Économies et déséconomies d'échelle | Essai | Économie

Dans cet essai, nous discuterons des économies et des déséconomies d’échelle.

Essai sur les économies d'échelle:

Lorsque plusieurs unités d'un bien ou d'un service peuvent être produites à plus grande échelle, alors que les coûts des intrants sont en moyenne moins importants, il est dit que des économies d'échelle (ES) sont réalisées. Autrement, cela signifie que plus une entreprise grandit et ses unités de production, plus elle aura de chances de réduire ses coûts. Selon la théorie, la croissance économique peut être réalisée lorsque des économies d'échelle sont réalisées.

Adam Smith a identifié la division du travail et la spécialisation comme les deux moyens essentiels pour obtenir un rendement supérieur de la production. Grâce à ces deux techniques, les employés pourraient non seulement se concentrer sur une tâche spécifique mais, avec le temps, améliorer les compétences nécessaires pour effectuer leur travail. Les tâches pourraient alors être effectuées mieux et plus rapidement. Ainsi, grâce à une telle efficacité, du temps et de l’argent pourraient être économisés alors que les niveaux de production augmenteraient.

Les économies d'échelle se traduisent par des économies de coûts et les déséconomies entraînent une augmentation des coûts. Les économies et les déséconomies d'échelle déterminent également les rendements d'échelle. Les rendements d'échelle croissants fonctionnent jusqu'à ce que les économies d'échelle soient supérieures aux déséconomies d'échelle, et les rendements d'échelle décroissent lorsque les déséconomies sont supérieures aux économies d'échelle. Lorsque les économies et les déséconomies sont en équilibre, les rendements d'échelle sont constants.

Les économies d'échelle peuvent être divisées en:

a) économies internes ou réelles, et

b) Économies externes ou pécuniaires

a) Économies internes:

Alfred Marshall a distingué les économies d’échelle internes et externes. Lorsqu'une entreprise réduit ses coûts et augmente sa production, des économies d'échelle internes ont été réalisées. Les économies d'échelle externes se produisent en dehors d'une entreprise, au sein d'une industrie. Ainsi, lorsque le champ d'activité d'un secteur s'élargit en raison, par exemple, de la création d'un meilleur réseau de transport entraînant une diminution ultérieure des coûts pour une entreprise travaillant dans ce secteur, des économies d'échelle externes auraient été réalisées. Avec les SE externes, toutes les entreprises du secteur en bénéficieront.

Les économies internes, également appelées «économies réelles», résultent de l'expansion de la taille de l'usine de l'entreprise et sont internes à l'entreprise. Les économies internes sont exclusivement disponibles pour l'entreprise en expansion.

Les économies internes peuvent être classées dans les catégories suivantes:

i) Économies de production

ii) Économies dans le marketing

iii) économies de gestion; et

iv) Économies de transport et de stockage

i) Économies de production:

Les économies de production peuvent découler du facteur travail (économies de travail), du facteur capital fixe (économies techniques) ou des besoins en stocks de l'entreprise (économies de stock ou économies stochastiques).

Les économies de main-d'œuvre sont réalisées lorsque l'échelle de la production augmente en raison de la spécialisation, du gain de temps, de l'automatisation du processus de production et du volume cumulé.

La production à grande échelle permet la division du travail et la spécialisation de la main-d'œuvre avec une amélioration des compétences et donc de la productivité des différents types de travail. La division du travail augmente non seulement les compétences de la main-d'œuvre, mais permet également de gagner du temps. Il promeut l'invention d'outils et de machines facilitant et complétant les travailleurs.

Une telle mécanisation des méthodes de production dans les grandes installations augmente la productivité du travail et entraîne une diminution des coûts à mesure que le rendement augmente. Avec l’ampleur croissante, il y a un "effet cumulatif" sur les compétences du personnel technique en particulier. Les ingénieurs de production, les contremaîtres et les autres employés de la production tendent à acquérir une expérience considérable des opérations à grande échelle. Cette expérience de «volume cumulé» conduit à une productivité plus élevée et donc à une réduction des coûts à des niveaux de production plus importants.

Économies techniques:

Les économies techniques sont associées au «capital fixe» qui comprend tous les types de machines et d’autres équipements.

Les principales économies techniques proviennent de:

(i) Spécialisation et indivisibilités du capital,

(ii) Frais de montage, coûts fixes initiaux,

(iii) relations techniques volume / entrée, et

iv) Capacité de réserve requise.

Les principales économies techniques résultent de la spécialisation des biens d'équipement et des indivisibilités. Les technologies modernes impliquent généralement un degré de mécanisation plus élevé pour des productions à plus grande échelle. La mécanisation implique souvent des immobilisations plus spécialisées ainsi que plus d'investissements, ce qui fait que les méthodes de production à grande échelle ont des frais généraux élevés. Bien sûr, ces méthodes ont des coûts variables plus faibles, mais à faibles niveaux de production, les coûts fixes moyens élevés compensent largement les coûts de main-d'œuvre (et autres coûts d'exploitation) plus faibles. Une fois que l’échelle appropriée est atteinte, le mécanisme hautement spécialisé et les techniques spécialisées deviennent rentables.

Les coûts d'installation sont les coûts impliqués dans la préparation (l'agencement) de machines polyvalentes pour l'exécution d'un travail ou d'un produit particulier. Par exemple, dans les entreprises produisant du matériel électrique ménager, l'utilisation de «machines d'usage général» est assez courante. Plus l'échelle de sortie est grande, plus une machine polyvalente est laissée à une configuration, et donc les réinitialisations deviennent moins fréquentes. C'est une source d'économies techniques de production à grande échelle.

Les «coûts initiaux» sont généralement impliqués dans le démarrage d’une entreprise ou dans le lancement d’un nouveau produit. Les dépenses de recherche et développement, les coûts d'exploration du marché, les coûts de conception du produit sont des exemples de tels coûts. Il est clair que plus l’échelle de production est grande, plus les coûts unitaires des «dépenses initiales» sont bas.

Des économies d’échelle techniques découlent également de certaines relations technico-géométriques entre des équipements particuliers et les intrants nécessaires à leur production et à leur installation sont importants dans les «industries de transformation», telles que le raffinage du pétrole, la production, le transport du gaz, l’industrie chimique, le ciment l’industrie, la fabrication du verre et la réduction du fer. Les méthodes de production utilisées dans les industries de transformation comprennent des équipements spéciaux, tels que des réservoirs de stockage, des chambres de réaction, des tuyaux, etc.

Les coûts de matériel et de main-d'œuvre pour la construction de telles installations sont proportionnels (à la surface occupée par eux. Cependant, la capacité en volume (qui détermine le niveau de production) d'une installation augmente plus que proportionnellement à la superficie de celui-ci. les installations diminuent à mesure que la production augmente, la capacité augmente, au moins jusqu’à ce que l’équipement devienne si grand que des matériaux plus solides et des constructions spéciales soient nécessaires pour sécuriser le grand.

Les économies dites de «capacité de réserve» sont une autre source d'économies techniques. Les entreprises veulent toujours une certaine capacité de réserve afin d'éviter toute perturbation de leur flux de production en cas de panne de machines. Une petite entreprise utilisant une seule grande machine devra en conserver deux si elle veut éviter les perturbations dues à une panne.

Économies d'inventaire:

Celles-ci sont parfois appelées «économies stochastiques», car les inventaires ont pour rôle de faire face aux modifications aléatoires des intrants et des extrants des activités de l'entreprise. Les stocks de matières premières augmentent avec l’échelle mais pas proportionnellement. Les fluctuations aléatoires de l'offre de ces intrants sont lissées avec des stocks dont les besoins en taille changent de moins que la taille de l'entreprise.

Les économies à «capacité de réserve» constituent également un type d'économie stochastique. Les pannes de machines n'augmentent pas pari passu avec la taille. Au final, l’expérience du «volume cumulé» du personnel de production aura tendance à réduire la fréquence de telles pannes dans les grandes usines et à nécessiter proportionnellement moins de machines de réserve et de stocks de pièces de rechange.

De même, du côté de la demande, les modifications aléatoires de la demande des clients auront tendance à s’atténuer à mesure que la taille de l’usine augmente. Plus le nombre de clients est important, plus les fluctuations aléatoires de leurs demandes tendent à compenser les pics et les récessions, ce qui permet à l'entreprise de conserver un pourcentage plus faible de sa production pour faire face à de tels changements aléatoires.

(ii) Économie de vente ou de commercialisation:

Les économies de vente sont associées à la distribution du produit d’une entreprise.

Les principaux types d'économies de ce type sont :

a) économies de publicité,

b) autres économies à grande échelle,

c) économies résultant d'accords spéciaux conclus avec des revendeurs exclusifs (représentants ou distributeurs, grossistes ou détaillants), et

d) Économies modélisées.

Les frais de publicité ne sont pas nécessaires uniquement pour une nouvelle entreprise ou un nouveau produit, mais également pour les entreprises bien établies, qui ont besoin d’un minimum de publicité pour conserver leur nom dans l’esprit des clients actuels ou potentiels. Les économies publicitaires existent au moins jusqu'à une certaine échelle de production. L'espace publicitaire (dans les journaux ou les magazines) et le temps (à la télévision ou à la radio) augmentent moins que proportionnellement avec l'échelle, de sorte que les coûts publicitaires par unité de production diminuent avec l'échelle. Ainsi, plus le rendement est élevé, plus le coût publicitaire par unité est faible.

Des considérations similaires valent pour d'autres types d'activités de vente, telles que la force de vente, la distribution d'échantillons, etc. De telles dépenses de promotion à grande échelle augmentent moins que proportionnellement à la production, du moins jusqu'à une certaine échelle.

Les grandes entreprises peuvent conclure des accords exclusifs avec les distributeurs, qui s’engagent à maintenir un bon service après-vente pour le produit du fabricant. Ceci est habituel dans l'industrie automobile, où les concessionnaires construisent des garages et conservent des stocks réguliers de pièces de rechange pour différents modèles. Les acheteurs de biens durables accordent beaucoup d’attention à la disponibilité des pièces de rechange et des bons ateliers de service pour les marques qu’ils achètent. Dans l'industrie moderne, les entreprises doivent modifier fréquemment le style de leurs produits afin de répondre aux demandes de leurs clients et à la concurrence des entreprises concurrentes. Une modification du modèle ou du style du produit entraîne souvent des frais de recherche et de développement considérables., et éventuellement sur de nouveaux matériaux et équipements. L’étalement de ces frais généraux est moindre par unité si l’échelle de production est grande.

(iii) économies de gestion:

Les coûts de gestion sont en partie des coûts de production et des coûts de vente, car l'équipe de direction d'une entreprise se préoccupe à la fois des activités de production et de distribution de l'entreprise.

Les économies managériales découlent de diverses raisons, la plus importante étant (a) la spécialisation de la gestion et (b) la mécanisation des fonctions managériales.

Spécialisation en gestion:

Les grandes entreprises permettent la division de tâches managériales telles qu'un responsable de production, un responsable commercial, un responsable financier, un responsable du personnel, etc., tandis que toutes ou la plupart des décisions managériales sont prises par un seul responsable (éventuellement le propriétaire) petite entreprise. Cette spécialisation en gestion accroît l'expérience des gestionnaires dans leurs propres domaines de responsabilité et conduit à un fonctionnement plus efficace de l'entreprise.

En outre, la décentralisation de la prise de décision dans les grandes entreprises s'est révélée très efficace pour accroître l'efficacité de la gestion. Avec la décentralisation, la circulation de l'information au sein de l'entreprise est réduite, ce qui évite les distorsions et les retards de cette information dans les différentes sections de l'entreprise. La décentralisation du processus de prise de décision est l’un des principaux moyens d’accroître l’efficacité de la gestion dans les grandes usines et d’éviter les déséconomies de gestion dans des usines encore plus grandes.

Mécanisation des fonctions managériales:

Les grandes entreprises appliquent des techniques de gestion impliquant un degré élevé de mécanisation, telles que les téléphones, les machines télex, les écrans de télévision et les ordinateurs. Ces techniques permettent de gagner du temps dans le processus de prise de décision et d’accélérer le traitement de l’information, ainsi que d’en augmenter la quantité et la précision.

iv) Frais de transport et de stockage:

Les économies de coûts de transport et de stockage résultent d'une utilisation plus poussée des installations de transport et de stockage. Les coûts de transport sont supportés à la fois de la production et des ventes. De même, des coûts de stockage sont engagés sur les matières premières et les produits finis. Les grandes entreprises peuvent acquérir leurs propres moyens de transport et peuvent ainsi réduire leur coût unitaire de transport par rapport au taux du marché, du moins dans la mesure de la marge bénéficiaire des entreprises de transport.

En outre, votre propre installation de transport évite les retards dans le transport des marchandises. Certaines grandes entreprises ont leurs propres voies de chemin de fer du point de chemin de fer le plus proche du facteur, ce qui réduit le coût du transport des marchandises. Par exemple, Bombay Port Trust a sa propre voie ferrée; les compagnies pétrolières ont leur propre flotte de pétroliers. De même, les grandes entreprises peuvent créer leurs propres installations dans les différents centres de distribution de produits et économiser sur les coûts de stockage.

Où sont les économies d'échelle?

Outre la spécialisation et la division du travail, il existe dans toute entreprise divers intrants pouvant donner lieu à la production d'un bien et / ou d'un service.

je. Coûts d'entrée inférieurs:

Lorsqu'une entreprise achète des intrants en vrac, par exemple, les pommes de terre utilisées pour fabriquer des frites dans une chaîne de restauration rapide; il peut profiter des rabais de volume. (À son tour, l'agriculteur à partir duquel les pommes de terre ont été vendues pourrait également atteindre le critère ES si la ferme a réduit ses coûts moyens en intrants, par exemple en achetant des engrais en vrac à prix réduit).

Entrées coûteuses:

Certains intrants, tels que la recherche et le développement, la publicité, les compétences managériales et la main-d'œuvre qualifiée sont coûteux, mais en raison de la possibilité d'une efficacité accrue avec de tels intrants, peuvent entraîner une baisse du coût moyen de production et de vente. Si une entreprise est en mesure de répartir le coût de ces intrants sur une augmentation de ses unités de production, une ES peut être réalisée. Ainsi, si la chaîne de restauration rapide choisit de dépenser plus d’argent sur la technologie pour éventuellement accroître son efficacité en réduisant le coût moyen de l’assemblage de hamburgers, elle devra également augmenter le nombre de hamburgers qu’elle produit chaque année afin de couvrir les dépenses technologiques accrues.

ii. Entrées spécialisées:

Au fur et à mesure que la production d'une entreprise augmente, une entreprise peut employer une main-d'œuvre et des machines spécialisées, entraînant une plus grande efficacité. En effet, les travailleurs seraient mieux qualifiés pour un travail spécifique, par exemple une personne qui ne fabrique que des frites, et ne passeraient plus de temps à apprendre à faire un travail ne relevant pas de leur spécialité (faire des hamburgers ou prendre une commande d'un client). Les machines, telles que les friteuses spécialisées, auraient également une durée de vie plus longue car elles n'auraient pas à être terminées et / ou mal utilisées.

iii. Techniques et entrées organisationnelles:

Avec une production à plus grande échelle, une entreprise peut également appliquer de meilleures compétences organisationnelles à ses ressources, telles qu'une chaîne de commandement claire, tout en améliorant ses techniques de production et de distribution. Ainsi, derrière le comptoir, les employés de la chaîne de restauration rapide peuvent être organisés en fonction des commandes internes et des commandes destinées aux clients du service au volant.

iv. Apprentissage des entrées:

Semblable à l'amélioration de l'organisation et de la technique, avec le temps, les processus d'apprentissage liés à la production, à la vente et à la distribution peuvent améliorer l'efficacité: la pratique est parfaite!

Économies pécuniaires d'économies d'échelle ou externes:

Ce sont des économies pour l’entreprise en raison des remises qu’elle peut obtenir en raison de ses opérations à grande échelle.

La plus grande entreprise peut atteindre:

a) Baisse des prix de ses matières premières, achetées à des rabais spéciaux chez ses fournisseurs.

b) Réduction du coût des financements extérieurs. Les banques offrent généralement des prêts aux grandes entreprises à un taux d’intérêt inférieur et à d’autres conditions favorables.

(c) Des prix publicitaires plus bas peuvent être accordés aux grandes entreprises si celles-ci font de la publicité à grande échelle.

d) Les tarifs de transport sont souvent moins élevés si les quantités de marchandises transportées sont importantes.

(e) Enfin, les grandes entreprises peuvent être en mesure de verser des salaires moins élevés à leurs travailleurs si elles atteignent une taille qui leur confère un pouvoir monopsonistique (par exemple, les industries extractives dans certaines régions), ou grâce au prestige associé à l'emploi par grande entreprise bien connue.

En outre, l'expansion d'une industrie invite et encourage la croissance des industries auxiliaires qui fournissent des intrants. Au début, ces industries bénéficient également des rendements d'échelle croissants. Par conséquent, dans un marché concurrentiel, les prix des intrants baissent. Cet avantage profite aux entreprises en expansion en plus des rabais et des concessions. La concurrence entre ces entreprises et la loi sur les rendements croissants, du moins au début, réduisent le coût des intrants. La réduction du coût des intrants est un aspect important des économies externes.

Essai sur les déséconomies d'échelle:

Des déséconomies peuvent également se produire. Ils pourraient provenir de politiques de gestion ou de travail inefficaces, de l'embauche excessive ou de la détérioration des réseaux de transport (DS externe). En outre, au fur et à mesure que le champ d'activité d'une entreprise augmente, il peut être nécessaire de distribuer ses biens et services dans des zones de plus en plus dispersées. Cela peut en fait augmenter les coûts moyens, entraînant des déséconomies d’échelle. Certaines efficiences et inefficacités sont plus spécifiques à un lieu, tandis que d'autres ne sont pas affectées par une région.

Si une entreprise possède de nombreuses usines dans le pays, elles peuvent toutes bénéficier d'intrants coûteux tels que la publicité. Cependant, l'efficacité et l'inefficacité peuvent également provenir d'un lieu particulier, tel qu'un climat favorable ou défavorable pour l'agriculture. Lorsque ES ou DS sont spécifiques à un emplacement, le commerce est utilisé afin d'obtenir un accès aux gains d'efficacité. Les déséconomies d’échelle sont des inconvénients résultant de l’extension de l’échelle de production et entraînent une hausse des coûts de production. Comme les économies, les déséconomies d’échelle peuvent aussi être internes et externes.

a) Déséconomies internes:

Les déséconomies internes surviennent au sein de l'entreprise et les déséconomies externes se produisent en dehors des entreprises, principalement sur les marchés des intrants. Les économies d'échelle ont leurs limites. Un point est atteint lorsque les avantages de la spécialisation du personnel et des cadres ont été pleinement utilisés.

Une limite est atteinte lorsque la capacité excédentaire de l'installation, des entrepôts, des systèmes de transport et de communication, etc., est pleinement utilisée; et les coûts publicitaires diminuent. Les déséconomies l'emportent sur les économies et les coûts commencent à augmenter. Les déséconomies d’échelle internes résultent principalement de l’inefficacité de la gestion.

Inefficacité de la direction:

Avec l'expansion rapide de l'échelle de production, des inefficacités de gestion apparaissent. Les contacts personnels et la communication entre le propriétaire et les gestionnaires et les gestionnaires et les travailleurs sont rapidement réduits. La gestion du contrôle à distance remplace le contrôle et la supervision étroits. L’augmentation des niveaux de gestion entraîne complexité et retard dans la prise de décision.

Les décisions de mise en œuvre sont retardées en raison de problèmes de coordination. La fonction objective de maximisation du profit du propriétaire est progressivement réduite et remplacée par la fonction d'utilité du gestionnaire, comme un salaire élevé, un objectif de profit raisonnable, une fonction satisfaisante et une sécurité d'emploi. Tous ces facteurs conduisent à un laxisme dans la gestion et, partant, à une augmentation des déséconomies.

Inefficacité du travail:

L'augmentation du nombre de travailleurs employés encourage les activités syndicales, la réduction de la production par unité de temps et conduit ainsi à une perte de contrôle de la productivité du travail.

b) Déséconomies externes:

Les inconvénients qui surviennent en dehors de l'entreprise sont connus sous le nom de déséconomies externes. Ils surviennent sur les marchés des intrants et en raison de contraintes naturelles, en particulier dans l’agriculture et les industries extractives. Avec l'expansion de l'entreprise, en particulier lorsque la plupart des entreprises du secteur sont en expansion, les concessions et les rabais disponibles sur les achats en gros d'intrants et le financement de concessions prennent fin. La demande croissante d’intrants exerce une pression sur les marchés d’intrants, dont les prix vont augmenter, entraînant une hausse des coûts de production. Ce sont des déséconomies pécuniaires.

Est-ce que Bigger est vraiment mieux?

Il existe un débat mondial sur les effets des économies d’échelle élargies à la recherche d’une entreprise, et par conséquent sur le commerce international et la mondialisation de l’économie. Ceux qui s'y opposent, comme on le voit parfois dans les manifestations meurtrières tenues en dehors des réunions de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ont affirmé que non seulement les petites entreprises disparaîtront avec l'avènement de la société transnationale, mais que l'environnement sera affecté négativement, les pays en développement ne le seront pas. croître et le consommateur et la main-d'œuvre deviendront de moins en moins visibles.

À mesure que les entreprises grandissent, le rapport de force entre l'offre et la demande pourrait s'affaiblir, mettant ainsi l'entreprise hors de portée des besoins de ses consommateurs. En outre, il est à craindre que la concurrence ne disparaisse pratiquement alors que les grandes entreprises commencent à s’intégrer et que les monopoles créés n’auront pas à l’esprit le consommateur lorsqu’il déterminera le prix, mais plutôt comment gagner de l’argent. Le débat et les émeutes continuent.

La clé pour comprendre ES et DS est que les sources varient. Une entreprise doit déterminer l’effet net de ses décisions sur son efficacité et ne pas se concentrer uniquement sur une source particulière. Ainsi, si la décision d’augmenter son échelle d’opérations peut entraîner une baisse du coût moyen des intrants (ristournes au volume), elle pourrait également donner lieu à des déséconomies d’échelle si son réseau de distribution élargi par la suite était inefficace du fait de l’insuffisance des camions de transport. ainsi que. Ainsi, lorsqu'elles prennent une décision stratégique d'expansion, les entreprises doivent équilibrer les effets de différentes sources d'ES et de DS afin que le coût moyen de toutes les décisions prises soit inférieur, ce qui se traduit par une efficacité accrue.

 

Laissez Vos Commentaires