La politique industrielle de 1991 (PNI): caractéristiques et commentaires

Faisons une étude approfondie des caractéristiques et des commentaires de la politique industrielle de 1991.

Principales caractéristiques du NIP:

Le NIP supprime les licences pour toutes les grandes industries, quel que soit le niveau d'investissement, propose des investissements étrangers libéraux, supprime les autorisations MRTP, mais limite les pratiques commerciales déloyales et met l'accent sur la modernisation technologique.

Tout en laissant un plus grand rôle au secteur privé, il confère au gouvernement le contrôle nécessaire dans les principaux secteurs de l'industrie, conformément à la résolution sur la politique industrielle de 1956.

a) Suppression des procédures de licence :

Le PIN a aboli l'exigence de licence industrielle quel que soit le niveau d'investissement dans toutes les industries, à l'exception des 18 industries spécifiées à l'annexe II de la loi ID & R (1951). Les industries dans lesquelles des licences industrielles seront nécessaires comprennent des domaines tels que le charbon, le pétrole, le sucre, les cigarettes, les automobiles, les produits chimiques dangereux, les médicaments et les produits pharmaceutiques et certains articles de luxe.

(b) Large marque et FMP:

Les unités industrielles existantes et nouvelles ont été dotées d’un large système de marquage pour la production de tout article tant qu’aucun investissement supplémentaire dans les installations et les machines n’est entrepris. Le programme de fabrication par étapes (PMP) ne sera plus applicable aux nouveaux projets.

c) Modifications de la loi sur le MRTP :

La loi sur le MRTP sera modifiée de manière à supprimer le seuil d’actif des sociétés du MRTP et des entreprises dominantes. Cela éliminerait l'obligation d'obtenir l'approbation préalable du gouvernement central pour la création de nouvelles entreprises, la fusion, la fusion, le rachat et la nomination d'administrateurs dans certaines circonstances.

d) Investissement étranger:

Tout en accueillant les investissements étrangers, qui présentent l'avantage du transfert de technologie, de l'expertise en marketing, de l'introduction de techniques de gestion modernes et de la promotion des exportations, le PNI prévoit l'approbation automatique de la participation étrangère au capital à hauteur de 51% dans des secteurs hautement prioritaires comprenant 34 grands domaines équipement électrique, transformateur, transformation des aliments, hôtellerie et tourisme.

Il n'y aura pas de goulots d'étranglement dans la compensation des propositions de participation étrangère au capital. Ce dédouanement sera disponible si les capitaux étrangers couvrent les besoins en devises des biens d'équipement importés. En outre, les propositions de participation étrangère ne doivent pas nécessairement être accompagnées d'accords de technologie étrangers. Les entreprises détenant 51% du capital étranger seront encouragées à jouer le rôle de maisons de commerce principalement engagées dans des activités d'exportation afin de permettre un plus grand passage des produits indiens vers les marchés d'exportation.

Un conseil spécialement habilité sera constitué pour négocier avec les grandes entreprises internationales appelées sociétés multinationales et encourager les investissements étrangers directs dans certaines zones.

Ce serait un programme spécial destiné à attirer des investissements substantiels qui donneraient accès à la haute technologie et aux marchés mondiaux.

Le rapatriement des dividendes par les sociétés à capitaux étrangers devra être couvert par les recettes d'exportation sur une période donnée.

e) Collaboration à l'étranger:

En ce qui concerne les accords de technologie étrangers, le gouvernement entend combiner la nécessité d'actualiser la technologie dans des domaines hautement prioritaires avec des incitations à la vente sur le marché intérieur et à la promotion des exportations.

L'accent est mis sur les accords de technologie étrangers dans des domaines hautement prioritaires avec des incitations à la vente sur le marché intérieur et à la promotion des exportations.

Les accords de technologie étrangers conclus dans des secteurs hautement prioritaires bénéficieront d'une autorisation automatique pouvant aller jusqu'à un paiement forfaitaire de RS. 1 crore. Dans les domaines non hautement prioritaires, une autorisation automatique serait donnée conformément aux mêmes directives, à condition qu'aucun paiement en devises ne soit nécessaire.

Aucune autorisation n’est requise pour l’embauche de techniciens étrangers ou pour l’expérimentation à l’étranger de produits développés localement. Les paiements peuvent être effectués à partir de permis généraux ou de devises gratuites, conformément aux directives de la RBI.

f) Importation de biens d'équipement:

Le PNI prévoit des compensations automatiques pour l’importation de biens d’équipement, à condition que les besoins en devises pour ces importations soient garantis par la prise de participation étrangère. En outre, avec effet à compter d'avril 1992, cette approbation automatique serait donnée si le coût, l'assurance et la valeur fret (caf) des biens d'équipement à importer représentaient moins de 25% de la valeur totale des installations et des machines, sous réserve d'un maximum. limite de Rs. 2 crores.

g) secteur public:

La place prépondérante du secteur public sera maintenue dans 8 zones centrales. Il s’agit des armes et des munitions, de l’énergie atomique, des huiles minérales, du transport ferroviaire et de l’extraction du charbon et des minéraux.

Bien que le rôle du secteur public ait été souligné, le gouvernement s'est engagé à faire en sorte qu'il fonctionne sur des lignes commerciales saines, continue d'innover et conserve son rôle dominant dans des domaines stratégiques.

En outre, afin de mobiliser des ressources et d'encourager une participation plus large du public, une partie de la participation du gouvernement dans les unités du secteur public serait offerte aux fonds mutuels, aux institutions financières, au public et aux travailleurs.

Les PSU souffrant de maladies chroniques, qui ne risquent pas de faire volte-face, seront référées au BIFR ou à d'autres institutions de ce type pour élaborer un programme de réadaptation-relance de ces unités. En outre, un mécanisme de sécurité sociale sera créé pour protéger les intérêts des travailleurs susceptibles d'être affectés par de tels programmes de réadaptation.

h) Non-applicabilité de la clause convertible :

Dans une étape significative, le PIN a supprimé l'application de la clause de convertibilité obligatoire qui permettait aux institutions financières de convertir les prêts en fonds propres pour les prêts à terme consentis par les institutions financières pour de nouveaux projets.

i) Réserve pour les petites industries:

La réservation d'articles pour le secteur à petite échelle sera poursuivie afin de promouvoir la base de l'emploi industriel et agro-industriel. Un ensemble de mesures pour le secteur des petites et petites entreprises sera annoncé séparément par le gouvernement.

j) Politique de localisation:

Dans les villes de moins d’un million d’habitants, il n’est pas nécessaire d’obtenir des autorisations industrielles auprès du gouvernement central, à l’exception des industries soumises à une licence obligatoire. En ce qui concerne les villes de plus d’un million d’habitants, les industries (autres que celles à caractère non polluant telles que l’électronique, les logiciels et l’impression) seront situées à moins de 25 km. de la périphérie, sauf dans les zones industrielles préalablement désignées.

Commentaires:

La nouvelle politique industrielle annoncée par le gouvernement est une politique historique dans l'histoire du développement industriel du pays. Il est conforme à la philosophie économique actuelle du gouvernement de libéraliser les politiques industrielles et commerciales existantes dans le but d'accroître l'efficacité, de renforcer l'avantage concurrentiel et de moderniser l'économie.

L'abolition du système de licences dans la plupart des zones industrielles ainsi que la rupture avec le syndrome du «big is evil» en termes de retrait du critère de l'actif de la loi MRTP sont des initiatives politiques susceptibles de stimuler la croissance industrielle du pays.

De même, le relèvement de la participation automatique en capitaux étrangers à 51% dans 34 domaines hautement prioritaires se traduira par une augmentation des investissements de portefeuille étrangers et inversera ainsi le phénomène de fuite des capitaux en provenance de l'économie. Ceci, conjointement aux accords de libéralisation sur les technologies étrangères et à la suppression des dispositions relatives aux programmes de fabrication progressive (PMP) pour les nouveaux projets, conduira à la modernisation technologique et à la modernisation du secteur industriel.

Une nouveauté de NIP a été l'effort visant à encourager l'investissement direct étranger. En particulier, la constitution d’un conseil spécial habilité à négocier avec les grandes sociétés internationales à cette fin est un pas dans la bonne direction. Le Conseil devrait jouer un rôle promotionnel afin que les entreprises nationales puissent tirer parti des avantages des marchés internationaux.

En supprimant la clause de convertibilité relative aux emprunts à terme des institutions financières, la nouvelle politique donnera un coup de fouet au marché des capitaux, car la rentabilité et l’augmentation conséquente des paiements de dividendes sont susceptibles de promouvoir la culture de l’équité dans le pays.

Compte tenu de la ponction exercée sur les finances par le grand secteur et le secteur public, la nouvelle politique a souligné à juste titre la nécessité de promouvoir la privatisation dans l’économie. L'engagement de gérer les unités d'alimentation existantes sur les lignes commerciales devra toutefois être surveillé. Cependant, le programme de relance pour les unités de soins de santé perpétuellement malades doit être formulé sans délai afin que le fardeau sur les ressources financières du Centre puisse être supprimé le plus tôt possible.

 

Laissez Vos Commentaires