coefficient d’élasticité-prix serait différent selon que nous choisissions le prix et la quantité initiaux ou le prix et la quantité ultérieurs demandés comme base de mesure de l’élasticité-prix, ce qui entraînera une différence significative entre les deux coefficients de élasticité, obtenue en utilisant deux bases.

Par conséquent, lorsque le changement de prix est assez important, disons plus de 10%, une mesure précise de l'élasticité de la demande par rapport au prix peut être obtenue en prenant la moyenne du prix initial et du prix ultérieur, ainsi que la moyenne de la quantité initiale et de la quantité ultérieure. comme base de mesure des variations en pourcentage du prix et de la quantité.

Ainsi, si le prix d’un bien baisse de p 1 à p 2 et que, par conséquent, sa quantité demandée augmente de q 1 à q 2, la moyenne des deux prix est donnée par p 1 + p 2/2 et la moyenne des deux les quantités (d'origine et suivantes) sont données par p 1 + p 2/2.

Ainsi, la formule permettant de mesurer l'élasticité de l'arc, c'est-à-dire lorsque le changement de prix est assez important, est donnée par:

Méthodes utilisées pour calculer l'élasticité-prix de la demande:

Résoudons quelques problèmes numériques d'élasticité-prix de la demande (à la fois en point et en arc) par la méthode du pourcentage.

Problème 1:

Supposons que le prix d'une marchandise tombe de Rs. 10 à Rs. 9 par unité et, en raison de cette quantité demandée, le produit passe de 100 unités à 120 unités. Découvrez l'élasticité-prix de la demande.

Solution:

Problème 2:

Un consommateur achète 80 unités d’un produit lorsque son prix est de Re. 1 par unité et achète 48 unités lorsque son prix atteint Rs. 2 par unité. Quelle est l’élasticité de la demande par rapport au prix?

Solution:

Il convient de noter le changement de prix de Re. 1 à Rs. 2 dans ce cas est très grand (c.-à-d. 100%). Par conséquent, pour calculer le coefficient d'élasticité dans ce cas, la formule d'élasticité de l'arc doit être utilisée.

Ainsi, l’élasticité arc-prix de la demande obtenue est égale à 0, 75.

Problème 3:

Supposons qu'un vendeur d'un vêtement textile veuille abaisser le prix de son vêtement de 150 à 1 Rs. 142, 5 par mètre. Si les ventes actuelles sont de 2000 mètres par mois, il est estimé que son élasticité de la demande du produit est égale à - 0, 7.

Spectacle:

(a) si son revenu total augmentera ou non en raison de son prix; et

(b) Calculez l'ampleur exacte de son nouveau revenu total.

Le prix ayant baissé, la quantité demandée augmentera de 70 mètres. La nouvelle quantité demandée sera donc 2000 + 70 = 2070.

(b) Recettes totales avant réduction du prix = 2000 × 150 = Rs. 3 000 000 Total des revenus après réduction = 2070 × 142, 5 = Rs. 2, 94, 975.

Ainsi, avec la réduction de prix, son revenu total a diminué.

Total des dépenses ou méthode du revenu total:

Nous avons expliqué ci-dessus la méthode du pourcentage de mesure de l'élasticité-prix de la demande. Il existe également une autre méthode pour mesurer l'élasticité de la demande par rapport au prix. Ceci est connu comme méthode des dépenses totales ou méthode des revenus totaux. L'élasticité-prix de la demande pour un bien et la dépense totale faite pour le bien sont fortement liées.

L’évolution des dépenses totales d’un bien résultant de l’évolution de son prix permet de connaître l’élasticité-prix de la demande du bien. Mais il convient de rappeler qu'avec la méthode de la dépense totale, on ne peut savoir que si l'élasticité est égale à un, supérieure à un ou inférieure à un. Avec cette méthode, nous ne pouvons pas trouver le coefficient d'élasticité exact et précis.

Élasticité unitaire (e p = 1):

Lorsque, du fait de l’évolution du prix d’un bien, la quantité demandée de ce bien augmente tellement que la dépense totale faite pour le bien reste la même, l’élasticité de la demande du bien est égale à l’unité. En effet, le total des dépenses effectuées sur un bien ne peut rester identique que si le pourcentage de variation de la quantité demandée est égal au pourcentage de variation du prix.

Élasticité supérieure à un (e p > 1):

Lorsque, en raison de la baisse des prix, la quantité demandée pour un bien augmente tellement que les dépenses totales engagées pour le bien augmentent, l'élasticité de la demande par rapport au prix sera supérieure à l'unité. En effet, avec une baisse du prix d'un produit, la dépense totale ne peut augmenter que si le pourcentage d'augmentation de la quantité demandée est supérieur au pourcentage de variation du prix.

Il convient de noter avec soin que lorsque, en raison de la hausse des prix, la dépense totale pour le bien diminue, l'élasticité de la demande sera supérieure à un car l'augmentation des dépenses totales résulte de la baisse des prix et de la diminution des dépenses totales. de hausse de prix sont les mêmes choses.

Élasticité inférieure à un (e p <1):

Si, du fait de la baisse du prix du bien, les dépenses totales y afférentes diminuent, l'élasticité de la demande par rapport au prix sera inférieure à l'unité. En effet, avec la baisse du prix, la dépense totale ne peut diminuer que si le pourcentage d'augmentation de la quantité demandée d'un bien est inférieur au pourcentage de baisse de son prix. Ainsi, lorsque, en raison de la hausse des prix, les dépenses totales consacrées au bien augmentent, l'élasticité de la demande par rapport au prix sera inférieure à un.

Illustration de la méthode de dépense:

Illustrons la manière dont nous jugeons l'élasticité de la demande pour savoir si elle est supérieure à un, égale à un ou inférieure à un. Considérez le tableau 7.1, qui indique la quantité de stylos demandée à différents prix. Le tableau 7.1 montre que la quantité demandée augmente de 30 stylos à prix Rs. 5 par stylo à 87 stylos au prix Rs. 3, 25.

Nous avons calculé les dépenses totales en multipliant la quantité demandée par le prix correspondant du stylo. On observera d'après le tableau que lorsque le prix du stylo tombe de Rs. 5 à Rs. 4, 75, de Rs. 4, 75 à Rs. 4, 50, à partir de Rs. 4, 50 à Rs. 4, 25 et de Rs. 4, 25 à Rs. 4, la quantité demandée augmente tellement que les dépenses totales en enclos augmentent, indiquant ainsi que l'élasticité de la demande est supérieure à un à ces prix.

Quand le prix tombe de Rs. 4, 00 à Rs. 3, 75, la quantité demandée passe de 75 stylos à 80 stylos, de sorte que les dépenses totales restent identiques à Rs. 300. Cela montre que l'élasticité-prix de la demande est l'unité. Lorsque le prix du stylo tombe encore de Rs. 3, 75 à Rs. 3, 50 puis à Rs. 3, 25 les dépenses totales consacrées aux stylos diminuent. Ainsi, l’élasticité de la demande de stylos à ces prix est inférieure à l’unité.

Problème 4:

Supposons que le prix d'un bien tombe de Rs. 10 à Rs. 8 par unité. En conséquence, la quantité demandée passe de 80 à 100 unités. Que pouvons-nous dire sur l’élasticité-prix de la demande par la méthode du revenu total?

Solution:

Au prix Rs. 10, la quantité demandée est de 100 unités.

Par conséquent, le revenu total au prix Rs. 10 = P × Q = 10 × 80 = Rs. 800

Au prix le plus bas Rs. 8, la demande de quantité augmente à 100 unités.

Par conséquent, le revenu total au prix Rs. 8 = P × Q = 8 × 100 = Rs. 800

Nous constatons donc qu'avec la variation du prix du bien, le revenu total de l'entreprise reste constant. L'élasticité de la demande par rapport au prix est donc égale à un.

Illustration graphique de la méthode de dépense:

Cette relation entre l’élasticité-prix de la demande et les dépenses totales peut également être illustrée graphiquement à l’aide de la courbe de demande. Cette relation entre l’élasticité-prix de la demande et les dépenses totales, réalisée en bien, est illustrée à l’aide de la figure 7.5, où la courbe de demande DD est donnée. Dans la Fig. 7.5, lorsque le prix est OP, la dépense totale effectuée sur le bien est égale à OP × OQ, c'est-à-dire la surface OPRQ et lorsque le prix tombe à OP ', la dépense totale est égale à OP'R'Q'.

La figure 7.5 montre que l'aire OP'HQ est commune aux rectangles OPRQ et OP'R'Q '. Maintenant, en comparant les zones restantes PRHP et QHR'Q ', nous trouvons que deux sont égales. Autrement dit, la dépense totale OP'R'Q 'est égale à la dépense initiale OPRQ. Cela signifie que, avec la baisse des prix, les dépenses totales faites sur le bien sont restées les mêmes. L’élasticité-prix de la demande est donc ici égale à l’unité.

Que lorsque l'élasticité de la demande par rapport au prix est supérieure à un, la dépense totale effectuée sur le bien augmente avec la baisse du prix du bien est illustrée à la figure 7.6, dans laquelle une courbe de demande DD est donnée. Lorsque le prix du bien est OP, la quantité OQ du bien est demandée. Au prix de l'OP, la dépense totale faite sur le bien est égale à la surface OPRQ.

Or, si le prix du bien tombe à OP ', la quantité demandée du bien augmente à OQ'. Par conséquent, maintenant, au prix OP, le total des dépenses pour le bien est égal à la surface OP'R'Q '. La figure 7.6 montre que la zone OP'HQ est présente dans les rectangles OPRQ et OP'R'Q '. Les zones restantes des deux rectangles sont PRHP 'et QHR'Q'.

Un coup d’œil sur la Fig. 7.6 montrera que la surface QHR'Q 'est supérieure à la surface PRHP'. Il est donc clair que la dépense (OP'R'Q ') sur le bien au prix OP' est supérieure à la dépense (OPRQ) au prix OR, c'est-à-dire qu'avec la chute du prix, la dépense totale a augmenté. Par conséquent, l'élasticité de la demande par rapport aux prix est ici supérieure à l'unité.

Maintenant, considérons la Fig. 7.7. Sur cette figure, la demande pour le bien est telle que, avec la baisse du prix, les dépenses totales consacrées au bien diminuent. Au prix OP, la dépense totale est OPRQ et lorsque le prix tombe à OP, la dépense totale qui en résulte est égale à OP'R'Q '. Maintenant, en comparant les deux dépenses totales, il est évident que la dépense OP'R'Q 'est inférieure à la dépense OPRQ. Par conséquent, l'élasticité de la demande par rapport aux prix est ici inférieure à l'unité.

L'analyse ci-dessus montre clairement que l'évolution des prix résultant des variations des prix permet de connaître l'élasticité-prix de la demande d'un produit. Nous répétons encore une fois qu'avec la méthode des dépenses totales, nous ne pouvons pas connaître la mesure exacte et précise de l'élasticité des prix; avec cela, nous ne pouvons que savoir si l'élasticité des prix est égale à un, supérieure ou inférieure à un.

Mesurer l'élasticité de la demande par rapport au prix:

Mesure de l'élasticité de la demande par rapport au prix en un point de la courbe de la demande:

Laissons une courbe de demande en ligne droite DD 'et il est nécessaire de mesurer l'élasticité des prix en un point R sur cette courbe de demande. La figure 7.8 montre que, correspondant au point R de la courbe de demande DD ', le prix correspond à OP et la quantité demandée à OQ.

La mesure de l'élasticité-prix de la demande est donnée par:

Le premier terme de cette formule, à savoir Δp / Δq. p / q l'inverse de la pente de la courbe de demande DD (notez que la pente de la courbe de demande DD 'est égale à Δq / Δp qui reste constante tout au long de la courbe de demande en ligne droite). Le second terme de la formule d'élasticité en points ci-dessus est le prix d'origine (p) divisé par la quantité d'origine (q).

Ainsi,

La figure 7.8 montre que, au point R, le prix initial p = OP et la quantité initiale q = OQ. De plus, la pente de la courbe de demande DD 'est Δp / Δq .PD / PR.

En substituant ces valeurs à la formule ci-dessus, nous avons:

Un coup d'œil à la Fig. 7.8 révèle que PR = OQ et ils vont s'annuler dans l'expression ci-dessus.

Donc,

Mesurer l'élasticité des prix en prenant le rapport de ces distances sur l'axe vertical, autrement dit, OP / PD est appelé formule de l'axe vertical.

Dans un triangle rectangle ODD ', PR est parallèle à OD.

Donc:

RD 'est le segment inférieur de la courbe de demande DD' au point R et RD est son segment supérieur.

Donc :

Mesurer l'élasticité des prix en un point de la courbe de la demande en mesurant le rapport entre les distances des segments inférieur et supérieur est une autre méthode populaire de mesure de l'élasticité des prix en points sur une courbe de demande.

Mesure de l'élasticité des prix sur une courbe de demande non linéaire:

Si la courbe de demande n'est pas une ligne droite comme DD 'sur la figure 7.8 mais est, comme d'habitude, une courbe non linéaire, alors comment mesurer l'élasticité des prix en un point donné de celle-ci. Par exemple, comment trouver l’élasticité-prix au point R de la courbe de demande DD 'sur la figure 7.9. Afin de mesurer l'élasticité dans ce cas, nous devons tracer une tangente TT 'au point R donné sur la courbe de demande DD', puis mesurer l'élasticité des prix en recherchant la valeur de RT '/ RT.

Sur une courbe de demande linéaire, l’élasticité des prix varie de zéro à l’infini:

A nouveau, prenons la courbe de demande linéaire DD '(figure 7.10). Si le point R se situe exactement au milieu de cette courbe de demande linéaire en ligne droite DD ', la distance RD sera égale à la distance RD'. Par conséquent, l'élasticité égale à RD '/ RD sera égale à un au centre de la courbe de demande linéaire.

Supposons qu'un point S se situe au-dessus du point central de la courbe de demande en ligne droite DD '. Il est évident que la distance SD 'est supérieure à la distance SD et que l'élasticité du prix, égale à SD' / SD au point S, sera supérieure à un. De même, à tout autre point situé au-dessus du point médian de la courbe de la demande linéaire, l'élasticité-prix sera supérieure à l'unité.

De plus, l'élasticité des prix continuera d'augmenter au fur et à mesure que nous avancerons vers le point D et qu'au point D, l'élasticité sera égale à l'infini. En effet, l’élasticité des prix est égale à RD '/ RD, c’est-à-dire au segment inférieur / segment supérieur et, à mesure que nous progressons vers D, le segment inférieur continue de croître tandis que le segment supérieur devient plus petit.

Par conséquent, à mesure que nous nous dirigeons vers D sur la courbe de la demande, l'élasticité des prix augmentera. Au point D, le segment inférieur sera égal à la totalité de DD 'et le segment supérieur sera nul. Par conséquent, l’élasticité des prix au point D de la courbe de demande DD '= DD' / 0 = infini.

Supposons maintenant qu'un point L se situe en dessous du point central de la courbe de demande linéaire DD '. Dans ce cas, le segment inférieur LD 'sera plus petit que le segment supérieur LD et, par conséquent, le prix égal à l'élasticité en L, qui correspond à LD' / LD sera inférieur à un.

De plus, l'élasticité continuera à diminuer à mesure que nous nous approchons du point D '. En effet, alors que le segment inférieur deviendra de plus en plus petit, le segment supérieur augmentera à mesure que nous nous approchons du point D '. Au point D ', l'élasticité sera égale à zéro puisque, à D', le segment inférieur sera égal à zéro et le segment supérieur à l'ensemble DD '.

Au point D '

e p = 0 / DD '= 0

L'élasticité des prix varie en différents points d'une courbe de demande non linéaire:

Au-dessus, il est clair que l'élasticité en différents points d'une courbe de demande donnée (ou, en d'autres termes, l'élasticité à des prix différents) est différente. Ceci est vrai non seulement pour une courbe de demande linéaire, mais également pour une courbe de demande non linéaire. Prenons, par exemple, la courbe de demande DD sur la figure 7.11. L'élasticité en R sur la courbe de demande DD sera déterminée en traçant une tangente à ce point. Ainsi, l'élasticité à R sera RT '/ RT. Puisque la distance RT 'est supérieure à RT, l'élasticité des prix au point R sera supérieure à un.

La valeur réelle, obtenue en divisant RT 'par RT, sera donnée en détail. De même, l'élasticité-prix au point S sera donnée par SJ '/ SJ. Parce que SJ 'est inférieur à SJ, l'élasticité en S sera inférieure à un. Encore une fois, on verra combien, exactement en divisant SJ 'par SJ. Il est donc évident que l'élasticité au point S est inférieure à celle du point R sur la courbe de demande DD. De même, l'élasticité en d'autres points de la courbe de demande DD sera différente.

Comparaison de l'élasticité des prix de deux courbes de demande:

Après avoir expliqué le concept d'élasticité-prix de la demande, nous allons maintenant expliquer comment comparer l'élasticité sur deux courbes de demande. Tout d’abord, prenons le cas de deux courbes de demande avec des pentes différentes à partir d’un point donné sur l’axe des ordonnées. Ce cas est illustré à la Fig. 7.12 où deux courbes de demande DA et DB ayant des pentes différentes mais partant du même point D sur l’axe des Y. La pente de la courbe de demande DB est inférieure à celle de la DA.

Or, il peut être prouvé qu’à un prix donné, l’élasticité-prix de ces deux courbes de demande serait la même. Si le prix est OP, alors selon la courbe de demande DA, la quantité OL du bien est demandée et selon les courbes de demande DB, la quantité OH de bien est demandée. Ainsi, au prix OP, les points correspondants sur les deux courbes de demande sont respectivement E et F. Nous savons que l'élasticité des prix en un point de la courbe de la demande est égale au segment inférieur / segment supérieur.

Par conséquent, l’élasticité-prix de la demande au point E de la courbe de la demande DA est égale à EA '/ ED et l’élasticité-prix de la demande au point F de la courbe de la demande DB est égale à EB / FD.

Maintenant, prenons le triangle ODA qui est un triangle rectangle dans lequel PE est parallèle à OA. Il en résulte que, dans celui-ci, EA / ED est égal à PD. Ainsi, l’élasticité-prix au point E de la courbe de demande DA est égale à OP / PD.

Or, dans le triangle rectangle ODB, PF est parallèle à OB. Par conséquent, FB / FD y est égal à OP / PD. Ainsi, l'élasticité de la demande par rapport au prix au point F de la courbe de demande DB est également OP / PD. Au-dessus, il apparaît clairement que l'élasticité-prix de la demande aux points E et F des deux courbes de demande est respectivement égale à OP / PD, c'est-à-dire que les élasticités de la demande aux points E et F sont égales à PD, bien que les pentes de ces deux courbes de demande sont différents. Il s'ensuit que l'élasticité n'est pas la même chose que la pente. Par conséquent, l'élasticité des prix sur deux courbes de demande ne doit pas être comparée en considérant uniquement la pente.

Comparaison de l'élasticité des prix sur deux courbes de demande intersectantes:

Nous abordons maintenant le cas de la comparaison de l’élasticité des prix à un prix donné lorsque les deux courbes de la demande se croisent. Dans la Fig. 7.13, nous avons tracé deux courbes de demande AB et CD qui se croisent au point E. La figure montre que la courbe de demande CD est plus plate que la courbe de demande AB.

Or, on peut facilement prouver que, à tous les prix, sur la courbe de demande CD plus courbe, l’élasticité des prix sera supérieure à celle de la courbe de demande relativement plus abrupte AB. Par exemple, au prix OP, correspondant au point d'intersection E, en utilisant la formule de l'axe vertical, l'élasticité au point E sur la courbe à la demande CD = OP / PC.

De même, l'élasticité au point E de la courbe de demande AB = OP / PA. La Fig. 7.13 montre que OP / PC> OP / PA car la distance PC est inférieure à la distance PA. Par conséquent, au prix OP, l'élasticité est supérieure sur la courbe de demande plus plate CD, par rapport à la courbe de demande plus abrupte AB. De même, il peut être affiché à tout autre prix donné, et l'élasticité de la demande sera plus grande sur la courbe de demande plus plate CD par rapport à la courbe de demande plus abrupte AB.

Comparaison de l'élasticité des prix sur deux courbes de demande parallèles:

Nous allons maintenant comparer l’élasticité des prix à deux courbes de demande parallèles à un prix donné. Ceci a été illustré à la Fig. 7.14 où deux courbes de demande AB et CD sont présentées, qui sont parallèles. Les deux courbes de demande étant parallèles, elles ont la même pente. Nous pouvons maintenant prouver qu’au prix OP, l’élasticité de la demande par rapport au prix est différente sur les deux courbes de demande AB et CD. Maintenant, tracez une perpendiculaire du point R au point P sur l’axe des Y. Ainsi, au prix OP, les points correspondants sur les deux courbes de demande sont Q et R respectivement.

L'élasticité de la demande sur la courbe de demande AB au point Q sera égale à QB / QA et au point R sur la courbe de demande CD, elle est égale à RD / RC.

Car dans un triangle rectangle OAB, PQ est parallèle à OB:

Par conséquent, QB / QA = OP / PA

Par conséquent, l’élasticité des prix au point Q de la courbe de la demande:

AB = OP / PA

Au point R de la courbe de demande CD, l’élasticité-prix est égale à = RD / RC. Parce que dans le triangle OCD à angle droit, PR est parallèle à OD.

Par conséquent, RD / RC = OP / PC.

Par conséquent, au point R de la courbe de demande CD, l’élasticité-prix = OP / PC.

En regardant le diagramme, on s'aperçoit qu'au point Q, l'élasticité des prix OP / PA et au point R, l'élasticité des prix OP / PC ne sont pas égaux. Comme PC est supérieur à PA, OP / PC = OP / PA.

Il est donc clair qu’au point R de la courbe de demande CD, l’élasticité-prix est inférieure à celle du point Q de la courbe de demande AB, lorsque les deux courbes de demande parallèles ont la même pente. Il s'ensuit également que, lorsque la courbe de la demande se déplace vers la droite, l'élasticité de la demande par rapport au prix à un prix donné continue de diminuer. Ainsi, comme on vient de le voir, l'élasticité-prix au prix OP sur la courbe de demande CD est inférieure à celle sur la courbe de demande AB.

Importance de l'élasticité de la demande par rapport au prix:

Le concept d'élasticité de la demande joue un rôle crucial dans les décisions de tarification des entreprises commerciales et du gouvernement lorsqu'il réglemente les prix. The concept of price elasticity is also important in judging the effect of devaluation of a currency on its export earnings. It has also a great use in fiscal policy because the Finance Minister has to keep in view the elasticity of demand when it considers imposing taxes on various commodities.

We shall explain below the various uses, applications and importance of the elasticity of demand:

1. Pricing Decisions by Business Firms:

The business firms take into account the price elasticity of demand when they take decisions regarding pricing of the goods. This is because change in the price of a product will bring about a change in the quantity demanded depending upon the coefficient of price elasticity.

This change in quantity demanded as a result of, say a rise in price by a firm, will affect the consumer's total expenditure and will therefore, and affect the revenue of the firm. If the demand for a product of the firm happens to be elastic, then any attempt on the part of the firm to raise the price of its product will bring about a fall in its total revenue.

Thus, instead of gaining from the increase in price, it will lose if the demand for its product happens to be elastic. On the other hand, if the demand for the product of a firm happens to be inelastic, then the increase in price by it will raise its total revenue. Therefore, for fixing a profit maximising price, the firm cannot ignore the price elasticity of demand for its product.

Price elasticity of demand can be used to answer the following types of questions:

1. What will be the effect on sales if a firm decides to raise the price of its product, say by 5 per cent?

2. How large a reduction in price of a product is required to increase sales, say by 25 per cent?

It has been found by some empirical studies that business firms often fail to take elasticity into account while taking decisions regarding prices, or they give insufficient attention to the coefficient of price elasticity. No doubt, the main reason for this is that they don't have the means to calculate price elasticity for their product, since sufficient data regarding past prices and quantity demanded at those prices are not available.

Even if such data are available, there are difficulties of interpretation of it because it is not clear whether the changes in quantity demanded were the result of changes in price alone or changes in some other factors determining the demand.

However, recently big corporate business firms have established their research departments which estimate the coefficient of price elasticity from the data concerning past prices and quantities demanded. Further, they are also using statistical techniques to isolate the price effect on the quantity demanded from the effects of other factors.

2. Uses in Economic Policy Regarding Price Regulation, Especially of Farm Products:

Governments of many countries, especially United States of America, regulate the prices of farm products. This price regulation involves the increase in the prices of farm products, and this is done with the expectation that the demand for the farm products is inelastic.

That the demand for farm products is inelastic in countries like USA has been found from empirical studies. By restricting supply in the market, Government succeeds in raising the price for the farm products. The demand for these products being inelastic, the quantity demanded does not fall very much and as a result the expenditure of the consumers on farm products increases, which raises the incomes of the agricultural class.

If the demands for farm products were elastic, any rise in their price brought about by Government's restricted supply of them, would have caused the decrease in the incomes of the agricultural class. Therefore, the crop restriction programme and keeping part of the crop off the market by the Government would never have been considered, had the demand for farm products been elastic rather than inelastic.

3. Explanation of the 'Paradox' of Plenty:

The concept of price elasticity of demand also, helps us to explain the so called 'paradox of plenty' in agriculture, namely, that a bumper crop reaped by the farmers brings a smaller total income to them. The fall in the income or revenue of the farmers as a result of the bumper crop is due to the fact that with greater supply the prices of the crops decline drastically and in the context of inelastic demand for them, the total expenditure on the crop output declines, bringing about fall in the incomes of the farmers.

Thus, bumper crop instead of raising their incomes reduces them. Therefore, in order to ensure that the farmers do not lose incentive to raise their production, they need to be assured certain minimum price by the Government. At that minimum price the Government should be prepared to buy the crop from the farmers.

4. Use in International Trade:

The concept of price elasticity of demand is also crucially important in the field of international economics. The Governments of the various countries have to decide about whether to devalue their currencies or not when their exports are stagnant and imports are mounting and as a result their balance of payments position is worsening.

The effect of the devaluation is to raise the price of the imported goods and to lower the prices of the exports. If the demand for a country's exports is inelastic, the fall in the prices of exports as a result of devaluation will lower their foreign exchange earnings rather than increasing them. This is because, demand being inelastic, as a result of the fall in prices quantity demanded of the exported products will increase very little and the country would suffer because of the lower prices.

On the other hand, if the demand for a country's exports is elastic, then the fall in the prices of these exports due to devaluation will bring about a large increase in their quantity demanded which will increase the foreign exchange earnings of the country and will thus help in solving the balance of payments problem. Thus, the decision to devalue or not, depends upon the coefficient of the demand elasticity of exports.

Likewise, if the objective of devaluation is to reduce the imports of a country, then this will be realised only when the demand for the imports is elastic. The imports will decline very much as a result of rise in their prices brought about by devaluation and the country will save a good amount of foreign exchange.

On the other hand, if the demand for imports is inelastic, the increase in prices as a result of devaluation will adversely affect the balance of payments, because at higher prices of the imports and almost the same quantity of imports, the country would have to spend more on the imports than before.

5. Importance in Fiscal Policy:

The elasticity of demand is also of great significance in the field of fiscal policy. The Finance Minister has to take into account elasticity of demand of the product on which he proposes to impose the tax if the revenue for the Government is to be increased. The imposition of an indirect tax, such as excise duty or sales tax, raises the price of a commodity.

Now, if the demand for the commodity is elastic, the rise in price caused by the tax will bring about a large decline in the quantity demanded and as a result the Government revenue will decline rather than increase. The Government can succeed in increasing its revenue by the imposition of commodity taxes only if the demand for the commodity is inelastic.

The elasticity of demand also determines to what extent a tax on a commodity can be shifted to the consumer. Thus, the incidence of a commodity tax on the consumers depends on their elasticity of demand for the commodity. If the demand for a commodity is perfectly inelastic, the whole of the burden of the commodity tax will fall on the consumers. When a tax is imposed on a commodity, its price will rise.

As in the case of perfectly inelastic demand, the quantity demanded for the commodity remains the same, whatever the price, the price will rise to the extent of the tax per unit. Therefore, the consumers will bear the whole burden of the tax in the form of a higher price they pay for the same quantity demanded.

On the contrary, if the demand for a commodity is perfectly elastic, the imposition of the tax on it will not cause any rise in price and, therefore, the whole burden of the tax will be borne by the manufacturers or sellers. When demand is neither perfectly inelastic, nor perfectly elastic, then respective burdens borne by the consumers and the producers will depend upon the elasticity of demand as well as on the elasticity of supply. We thus see that a Finance Minister cannot ignore elasticity of demand for products while levying taxes.

2. Term Paper on the Cross Elasticity of Demand:

Very often demands for two goods are so related to each other that when the price of any of them changes, the demand for the other good also changes, when its own price remains the same. Therefore, degree of responsiveness of demand for one good in response to the change in price of another good represents the cross elasticity of demand of one good for the other.

The concept of cross elasticity of demand is illustrated by Fig. 7.15 where demand curves of two goods X and Y are given. Initially, the price of good Y is OP 1 at which OQ 1 quantity of it is demanded and the price of good X is OP at which OM 1 quantity of it is demanded.

Now suppose that the price of good Y falls from OP 1 to OP 2, while price of good X remains constant at OP. As a consequence of the fall in price of good Y from OP 1 to OP 2, its quantity demanded rises from OQ 1 to OQ 2 . In drawing the demand curve, D x D x for good X, it is assumed that the prices of other goods (including good Y) remain the same.

Now that the price of good Y has fallen and as a result its quantity demanded has increased, it will have an effect on the demand for good X. If good Y is a substitute for good X, then as a result of the fall in price of good Y from OP to OP 2, the demand curve of good X will shift to the left, that is, the demand for good X will decrease.

This is because as the quantity of good increases, the marginal utility of its substitute good declines and therefore the entire marginal utility curve of the substitute good shifts to the left. As shall be seen from the Fig. 7.15 that as a result of the fall in price of good Y, the demand curve of good X shifts from D x D x to the dotted position D' x D' x so that at price OP now less quantity OM 2 of X is demanded. M 1 M 2 of good X has been substituted by Q 1 Q 2 of good Y.

It should be noted that if good X instead of being substitute is complement of good Y, the resultant increase in its quantity demand of good Y due to fall in its price would have caused the increase in demand for good X and a result the entire demand curve of good X, instead of shifting to the left, would have shifted to the right. This is because when the price of a good falls and consequently its quantity demanded increases, the marginal utility of its complement would increase and therefore its entire demand curve would shift to the right.

With a rightward shift of the demand curve of good X, the greater quantity of it will be demanded at the given price OP.

It should be noted again that in the concept of cross elasticity of demand, while the price of one good changes, there is a change in the quantity demanded of another good.

When the quantity demanded of good X falls as a result of the fall in the price of good Y, the coefficient of cross elasticity of demand of X for Y will be equal to the percentage change in the quantity demanded of good X in response to a given percentage change in the price of good Y.

Donc:

Coefficient of cross elasticity of demand of X for Y

Où,

e c stands for cross elasticity of demand of X for Y

Q x stands for the original quantity demanded of X

Δq stands for change in quantity demanded of good X

p y stands for the original price of good Y

ΔP y stands for a small change in the price of good Y

Problem 5:

Prenons un exemple. If the price of coffee rises from Rs. 4.50 per hundred grams to Rs. 5 per hundred grams and as a result the consumer's demand for tea increases from 60 hundred grams to 70 hundred grams, then the cross elasticity of demand of tea for coffee can be found out as follows.

In the above example:

Substitute and Complementary Goods:

As we have seen in the example of tea and coffee above, when two goods are substitutes of each other, then as a result of the rise in price of one good, the quantity demanded of the other good increases. Therefore, the cross elasticity of demand between the two substitute goods is positive, that is, in response to the rise in price of one good, the demand for the other good rises.

Substitute goods are also known as competing goods. On the other hand, when the two goods are complementary with each other just as bread and butter, tea and milk etc., the rise in price of one good brings about the decrease in demand for the other.

Therefore, the cross elasticity of demand between the two complementary goods is negative. Therefore according to the classification based on the concept of cross elasticity of demand, goods X and Y are substitutes or complements according as the cross elasticity of demand is positive or negative.

The concept of cross elasticity of demand is very important in economic theory. The substitute and complementary goods, are defined in terms of cross elasticity of demand. The goods between which cross elasticity of demand in positive are known as substitute goods and the goods between which cross elasticity of demand is negative are complementary goods.

Besides, classification of various types of market structures is made on the basis of cross elasticity of demand. Thus, Professor Triffen has employed the concept of cross elasticity of demand in distinguishing the various forms of markets. Perfect competition is defined as that in which the cross elasticity of demand between the products produced by many firms in it is infinite.

Monopoly is said to exist when a producer produces a product the cross elasticity of demand for which with any other product is very low. In fact, the pure or absolute monopoly is sometimes defined as the production by a single producer of a product whose cross elasticity of demand with any other product is zero. Monopolistic competition is said to prevail in the market when a large number of firms produces those products between which cross elasticity of demand is large and positive, that is, they are close substitutes of each other.

Importance of Cross Elasticity of Demand for Business Decision Making:

The concept of cross elasticity of demand is of great importance in managerial decision making for formulating proper price strategy. Multiproduct firms often use this concept to measure the effect of change in price of one product on the demand for other products. For example, Maruti Udyog Ltd. produces Maruti Vans, Maruti 800 and Maruti Esteem.

These products are good substitutes of each other and therefore cross elasticity of demand between them is very high. If Maruti Udyog decides to lower the price of Maruti 800, it will significantly affect the demand for Maruti Vans and Maruti Esteem. So it will formulate a proper price strategy fixing appropriate price for its various products.

Further, Gillete Company produces both razors and razor blades which are complements with high cross elasticity of demand. If it decides to lower the price of razors, it will greatly increase the demand for razor blades. Thus there is need for adopting a proper price strategy when it produces products with high positive or negative cross price elasticity of demand.

Second, the concept of cross elasticity of demand is frequently used in defining the boundaries of an industry and in measuring interrelationship between industries. An industry is defined as a group of firms producing similar products that is, products with a high positive cross elasticity of demand. For example cross elasticity of demand between Maruti Esteem, Dawoo Ceilo, and Opel Astra is positive and quite high.

They therefore belong to the same industry (ie, automobiles). It should be noted that because of interrelationship of firms and industries between which cross price-elasticity of demand is positive and high, any one cannot raise the price of its product without losing sales to other firms in the related industries.

Further, the concept of cross elasticity of demand is extremely used in the United States in deciding cases relating to antitrust laws and monopolistic practices used by firms. It so happens that in order to reduce competition that one dominant firm producing a product with high cross elasticity of demand with the products of other firms tries to take over them and thereby establish a monopoly or different firms try to merge with each other to form a cartel to enjoy monopolistic profits.

These actions are held illegal by Antitrust or anti- monopoly laws. An interesting attempt was made in India by Coca-Cola. In 1995 when it returned to India following the adoption of policy of liberalisation. In order to reduce competition, Coca-Cola company purchased the firm producing Thums Up, Gold Spot, Limca which have high positive cross elasticity of demand with Coca-Cola and it further made efforts to take over 'Pure Drinks', the producer of Campa-Cola, another close substitutes but failed. If it had succeeded in its venture it could have significantly reduced competition. With this its competition would have been with other multinational rival firm Pepsi-Cola.

3. Term Paper on the Income Elasticity of Demand:

Another important concept of elasticity of demand is income elasticity of demand. Income elasticity of demand shows the degree of responsiveness of quantity demanded of a good to a small change in the income of consumers. The degree of response of quantity demanded to a change in income is measured by dividing the proportionate change in quantity demanded by the proportionate change in income. Thus, more precisely, the income elasticity of demand may be defined as the ratio of the percentage change in purchases of a good to a percentage change in income which induces the former.

Let Y stand for an initial income, ΔY for a small change in income, Δq for the initial quantity purchased, Δq for a change in quantity purchased as a result of a change in income and e t for income elasticity of demand.

Ensuite,

If, for instance, consumer's weekly income rises from Rs. 300 to Rs. 320, his purchase of the good X increases from 25 units per week to 30 units, then his income elasticity of demand for X is:

Income elasticity of demand being zero is of great significance. Zero income elasticity of demand for a good implies that a given increase in income does not at all lead to any increase in quantity demanded of a good or expenditure on it. In other words, zero income elasticity signifies that a quantity demanded of the good is quite unresponsive to changes in income.

Income Elasticity, Normal Good and Inferior Goods:

Besides, zero income elasticity is significant because it represents dividing line between positive income elasticity on the one side and negative income elasticity on the other. On the one side, when income elasticity is more than zero (that is, positive), then an increase in income leads to the increase in quantity demanded of the good. This happens in case of normal goods.

On the other side of zero income elasticity are all those goods whose income elasticity is less than zero (that is, negative) and in such cases increase in income will lead to the fall in quantity demanded of the goods. Goods having negative income elasticity are known as inferior goods. Goods with positive income elasticity are called normal goods. We thus see that zero income elasticity is a significant value, for it helps us to distinguish normal goods from inferior goods.

Income Elasticity, Luxuries and Necessities:

Another significant value of income elasticity is unity. This is because when income elasticity of demand for a good is equal to one, then proportion of income spent on the good remains the same as consumer's income increases. Income elasticity of unity also represents a useful dividing line. If the income elasticity for a good is greater than one, the proportion of consumer's income spent on the good rises as consumer's income increase, that is, that good bulks larger in consumer's expenditure as he becomes richer.

On the other hand, if the income elasticity for a good is less than one, the proportion of consumer's income spent on it falls as his income rises, that is, the good becomes relatively less important in consumer's expenditure as his income rises. A good having income elasticity more than one and which therefore bulks larger in consumer's budget as he becomes richer is called a luxury.

A good with an income elasticity less than one and which claims declining proportion of consumer's income as he becomes richer is called a necessity. It should, however, be noted that the definitions of luxuries and necessities on the basis of income elasticity may not conform to their definitions in English dictionary because the dictionary's luxuries may be necessities and its necessities may be luxuries according to the above definition. But in economic theory it is useful to call the goods with income elasticity greater than one as luxuries and goods with income elasticity less than one as necessities.

Importance of Income Elasticity for Business Firms:

The concept of income elasticity is important for decision making both by business firms and industries. First, the firms producing products which have high income elasticity have great potential for growth in an expanding economy. For example, if for a firm's product income elasticity of demand is greater than one; it means that it will gain more than proportionately to the increase in national income.

Thus firms which are producing products having high income elasticity are more interested in forecasting the level of aggregate economic activity (ie, level of national income) because the demand for their products will greatly depend on the level of overall economic activity. Further, as seen above, the demand for luxuries is highly income elastic. Therefore, the demands for luxuries fluctuate very much during different phases of business cycles. During boom periods, demand for luxuries increase very much, and decline sharply during recessionary periods.

On the other hand, the demand for products with low income elasticity will not be greatly affected by the fluctuations in aggregate economic activity. During booms the demand for their products will not increase much and during recessions it will not decrease sharply. Therefore, the firms with low income elasticity for their products would not be much interested in forecasting future business activity. Remember it is generally necessities for which demand is not much income elastic.

However, there is one good thing for the firms which face low income elasticity. They are to a good extent recession-proof. In the periods of recession, their incomes do not fall to the extent of decline in aggregate income. Of course, to share the benefits of increasing national income firms currently producing products with low income elasticity would try to enter the industries demand for whose products is highly income elastic as this would ensure better growth opportunities.

The knowledge of income elasticity of demand also plays a significant role in designing marketing strategies of the firms. If income of people is an important determinant of demand for a product, the firms producing product with high income elasticity of demand will be located in those areas or set up their sales outlets in those cities or regions where incomes are increasing rapidly. Besides, the firms will direct their advertising campaigns and other sales production activities to those segments of people whose income is high and also increasing rapidly. This is to ensure higher growth of sales of their products.

The concept of income elasticity of demand shows clearly why farmers income do not rise equal to that of urban people engaged in manufacturing industries. Income elasticity of demand for agriculture products such as food-grains is less than one. This implies that it is difficult for the farmers' income from agriculture to increase in proportion to the expanding national income. Thus farmers cannot keep up with the urban people who derive their incomes from industries producing goods with high income elasticity of demand.

 

Laissez Vos Commentaires