Bien-être du travail

Tout ce que vous devez savoir sur le bien-être du travail. Le bien-être du travail consiste à veiller au bien-être des travailleurs par les employeurs, les syndicats, les institutions et agences gouvernementales et non gouvernementales.

Le bien-être social comprend tout ce qui est fait pour le confort et le perfectionnement des employés et qui est fourni en plus du salaire.

Le bien-être aide à maintenir le moral et la motivation des employés à un niveau élevé, de manière à les conserver plus longtemps.

Industrial Labour Organization (ILO) - «Le bien-être de la main-d'œuvre peut être compris et inclut les services et installations mis en place à proximité des entreprises pour effectuer leur travail dans un environnement sain et convivial, ainsi que pour disposer d'installations qui améliorent leur santé et leur inspirent le moral. . "

En savoir plus sur: -

1. Introduction au bien-être au travail 2. Signification du bien-être au travail 3. Définitions 4. Évolution 5. Portée 6. Concept 7. Objectifs 8. Caractéristiques

9. Principes 10. Importance 11. Qualifications et fonctions du responsable du bien-être du travail 12. Services 13. Théories 14. Fonds 15. Position en Inde.

Bien-être du travail: signification, définition, évolution, portée, importance, services, théories, fonds et position en Inde


Contenu:

  1. Introduction au bien-être du travail
  2. Signification du bien-être du travail
  3. Définitions du bien-être du travail
  4. Evolution du bien-être du travail
  5. Portée du bien-être du travail
  6. Concept de bien-être du travail
  7. Objectifs du bien-être du travail
  8. Caractéristiques du bien-être du travail
  9. Principes de bien-être du travail
  10. Importance des mesures de protection sociale du travail
  11. Qualifications et fonctions d'agent de protection sociale du travail
  12. Services sociaux du travail
  13. Théories du bien-être du travail
  14. Fonds de prévoyance des employés
  15. Travail Social - Position en Inde

Bien-être du travail - Introduction

Le terme "Bien-être" désigne un personnel de la vie d'un individu ou d'un groupe dans le contexte de son environnement physique, social et psychique. La notion de bien-être du travail a considérablement changé. Le développement social et économique du pays doit être axé sur la promulgation de lois sur le bien-être et la protection du travail. L'adaptation d'un individu à son environnement est nécessaire à son existence dans le monde industriel.

Un travailleur est rémunéré pour les types de services fournis, mais le paiement dépend de la nature du travail, de son efficacité, de la capacité de l'industrie à payer et de l'importance de son travail dans cette industrie. Un travailleur doit maintenir l'équilibre sur son lieu de travail. Il doit s'adapter aux conditions de travail physiques ainsi qu'au type de supervision, de collègues de travail, etc.

L'acceptation, le respect, la bonne volonté, l'attention et la reconnaissance qu'un travailleur obtient de son groupe de travail, de sa communauté, de sa famille et de son voisinage font partie intégrante du concept moderne de protection sociale du travail. La capacité du travailleur à satisfaire ses besoins physiologiques tels que la nourriture, les vêtements et l’abri de son salaire est un concept physique du bien-être du travail.

Mais le statut économique gouverne son statut social dans la société moderne; le type de nourriture qu’il peut se permettre, les types et la qualité des vêtements qu’il porte et ceux de sa famille et la nature de la maison avec les types de confort déterminent son statut social. Ainsi, le bien-être est à la fois un concept physique et un concept social.

Chaque société a ses propres codes moraux et sa propre conduite. Un travailleur doit adhérer à ses valeurs éthiques. Il y a des choses à faire et à ne pas faire dans la société. Par exemple, la prohibition peut être une loi d’État mais une coutume peut être de fournir des boissons aux invités à certaines occasions sociales comme la cérémonie du mariage, la cérémonie du décès, etc.

Tous ces concepts de bien-être du travail physique, social et moral sont interdépendants. Le pouvoir d'achat de l'argent-salaire détermine le statut social du travailleur et la moralité de la société régit son comportement quotidien. Ainsi, le bien-être est un concept total. Concept totalitaire en revanche, le concept de bien-être du travail diffère d'une société à l'autre et d'un pays à l'autre et il évolue également avec le temps.

Il est donc difficile de déterminer les conditions minimales et maximales du bien-être du travail. Quelles que soient les exigences minimales pour les travailleurs occidentaux, elles pourraient être maximales pour les travailleurs des pays en développement. De même, quel que soit le minimum requis pour les officiers, ce pourrait être le maximum pour les travailleurs de cadres inférieurs? Les besoins des jeunes travailleurs diffèrent-ils de ceux des travailleurs âgés?

Même pour les mêmes travailleurs, les besoins en matière de bien-être social sont différents à différentes étapes de leur vie. Le bien-être est donc un concept relatif. il est lié au temps, à l'âge et à la culture, aux valeurs sociales et morales, etc.


Labour Welfare - Signification

Le bien-être du travail consiste à veiller au bien-être des travailleurs par les employeurs, les syndicats, les institutions et agences gouvernementales et non gouvernementales. Le bien-être social comprend tout ce qui est fait pour le confort et le perfectionnement des employés et qui est fourni en plus du salaire.

Le bien-être aide à maintenir le moral et la motivation des employés à un niveau élevé, de manière à les conserver plus longtemps. Le bien-être des employés comprend la surveillance des conditions de travail, la création d’une harmonie industrielle grâce à une infrastructure pour la santé, les relations professionnelles et une assurance maladie, accident et chômage pour les travailleurs et leurs familles.

Selon le BIT, on entend par bien-être du travail un terme, qui englobe les services, installations et commodités pouvant être établis dans ou à proximité des entreprises pour permettre à leurs employés d'effectuer leur travail en bonne santé, environnement agréable et de leur fournir des commodités propices à une bonne santé et à un moral élevé.

Dictionnaire Oxford- «Le bien-être des travailleurs est un effort pour rendre la vie digne d’être vécue par les ouvriers.» La nécessité de fournir de tels services et installations découle de la responsabilité sociale des industries, de la volonté de défendre les valeurs démocratiques et du souci des employés. Le bien-être social comprend tout ce qui est fait pour le confort et le perfectionnement des employés et qui est fourni en plus du salaire.

Le bien-être aide à maintenir le moral et la motivation des employés à un niveau élevé, de manière à les conserver plus longtemps. Les mesures de protection sociale ne doivent pas être uniquement monétaires mais sous quelque forme que ce soit. Le bien-être des employés comprend la surveillance des conditions de travail, la création d’une harmonie industrielle grâce à une infrastructure pour la santé, les relations professionnelles et une assurance maladie, accident et chômage pour les travailleurs et leurs familles.

Le bien-être de la main-d'œuvre englobe toutes les activités de l'employeur visant à fournir aux employés certains équipements et services en plus des salaires. Le bien-être de la main-d'œuvre implique de fournir de meilleures conditions de travail, par exemple un éclairage adéquat, la propreté, un faible bruit, etc. loisirs, logement, éducation, etc. Arthur James Todd - «Le bien-être social signifie tout ce qui est fait pour le confort et le progrès, intellectuel et social, des employés en plus des salaires payés, ce qui n'est pas une nécessité de l'industrie.


Protection du travail - Définitions données par différents experts, dictionnaires et OIT

Le bien-être du travail a été défini de différentes manières par différents auteurs, mais chaque définition a sa propre signification.

Les définitions données par différents experts sont les suivantes:

Le dictionnaire d'Oxford explique le bien-être des travailleurs en tant qu'efforts visant à rendre la vie plus rentable aux travailleurs.

Le dictionnaire de Chamber explique que le bien-être social est un état de santé ou de réussite; absence de calamité, de jouissance de la santé, de prospérité, etc.

Selon l’Organisation du travail industriel (OIT), «le bien-être de la main-d’œuvre peut être compris et englober les services et installations mis en place à proximité des entreprises pour effectuer leur travail dans un environnement sain et convivial, et se prévaloir d’installations améliorant leur santé haut moral. "

En outre, le rapport du BIT mentionne le bien-être du travail en tant que tels services, installations et commodités pouvant être établis à l'extérieur ou à proximité d'entreprises, afin de permettre aux personnes qui y sont employées d'effectuer leur travail dans un environnement sain et convivial et de leur fournir des équipements bonne santé et moral élevé. (BIT, Rapport de la Conférence régionale asiatique - H 1947)

Dans l’Encyclopédie des sciences sociales, le bien-être social est défini comme suit: «Les efforts volontaires des employeurs pour établir, au sein du système industriel existant, des conditions de travail et de subsistance et culturelles des travailleurs allant au-delà de ce qui est requis par la loi, les coutumes du secteur. et les conditions du marché. "

Selon Arthur James Todd, «le travail social signifie tout ce qui est fait pour le confort et l'amélioration intellectuelle et sociale des employés, en plus des salaires versés, ce qui n'est pas une nécessité de l'industrie.»

ST Edwards (1953) - «On peut acheter le temps d'un homme, sa présence physique dans un espace donné, même quelques mouvements musculaires, mais l'enthousiasme, l'initiative, la loyauté et le dévouement ne peuvent être achetés. Elles devront être créées par le biais de bonnes relations entre employeurs et employés, en offrant des possibilités constructives de satisfaire les principaux désirs motivants de l’action humaine. ”

En 1931, la Commission royale d'enquête sur le travail souligna le besoin de protection sociale du travail principalement à cause des sévices infligés aux travailleurs.

Ainsi, l’essence et l’importance de la définition du bien-être des travailleurs mettent l’accent sur l’amélioration du bien-être intellectuel, social et moral des travailleurs. D'après les définitions susmentionnées, le bien-être du travail vise à améliorer les conditions de vie et de travail. Ce devrait être soit un effort volontaire de l'employeur ou dans certains cas; le gouvernement devrait assumer la responsabilité du bien-être des travailleurs ou imposer des mesures juridiques pour protéger leurs intérêts.


Bien - être du travail - Évolution en Inde

En Inde, les programmes de protection sociale des travailleurs sont élaborés par des philanthropes, des chefs religieux, des travailleurs sociaux et des organisations bénévoles. Avec le début de la révolution industrielle, de grandes industries ont été établies dans les grandes villes.

Les travailleurs ont migré des villages vers les villes. Ils étaient attirés par les salaires plus élevés, le confort et les loisirs de la vie en ville; mais ils étaient exposés à de mauvaises conditions de travail, à de longues heures de travail, à des salaires bas, à des risques pour la santé, à l'absence de mesures de sécurité et à des conditions de travail et de vie insatisfaisantes.

La première loi sur les usines a été adoptée en 1981. À cette époque, elle s'appliquait aux usines employant pas moins de 100 travailleurs utilisant l'énergie. Aujourd'hui, la loi est appliquée dans les usines employant 10 travailleurs ou plus avec l'aide du pouvoir et 20 travailleurs ou plus sans l'utilisation du pouvoir.

Le gouvernement de l'Inde a nommé un comité chargé d'examiner les conditions du travail industriel en 1907. Sur la base de ses recommandations, une loi plus complète, la loi de 1910 sur les usines indiennes a été introduite pour toutes les usines saisonnières. La durée du travail des hommes adultes a été fixée à 12 heures par jour. Aujourd'hui, il est 8 heures par jour.

La société issue de la fusion des employés des chemins de fer de l'Inde et de la Birmanie a déployé des efforts volontaires dans l'intérêt du bien-être des travailleurs. Le Printers Union, Calcutta (1905) et le Bombay Postal Union (1907) ont mis en place des systèmes d’assurance mutuelle, des cours du soir, des bourses d’études, des indemnités pour frais funéraires, etc.

La Première Guerre mondiale de 1914 a conduit à de nouveaux développements. Le nombre d'usines et le nombre de personnes y travaillant ont augmenté. Les salaires ne sont pas restés en concurrence avec la hausse des prix et des bénéfices.

La création de l'Organisation internationale du Travail en 1919 a marqué un tournant dans l'histoire du mouvement ouvrier. L'OIT a créé une concision et une unité parmi les travailleurs. Le Congrès des syndicats indiens (AITUC) a été créé en 1920. La loi de 1922 portant modification de la loi sur les usines indiennes a été adoptée.

Cela s'appliquait à toutes les usines employant pas moins de 20 personnes. Les enfants de moins de 12 et 14 ans n'étaient pas autorisés à travailler plus de 6 heures par jour. Les enfants et les femmes n'étaient pas employés entre 19h00 et 17h30

La Commission royale d'enquête sur le travail a été créée en 1929. Elle a procédé à une étude exhaustive de la situation des travailleurs. Cette observation a conduit à la promulgation d'un certain nombre de législations, telles que la loi sur le paiement du salaire, la loi sur le salaire minimum, etc. En 1949, un comité d'enquête sur le travail (comité de la régie) a été nommé. Le comité a procédé à une enquête détaillée sur les conditions de travail, le logement, les bidonvilles, la formation des travailleurs, etc.

Dans l'intervalle, la Seconde Guerre mondiale eut son propre impact. Après l'indépendance, différents syndicats centraux ont été créés: AITUC (1949), HMS (1948), INTUC (1994), BMS (1995), CITU (1990) et NLO.

Sur la base des recommandations du Comité de gouvernement, les gouvernements indiens ont promulgué la loi actuelle sur les fabriques de 1948. Le principe directeur de la politique de la constitution de l’Inde stipule également que «l’État doit s’efforcer de promouvoir le bien-être de la population en assurant promouvoir aussi efficacement que possible un ordre social dans lequel justice, social, économique et politique doit informer toutes les institutions de la vie nationale ».

Tous les plans quinquennaux ont protégé les intérêts des travailleurs. La Commission nationale du travail a été créée en 1960-1969. Il a traité les problèmes du travail de manière plus complète.


Bien-être du travail - Étendue du bien-être du travail: environnement de travail, établissements de santé, équipements de bien-être général et équipements de bien-être économique

Les services sociaux sont divisés en deux groupes: (a) les services sociaux dans les locaux de l’usine (intra-muros), tels que: les installations pour boire et se laver, prendre un bain, une crèche, une cantine, une salle de repos, un abri, des dispositifs de prévention de la fatigue et de sécurité, et b) Les prestations sociales en dehors de l'établissement (extra-muros) comprennent des mesures de sécurité sociale telles que l'assurance sociale, l'assistance sociale, les loisirs, les sports, l'éducation des travailleurs, etc.

Il comprend également les sociétés de crédit coopératives, les transports, l’entretien ménager. La portée de la protection sociale du travail prend soin de la vie des travailleurs du berceau au tombeau puisque le régime d'assurance publique des employés fournit des médicaments à un enfant et des indemnités funéraires à un travailleur après ses dernières minutes dans ce monde. Le champ d'application du bien-être des travailleurs comprend les équipements de bien-être légaux et non statutaires qui augmentent également de jour en jour et, dans la plupart des cas, le bien-être des travailleurs est généralement acceptable pour la société.

Dans l’ensemble, le bien-être de la main-d’œuvre vise à minimiser le stress et les tensions chez les travailleurs de l’industrie. Il observe que les travailleurs obtiennent un environnement de travail propre et soigné. Ils devraient bénéficier de conditions de travail sûres avec un minimum de risques de la vie professionnelle. Ils devraient pouvoir vivre une vie avec dignité, statut et respect de soi. La portée varie d'un secteur à l'autre et d'un pays à l'autre.

D'après le recensement de 1981, les travailleuses représentaient environ 19 pour cent de l'effectif total (soit 45 millions sur 222 millions). Sur 45 millions, une petite fraction d’environ 2 millions de travailleuses était employée dans le secteur organisé. Ils n'étaient couverts par aucune législation du travail protectrice.

La majorité des femmes sont employées dans les textiles de coton, l'industrie du vêtement, les industries du vêtement, les rizeries, la coupe du tabac, la noix de cajou, les allumettes, la construction, les plantations et les petites et moyennes entreprises. En raison du développement scientifique et technologique du pays, il y a une augmentation de l'emploi des femmes dans les industries électroniques.

La portée de la protection sociale est très large car elle couvre différents secteurs et activités.

Toutefois, les chercheurs ont résumé la portée et énuméré les installations suivantes:

Portée # 1. Environnement de travail:

Un environnement de travail propice contribue à améliorer l'efficacité des travailleurs et comprend un éclairage, une température, une ventilation, une sécurité, une hygiène, un transport, une propreté, une disposition des sièges et des installations de la cantine adéquats. L’assainissement et la propreté des lieux de travail sont très importants pour que les lieux de travail soient utiles au travail des travailleurs.

Les activités suivantes sont importantes pour le rendre propice au travail:

une. Ventilation adéquate à l'aide de fenêtres et de portes en travers, éclairage adéquat, température contrôlée, propreté régulière, disposition des places assises / debout pour le travail, etc.

b. Mesures de sécurité adéquates pour les ascenseurs, ascenseurs, câbles, grues, installations électriques et dangereuses.

c. Suffisamment d’urinaux séparés pour les hommes et les femmes, les toilettes et les salles de bain avec nettoyage régulier.

ré. Bon jardinage avec des installations d'eau et la propreté des environs régulièrement.

e. Installations d'eau potable pure avec installations de purification et de refroidissement.

F. Services de cantine bien entretenus avec une nourriture de bonne qualité à des taux nominaux.

Portée n ° 2. Établissements de santé:

Santé est la richesse. Pour que les travailleurs restent en bonne santé, les établissements de santé nécessaires doivent être entretenus conformément aux normes requises.

Il comprend les installations suivantes:

une. Un centre de santé permettant aux travailleurs et à leurs familles de se faire contrôler régulièrement devrait être installé dans l’usine ou à proximité.

b. Le service d'ambulance doit être disponible au téléphone même en cas d'urgence.

c. Visite médicale gratuite et régulière des travailleurs et conseils aux travailleurs en matière de santé et de régime.

ré. Disponibilité du personnel médical et des médecins à l'intérieur de l'usine en cas d'urgence.

e. Installations de bien-être pour les femmes et les enfants telles que - crèches, contrôle de grossesse, etc.

F. Installations sportives et récréatives appropriées dans les locaux.

g. Scolarité, centres de formation professionnelle et services de bibliothèque

Portée n ° 3. Installations de bien-être général:

une. Installations de logement pour les travailleurs à proximité des installations de travail.

b. Installations de nettoyage et d'assainissement dans les logements.

c. Aller et retour des installations de transport pour les travailleurs et leurs enfants qui vont à l'école

ré. Installations sportives d'intérieur et d'extérieur dans l'emplacement résidentiel.

e. Planification familiale et conseils en matière de famille.

F. Installations de divertissement sur le campus pour les travailleurs et leurs familles.

g. Facilités de transport pour les visites, les pique-niques et les fêtes.

Portée n ° 4. Installations de bien-être économique:

une. Biens de consommation subventionnés, notamment des céréales, des légumes, du lait, de l'huile et d'autres besoins quotidiens dans des magasins coopératifs.

b. Opérations bancaires, postales, de services et de crédit via une société de crédit.

c. Régimes d’assurance maladie offerts gratuitement par les employeurs.

ré. Primes de base régulière et régimes de participation aux bénéfices.


Bien-être du travail - 3 concepts importants: concept holistique, concept social et concept relatif

Le concept de «bien-être du travail» est flexible et élastique et varie considérablement selon les époques, les régions, les industries, les pays, les valeurs et coutumes sociales, le degré d'industrialisation, le développement socio-économique général des personnes et les idéologies politiques prévalant à des moments particuliers.

La Commission du travail et de la protection sociale (1969) - «Installations et services tels que cantines, installations de repos et de loisirs, installations sanitaires et médicales adéquates pour organiser les déplacements aller-retour et pour le logement des travailleurs distants de leur domicile, et autres services équipements et installations, y compris des mesures de sécurité sociale, qui contribuent aux conditions d’emploi des travailleurs. "

Le deuxième rapport de la LLO sur le bien-être du travail, ces services et commodités pouvant être établis dans ou à proximité des entreprises afin de permettre à leurs employés d'effectuer leur travail dans un environnement sain et agréable et dans des aménagements favorables à la bonne santé et un moral élevé. "

Le bien-être du travail peut être décrit en termes de trois dimensions, à savoir les initiatives de bien-être holistiques, les programmes de bien-être sociaux et relatifs pris par l'organisation.

1. Concept holistique du bien-être au travail:

Le concept «holistique» du bien-être des travailleurs peut être décrit comme la réalisation d'un état d'existence souhaitable impliquant le bien-être physique, mental, moral et émotionnel de la classe ouvrière. Un cas pourrait être cité ici pour illustrer le bien-être global du travail.

Dans la zone industrielle de Peenya à Bangalore, l’Association industrielle de Peenya (PIA), qui est un organisme professionnel regroupant des membres de presque toutes les grandes / grandes, moyennes / petites entreprises de la région, a organisé toutes les initiatives réalisables dans la région de Peenya améliorer la qualité de vie au travail des entreprises de cette partie de la ville de Bangalore.

Cela comprend des formations spéciales et des programmes d’initiation destinés aux travailleurs de diverses compétences et capacités, des programmes de conseil, des programmes de développement de l’entreprise, une assistance financière aux unités malades et aux travailleurs nécessiteux, l’extension des régimes d’assurance et la facilitation des prêts aux employés nécessiteux, l’amélioration de l’état des routes, drainage, éclairage des routes (réalisé en association avec BESCOM et les autorités gouvernementales de l'État) et en veillant également à la préservation de la verdure de la région.

2. Concept social du bien-être du travail:

Le concept social de protection sociale du travail implique le bien-être d'un individu et la relation harmonieuse établie avec la communauté et même avec sa propre famille, ses groupes de travail, ses supérieurs, ses subordonnés, etc.

3. Concept relatif du bien-être au travail:

Le bien-être du travail pourrait être considéré comme un terme plus ou moins relatif; par rapport au temps, au lieu et même à la ou aux personnes concernées. En tenant compte de cela, le bien-être des travailleurs devrait être décrit comme un concept dynamique et flexible. Ainsi, le concept de bien-être du travail peut varier d’un endroit à l’autre, d’une industrie à l’autre et même d’un pays à l’autre.


Bien - être du travail - buts et objectifs

Le bien-être du travail vise le développement total de la personnalité des travailleurs sur la base de motifs humanitaires. Il vise à aider les nécessiteux, les pauvres et les communautés les plus méritantes. L’objectif principal du bien-être du travail est de minimiser l’exploitation des travailleurs. La direction veut des travailleurs efficaces, productifs, travailleurs, sincères et respectueux des lois, qui peuvent être attirés par des mesures de protection sociale libérales. De telles mesures améliorent également les relations professionnelles dans l'industrie.

À partir de diverses études, les objectifs résumés sont les suivants:

(a) Fournit un confort social aux employés.

(b) Soutenir l'amélioration globale des employés.

(c) Fournir un soutien financier indirect aux employés.

(d) Contribuer au développement du sens des responsabilités et de l'appartenance parmi les employés.

e) Améliorer les conditions de travail des employés sur le lieu de travail.

f) Maintenir et conserver la main-d'œuvre existante.

g) Réduire le taux d'absentéisme au travail et la rotation du travail de l'emploi.

(h) Améliorer la vie des employés confortables et heureux.

(i) Améliorer la productivité et l'efficacité des employés sur le lieu de travail.

j) Fournir des conditions de travail saines et appropriées.

(k) Assurer l'amélioration des employés et des familles et de la société dans son ensemble.


Bien - être du travail - Principales caractéristiques du bien-être du travail: augmentation des salaires et traitements, fonctions, dynamique, flexible, volontaire et / ou obligatoire et objectif

Les principales caractéristiques du bien-être du travail sont les suivantes:

1. Addition aux traitements et salaires - Des mesures de protection sociale s'ajoutent aux salaires normaux et aux autres avantages économiques procurés aux travailleurs en vertu de dispositions légales et de négociations collectives.

2. Fonctions - Le programme d'aide sociale sur le marché du travail comprend divers services, installations et équipements mis à la disposition des travailleurs pour améliorer leur santé, leur efficacité, leur progrès économique et le statut social de leurs employés.

3. Dynamique - Le bien-être du travail est de nature dynamique. Cela varie d'un pays à l'autre, d'une région à l'autre et d'une organisation à l'autre. Les activités de bien-être du travail dépendent des besoins des travailleurs, de leur statut social, de leur classe sociale, etc.

4. Flexible - Le bien-être des travailleurs est un concept flexible et en constante évolution, de nouvelles mesures de bien-être étant ajoutées de temps à autre aux mesures existantes. Les besoins en main-d'œuvre évoluent avec le temps et l'évolution de l'environnement social.

5. Volontaire et / ou obligatoire - Certaines mesures de protection du travail sont prévues par la loi et obligatoires, tandis que d'autres sont fournies volontairement par l'organisation pour améliorer les conditions de travail des employés. Les mesures de protection sociale peuvent être introduites par les employeurs, le gouvernement, les employés ou tout organisme social ou caritatif.

6. Objectif - L'objectif fondamental du bien-être des travailleurs est d'améliorer la vie sociale ainsi que la vie professionnelle des travailleurs.


Bien - être du travail - Principaux 5 principes: principe d'intégration, principe d'association, principe de responsabilité, principe de responsabilité et principe de rapidité

Le bien-être du travail est devenu une discipline professionnelle.

Comme toute autre profession appliquée, elle a des buts et objectifs spécifiques basés sur certains principes:

a) Principe d'intégration ou de coordination - Les programmes de bien-être social ne peuvent être séparés. Ils ne peuvent être repris partie par partie. C'est tout un programme. Par exemple, la santé et le bien-être devraient couvrir tous les aspects de la santé et de l'hygiène, ainsi que de l'hygiène physique, sociale et morale.

b) Principe d'association - Tout programme de protection sociale destiné au développement de la communauté de travailleurs devrait associer les travailleurs à la planification et à l'exécution du programme. Les travailleurs devraient être associés pour mener des activités.

c) Principe de responsabilité - Les travailleurs devraient être incorporés et tenus pour responsables des activités visant à assurer leur bien-être. Par exemple, les travailleurs participent à des comités de sécurité, des comités sportifs, des comités de cantine, etc.

(d) Principe de responsabilité - Chaque programme, chaque personne et chaque activité devrait être responsable. Les programmes de bien-être social sont audités et évalués socialement. Les programmes retenus sont conservés Les programmes les plus faibles sont redressés.

e) Principe de rapidité - Une aide rapide est une aide précieuse. Un bâton à temps en sauve neuf. Lorsqu'un travailleur a besoin d'une assistance économique pour échanger un enfant malade ou pour construire une maison, il devrait s'écouler un laps de temps raisonnable, mais il ne peut attendre au-delà d'une limite. Une action appropriée commence pour que l’aide sociale soit utile. Dans certaines circonstances d'urgence, le retard dans l'assistance entraîne un déni de valeur humaine et de justice.


Bien - être du travail - Importance: amélioration des relations professionnelles, création d'une main-d'œuvre permanente, augmentation de l'efficacité générale et du revenu des travailleurs et de quelques autres

Le bien-être du travail vise tous à accroître la productivité du travail par le développement intégral du travail. En améliorant les relations professionnelles, les mesures de protection du travail contribuent énormément à créer un environnement dans lequel la direction, avec la coopération des travailleurs, peut exécuter les plans et les programmes de l’organisation en vue de la réalisation de ses objectifs ultimes.

L'importance du bien-être du travail est la suivante:

Importance # 1. Amélioration des relations industrielles:

Les mesures de protection du travail sont si complètes qu'elles satisfont les travailleurs si elles sont correctement mises en œuvre. Cette satisfaction des travailleurs est un formidable stimulant pour l’amélioration des relations professionnelles. Lorsque les travailleurs sont convaincus que des mesures adéquates ont été prises pour améliorer leur environnement de travail et leurs conditions de service, ils ont naturellement confiance en la direction, ce qui contribue au maintien de la paix industrielle.

Importance # 2. Création d'une main-d'œuvre permanente:

Des mesures de protection du travail bien adoptées limitent la mobilité de la main-d'œuvre. Les travailleurs hésitent généralement à quitter une organisation où leur bien-être est sincèrement pris en charge. Cette attitude créée par les mesures de protection sociale contribue à la création d’une main-d’œuvre permanente, ce qui est important pour une organisation qui poursuit des plans et des programmes de manière continue.

Importance n ° 3. Augmentation de l'efficacité générale et du revenu des travailleurs:

Les mesures globales de protection sociale assurant aux travailleurs un logement convenable, des soins de santé appropriés et un environnement de travail adapté rendent les travailleurs satisfaits. Leur contentement les incite fortement à travailler davantage. Ils deviennent plus efficaces car ils ne se soucient plus de leurs besoins primaires. Depuis que leur productivité augmente, ils gagnent plus; leur revenu augmente.

Importance # 4. Amélioration du moral des travailleurs:

Les mesures de protection du travail renforcent le moral des travailleurs. Les travailleurs mieux équipés fuient bon nombre de leurs vices et offrent leur coopération à la direction. C'est un grand avantage pour l'organisation.

Importance # 5. Développement du sentiment d'appartenance:

Les mesures de protection du travail donnent aux travailleurs le sentiment de ne faire qu'un avec l'organisation. La direction pense tellement pour eux, fait tellement pour leur bien-être qu'ils ne peuvent pas s'isoler de l'organisation - ils se sentent unis avec elle. Ce sentiment qu’ils ont un intérêt dans l’organisation aidera à rétablir la paix industrielle. Cela renforcera leur dévouement au travail et profitera ainsi à l'entreprise dans son ensemble.

Importance # 6. Changement dans les perspectives des employeurs:

Le changement dans les relations des travailleurs à la suite de l’introduction de mesures de protection du travail rend les employeurs satisfaits. Ainsi, les perspectives des employeurs en matière de travail évoluent; une relation cordiale est établie et l'environnement de travail s'améliore considérablement. Lorsque les employeurs trouvent les travailleurs disposés à travailler et à se consacrer au développement de l'organisation, ils n'hésitent même pas à leur permettre de participer à la gestion.

Importance # 7. Amélioration de la santé morale et mentale des travailleurs:

Les mesures de protection sociale comprennent des mesures qui empêcheraient les travailleurs de se livrer à des vices tels que l’alcool, les jeux de hasard, etc.

Importance # 8. Avantage pour la société:

En plus de procurer des avantages économiques aux travailleurs, les mesures de bien-être de la main-d’œuvre englobent divers équipements qui ont une incidence directe sur leur meilleur mode de vie. En raison des avantages médicaux qui leur sont accordés, les travailleurs jouissent d’une meilleure santé et la mortalité infantile diminue.

Les travailleurs se sentent plus heureux et la société dans son ensemble en bénéficie, les personnes ayant un meilleur niveau de vie et mieux équipées avec davantage de pouvoir d'achat pour contribuer au bien-être général du pays en général et de la société en particulier.


Bien-être du travail - Qualifications et fonctions d'un agent du bien-être du travail

Un assistant social à nommer doit posséder: (i) un diplôme universitaire; ii) diplôme ou diplôme en sciences sociales, en travail social ou dans le domaine de la prévoyance sociale obtenu auprès d'une institution reconnue; et iii) une connaissance suffisante de la langue parlée par la majorité des travailleurs de la région où sont situées les usines, les mines et les plantations.

La Commission nationale du travail a déclaré que «des lois ont été adoptées pour garantir que les directions désignent une personne exclusivement chargée de veiller au bien-être de leurs travailleurs et de les aider à s'acquitter de leurs obligations statutaires en matière de mesures de bien-être. Les agents de protection sociale devraient faire partie de l'administration afin de s'acquitter efficacement de leurs responsabilités. Par conséquent, l'éligibilité d'un agent de protection sociale doit être assurée avant sa nomination. L'agent des services sociaux ne devrait pas être appelé à gérer un conflit de travail au nom de la direction. "

Après avoir examiné les points de vue exprimés par les gouvernements des États, des entreprises du secteur public, des organisations d'employeurs privées, des organisations de travailleurs et des personnalités dans le domaine des relations ainsi que sur le rôle et le statut du travailleur social, la Commission du travail a recommandé

“The management should designate one of the existing officers to their personnel department as welfare officer to fulfill the purpose of the law. The management should ensure that only such officers of the personnel department are designated to look after the welfare activities as are properly qualified to hold these posts and have aptitude for welfare work.”

Functions of Labour Welfare Officers :

In actual practice, the welfare officer has been entrusted with the following functions:

(a) Supervision of:

(i) Safety, health and welfare programmes; housing, recreation, and sanitation services;

(ii) Looking after the working of the joint committee;

(iii) Grant of leave with wages; et

(iv) Redressal of workers' grievances.

(b) Counselling Workers on:

(i) Personal and family problems;

(ii) Adjusting to work environment; et

(iii) Understanding rights and privileges.

(c) Advising the Management on Matters of:

(i) Formulating welfare policies;

(ii) Apprenticeship training programmes;

(iii) Meeting statutory obligations to workers;

(iv) Developing fringe benefits; et

(v) Workers' education and use of communication media.

(d) Establishing Liaison with Workers to:

(i) Understand the various limitations under which they work;

(ii) Appreciate the need of harmonious industrial relations in the plant;

(iii) Interpret company policies to workers; et

(iv) Persuade workers to come to a settlement in the event of a dispute.

(e) Establishing Liaison with the Management to:

(i) Appreciate the workers' viewpoint on various matters;

(ii) Intervene on behalf of the workers in matters under the consideration of the management;

(iii) Help different department heads to meet their obligations;

(iv) Maintain harmonious industrial relations in the plant; et

(v) Suggest measures for the promotion of the general well-being of workers.

(f) Working with the Management and Workers to:

(i) Maintain harmonious industrial relations in the plant;

(ii) Arrange a prompt redressal of grievances and speedy settlement; et

(iii) Improve the productivity and productive efficiency of the enterprise.

(g) Working with the Public to:

(i) Secure a proper enforcement of the various provisions of the Acts as applicable to the plant by establishing contact with factory inspectors, medical officers and other inspectors;

(ii) To help workers to make use of community services.

It is obvious that the duties and functions entrusted to a Welfare Officer range from assisting the management in policy formulation and implementation to supervising welfare programme, establishing contacts with workers and the public, solving workers' problems and grievances.

The National Commission on Labour has stated, “the care of workers in all matters affecting their well-being, both at the place of work and outside, puts a special responsibility on the welfare officer. He should be a 'maintenance engineer on human side.' In many cases, he also handles grievances and complaints of workers relating to terms and conditions of service and domestic and other matters which lie in the domain of personnel management. There is, thus, virtually, no demarcation between personnel management functions and welfare functions.”

The Commission recommended that “in order to reduce the hierarchical hiatus in the status of these two officers, there should be an interchange to encourage professional functional mobility and to eliminate the functional monopoly as well the hierarchical status problems.”

A Welfare Officer in India is a “multi-purpose personnel officer.” He is a mainly concerned with welfare of the staff with a role of staff adviser or specialist. He is expected to act as an adviser counsellor, mediator and a liaison-man between the management and labour, ie, to act as a “maintenance engineer on the human side.”

The Central Model Rules, 1957, define the duties of welfare officers so widely (Rule 7) as to comprise:

(1) Helping maintain harmonious relation between factory management and workers.

(2) Redressal of workers' grievances.

(3) Providing feedback to management regarding labours' point of view “to shape and formulate labour policies and to interpret these policies to the workers.”

(4) To watch industrial relations and settle disputes by “persuasive efforts.”

(5) To advise management on the implementation of health and safety programmes.

(6) To promote productive efficiency.

(7) Amelioration of the working conditions and helping workers to adjust and adapt themselves to the working environment, and

(8) Personnel counselling — advising workers on individual personal problems, etc.

It will, thus, be observed that practically the whole gamut of personnel management, except disciplinary action, recruitment, and promotion seem to be comprised in this formulation.

Based on these Central Model Rules we give below the duties authority and responsibilities of Labour Welfare Officer in India.

In the United Kingdom, these duties are performed by personnel officers. It may, therefore, be said that the government has unconsciously attempted to develop the institution of personnel management through the appointment of welfare

officers in industries.

However, in the USA and the UK, the personnel manager is an integral part of the top level management and is on a par with the manufacturing and marketing managers. He is clearly defined “staff' and not “line” function. He is in touch with all personnel, enjoys the trust, confidence and respect of all ranks, a position which enables him to advise both management and labour.

In that sense the personnel manager is the most powerful bridge connecting the management with labour. He is the central figure in any productivity programme. Contrary to this, the personnel function in India has not made rapid advances. This may be attributed to the impediments in its way.


Labour Welfare Services: 3 Basic Categories: Economic Services, Recreational Services and Facilitative Services

Broadly labour welfare services can be classified into two categories:

(i) Within the Organization Services (Intra-mural). The services provided within the organization include medical aid, recreational facilities, libraries, canteens, rest rooms, washing and bathing facilities, etc.

(ii) Outside the Organization Services (Extra-mural). Outside the organization, welfare arrangements include housing accommodation, transport, children's education, sports fields, holiday homes, leave travel facilities, interest free loans, etc.

The welfare facilities may further be classified into three basic categories:

Category # 1. Economic Services:

Economic services provide for some additional economic security over and above wages or salaries. Examples of economic services are pension, life insurance, credit facilities etc. Proper pension programme reduces dissatisfaction in the area of economic security. Some establishments have a scheme of family pension also, which provides for payment of pension to the family members of the employee in case of his death.

The employer may also pay the premium on the life insurance policies of the employees. The employers can give loans to the employees for purchase of consumer goods, or at the time of any marriage or other functions in the family of the employees. The loans to be repaid by the employees is in the form of monthly instalments to be deducted from their salaries. Some organizations help the employees to start cooperative credit societies to meet the urgent financial needs of employees.

Category # 2. Recreational Services:

Management may provide recreational facilities to the employees. Recreation in the form of music, sports, games, art and theatre can play a very important role in the physical and mental development of employees. The employees generally get bored by the routine and monotonous jobs which they perform every day. Their attitude improves when the routine is broken occasionally.

This will improve the cooperation and understanding among the employees. Management can provide reading rooms, libraries, TV's, etc., for the recreation of employees. There can be provision for indoor games like Table Tennis, Carrom, etc. Big organizations can also make arrangements for outdoor games and can induce the workers to prepare teams to play matches with other similar teams.

Category # 3. Facilitative Services:

These are facilities which are generally required by employees and provided by employers:

(i) Housing Facilities:

Housing is an important part of employee welfare in India. Some organizations construct houses/fiats for the employees and provide the same to them either free of cost or at nominal rents. Some organizations give house rent allowances to the employees, so that they can get houses on rental basis. Some organizations provide loans to the employees at concessional rates to enable them to construct their own houses/flats.

(ii) Medical Facilities:

Health is a very important for employees. Within the factory premises, the employees must make provision for first aid facilities. In addition, medical schemes are generally in operation, which provide for the reimbursement of actual medical expenditure incurred by the employees. The organizations may also prescribe some doctors from whom the employees may get services in case of need. Large organizations can have their own dispensaries or hospitals for providing medical facilities to the employees.

(iii) Education:

The National Commission on Labour and the committee on labour welfare has recommended that facilities should be provided for educating the worker and in running schools for children of the workers. Instead of starting a school, the organization may give education allowance for the children to the employees or reimburse the educational expenditure of the children of the employees.

(iv) Transportation:

Some organization provide transport facilities to employees. With the growth of industries, the distance between work place and residence of workers has increased considerably. This facility has, therefore, become very important, as it will help in reducing strain and absenteeism. The committee on labour welfare recommended the provision of adequate transport facilities to workers to enable them to reach their work place without loss of much time and without fatigue.

Sometimes, if the employers do not provide transport facilities, they give conveyance allowance to the employees. Some employers also give interest free or concessional loans to employees for the purchase of vehicles.

(v) Consumer Cooperative Stores:

The National Cooperative Development Board set up a committee in 1961. The committee suggested that employers should introduce consumer cooperative stores in their labour welfare programmes.

The Indian Labour Conference in 1963 adopted schemes for setting up consumer cooperative stores in all industrial establishments including plantations and mines employing 300 or more workers. The Industrial Truce Resolution, 1962 aimed at keeping prices of essential commodities through cooperative stores and fair price shops for workers.


Labour Welfare – 7 Theories Constituting Labour Welfare Activities: Policing Theory, Religious Theory, Philanthropic Theory, Trusteeship Theory and a Few Other Theories

The form of labour welfare activities is flexible, elastic and differs from time to time, region to region, industry to industry and country to country depending upon the value system, level of education, social customs, degree of industrialization and general standard of the socio-economic development of the nation.

Seven theories constituting the conceptual frame work of labour welfare activities are the following:

1. The Policing Theory of Labour Welfare :

The policing theory is based on assumption that Human Being is so much selfish and always tries for own benefits whether on the cost of others welfare. Any of the employers will not work for the welfare of employees until he is forced to do so. This theory is based on the contention that a minimum standard of welfare is necessary for workers.

The assumption on which the theory is based is the without compulsion, supervision and fear of punishment, no employer will provide even the barest minimum of welfare facilities for workers this theory is based on the assumption that man is selfish and self-centered, and always tries to achieve his own ends, even at the cost of the welfare of others. This is based on the contention that a minimum standard of welfare is necessary for labourers. Here the assumption is that without policing, that is, without compulsion, employers do not provide even the minimum facilities for workers.

According to this theory, owners and managers of industrial undertakings get many opportunities for exploitation of labour. Hence, the state has to intervene to provide minimum standard of welfare to the working class.

2. The Religious Theory of Labour Welfare :

This is based on the concept that man is essentially “a religious animal.” Even today, many acts of man are related to religious sentiments and beliefs. These religious feelings sometimes prompt an employer to take up welfare activities in the expectation of future emancipation either in this life or after it. The theory views were an essentially religious. Religious feelings are what sometimes prompt employers to take up welfare activities in the belief of benefits either in his life or in support after life.

Any good work is considered an investment, because both the benefactor and the beneficiary are benefited by the goo d work done by the benefactor. This theory does not take into consideration that the workers are not beneficiaries but rightful claimants to a part of the gains derived by their labour.

3. The Philanthropic Theory of Labour Welfare :

Philanthropy is the inclination to do or practice of doing well to ones fellow men. Man is basically self- centered and acts of these kinds stem from personal motivation, when some employers take compassion on their fellowmen, they may undertake labor welfare measures for their workers.

This theory is based on man's love for mankind. Philanthropy means “Loving mankind.” Man is believed to have an instinctive urge by which he strives to remove the suffering of others and promote their well-being. In fact, the labour welfare movement began in the early years of the industrial revolution with the support of philanthropists.

4. The Paternalistic or Trusteeship Theory of Labour Welfare :

In this theory it is held that the industrialists or employers hold the total industrial estate, properties and profits accruing form them in trust for the workmen, for him, and for society. It assumes that the workmen are like minors and are not able to look after their own interests that they are ignorant because of lack of education. Employers therefore have the moral responsibility to look after the interests of their wards, who are the workers.

In other words, the employer should hold the industrial assets for himself, for the benefit of his workers, and also for society. The main emphasis of this theory is that employers should provide funds on an ongoing basis for the well-being of their employees.

5. The Placating Theory of Labour Welfare :

As labour groups are becoming better organized and are becoming demanding and militant, being more conscious of their rights and privileges that even before, their demand for higher wages and better standards increases. The placing theory advocates timely and periodical acts of labour welfare to appease the workers.

This theory is based on the fact that the labour groups are becoming demanding and militant and are more conscious of their rights and privileges than ever before. Their demand for higher wages and better standards of living cannot be ignored. According to this theory, timely and periodical acts of labour welfare can appease the workers. They are some kind of pacifiers which come with a friendly gesture.

6. The Public Relations Theory of Labour Welfare :

This theory provides the basis for an atmosphere of goodwill between labour and management, and also between management and the public, labour welfare programmes under this theory, work as a sort of an advertisement and help an organization to project its good image and build up and promote good and healthy public relations.

The labour welfare movements may be utilized to improve relations between management and labour. An advertisement or an exhibition of a labour welfare programme may help the management projects a good image of the company.

7. The Functional Theory of Labour Welfare :

The concept behind this theory is that a happy and healthy person is a better, more productive worker. Here, welfare is used as a means to secure, preserve and develop the efficiency and productivity of labour. The approach to any solutions, especially as that as between the workers and the management should be dialogue and an understanding of one another's viewpoint. Once agreement has been reached, compliance by both parties can be assured to a very great extent. This also called the efficiency theory.

This theory is a reflection of contemporary support for labour welfare. It can work well if both the parties have an identical aim in view; that is, higher production through better welfare. This will encourage labour's participation in welfare programmes.


Employee Welfare Funds

Labour welfare refers to all the facilities provided to labour in order to improve their working conditions, provide social security and raise their standard of living. Majority of labour force in India is working in unorganized sector. In order to provide social security to such workers, Government has introduced Labour Welfare Fund to ensure assistance to unorganized labours.

Five different welfare funds, which are governed by different legislations, are administered by Ministry of Labour. The purpose of these welfare funds is to provide housing, medical care, educational and recreational facilities to workers employed in beedi industry and non-coal mines and cine workers.

Schemes under welfare funds provide assistance with respective to the following:

1. Public health and sanitation

2. Housing

3. Recreational (including standard of living)

4. Social security

5. Educational facilities

6. Water supply

7. Transportation

8. Medical facilities (prevention of diseases)

9. Social security-

je. Group Insurance Schemes for Beedi and Cine workers

ii. Social Security under Mine Workers Welfare Fund

10. Family welfare

The welfare funds are raised by government by imposing cess on manufactured beedis, feature films, export of mica, consumption of limestone and dolomite and consumption and export of iron ore, manganese ore and chrome ore.


Labour Welfare – Position in India

The miserable conditions of labour are responsible for their low efficiency. The Indian workers are proverbially inefficient compared to their counterparts in the industrially developed countries. The lack of proper efficiency of labour in India is mainly due to the absence of welfare measures as are obtainable in the advanced countries.

The conditions of Indian workers were utterly deplorable. Since independence, an awakening about the welfare of workers is being noticed. The reasons are not far to seek. Ours is a developing country; rapid industrialisation of the country is of paramount importance.

It has been recognised on all fronts to give due consideration to labour as a factor of production to increase industrial productivity. Workers themselves are now more united. So, an atmosphere and environment is now prevalent in India which is conducive to providing various facilities to workers.

It is now an admitted fact that unless workers are given due attention and provided with all amenities, the country is sure to pay a high price for it – the pace of industrialisation has to suffer a set-back. So, the need for labour welfare is now accepted and measures are adopted by different agencies such as Governments, employers, trade unions to better off the lot of the workers through various physical amenities and legislative measures.

Nous en discutons ci-dessous:

1. Central Government:

Ours is a welfare state wedded to the policy of doing welfare to the people of the country. For the economic rejuvenation of the country, the toiling masses must be taken care of, their lots must be improved. In this regard, the Government has an active role to play.

The Government has to come forward to bring about intellectual, physical, moral and economic betterment of the workers, so that their whole-hearted and willing co-operation may be readily available for the economic upliftment of the country. In our plan objectives, workers have been accepted as an essential part of the apparatus of industrial and economic administration of the country.

The Central Government has paid its attention to improve the conditions of workers. Various enactments have been promulgated to safeguard the interests of workers, to extend to them economic benefits and social security. The Factories Act, for example, is a bold attempt to extend various facilities to factory workers – their housing facilities, economic benefits, social securities and physical safety etc.

The Mines Act is another piece of legislation that aims at providing welfare to mine workers. So far as mines are concerned, Coal Mines Labour Welfare Fund has been instituted to boost the morale of coal mine workers under the Coal Mines Labour Welfare Fund Act. Similarly, Mica Mines Labour Welfare Fund and Iron Ore Mines Labour Welfare Fund have been created by specific Acts of the Central Government. Again, we find Plantation Labour Act for the welfare of plantation workers.

Besides the various Acts passed for the welfare of labour in mines, plantations and factories, the Central Government has kept its Labour Ministry alive to the conditions of workers. Measures have now been adopted to provide medical aid, legal and financial aid to workers under various schemes.

To ensure industrial safety, various precautionary measures have also been enforced. Prevention of the possibility of accidents has been one of the objectives of the Government's welfare measures and actually the incidence of accident has come down. The Government of India has introduced an industrial housing scheme for the accommodation of industrial workers. Social Security legislations such as The Workmen's Compensation Act, Maternity Benefit Act and The Employees' State Insurance Act have been in force.

2. State Governments:

The State Governments in India were more or less indifferent to labour welfare prior to independence. But now various State Governments are very alive to the conditions of labour and are up and doing for the upliftment of the lots of the workers. There are popular governments in some states where workers are adequately taken care of.

Labour fronts of different political parties are now sufficiently strong to press the demands of workers to the Government and the link between the State Governments and the labour wings of political parties is so close that various facilities are now being made available to the workers through the State Government's machinery.

3. Employers:

Employers in India today have started realising that they should identify their interest with those of the employees. No prudent management can now ignore the interests of their workers and expect to reap the benefits of higher labour productivity. So, for their own interest, employers are being compelled to adopt welfare measures for the workers.

There are only a few employers in India who have been sympathetic to labour welfare but others are extending various benefits to workers only under compulsion. Several industries such as cotton, jute, textile, engineering, sugar, cement, glass, chemical etc., have been brought under legislative measures to give facilities to the workers.

Without specifying the facilities provided by different industries either under legal compulsion or under union pressure, we can say that employers in India with their professional training background are becoming more and more conscious about the workers whom they now consider the most essential tool to gear up their organisational activities.

Employers who are still maintaining a negative attitude or an indifferent attitude towards workers are surely to pay for their foolishness. Days have changed. All over the world is the slogan for workers to unite. Moreover, employers who fail to understand the potentialities of the labour force, the fullest utilisation of which can bring miraculous results for the organisation, are sure to suffer.

4. Trade Unions:

Last but not the least important agent for the welfare of workers is the 'Workers' union. Conflicts between labour and capital existed since industrialisation, they still exist and will continue to exist. The complete harmony and amity between the two opposite-interest groups cannot be achieved.

Not only in India but nowhere in the world has industrial peace been ensured? Here is the role for the Trade Union to play in the matter of bargaining. Various facilities of different nature – economic, social, and cultural – are made available to workers by Trade Unions.

The Indian Trade Unions have not yet been able to do much to ameliorate the lot of their members. Their participation in this sphere has been mainly through their association with the Labour Welfare Advisory Committees constituted by the Governments. It is worthwhile to mention that trade unions in the textile industry (Textile Labour Association) and the Mazdoor Sabha have made provisions for various welfare facilities to the workers.

Educational and cultural upliftments through trade unions have been made possible. With the change in the attitude of the employers (many of whom are governments themselves), the nature of trade unions in India – from militancy to conciliatory – is now noticeable. Various welfare services are now made available to the workers through Trade Unions after the trade union leaders' direct discussions and deliberations with the employers across the table.

However, trade unions should take some measures for the welfare of workers. They should come forward to assist the employers and the Government in formulation and administration of welfare schemes. To find out the needs of the workers and to bring them to the notice of the employers should also come under the purview of trade union activities.

A modern Trade Union has to educate its members, organise for them various inexpensive programmes and to act as a watch-dog of workers' interests. Trade Unions have, as a matter of fact, a great role to play for the welfare of the workers.

Conclusion :

Labour and their welfare are very legitimate concerns for any Government of any country whether developed, undeveloped, underdeveloped or developing. No economic development of a country or the maintenance of the status quo of the economic development of any country can be conceived of without thinking about the workers of the country.

In India, the colonial economy had prevailed for about two centuries. With the attainment of Independence, the planned economy has been started, one of the objectives of which is the rapid industrialisation of the country. The National Government could not remain a passive onlooker of what had been happening in the industrial world.

The human resource in industrial organisations received attention of the Government. The National Commission on Labour (1969) was formed and its recommendations were based on the findings of the committee on labour welfare. The Committee felt that the statutory welfare activities had not been properly and adequately provided, except in units managed by progressive employers.

The compliance with statutory welfare provisions had also been half-hearted and inadequate. The Committee made a large number of recommendations which included, amongst others, the provision for crèches, canteens, periodical medical examination, creation of the General Mines' Welfare Fund, extension of the coverage of Plantations Labour Act, extension of welfare benefits to contract labour, opening of more fair price shops for workers, setting up of consumers' cooperative societies, statutory and tripartite welfare boards etc.

The provisions in the various legislations for the welfare of the workers should be translated into action with all sincerity. The provisions in the Factories Act, for instance, must be scrupulously implemented. A National Museum of Industrial Health, Safety and Welfare is of great significance. A larger number of labour welfare centres should be set up.

The Welfare Officers should have direct link with workers. Arrangements should be made to collect information on occupational diseases and steps should be taken to keep the workers free from these diseases or cure the diseases without delay. More Welfare Funds should also be set up and, finally, trade unions should play a role truly in the interest of the workers. By depriving labour of their legitimate rights and their rights to live like human beings, no state can aspire to be a Welfare State.


 

Laissez Vos Commentaires