Masse monétaire: importance, concepts, déterminants et tout le reste

Faisons une étude approfondie de l’importance, du concept, de la mesure, des mesures, des déterminants, des facteurs déterminants, du lien avec le déficit budgétaire et de l’effet de l’économie ouverte de la masse monétaire.

Importance de la masse monétaire:

La croissance de la masse monétaire est un facteur important non seulement pour l’accélération du processus de développement économique, mais également pour la réalisation de la stabilité des prix dans l’économie.

Il faut une expansion contrôlée de la masse monétaire pour atteindre l’objectif d’un développement stable. Une croissance saine de l’économie exige qu’il n’y ait ni inflation ni déflation. L'inflation est le plus grand mal de tête d'une économie en développement.

Une légère inflation résultant de la création de monnaie par le financement du déficit peut stimuler l'investissement en augmentant les attentes de profit et en extrayant l'épargne forcée. Mais une inflation galopante est extrêmement préjudiciable à la croissance économique. Les économies en développement doivent faire face au problème de l’insuffisance des ressources aux premiers stades de développement et ce déficit peut être comblé par un financement déficitaire. Mais il doit rester strictement dans des limites de sécurité.

Ainsi, l'augmentation de la masse monétaire influe de manière déterminante sur le taux de croissance économique. En fait, il est maintenant considéré comme un instrument légitime de la croissance économique. Conservé dans les limites appropriées, il peut accélérer la croissance économique, mais le dépassement des limites la retardera. Ainsi, la gestion de la masse monétaire est essentielle à la croissance économique soutenue.

Notion de masse monétaire et sa mesure :

Par masse monétaire, nous entendons le stock total de moyens d’échange monétaires disponibles à une société pour être utilisés en relation avec l’activité économique du pays.

Selon le concept standard de la masse monétaire, il est composé des deux éléments suivants:

1. monnaie avec le public,

2. Demander des dépôts au public.

Avant d'expliquer ces deux composantes de la masse monétaire, il convient de noter deux choses en ce qui concerne la masse monétaire de l'économie. Premièrement, la masse monétaire désigne la somme totale disponible pour le public dans l’économie à un moment donné. Autrement dit, la masse monétaire est un concept de stock qui contraste fortement avec le revenu national, qui est un flux représentant la valeur des biens et services produits par unité de temps, généralement considérée comme une année.

Deuxièmement, la masse monétaire se réfère toujours à la quantité d'argent détenue par le public. Le terme public comprend les ménages, les entreprises et les institutions autres que les banques et le gouvernement. La raison pour considérer la masse monétaire comme détenue par le public est de séparer les producteurs de monnaie de ceux qui utilisent la monnaie pour satisfaire leurs divers types de demande de monnaie.

Étant donné que le gouvernement et les banques produisent ou créent de la monnaie à l'usage du public, la monnaie (réserves de trésorerie) qu'ils détiennent n'est pas utilisée à des fins de transaction ni à des fins spéculatives et est exclue des mesures standard de la masse monétaire. Cette séparation des producteurs d’argent des utilisateurs d’argent est importante du point de vue de la théorie et de la politique monétaires.

Laissez-nous expliquer les deux composantes de la masse monétaire en détail:

Devise avec le public:

Pour arriver à la monnaie totale avec le public en Inde, nous ajoutons les éléments suivants:

1. Billets en circulation en circulation émis par la Reserve Bank of India.

2. Le nombre de billets et de pièces en roupies en circulation.

3. Petites pièces en circulation.

Il est à noter que les réserves de liquidités auprès des banques doivent être déduites de la valeur des trois éléments de devise susmentionnés pour obtenir la devise totale avec le public. En effet, les réserves de liquidités auprès des banques doivent rester avec elles et ne peuvent donc pas être utilisées pour effectuer des paiements de biens ou pour effectuer des transactions avec une banque commerciale.

Il convient également de noter que ces jours-ci, le papier-monnaie émis par la Reserve Bank of India (RBI) n’est pas intégralement garanti par les réserves d’or et d’argent, et il n’est pas jugé nécessaire de le faire. Le support intégral de la monnaie en papier par les réserves d’or prévalait dans le passé, quand il existait un système monétaire de type étalon or ou argent.

Selon la pensée économique moderne, l’ampleur de la monnaie émise devrait être déterminée par les besoins monétaires de l’économie et non par les réserves disponibles en or et en argent. Dans d’autres pays développés, depuis 1957, la Banque de réserve de l’Inde applique le système de réserve minimale en monnaie d’émission.

Dans ce système, les réserves minimales de Rs. 200 crores d’or et d’autres titres approuvés (dollars, livre sterling, etc.) doivent être conservés. En contrepartie, tout montant en devise peut être émis en fonction des besoins monétaires de l’économie.

RBI n'est pas tenue de convertir les billets en valeur égale d'or ou d'argent. Dans les temps actuels, la monnaie est inconvertible. Le mot écrit sur la note, par exemple de 100 roupies et signé par le gouverneur de RBI, stipule que "je promets de payer au porteur une somme de 100 roupies" n'est qu'un héritage du passé et n'implique pas sa convertibilité en or ou en argent.

Une autre chose importante à noter est que la monnaie en papier ou les pièces de monnaie sont en monnaie fiduciaire, ce qui signifie que les billets de banque et les pièces métalliques servent de monnaie sur les bases du fiat (ordre) du gouvernement. En d’autres termes, sous l’autorité du gouvernement, personne ne peut refuser de les accepter en paiement de la transaction effectuée. C'est pourquoi on les appelle appel d'offres légal.

Dépôts à la demande auprès du public :

Les dépôts à vue du public auprès des banques constituent un autre élément important de la masse monétaire. Ces dépôts à vue détenus par le public sont également appelés monnaie de banque ou monnaie de dépôt. Les dépôts auprès des banques sont généralement divisés en deux types: les dépôts à vue et les dépôts à terme. Les dépôts à vue dans les banques sont ceux qui peuvent être retirés en tirant des chèques.

Par chèques, ces dépôts peuvent être transférés à d’autres personnes pour effectuer des paiements auprès desquels des biens et services ont été achetés. Ainsi, les chèques font de ces dépôts à vue un moyen d'échange et les font donc servir de monnaie. On peut noter que les dépôts à vue sont de la monnaie fiduciaire proprement dite.

La monnaie fiduciaire est une monnaie fonctionnant sur la base de la confiance des personnes qui effectuent le paiement plutôt que sur celle de l’autorité du gouvernement. Ainsi, malgré le fait que les dépôts à vue et les chèques par lesquels ils sont opérés n’ont pas cours légal, ils fonctionnent comme une monnaie sur la base de la confiance commandée par ceux qui en font les chèques. Ce sont de l'argent, car ils sont généralement acceptés comme moyen de paiement.

Les dépôts bancaires sont créés lorsque les gens déposent de la monnaie avec eux. Mais ce qui est beaucoup plus important, c’est que les banques créent elles-mêmes des dépôts lorsqu’elles accordent des avances à des hommes d’affaires ou autres. Sur la base de petites réserves de trésorerie en monnaie, ils sont en mesure de créer un montant beaucoup plus important de dépôts à vue grâce à un système appelé système de réserves fractionnaires, qui sera expliqué plus en détail ultérieurement.

Dans les pays développés tels que les États-Unis et la Grande-Bretagne, les dépôts représentent plus de 80% de la masse monétaire totale, la monnaie en représentant une part relativement faible. En effet, le système bancaire y a beaucoup évolué et les gens ont également développé leurs habitudes bancaires.

Par ailleurs, dans les pays en développement, le secteur bancaire n’a pas suffisamment évolué, les gens n’ont pas acquis d’habitude bancaire et préfèrent effectuer des transactions en devises. Toutefois, en Inde, après 50 ans d'indépendance et de développement économique, la part des dépôts bancaires dans la masse monétaire s'est élevée à environ 50%.

Quatre mesures de la masse monétaire :

Plusieurs définitions de la masse monétaire ont été données et, par conséquent, diverses mesures de la masse monétaire fondées sur celles-ci ont été estimées. Premièrement, différentes composantes de la masse monétaire ont été distinguées sur la base des différentes fonctions remplies par la monnaie. Par exemple, les dépôts à vue, les cartes de crédit et les devises sont principalement utilisés par les citoyens pour acheter des biens et des services et effectuer d’autres transactions.

De toute évidence, ils sont de l'argent parce qu'ils sont utilisés comme moyen d'échange et sont généralement appelés M1. Une autre mesure de la masse monétaire est M 3 qui comprend à la fois M 1 et les dépôts à terme détenus par le public dans les banques. Les dépôts à terme sont de l'argent que les gens gardent comme réserve de valeur.

La principale raison pour laquelle la masse monétaire est classée dans diverses mesures sur la base de ses fonctions est qu’il est possible de prédire efficacement les effets probables sur l’économie des modifications des différentes composantes de la masse monétaire. Par exemple, si M 1 augmente en premier lieu, on peut raisonnablement s’attendre à ce que les personnes envisagent de réaliser un grand nombre de transactions.

En revanche, si la composante M3 des dépôts à terme de la masse monétaire, qui sert de réserve de valeur, augmente rapidement, on peut valablement en conclure que les personnes envisagent d’économiser davantage et, en conséquence, de consommer moins.

Par conséquent, on estime que pour l’analyse monétaire et la formulation des politiques, une mesure unique de la masse monétaire est non seulement inadéquate, mais peut également induire en erreur. Par conséquent, diverses mesures de la masse monétaire sont préparées pour répondre aux besoins de l'analyse monétaire et de la formulation des politiques.

Récemment, en Inde ainsi que dans certains pays développés, quatre concepts de masse monétaire ont été distingués. La définition de la masse monétaire donnée ci-dessus représente une mesure étroite de la masse monétaire et est généralement décrite comme M 1 .

A partir d'avril 1977, la Reserve Bank of India a adopté quatre concepts de la masse monétaire dans son analyse du montant et des variations de la masse monétaire. Ces quatre concepts de mesure de la masse monétaire sont expliqués ci-dessous.

Masse monétaire M1 ou argent étroit:

Il s'agit de la mesure étroite de la masse monétaire et est composée des éléments suivants:

Ml = C + DD + OD

Où, C = monnaie avec le public

DD = Dépôts à vue avec le public dans les banques commerciales et coopératives.

OD = Autres dépôts détenus par le public auprès de la Reserve Bank of India.

La masse monétaire est la mesure la plus liquide de la masse monétaire, la monnaie qu’elle contient pouvant facilement être utilisée comme moyen d’échange, c’est-à-dire comme moyen de paiement pour les transactions.

La monnaie avec le public (C) dans la mesure de la masse monétaire ci-dessus comprend les éléments suivants:

i) Notes en circulation.

ii) Circulation des pièces en roupies et des petites pièces

(iii) des réserves de liquidités disponibles auprès de toutes les banques.

Il convient de noter que pour mesurer les dépôts à vue auprès du public dans les banques (c.-à-d. DD), les dépôts interbancaires, c'est-à-dire les dépôts détenus par une banque d'autres banques, sont exclus de cette mesure.

Dans les autres dépôts auprès de la Reserve Bank of India (OD), les dépôts détenus par le gouvernement central et les gouvernements des États et quelques autres, tels que les fonds de pension et de prévoyance des employés de la RBI, sont exclus.

Cependant, ces autres dépôts de la Reserve Bank of India comprennent les éléments suivants:

(i) Dépôts d’institutions telles que UTI, IDBI, IFCI, NABARD, etc.

ii) Dépôts à vue de banques centrales et de gouvernements étrangers.

iii) Dépôts à vue du FMI et de la Banque mondiale.

On peut noter que les autres dépôts de la Reserve Bank of India constituent une très petite proportion (moins de 1%).

Masse monétaire M2:

M2 est un concept plus large de la masse monétaire en Inde que M1. Outre les trois éléments de M1, le concept de masse monétaire M 2 inclut les dépôts d'épargne auprès des caisses d'épargne postales. Ainsi,

M2 = M1 + Dépôts d'épargne auprès des caisses d'épargne postales.

La raison pour laquelle la masse monétaire M2 a été distinguée de M1 est que les dépôts d'épargne auprès de caisses d'épargne postales ne sont pas aussi liquides que les dépôts à vue auprès de banques commerciales et coopératives, car ils ne sont pas des comptes à chequables. Cependant, les dépôts d'épargne auprès des bureaux de poste sont plus liquides que les dépôts à terme auprès des banques.

Masse monétaire M3 ou monnaie au sens large:

M3 est un concept large de la masse monétaire. Outre les éléments de masse monétaire inclus dans la mesure M1, la masse monétaire M3 comprend également les dépôts à terme auprès des banques. Ainsi

M3 = M1 + Dépôts à terme auprès des banques.

On pense généralement que les dépôts à terme servent de réserve de valeur et représentent une économie pour le peuple et ne sont pas liquides car ils ne peuvent pas être retirés par chèque. Cependant, comme les prêts auprès des banques peuvent être facilement obtenus contre ces dépôts à terme, ils peuvent être utilisés s’ils le jugent nécessaire à des fins de transaction. En outre, ils peuvent être retirés à tout moment en renonçant aux intérêts accumulés sur eux.

On peut noter que récemment, M3 est devenu une mesure populaire de la masse monétaire. Le groupe de travail sur les réformes monétaires présidé par le regretté Sukhamoy Chakravarty a recommandé son utilisation pour la planification monétaire de l'économie et la fixation d'un objectif de croissance de la masse monétaire en termes de M3.

Par conséquent, récemment, dans son analyse de la croissance de la masse monétaire et de ses effets sur l’économie, la RBI s’est tournée vers l’utilisation de la mesure de la masse monétaire M3. Dans la terminologie de la masse monétaire employée par la Reserve Bank of India jusqu'en avril 1977, ce M3 était appelé ressources monétaires globales (RAM).

Masse monétaire M4:

La mesure M4 de la masse monétaire comprend non seulement tous les postes de M3 décrits ci-dessus, mais également le total des dépôts à la caisse postale. Cependant, cela exclut les contributions du public aux certificats d'épargne nationaux. Ainsi,

M4 = M3 + Dépôts totaux auprès d'une organisation d'épargne postale.

Résumons les quatre concepts de la masse monétaire utilisés par la Reserve Bank of India dans le tableau ci-dessous:

Déterminants de la masse monétaire :

Afin d'expliquer les déterminants de la masse monétaire dans une économie, nous utiliserons M, le concept de masse monétaire qui est le concept le plus fondamental de la masse monétaire. Nous le noterons simplement par M plutôt que par M 1 . Ce concept de masse monétaire est composé de la monnaie détenue par le public (C p ) et des dépôts à vue auprès des banques (D). Ainsi

M = C p + D… (1)

Où, M = Masse monétaire totale avec le public

C p = monnaie avec le public

D = Dépôts à vue détenus par le public

Les deux déterminants importants de la masse monétaire décrits dans l'équation (1) sont (a) les montants de monnaie très puissante dénommée également Reserve Money par la Reserve Bank of India et (b) la taille du multiplicateur monétaire.

Nous expliquons ci-dessous le rôle de ces deux facteurs dans la détermination de la masse monétaire dans l'économie:

1. Argent puissant (H):

La monnaie de haute puissance que nous désignons par H est constituée de la monnaie (billets et pièces) émise par le gouvernement et la Reserve Bank of India. Une partie de la monnaie émise est détenue par le public, que nous désignons par C p et une partie par les banques, par des réserves que nous désignons par R.

Une partie de ces réserves en devises des banques est détenue par celles-ci dans leurs propres coffres et une partie est déposée à la Reserve Bank of India dans les comptes de réserve détenus par les banques auprès de RBI. En conséquence, l’argent très puissant peut être obtenu en tant que somme de monnaie détenue par le public et la part détenue par les banques en tant que réserves. Ainsi

H = C p + R… (2)

Où, H = le montant de l'argent à haute puissance

C p = Monnaie détenue par le public

R = Liquidités en réserve auprès des banques.

Il convient de noter que la Banque de réserve de l’Inde et le gouvernement sont des producteurs d’argent très puissant et que les banques commerciales ne jouent aucun rôle dans la production de cet argent très puissant (H). Cependant, les banques commerciales sont des producteurs de dépôts à vue qui sont également utilisés comme monnaie.

Mais pour produire des dépôts à vue ou des crédits, les banques doivent conserver seules les réserves de trésorerie libellées en R indiquées dans l'équation (2) ci-dessus. Étant donné que ces réserves de liquidités auprès des banques servent de base à la création multiple de dépôts à vue, qui constituent une part importante de la masse monétaire totale de l’économie, elles apportent une grande puissance à la monnaie émise par la Banque de réserve et le gouvernement.

Un coup d’œil sur les équations (1) et (2) ci-dessus révélera que la différence entre les deux équations, l’une décrivant la masse monétaire totale et l’autre, une monnaie très puissante, est que, dans le premier cas, on ajoute des dépôts à vue (D). dans la monnaie détenue par le public, dans cette dernière ce sont les réserves de trésorerie (R) des banques qui sont ajoutées à la monnaie détenue par le public.

En fait, c’est contre ces réserves de trésorerie (R) que les banques sont en mesure de créer une expansion multiple des crédits ou des dépôts à vue, grâce à laquelle la masse monétaire a connu une forte expansion. La théorie de la détermination de la masse monétaire est basée sur l'offre et la demande de monnaie de grande puissance.

Certains économistes appellent donc cela «la théorie H de la masse monétaire». Cependant, on l'appelle plus communément «Théorie de la masse monétaire par le multiplicateur monétaire», car elle explique la détermination de la masse monétaire en tant que certain multiple de la monnaie la plus puissante. La Fig. 16.1 illustre graphiquement la relation entre la monnaie de haute puissance (H) et la masse monétaire totale.

La base de cette figure montre l'offre de monnaie de haute puissance (H), tandis que la partie supérieure de la figure montre le stock total de la masse monétaire. On verra que le stock total d’argent (c’est-à-dire le sommet) est déterminé par un multiple de l’argent très puissant (H). Nous verrons en outre que, si la monnaie détenue par le public (C p ) utilise la même quantité d’argent de grande puissance, c’est-à-dire qu’il existe une relation un-à-un entre la monnaie détenue par le public et la masse monétaire.

À l'opposé, les dépôts bancaires (D) sont un multiple des réserves de trésorerie (R) des banques qui font partie de l'offre de monnaie de grande puissance. En d’autres termes, une roupie d’argent très puissant conservé comme réserves bancaires crée beaucoup plus de dépôts à vue. Ainsi, la relation entre la masse monétaire et la monnaie puissante est déterminée par le multiplicateur monétaire.

Le multiplicateur monétaire que nous désignons par m est le rapport entre la masse monétaire totale (M) et le stock de monnaie très puissante, soit m = M / H. La taille du multiplicateur monétaire dépend de la préférence du public pour détenir de la monnaie par rapport aux dépôts (c'est-à-dire un ratio de la monnaie sur les dépôts que nous désignons par K) et du ratio des réserves de trésorerie souhaitées par les banques sur les dépôts appelés r. Nous expliquons ci-dessous le rapport multiplicateur précis entre une monnaie de grande puissance et le stock total de monnaie.

Il découle de ce qui précède que, si l’augmentation de la monnaie détenue par le public, qui fait partie de l’argent puissant, les dépôts à vue demeurant inchangés, il se produira une augmentation directe de la masse monétaire dans l’économie car elle constitue une partie de la masse monétaire. la masse monétaire.

Si, au contraire, les réserves en devises détenues par les banques augmentent, cela ne modifiera pas immédiatement la masse monétaire, mais enclenchera un processus de création multiple de dépôts à vue du public dans les banques. Bien que les banques utilisent ces réserves de change détenues par le public, qui constituent une partie de la monnaie puissante, pour accorder davantage de prêts aux hommes d’affaires et créer ainsi des dépôts à vue, elles n’affectent ni le montant de la monnaie ni la composition de la monnaie puissante. . Le montant d'argent de grande puissance est fixé par RBI par ses actions passées. Ainsi, les changements dans la monnaie de grande puissance sont le résultat de décisions de la Reserve Bank of India ou du gouvernement qui la possède et la contrôle.

2. Multiplicateur d'argent:

Le multiplicateur monétaire est le degré d'expansion de la masse monétaire résultant de l'augmentation de la masse monétaire à haute puissance. Ainsi

m = M / H

En réarrangeant nous avons, M = Hm… (3)

Ainsi, la masse monétaire est déterminée par la taille du multiplicateur monétaire (m) et le montant de la monnaie puissante (H). Si nous connaissons le multiplicateur de la valeur monétaire, nous pourrons prédire combien d’argent changera en cas de modification du montant d’argent très puissant.

La Banque de réserve choisit et contrôle l’argent de grande puissance, le multiplicateur de l’argent déterminant dans quelle mesure la décision de la RBI concernant l’évolution de cette monnaie entraînera une modification de la masse monétaire totale de l’économie.

Taille du multiplicateur d'argent:

Maintenant, une question importante est de savoir ce qui détermine la taille du multiplicateur de monnaie. C'est le ratio de réserves en espèces ou en devises r des banques (qui détermine le multiplicateur de dépôts) et le ratio de dépôts en devises du public (que nous désignons par k) qui, ensemble, déterminent la taille du multiplicateur de monnaie. Nous dérivons ci-dessous l'expression de la taille du multiplicateur.

À partir de l'équation (1) ci-dessus, nous savons que la masse monétaire totale (M) comprend la monnaie avec le public (C p ) et les dépôts à vue auprès des banques. Ainsi

D'en haut, il résulte que la masse monétaire dans l'économie est déterminée par les éléments suivants:

1. H, c’est-à-dire le montant d’argent de grande puissance, également appelé argent de réserve

2. r, c’est-à-dire le ratio des réserves en espèces des banques (c’est-à-dire le ratio des réserves en devises sur les dépôts des banques)

Ce ratio de réserves en caisse des banques détermine l'ampleur du multiplicateur de dépôts.

3. k, c’est-à-dire le ratio des dépôts en devises du public.

De l'équation (4) exprimant les déterminants de la masse monétaire, il s'ensuit que la masse monétaire va augmenter:

1. Lorsque l'offre en monnaie puissante (c'est-à-dire en monnaie de réserve) H augmente;

2. lorsque le rapport des dépôts en monnaie (k) 'du public diminue; et

3. Lorsque le ratio des dépôts en espèces ou en devises des banques (r) diminue.

Ratio de la réserve de trésorerie des banques et du multiplicateur de dépôts:

Devenu un système de réserves fractionnaires, avec une légère augmentation des réserves de trésorerie auprès des banques, elles sont en mesure de créer une augmentation multiple du total des dépôts à vue, qui constituent une part importante de la masse monétaire. Le ratio de la variation du total des dépôts sur la variation des réserves est appelé multiplicateur de dépôt, qui dépend du ratio de la réserve de trésorerie.

La valeur du multiplicateur de dépôt est l'inverse du ratio de la réserve de trésorerie, (d m = 1 / r) où d m représente le multiplicateur de dépôt. Si le ratio de la réserve monétaire est égal à 10% des dépôts, alors d m = 1 / 0, 10 = 10. Ainsi, le multiplicateur de dépôt de 10 indique que pour chaque RS. 100 augmentation des réserves de trésorerie avec les banques, il y aura une augmentation des dépôts à vue des banques par Rs. 1000 en supposant qu'aucune fuite d'argent au public ne se produit pendant le processus d'expansion des dépôts par les banques.

Ratio dépôt-monnaie du public et du multiplicateur monétaire:

Cependant, dans le monde réel, avec l’augmentation des réserves des banques, les dépôts à vue et la masse monétaire n’augmentent pas dans toute la mesure du multiplicateur de dépôts. C'est pour deux raisons. Premièrement, le public ne détient pas tous ses soldes monétaires sous forme de dépôts à vue auprès des banques.

Lorsque les banques augmentent leurs dépôts de trésorerie à la suite de l’augmentation des réserves de trésorerie, les citoyens peuvent également souhaiter disposer de davantage de monnaie avec eux comme soldes monétaires. Cela signifie que lors du processus de création de dépôts à vue par les banques, certaines devises sont libérées des banques vers la population.

Ce drainage de la monnaie au profit de la population réelle réduit l'ampleur de l'expansion du dépôt sur demande et donc la taille du multiplicateur monétaire. Supposons que le ratio des réserves en espèces soit de 10% et que les espèces ou la monnaie soient de Rs. 100 est déposé à la banque A. La banque A prête des roupies. 90 et donc créer des dépôts à vue de Rs. 90 et ainsi le processus continuera comme les emprunteurs utilisent ces dépôts pour le paiement par chèques à d'autres qui les déposent dans une autre banque B.

Cependant, si l'emprunteur de la banque A retire Rs. 10 en espèces de la banque et émet des chèques du montant emprunté restant de Rs. 80, alors la banque B n'aura que Rs. 80 comme nouveaux dépôts au lieu de Rs. 90 qu’il aurait si l’argent de Rs. 10 n'a pas été retiré par l'emprunteur. Avec ces nouveaux dépôts de Rs. 80, la banque B créera des dépôts à vue de Rs. 72, c'est-à-dire qu'il va prêter des roupies. 72 et garder Rs. 8 en réserve avec elle (80x 10/100 = 8).

Le drainage de la monnaie peut survenir à toutes les étapes ultérieures de l’expansion des dépôts dans le système bancaire. Plus la fuite de monnaie est importante, plus le multiplicateur monétaire sera faible. Nous voyons donc que le ratio des dépôts en devises, que nous désignons par k, est un déterminant important de la valeur réelle du multiplicateur monétaire.

Il est important de noter que le multiplicateur de dépôts fonctionne dans les deux sens, positivement lorsque les réserves de liquidités auprès des banques augmentent et négativement lorsque les réserves de liquidités auprès des banques diminuent. En d’autres termes, lorsqu’il y aura une diminution des réserves en devises auprès des banques, les dépôts à vue auprès des banques seront multiples.

Réserves excédentaires:

Dans l'explication de l'expansion des dépôts à vue ou du multiplicateur de dépôts, nous avons supposé que les banques ne conservaient pas de réserves de change supérieures au ratio de réserve de trésorerie requis. Le ratio r dans le multiplicateur de dépôt est le ratio de la réserve de trésorerie requise fixé par la Reserve Bank of India.

Toutefois, les banques peuvent souhaiter conserver certaines réserves excédentaires, dont le montant dépend de l’étendue des liquidités (disponibilité des liquidités disponibles) et de la rentabilité des investissements et du taux d’intérêt sur les prêts consentis aux entreprises. Par conséquent, le taux de réserves souhaité est supérieur au taux de réserves minimum requis par la loi. De toute évidence, la détention de réserves excédentaires par les banques réduit également la valeur du multiplicateur de dépôts.

Conclusion :

La théorie de la détermination de la masse monétaire explique comment une masse donnée de monnaie de grande puissance (appelée aussi base monétaire ou monnaie de réserve) conduit à une expansion multiple de la masse monétaire grâce au multiplicateur de travail. Nous avons vu plus haut qu’une légère augmentation des réserves de change auprès des banques entraînait une multiplication des dépôts à vue par les banques à travers le processus de multiplication des dépôts, entraînant ainsi une croissance de la masse monétaire dans l’économie.

Le multiplicateur de dépôt mesure l'ampleur de l'augmentation des dépôts à vue (ou de la masse monétaire) résultant d'une augmentation donnée de la trésorerie ou de la monnaie, des réserves auprès des banques en fonction du ratio de réserve de trésorerie requis (r) s'il n'y a pas d'écoulement de trésorerie du système bancaire. système. Mais dans le monde réel, il se produit un drainage monétaire qui réduit l'ampleur de l'expansion de la masse monétaire suite à l'augmentation des réserves de trésorerie avec les banques.

Par conséquent, le multiplicateur de dépôts exagère l’augmentation réelle de la masse monétaire résultant d’une augmentation donnée des réserves de trésorerie des banques. En revanche, le multiplicateur monétaire prend en compte ces fuites de monnaie du système bancaire et mesure donc l'augmentation réelle de la masse monétaire lorsque les réserves de liquidités auprès des banques augmentent.

Le multiplicateur monétaire peut être défini comme une augmentation de la masse monétaire pour chaque augmentation en roupies des réserves de trésorerie (ou de la monnaie à fort potentiel), le drainage de la monnaie ayant été pris en compte. Par conséquent, le multiplicateur monétaire est inférieur au multiplicateur de dépôt.

Il convient de noter que la croissance rapide de la masse monétaire en Inde est due à l’augmentation de la monnaie puissante H, ou de ce que l’on appelle aussi la réserve monétaire (enfin, la Reserve Bank of India, le multiplicateur monétaire demeurant presque constant).

La Reserve Bank of India peut modifier la masse monétaire d'un pays en procédant à des opérations d'open market, en modifiant le ratio minimum de réserves obligatoires en devise et en faisant varier le taux d'escompte. La principale source de croissance de la masse monétaire en Inde est la création d’un crédit de la part de la RBI à l’intention du gouvernement pour financer son déficit budgétaire et créer ainsi une monnaie de grande puissance.

En outre, bien que le ratio de réserve-dépôt en devise requis des banques puisse être facilement modifié par la RBI, le ratio de dépôt-réserve en devise réel ne peut pas l'être aussi facilement, car les réserves maintenues par les banques ne dépendent pas seulement du ratio de réserve minimal requis, mais aussi de leur volonté. détenir des réserves excédentaires.

Enfin, un point important à noter est que, bien que le multiplicateur monétaire ne montre pas beaucoup de variation à long terme, il peut changer de manière significative à court terme, entraînant de fortes variations de la masse monétaire. Cette variation imprévisible du multiplicateur monétaire à court terme affectant la masse monétaire de l'économie empêche la banque centrale d'un pays de contrôler avec précision et précision la masse monétaire de l'économie.

Facteurs déterminant la masse monétaire: Analyse RBPS :

Dans son analyse des facteurs déterminant la masse monétaire en Inde et de ses sources de variation, la Reserve Bank of India ne suit aucune théorie explicite de la masse monétaire, telle que la théorie du multiplicateur monétaire expliquée ci-dessus. Il ne fournit qu'une analyse purement comptable ou ex post des variations de la masse monétaire et des facteurs ou sources à l'origine de ces variations.

Bien que la Banque fournisse des chiffres sur l’argent très puissant dans son analyse, elle associe virtuellement l’argent fort à l’argent ordinaire pour calculer la masse monétaire totale du pays et ne donne donc pas l’importance voulue à cet argent en tant que monnaie unique. facteur important de variation de la masse monétaire dans l’économie.

En outre, Reserve Bank ne met pas non plus l’accent sur les deux ratios de comportement, à savoir le ratio de dépôt souhaité (k) du public et le ratio de réserve de caisse souhaité (r) des banques, en tant que déterminants de la masse monétaire, bien -post ou réalisé les chiffres de ces ratios. Nous expliquons ci-dessous l'analyse par la Reserve Bank des sources de variation de la masse monétaire.

Reserve Bank of India classe les facteurs déterminant la masse monétaire dans les catégories suivantes:

a) emprunts publics auprès du système bancaire;

b) Emprunt du secteur bancaire auprès du secteur privé ou commercial;

c) Variations des avoirs extérieurs nets détenus par la Reserve Bank of India résultant de modifications de la situation de la balance des paiements; et

d) Engagements en devises du gouvernement envers le public.

a) Crédit bancaire au gouvernement:

Lorsque les dépenses du gouvernement dépassent ses recettes et qu'il y a un déficit dans son budget, le gouvernement recourt alors à un emprunt auprès de la Reserve Bank of India, qui crée de nouveaux billets en devises à cette fin. Cette création d'une nouvelle monnaie pour financer le déficit du budget de l'administration centrale est connue sous le nom de monétisation du déficit.

Il s'appelait auparavant financement par déficit. La monétisation du déficit est une source importante de changement de la masse monétaire dans l’économie. On peut noter ici que depuis 1995, une bonne partie du déficit budgétaire est financée par des opérations d’open market par RBI en vendant des titres de l’État aux banques.

Cela a pour but de neutraliser l'impact monétaire de la forte accumulation d'actifs nets en devises avec des avoirs en RBI, provoquée par des entrées de capitaux à grande échelle. Par conséquent, le crédit de RBI au gouvernement a diminué au cours des dix dernières années environ.

Le gouvernement emprunte également auprès des banques commerciales ordinaires. Lorsque les banques prêtent de l'argent au gouvernement, elles créent du crédit. Par exemple, pour l’achat de céréales alimentaires par la Food Corporation of India, les banques accordent une grande quantité de prêt au gouvernement. La création de dépôts par les banques lorsqu'elles créent du crédit pour le gouvernement entraîne une augmentation de la masse monétaire dans l'économie.

b) Crédit bancaire au secteur commercial ou privé:

Le secteur privé emprunte également auprès du système bancaire lorsque ses ressources propres sont inférieures à ses dépenses totales. Cela ajoute également à la masse monétaire du public, car lorsque les banques prêtent, elles créent du crédit. Cela affecte également la masse monétaire de la même manière que l’Etat qui emprunte auprès du système bancaire.

Il y a cependant une différence importante. Whereas Government can borrow more or less compulsorily from Reserve Bank of India, the private sector cannot do so from the commercial banks.

(c) Changes in Net Foreign Exchange Assets:

Changes in the foreign exchange assets held by the Reserve Bank can also bring about a change in the money supply. The change in the net foreign assets may be caused by balance of payment situation. Suppose the balance of payments is adverse or unfavourable and therefore available foreign exchange is less than the country needs to pay for its imports, both visible and invisible.

In order to meet this adverse balance of trade the country will have to dispose of some of its foreign exchange assets. If there is a net adverse balance of payments, rupees would flow into the Reserve Bank which pays out foreign exchange. This would have the effect of reducing the Reserve Money (ie the high-powered money) in India and the contraction of the money supply with the public. Opposite result would follow when there is a net surplus in the balance of payments of a country.

It follows from above that a deficit in the balance of payments on current account decreases the supply of rupee currency (that is, high-powered or reserve money) in the economy and thereby causes contraction in money supply with the public. On the contrary, a surplus in the balance of payments will increase the foreign exchange assets and thereby will lead to the expansion in reserve money and money supply in the economy.

It may also be noted that apart from balance of payments on current account foreign exchange reserves or assets may also come through either foreign aid or deposits in Indian banks by NRI or foreign direct investment made by foreign companies in India. For example, in recent years there has been a large-scale inflow of foreign exchange through investment made by foreign companies and NRI deposits in India.

As a result, our foreign exchange reserves have substantially gone up, which have resulted in the issue and expansion of rupee currency in circulation. In August 2004 foreign exchange reserves has risen to US $ 119 billion. But RBI has neutralized its monetary impact by mopping up liquidity of the banks through open market operations by selling them Government securities. This is called sterilization of inflows of foreign exchange.

Further, to deal with the problem of excess liquidity of the Indian banks caused by the rise in foreign exchange reserves, and with a view to check rise in inflation rate Reserve Bank of India has in April 2004 entered into an agreement with the Central Government to sterilize the monetary impact of these reserves.

With this agreement, Market Stabilisation Scheme (MSS) has been started. Under this scheme the Central Government has issued Market Stabilisation Bonds. These bonds were sold by RBI to commercial banks to mop up excess liquidity of Rs. 60, 000 crore in 2004-05. But these Rs. 60, 000 crore were kept apart in special deposits with RBI and were not meant to be used by the Government.

It should be noted that if the foreign exchange reserves are used to import goods in short supply, it will help in lowering inflation rate for two reasons. First, this will reduce rupee currency in circulation which will cause reduction in money supply in the economy.

Contraction in money supply will help in controlling inflation through reducing aggregate demand. Secondly, the imports of goods will increase aggregate supply of goods in the economy which will tend to lower prices.

(d) Government's Currency Liabilities to the Public:

Changes in money supply in the economy are also brought about by Government's currency liabilities to the public. Coins and one-rupee notes represent Government's currency liabilities to the public. On 31st March 2004-05, there were outstanding balances of Government currency liabilities of Rs. 7291 crores as compared to Rs. 7071 crores on March 31, 2003. If Government's currency liabilities increase, the money supply also increases.

Budget Deficit and Money Supply :

A budget deficit is also an important source of expansion of money supply in the economy. There are two possible links between budget deficit and growth in money supply. First, when following an expansionary fiscal policy the government raises its expenditure without financed by extra taxation and thereby causing a budget deficit, it will tend to raise interest rate. This happens when budget deficit is financed through borrowing from the market.

As a result, demand for money or loanable funds increases which, given the supply of money, causes interest rate to rise. Rise in interest rate tends to reduce or crowd out private investment. If the Central Bank is following the policy of a fixed interest rate target, when the government resorts to borrowing to finance the budget deficit, then to prevent the rise in interest rate the Central Bank will take steps to increase the money supply in the economy.

The second link between budget deficit and expansion in money supply is direct. This occurs when the Central Bank itself purchases government securities when the government resorts to borrowing. The Central Bank is said to monetize budget deficit when it purchases government securities as it prints new notes for the purpose and gives it to the government for meeting public expenditure.

In some countries such as the US, Federal Reserve (which is the Central Bank of the USA) enjoys a good deal of independence from the Treasury (ie, the Government) and voluntarily decides when and how much to purchase government securities to finance its budget deficit.

Central Bank 's Dilemma:

The Central Bank of a country faces a dilemma in deciding whether or not to monetize budget deficit. If the Central Bank does not monetize budget deficit to meet its increased expenditure, the government will borrow from the market and in the absence of any accommodating monetary policy this will tend to raise interest rate and thereby reduce or crowd out private investment.

Referring to the policy of Federal Reserve of the United States, Dornbusch, Fischer and Startz write, “There is accordingly a temptation for the Federal Reserve to prevent crowding out by buying government securities thereby increasing the money supply and hence allows an expansion in income without a rise in interest rates”. But the policy of monetization of budget deficit by the Central Bank involves a risk. If the economy is working near-full employment level, that is, at near-full production capacity, monetisation of budget deficit will cause inflation in the economy.

However, if the economy is in the grip of a severe depression, the risk of causing inflation through monetisation of budget deficit and consequent growth in money supply is not much there. It follows from above that in any particular case the Central Bank, if it enjoys freedom from the Government, has to judge whether it should adopt accommodatory monetary policy to achieve its goal of interest-targeting or allow fiscal expansion through monetisation of budget deficit accompanied by the tight monetary policy to check inflation. It is the latter course of action that was adopted by Reserve Bank of India before 1995 when government's fiscal deficit was high and a good part of it was monetised by it.

Money Supply and the Open Economy :

The transactions of an open economy also affect the growth of money supply in it. In the open economy there is free flow of goods and services through trade with foreign countries. Besides, in the open economy there are flows of capital between countries. The impact of transactions of an open economy on the money supply can be better understood from national income identity of an open economy.

National income of the open economy is written as:

Y = C + I + G + NX… (1)

or, NX = Y – (C + I + G) …(2)

where NX stands for net exports or trade balance. In the trade balance if we also include exports and imports of services (ie, invisibles), then NX can be taken as current account balance.

The current account balance (NX) can be either positive or negative. If in equation (2) above aggregate expenditure (C + I + G) exceeds national output (Y), current account balance or NX will be negative, that is, imports will be greater than exports.

In other words, there will be deficit in current account of the balance of payments. On the other hand, if aggregate expenditure is less than national income [ (C + I + G) < Y], there will be surplus in the current account balance of payments. This implies that our exports will be greater than imports.

Now, if in a year there is deficit in current account, that is, NX is negative, it means our demand for foreign exchange, say, the US dollars, for imports of goods and services will exceed the supply of foreign exchange. This situation is depicted in Fig. 16.2 where the curve DD represents demand curve for foreign exchange (US $) and SS is the supply curve of foreign exchange (US $) at exchange rate (Rs. per US dollar) and OR and LK represent deficit in current account.

If the economy is under flexible exchange rate regime and the Central Bank of the country does not intervene at all, the exchange rate will change to OR' and as a result deficit in current account balance will be eliminated and equilibrium restored at the new exchange rate. If there is such a situation, there is no impact on the money supply.

However, if the Central Bank wants to maintain the exchange rate at OR, then current account deficit equal to LK has to be met. If there are no capital inflows, then to maintain the exchange rate at OR, the Central Bank of the country has to supply foreign exchange equal to LK out of the reserves held by it.

But when the Central Bank (RBI in case of India) pays out foreign exchange from its reserves, it will receive money (ie, rupees in India) from importers of goods and services in return for foreign exchange paid to them to meet the deficit. Thus some money (say Indian rupees) will flow into the Central Bank and thus withdrawn from circulation.

As a result of Central Bank intervention to meet the current account deficit and to maintain the exchange rate money supply in the economy decreases. It is important to note that the Central Bank of the country cannot go on supplying foreign exchange reserves, year after year, for a long time because foreign exchange assets with the Central Bank are available in limited amount.

The above analysis of contraction in money supply as a result of use of foreign exchange reserves to meet the current account deficit is based on two assumptions. First, it is assumed that there are no capital flows to meet the deficit in current account balance. Second, it is assumed the exchange rate is not allowed to change as a result of in balance between demand and supply of foreign exchange due to current account deficit.

Capital Inflows:

However, if there are sufficient net capital inflows accruing from the capital account of the balance of payments, then deficit in current account (ie, negative NX) can be met by these capital inflows. In this case there will be no impact of deficit in current account balance of payments on money supply in the economy.

Now take the opposite case of surplus in current account balance (ie, when NX is positive). This implies that the supply of foreign exchange exceeds demand for it. In the absence of capital out-flows this excess supply of foreign exchange will have to by purchased by the Central Bank if exchange rate is to be maintained.

The Central Bank (RBI) will print new notes to pay for the purchase of foreign exchange. This will lead to the increase in money supply in the economy. However, if exchange rate is allowed to change, as is the case under flexible exchange rate system, the exchange rate will adjust to bring supply and demand for foreign exchange in equilibrium.

Overall Balance of Payments and Capital Inflows :

When in an open economy with flexible exchange rate regime there is deficit in overall balance of payments (ie, on both current and capital accounts), it means that capital inflows are insufficient to bridge the gap in the balance of payments, then, in case of India, this has to be met with use of foreign exchange reserves by the Reserve Bank of India.

When Reserve Bank of India pays foreign exchange (eg US $) to finance the deficit in overall balance of payments, it gets rupees in return. Thus rupee currency flows into the RBI. As a result, money supply (rupee currency) in the economy will decline.

However, under flexible rate system, if RBI does not intervene, the deficit in overall balance of payments will cause rupee to depreciate.

Now suppose there is surplus in overall balance of payment as capital inflows exceed the deficit in current account. The large capital inflows can occur due to heavy foreign direct investment (FDI) and portfolio investment by foreign institutional investors (FII) as it happened in some years in India, especially in 2006-07, 2007-08 and 2010-11.

In the absence of intervention by RBI under the flexible exchange rate system, these large capital inflows will cause appreciation of Indian Rupee. In fact, though RBI has been intervening in foreign exchange market from time to time, its intervention has been only limited. As a result, between Oct. 2006 and Oct 2007, rupee appreciated by 15 per cent.

By making our exports relatively expensive the appreciation of rupee adversely affects our exports and therefore growth in GNP and employment. Besides, appreciation of rupee makes imports relatively cheaper and leads to large imports of goods and materials and thereby harms our domestic manufacturing industries.

To prevent the high appreciation of the Indian Rupee RBI purchases US dollars from the foreign exchange market from time to time. When RBI purchases dollars from the foreign exchange market, it pays rupees to the sellers of foreign exchange. To do so more rupee currency is printed by RBI to pay for US dollars purchased by it.

In this way more rupee currency (ie, high-powered money) comes into existence in the economy. Thus intervention by RBI to prevent appreciation of rupee results in increase in money supply in the economy.

The effect of large capital inflows and its effect on appreciation of currency and money supply in the Indian economy is illustrated in Fig. 16.3 where exchange rate of rupee for US dollars (Rs. per US $) is measured on the Y-axis and number of US dollars are measured on the X-axis.

Initially the equilibrium between demand for and supply of dollars in the Indian foreign exchange market determines equilibrium exchange rate equal to Rs. 48 per US $. As a result of large capital inflows supply curve of US dollars shifts to the right to S'S'. With this, at the existing exchange rate of Rs. 48 per US dollar, EH is the increase in capital inflows.

Now, under a variable exchange rate regime as it exists today, if exchange rate is allowed to adjust freely, rupee will rise to Rs. 45 per US dollar. If Reserve Bank wants to manage it and tries to maintain it at Rs. 48 per US dollar, it will have to buy US dollars equal to EH from the market.

By buying US dollars equal to EH, RBI will cause the demand curve for US dollars to shift to the right to the new position D'D' and the new equilibrium is established at point H which corresponds to Rs. 48 per US dollar.

But for buying US dollars equal to EH, RBI will have to print new rupee currency to pay for US dollars. Thus more high-power money (ie, rupee currency) would come into circulation in the Indian economy. Thus RBI did not intervene sufficiently to prevent the appreciation of rupee between Oct. 2006 and Oct. 2007.

This is because such intervention leads to the increase in money supply that is likely to cause inflation in the Indian economy. Therefore, RBI intervened only to a small degree and let the rupee appreciate to some extent.

On the other hand, in 2011 the RBI faced the opposite problem when after August 2011, there was net large capital outflow from India due to uncertainty caused by European debt crisis and economic slowdown in the US. The FIIs started selling Indian equity and bonds and converting rupee into US dollars.

This led to the increase in demand for dollars resulting in appreciation of US dollar and depreciation of Indian rupee. The value of rupee which was around Rs. 44 to a US dollar in the first week of September 2011 depreciated to around Rs. 53 in the second week of December 2011. This depreciation of rupee will make our imports costlier which will tend to raise inflation if not matched by fall in international commodity prices.

To prevent sharp depreciation of rupee the RBI intervened in the foreign exchange market by selling dollars in the market. Again its intervention was only limited. In fact, the RBI has no fixed target for maintaining exchange rate of rupee at any level and instead its policy is to allow exchange rate of rupee to fluctuate within a band. In fact, RBI faces a dilemma which we discuss below.

RBI Dilemma: External Balance and Internal Balance:

RBI faces a dilemma because if it does not intervene in the face of large capital inflows rupee will appreciate much which will adversely affect our exports and therefore growth of GNP and employment in our economy. On the other hand, if it intervenes and purchases enough US dollars from the market to prevent any appreciation of rupee, it will cause large increase in money supply that would cause higher rate of inflation.

A major objective of RBI is to control inflation. Therefore, RBI has to strike a balance between the two alternatives. It has been intervening in the foreign exchange market to prevent large appreciation of rupee. But it cannot buy inflows of foreign exchange indiscriminately as it leads to higher inflation.

RBI has also resorted to sterilization of increase in money supply by selling government securities to the banks and thereby getting back the money issued by it. But there is limit to this sterilization operation as it has not unlimited amount of government securities to sell them to the banks. Hence the dilemma faced by it. We explain the sterilization operations by RBI later.

It follows from above that the two objectives of external balance and internal balance clash with each other. External balance occurs when balance of payments is in equilibrium or close to it.

When external balance does not exist the Central Bank will either go on losing foreign exchange reserves which it cannot do so for long or it will be gaining foreign exchange reserves which also poses a problem as it leads to increase in money supply and causes inflationary pressures in the economy.

On the other hand, internal balance exists when the economy is in equilibrium at full employment or full productive capacity level without any inflationary pressures. Thus, to ensure internal balance requires that money supply should not be allowed to increase much. Since the two require different types of policy measure by the Central Bank, they clash with each other. Hence, the dilemma faced by the Central Bank.

Sterilization by the Central Bank:

Sterilization provides a way out of the problem of clash between the goals of external balance and internal balance. Sterilization refers to the action by the Central Bank of a country to offset or cancel the impact of its foreign exchange market intervention on the money supply through open market operations.

The sterilization measures can be used both to offset the reduction in money supply when in case of current account deficit the Central Bank of the country sells foreign exchange in the market and also when the Central Bank offsets the effect of increase in money supply when it buys foreign exchange from the market in case of surplus in balance of payments or when large capital inflows are coming into the economy.

Let us first explain sterilization operation by the Central Bank in case of deficit in current account of the balance of payments. The deficit in current account balance requires the Central Bank to sell foreign exchange from its reserves to prevent the depreciation of domestic currency (that is, to maintain the exchange rate constant).

The sale of foreign exchange in foreign exchange market by the Central Bank causes money supply in the economy to decrease that has deflationary effect on the economy. To avoid this adverse effect, the Central Bank buys government securities (ie, bonds) through open market operations.

When it does so the Central Bank prints domestic currency to pay for the bonds it purchases. In this way money supply in the economy increases which offsets the decrease in money supply brought about by the Central Bank when it sells foreign exchange to prevent the depreciation of the domestic currency.

Thus, provided it has enough foreign exchange assets, with sterilization operations by the Central Bank persistent deficit in balance of payments is possible because it insulates the money supply changes in the domestic economy from the Central Bank intervention in the foreign exchange market.

Sterilization Operations in Case of Surplus in Balance of Payments or Large Capital Inflows:

Now, we take up the opposite case when there is surplus in balance of payments or when large capital inflows are taking place. This situation requires that Central Bank intervenes in the foreign exchange market and buys foreign exchange inflows from the market to maintain the foreign exchange rate or to prevent the appreciation of domestic currency.

In the two years (2006-08) due to large net capital inflows in the Indian economy there was quite a large appreciation of the Indian rupee against US dollar that produced undesirable effects. Therefore, Reserve Bank intervened in the foreign exchange market by buying US dollars to prevent too much appreciation of the Indian rupee.

The purchase of foreign exchange (US dollars) from the foreign exchange market by the Reserve Bank led to the increase in money supply in the Indian economy that caused inflationary pressures. To sterilize the effect of this increase in money supply RBI undertook open market operations by selling government securities to the banks which paid rupees to it.

In this way some rupee currency had been withdrawn from the economy. In this way inflationary pressures created by the original increase in money supply through intervention in foreign exchange market have been offset.

 

Laissez Vos Commentaires