Les 8 principaux objectifs de la politique budgétaire

La politique budgétaire doit être conçue pour être mise en œuvre de deux manières: en développant les investissements dans les entreprises publiques et privées et en détournant les ressources des canaux socialement moins souhaitables vers des canaux d'investissement plus souhaitables.

L’objectif de la politique budgétaire est de maintenir les conditions du plein emploi, de la stabilité économique et de stabiliser le taux de croissance.

Pour une économie sous-développée, la politique fiscale a pour objectif principal d’accélérer le rythme de la formation de capital et des investissements.

«Arthur Smithies, la politique fiscale vise principalement à contrôler la demande globale et laisse aux entreprises privées leur domaine traditionnel, à savoir la répartition des ressources entre différentes utilisations.»

Par conséquent, la politique budgétaire des pays sous-développés poursuit un objectif différent de celui des pays avancés.

Les objectifs d’une politique fiscale dans une économie en développement sont généralement les suivants:

1. Plein emploi

2. Stabilité des prix

3. Accélérer le rythme du développement économique

4. Allocation optimale des ressources

5. Répartition équitable du revenu et de la richesse

6. Stabilité économique

7. Formation de capital et croissance

8. Encourager les investissements

1. Plein emploi:

Le principal objectif de la politique budgétaire dans une économie en développement est d’atteindre et de maintenir le plein emploi dans une économie. Dans ces pays, même si le plein emploi n’est pas atteint, le slogan principal est d’éviter le chômage et de parvenir à un état de quasi-emploi. Par conséquent, pour réduire le chômage et le sous-emploi, l’État devrait consacrer suffisamment d’argent à des frais généraux sociaux et économiques. Ces dépenses contribueraient à créer davantage de possibilités d’emploi et à accroître l’efficacité productive de l’économie.

De cette manière, les dépenses publiques et les investissements du secteur public ont un rôle particulier à jouer dans un État moderne. Un investissement correctement planifié non seulement augmentera les revenus, la production et l'emploi, mais intensifiera également la demande effective grâce à un processus de multiplication et l'économie se dirigera automatiquement vers le plein emploi. Outre l'investissement public, l'investissement privé peut également être encouragé par le biais d'exonérations fiscales, de concessions, de prêts à faible coût, de subventions, etc.

Dans les zones rurales, on peut essayer d'encourager les industries nationales en leur fournissant une formation, des financements peu coûteux, des équipements et des moyens de commercialisation. Les dépenses consacrées à toutes ces mesures contribueront à éliminer le chômage et le sous-emploi.

Dans ce contexte, le professeur Keynes a formulé les recommandations suivantes pour atteindre le plein emploi dans une économie:

a) Saisir le pouvoir d'achat excessif et limiter les dépenses privées:

b) Compenser l'insuffisance des investissements privés par le biais des investissements publics;

c) Une politique monétaire peu coûteuse ou des taux d’intérêt plus bas pour attirer de plus en plus d’entrepreneurs privés.

2. Stabilité des prix:

Il est généralement admis que la croissance économique et la stabilité sont des objectifs communs pour les pays sous-développés. Dans un pays en développement, l’instabilité économique se manifeste sous la forme d’une inflation. Le professeur Nurkse a estimé que «les pressions inflationnistes sont inhérentes au processus d’investissement, mais le moyen de les en empêcher consiste à ne pas arrêter les investissements. Ils peuvent être contrôlés par divers autres moyens, dont le chef est la méthode puissante de la politique fiscale. »

Par conséquent, dans les économies en développement, l’inflation est un phénomène permanent caractérisé par une tendance à la hausse des prix due à la tendance croissante des dépenses publiques. En raison de la hausse des revenus, la demande globale dépasse l’offre globale. Les biens d'équipement et les biens de consommation ne suivent pas l'évolution des revenus.

Celles-ci entraînent donc un écart inflationniste. La hausse des prix générée par la demande tirée par l’inflation, entraînée par une inflation par les coûts, a pour effet de creuser encore l’écart. La hausse des prix augmente la demande pour plus de salaires. Cela crée en outre des spirales répétées des salaires et des prix. Si cette situation n’est pas contrôlée efficacement, elle peut se transformer en hyperinflation.

En bref, la politique budgétaire devrait essayer de supprimer les goulets d'étranglement et les rigidités structurelles qui causent un déséquilibre dans divers secteurs de l'économie. En outre, il devrait renforcer les contrôles physiques sur les produits de base, l'octroi de concessions, les subventions et la protection de l'économie. En bref, les mesures fiscales et les mesures monétaires vont de pair pour atteindre les objectifs de croissance économique et de stabilité.

3. Accélérer le taux de croissance économique:

En premier lieu, la politique budgétaire dans une économie en développement devrait viser à accélérer la croissance économique. Cependant, un taux de croissance économique élevé ne peut être atteint et maintenu sans stabilité économique. Par conséquent, les mesures fiscales telles que la fiscalité, l’emprunt public, le financement du déficit, etc. Elle devrait promouvoir l’ensemble de l’économie, ce qui contribuerait à augmenter le revenu national et le revenu par habitant.

À cet égard, il est important de citer le point de vue de Mme Hicks, qui a déclaré: «Maintenant que la politique budgétaire est devenue une fonction économique établie du gouvernement, chaque pays est soucieux d’orienter ses finances publiques vers le double objectif recherché. de stabilité et de croissance, mais leur importance relative est considérée très différemment d’un pays à l’autre… Un taux d’expansion régulier tendra à réduire la violence de telles fluctuations qui pourraient se produire; une politique de plein emploi réussie créera un climat propice à la croissance. "

4. Répartition optimale des ressources:

Des mesures fiscales telles que la fiscalité et les programmes de dépenses publiques peuvent influer considérablement sur l’allocation des ressources dans divers métiers et secteurs. Comme il est vrai, le revenu national et le revenu par habitant des pays sous-développés sont très faibles. Pour orienter l'économie, le gouvernement peut stimuler la croissance de l'infrastructure sociale par le biais de mesures fiscales. Les dépenses publiques, les subventions et les incitations peuvent influencer favorablement l’allocation des ressources dans les canaux souhaités.

Les exonérations et les allégements fiscaux peuvent beaucoup aider à attirer des ressources vers les industries préférées. Au contraire, une fiscalité élevée peut entraîner des pertes de ressources dans un secteur spécifique. Surtout, une réduction directe de la consommation et des investissements socialement improductifs peuvent être utiles pour la mobilisation des ressources et la poursuite du contrôle des tendances inflationnistes de l’économie. Parfois, la politique de protection est un outil utile pour la croissance de certaines industries socialement désirées dans un pays sous-développé.

Le professeur RN Tripathi suggère les mesures suivantes pour augmenter le taux d'épargne, qui fournit le financement nécessaire aux systèmes de développement:

(i) Contrôle physique direct.

(ii) Augmentation du taux des taxes existantes.

(iii) Introduction de nouvelles taxes,

iv) Emprunts publics de nature non inflationniste,

v) Financement par déficit.

5. Répartition équitable du revenu et de la richesse:

Il est inutile d'insister sur l'importance d'une répartition équitable des revenus et de la richesse dans une économie en croissance. En règle générale, l'inégalité de la richesse persiste dans de tels pays. Aux premiers stades de la croissance, elle se concentre entre quelques mains. C'est aussi parce que la propriété privée domine toute la structure de l'économie. En outre, les inégalités extrêmes créent un mécontentement politique et social qui génère davantage d'instabilité économique. Pour cela, une politique fiscale appropriée du gouvernement peut être conçue pour combler le fossé entre les revenus des différentes couches de la société.

Pour réduire les inégalités et faire de la justice distributive, le gouvernement devrait investir dans les filières de production qui présentent des avantages pour les groupes à faible revenu et contribuent à accroître leur productivité et leur technologie. Par conséquent, les dépenses de redistribution devraient aider le développement économique et le développement économique devrait contribuer à la redistribution.

Ainsi, avec un programme budgétaire bien planifié, les dépenses publiques peuvent contribuer au développement du capital humain, ce qui a des effets positifs sur la répartition des revenus. Les disparités régionales peuvent également être éliminées en offrant des incitations aux régions arriérées. Une politique fiscale redistributive devrait être très progressive et viser à imposer de lourdes taxes aux plus riches et à exempter les couches les plus pauvres de la communauté. De même, les articles de luxe, qui sont consommés par la partie supérieure, peuvent être lourdement taxés.

6. Stabilité économique:

Les mesures fiscales, dans une plus large mesure, favorisent la stabilité économique face aux fluctuations cycliques internationales à court terme. Ces fluctuations entraînent des variations des termes de l'échange, les plus favorables aux économies développées et défavorables aux économies en développement. Ainsi, afin de ramener la stabilité économique, les méthodes fiscales doivent incorporer une flexibilité intégrée dans le système budgétaire afin que les revenus et les dépenses du gouvernement puissent automatiquement avoir un effet compensatoire sur la hausse ou la baisse des revenus du pays.

Par conséquent, la politique budgétaire joue un rôle de premier plan dans le maintien de la stabilité économique face aux forces internes et externes. L'instabilité provoquée par des forces extérieures est corrigée par une politique connue sous le nom de «politique tarifaire» plutôt que de politique budgétaire globale. En période de prospérité, des droits à l'exportation et à l'importation devraient être imposés afin de minimiser l'impact des fluctuations cycliques internationales.

Pour limiter l’utilisation d’un pouvoir d’achat supplémentaire, des droits de douane élevés sur les biens de consommation et des restrictions à l’importation de luxe sont essentiels. En période de récession, le gouvernement devrait mettre en œuvre des programmes de travaux publics au moyen d'un financement du déficit. En résumé, la politique budgétaire doit être envisagée dans une perspective plus large, en tenant compte de la croissance équilibrée des différents secteurs de l’économie.

7. Formation de capital et croissance:

Le capital occupe une place centrale dans toute activité de développement dans un pays et la politique budgétaire peut être adoptée comme un outil essentiel pour la promotion du taux de formation de capital le plus élevé possible. Une nouvelle économie en développement est entourée d'un "cercle vicieux de la pauvreté". Par conséquent, une croissance équilibrée est nécessaire pour rompre le cercle vicieux qui n'est réalisable qu'avec un taux de formation de capital plus élevé. Une fois qu'un pays sort de ses retards, il stimule les investissements et favorise la formation de capital.

Le professeur Raja J. Chelliah recommande que la politique fiscale vise les objectifs suivants pour atteindre une croissance économique rapide:

(i) augmenter le ratio épargne / revenu (y) en contrôlant la consommation (c);

ii) Augmenter le taux d'investissement:

(iii) encourager le passage des dépenses dans un mode productif;

(iv) Réduire les inégalités criantes de revenus et de richesse.

Par conséquent, la politique budgétaire doit être conçue pour être mise en œuvre de deux manières: en développant les investissements dans les entreprises publiques et privées et en détournant les ressources des canaux socialement moins souhaitables vers des canaux d'investissement plus souhaitables.

Cette politique contribuera à élever le niveau de l’épargne globale dans l’économie et à créer un capital permettant de l’améliorer qualitativement. Cependant, la formation de capital peut également être facilitée par la fiscalité, le déficit et les emprunts à l’étranger. En fait, les mesures fiscales prises par le gouvernement peuvent inciter les entrepreneurs privés à participer activement à la mobilisation des ressources, du moins à long terme.

8. Encourager les investissements:

La politique budgétaire vise à accélérer le taux d'investissement dans le secteur public ainsi que dans le secteur privé. La politique budgétaire, en premier lieu, devrait encourager les investissements dans le secteur public, ce qui a pour effet d'accroître le volume des investissements dans le secteur privé. En d'autres termes, la politique budgétaire devrait viser un développement économique rapide et encourager l'investissement dans les filières considérées comme les plus souhaitables du point de vue de la société.

Il devrait viser à réduire la consommation ostentatoire et les investissements dans des circuits improductifs. Aux premiers stades du développement économique, le gouvernement doit s'efforcer de constituer des frais généraux économiques et sociaux tels que transports et communications, irrigation, contrôle des inondations, électricité, ports, formation technique, enseignement, hôpitaux et établissements scolaires, afin de pouvoir fournir des services externes. économies susceptibles d’investir dans les secteurs industriel et agricole de l’économie.

Ces économies seront utiles pour élargir la taille du marché, réduire les coûts de production et augmenter la productivité marginale sociale des investissements. Il convient de rappeler ici que les projets de productivité sociale marginale doivent être judicieusement choisis en tenant compte de son implication pratique.

 

Laissez Vos Commentaires