Facteurs de production: classification et importance

Dans cet article, nous discuterons des facteurs de production. Après avoir lu cet article, vous en apprendrez davantage sur: 1. La classification des facteurs de production 2. L'importance des facteurs de production.

Classification des facteurs de production :

Un facteur de production peut être défini comme le bien ou le service nécessaire à la production. Un facteur de production est indispensable à la production car sans lui aucune production n'est possible. Il est de coutume d'attribuer le processus de production à trois facteurs, la terre, le travail et le capital, auxquels nous ajoutons l'organisation.

1. Terre:

En économie, la terre en tant que facteur de production ne désigne pas seulement la surface de la terre, mais également tous les dons de la nature, tels que les rivières, les océans, le climat, les montagnes, la pêche, les mines, les forêts, etc.

Pour reprendre les mots de M. Marshall: «Par terre, nous entendons les matériaux et les forces que la nature fournit librement pour aider l'homme, la terre, l'eau, l'air, la lumière et la chaleur». La terre est donc un facteur de production important qui contribue à la production de biens et de services d’une manière ou d’une autre.

2. Travail:

Le travail fait référence à tout travail mental et physique entrepris moyennant une récompense monétaire. Cela inclut les services d'un ouvrier d'usine, d'un médecin, d'un enseignant, d'un avocat, d'un ingénieur, d'un officier, etc. Mais le travail n'inclut aucun travail effectué à des fins de loisirs ou qui ne comporte aucune récompense pécuniaire.

Une personne peignant pour ses loisirs, chantant une chanson pour divertir ses amis ou fréquentant son jardin ne serait pas considérée comme ayant accompli un travail économique. D'autre part, si une personne vend ses peintures, un chanteur chante une chanson pour un film et qu'un jardinier s'occupe d'un jardin en échange d'argent, leurs services sont considérés comme du travail. Ainsi, le travail est essentiel à la production.

3. Capital:

Le capital signifie toutes les ressources créées par l'homme. Il comprend toutes les richesses autres que les terres utilisées pour la production ultérieure de richesses. Cela inclut les outils, les outils, les machines, les semences, les matières premières et les moyens de transport tels que les routes, les voies ferrées, les canaux, etc.

Dans les usages modernes, le capital ne désigne pas seulement le capital physique, mais également le capital humain, qui est le «processus de développement des connaissances, des compétences et des capacités de tous les habitants du pays». C'est ce capital humain qui est considéré comme plus important que le capital physique. en production ces jours-ci.

Comme l'a souligné le professeur Galbraith, "Nous tirons maintenant l'essentiel de notre croissance industrielle non pas d'un investissement en capital plus important, mais de l'investissement en hommes et des améliorations apportées par des hommes améliorés."

Organisation:

La terre, le travail et le capital sont respectivement des moyens de production naturels, humains et matériels. Aucune production n'est possible sans réunir ces trois facteurs de production et les utiliser dans les bonnes proportions.

Il doit donc y avoir quelqu'un pour les engager auprès de leurs propriétaires en leur versant un salaire de loyer et des intérêts, et pour décider des quantités de chacun nécessaires à la production. C'est ce qu'on appelle l'organisation. Organisation se réfère aux services d'un entrepreneur qui contrôle, organise et gère la politique d'une entreprise qui innove et prend tous les risques.

Des reproches:

La classification des facteurs ci-dessus a suscité des critiques de la part de nombreux économistes. Benham s'est opposé à la signification plus large de la terre en tant que facteur de production. Selon lui, il est plus pratique de ne considérer que les terres pouvant être achetées et vendues comme un facteur de production, plutôt que des éléments tels que l'ensoleillement, le climat, etc., qui n'entrent pas directement dans les coûts.

De même, il est faux de regrouper les services d'un ouvrier non qualifié avec ceux d'un ingénieur, ou d'un conducteur de moteur avec ceux d'un ouvrier des chemins de fer.

Encore une fois, il ne sert à rien de regrouper en capital, aussi divers que les canaux, le diesel, les semences et les machines, il serait donc plus précis de regrouper toutes les unités homogènes, qu’il s’agisse d’hectares de travailleurs de la terre ou de biens d’équipement, groupe en tant que facteur de production distinct. Cette méthode nous donne un grand nombre de facteurs de production et chaque groupe est considéré comme un facteur distinct.

Encore une fois, la distinction entre la terre, le travail et le capital n'est pas claire. Pour prendre terre et capital, il est dit que la terre est un cadeau de la nature dont l’offre ne peut être augmentée tandis que le capital est fabriqué par l’homme et dont l’offre est variable.

Ce n’est pas correct, car l’offre de terres peut également être augmentée en la défrichant, en la drainant et en l’irrigant, et en la fertilisant par les efforts de l’homme et du capital. La «fourniture de terres» ne se réfère pas seulement à sa superficie, mais à sa propre, on pourrait considérer chaque unité d’un facteur comme distincte des autres unités de ce facteur, mais un facteur peut se substituer à un autre facteur.

Par exemple, la terre peut être utilisée de manière intensive en utilisant plus de main-d'œuvre ou plus de capital sous forme d'engrais, de meilleures semences et de techniques supérieures. Ce faisant, nous substituons du travail ou du capital à la terre. De même, le travail peut être substitué au capital et le capital au travail dans un facteur.

Dans le premier cas, des techniques à forte intensité de main-d'œuvre sont utilisées et dans le dernier cas, des techniques à forte intensité de capital sont utilisées. Cependant, le degré de substitution d'un facteur à un autre dépendra de la méthode de production la plus efficace coût du facteur à substituer.

De plus, nous constatons que la terre, la main-d'œuvre et le capital se mélangent souvent les uns aux autres et il est difficile de spécifier la contribution de chacun séparément. Par exemple, lorsque les terres sont défrichées, les canaux creusés et les clôtures érigées, la productivité des terres augmente.

Mais toutes ces améliorations sur la terre sont possibles en faisant des investissements en capital et par le travail. Dans une telle situation, il n'est pas possible de spécifier la contribution de la terre, du travail et du capital à l'augmentation de la productivité.

De même, les sommes dépensées pour l’éducation et la formation des travailleurs sont comprises dans le capital. Ainsi, lorsque de tels travailleurs produisent des biens en faisant fonctionner des machines dans une usine, ils mettent en œuvre leur travail ainsi que les compétences acquises grâce à des investissements en capital) en utilisant des matières premières qui sont aussi le produit de la main-d’œuvre et des machines utilisées à terre.

Il est donc difficile de distinguer la contribution de la terre, du travail et du capital dans de tels cas.

Le problème se pose de savoir si la contribution de la terre, du travail et du capital doit être considérée comme telle, ou de leurs services. Si la communauté doit planifier pour l'avenir ou connaître les possibilités de production qui lui sont offertes, il convient alors de prendre en compte la contribution des facteurs de production.

En gardant l’avenir en vue, la terre peut être utilisée à des fins plus productives, la main-d’œuvre peut être formée à différents métiers exigeant des compétences plus élevées, et le capital peut être utilisé pour produire des méthodes de production et des machines plus détournées.

Ainsi, le problème économique central de toute communauté est de savoir comment utiliser au mieux sa main-d'œuvre et ses autres ressources. À cette fin, la communauté doit envisager les différentes alternatives. Il doit prendre en compte ce que les hommes, la terre et le capital pourraient contribuer à la production s'ils étaient utilisés de différentes manières, et pas simplement ce qu'ils contribuent en réalité maintenant.

Mais lorsque nous considérons les services rendus par les facteurs de production, il convient de les prendre en termes d’intrants et de produits. Une entrée est obtenue mais une sortie est produite. Ce sont les services des facteurs de production qui font partie des intrants qui aident à produire les extrants.

Le charbon est un intrant de l'industrie sidérurgique et constitue donc un facteur de production. De même, l’acier est un intrant pour l’industrie charbonnière et donc un facteur de production. Ainsi, l'apport d'une industrie peut être la production d'une autre industrie, et inversement.

Mais le charbon et l’acier, en tant qu’intrants de leurs industries respectives, résultent des services rendus par la terre, le travail et le capital pour les produire. Enfin, il est de coutume de ne pas traiter l’organisation séparément du travail. Cela est trompeur et sous-estime le rôle de l’entrepreneur en tant que facteur de production; le travail et l'entrepreneur sont assez distincts les uns des autres.

Un entrepreneur est un homme aux capacités de gestion particulières qui contrôle, organise et gère l’ensemble des activités d’une entreprise. C'est lui qui emploie tous les types de travailleurs et les place aux endroits où ils sont les plus aptes du fait de leur éducation et de leur formation. Dans une entreprise, il n'y a qu'un seul entrepreneur mais les travailleurs sont nombreux.

Un entrepreneur peut gérer plusieurs entreprises simultanément, mais un travailleur ne peut travailler que dans un seul emploi à la fois. Avant tout, l’entrepreneur assume tous les risques de son entreprise. Il peut réaliser des profits élevés ou faibles, ou subir des pertes.

Mais les travailleurs sont libres de tous les risques de l’entreprise. Ils perçoivent leur salaire, que l’entreprise réalise des bénéfices ou subisse des pertes. Ainsi, à tous égards, l’entrepreneur est un facteur de production distinct. C’est le seul facteur positif et actif, les autres facteurs tels que la terre, le travail et le capital n’étant qu’une masse hétérogène de ressources productives. En les combinant judicieusement, il maintient les roues de la production en mouvement de la manière la plus économique.

Importance des facteurs de production :

Le concept de facteur de production revêt une grande importance dans l'analyse économique moderne. Il est utilisé dans la théorie de la production dans laquelle les diverses combinaisons de facteurs de production contribuent à la production lorsqu'une entreprise fonctionne à des coûts croissants ou décroissants à court terme et lorsque les rendements d'échelle augmentent ou diminuent à long terme. .

En outre, nous pouvons également savoir comment une entreprise peut obtenir la combinaison de facteurs la moins coûteuse.

La théorie du coût de production dépend également des combinaisons de facteurs utilisés dans les entreprises et des prix qui leur sont payés. Du point de vue de la théorie des coûts de production, les facteurs de production sont divisés en facteurs fixes et facteurs variables. Les facteurs fixes sont ceux dont les coûts ne changent pas avec le changement de production, tels que les machines, les tubes, etc.

Les facteurs variables sont ceux dont les quantités et les coûts changent avec l’évolution de la production. Des débits plus importants nécessitent de plus grandes quantités de travail, de matières premières, de puissance, etc.

Tant qu'une entreprise couvrira les coûts de production des facteurs variables qu'elle emploie, elle continuera à produire même si elle ne couvre pas les coûts de production des facteurs embauchés et subit une perte. Mais cela n’est possible qu’à court terme.

À long terme, il doit couvrir les coûts de production des facteurs fixes et variables. Ainsi, la distinction entre facteurs fixes et variables revêt une grande importance pour la théorie de l'entreprise.

Les facteurs de production sont également divisés en facteurs divisibles et indivisibles. Les facteurs sont divisibles lorsque leurs entrées peuvent être ajustées à la sortie. La main-d'œuvre est dite divisible lorsque le nombre de travailleurs peut être réduit en fonction de la production de l'entreprise. Les facteurs divisibles conduisent aux économies d'échelle pour une entreprise en ajustant le nombre de facteurs en fonction de la production de l'entreprise.

Les facteurs indivisibles sont ceux qui sont disponibles dans des tailles minimales et qui sont grossiers, tels que des machines, un entrepreneur, etc. Ils permettent également des économies d'échelle, mais à un rythme plus rapide. Quand une entreprise se développe, les rendements d'échelle augmentent, car les facteurs indivisibles sont utilisés au maximum de leurs capacités. Il est possible d’obtenir davantage de production en utilisant les machines existantes jusqu’à leur pleine capacité de production.

Enfin, le concept de facteur de production est utilisé pour expliquer la théorie de la tarification des facteurs. À cette fin, les facteurs de production sont divisés en spécifiques et non spécifiques. Un facteur de production dont l'utilisation est spécifique génère une récompense supérieure à celle d'un facteur non spécifique. Cela résout également le problème de la répartition des revenus entre les différents propriétaires de ressources.

 

Laissez Vos Commentaires