Courbe IS-LM (avec diagramme): vue d'ensemble

L'article mentionné ci-dessous fournit un aperçu de la courbe IS-LM.

Le marché des biens et la courbe IS:

Le calendrier d'équilibre du marché des biens est la courbe IS (calendrier). Il montre des combinaisons de taux d'intérêt et de niveaux de production tels que les dépenses prévues (souhaitées) soient égales aux revenus.

Le programme d’équilibre du marché des biens est une simple extension de la détermination du revenu avec un diagramme linéaire à 45 °. Désormais, les investissements ne sont plus totalement exogènes, mais ils sont également déterminés par le taux d’intérêt (qui est une variable de politique générale).

La Fig. 38.2 montre un calendrier d'investissement typique (demande). Il indique le niveau d'investissement prévu (dépenses) à chaque taux d'intérêt. Étant donné que des taux d’intérêt plus élevés réduisent la rentabilité des ajouts au stock de capital, ils impliquent des taux de dépense d’investissement prévus inférieurs. (Les changements d’investissement autonome modifient le calendrier d’investissement).

La fonction d’investissement s’exprime comme suit: I = I̅ - cr, c> 0, où r est le taux d’intérêt et mesure la réponse de l’intérêt à l’intérêt. I̅ désigne un investissement autonome, c'est-à-dire une dépense d'investissement indépendante du revenu et du taux d'intérêt.

La fonction d’investissement ci-dessus indique que plus le taux d’intérêt est bas, plus l’investissement prévu est élevé, le coefficient c mesurant la réactivité des dépenses d’investissement au taux d’intérêt.

La Fig. 38.3 montre comment la courbe IS est dérivée. À un taux d’intérêt, l’équilibre du marché des biens se situe au point E dans la partie supérieure de la figure, avec un niveau de revenu de Y 1 . Dans la partie inférieure de ce diagramme, nous montrons le point E '. Maintenant, une baisse du taux d'intérêt à r 2 augmente la demande globale, augmentant le niveau de dépense à chaque niveau de revenu.

Le nouveau revenu d'équilibre est Y 2 . Dans la partie inférieure, le point F montre le nouvel équilibre du marché des biens correspondant à un taux d’intérêt r 2 . La courbe IS est un ensemble de points indiquant les combinaisons alternatives de taux d’intérêt et de revenus (production) auxquelles le marché des produits de base s’efface. C’est pourquoi la courbe IS est appelée calendrier d’équilibre du marché des produits de base.

Nous pouvons mieux comprendre la courbe IS en soulevant et en répondant aux questions suivantes:

1. Qu'est-ce qui détermine la pente de la courbe IS?

2. Qu'est-ce qui détermine la position de la courbe IS, compte tenu de sa pente, et qu'est-ce qui provoque le décalage de la courbe?

3. Que se passe-t-il lorsque le taux d'intérêt et le revenu sont à des niveaux tels que nous sommes en dehors de la courbe IS?

Propriétés de la courbe IS :

1. La pente de la courbe IS:

La courbe IS a une pente négative car un taux d'intérêt plus élevé réduit les dépenses d'investissement, ce qui réduit la demande globale et donc le niveau de revenu à l'équilibre. La pente de la courbe dépend de l'élasticité de l'investissement par rapport aux intérêts (c'est-à-dire du degré de sensibilité des dépenses d'investissement aux variations du taux d'intérêt) ainsi que du multiplicateur (d'investissement).

2. La position de la courbe IS:

La position de la courbe IS dépend du niveau de dépenses autonomes. Si les dépenses autonomes augmentent, la courbe IS se décale vers la droite (avec ou sans changement de pente, en fonction de l'élasticité de l'investissement par rapport aux intérêts).

3. Les positions sur la courbe IS:

La figure 38.4 est simplement une reproduction de la figure 38.3 (b), avec deux points supplémentaires: les points de déséquilibre G et H. Au point G, le revenu national est identique à celui de E, mais le taux d'intérêt est plus bas (r 2 ).

Par conséquent, la demande d’investissement est supérieure à celle de E et la demande de produits de base est supérieure à celle de E. Cela signifie simplement que la demande de biens doit dépasser le niveau de la production, ce qui entraîne une demande excédentaire de biens (GDE ). De même, au point H, le taux d’intérêt est supérieur à celui de F. et il existe une offre excédentaire de biens (ESG).

Ainsi, la Fig. 38.4 montre clairement que les points situés au-dessus et à droite de la courbe IS, comme H, sont des points d’offre excédentaire de biens (ESG). En revanche, les points situés en dessous et à gauche de la courbe IS sont des points de demande excédentaire de biens (EDG). À un point comme G, par exemple, le taux d'intérêt est trop bas et la demande globale est trop élevée par rapport à la production.

Points majeurs sur la courbe IS :

Les principaux points concernant la courbe IS sont les suivants:

1. La courbe IS est le schéma des combinaisons de taux d’intérêt et de niveau de revenu permettant d’équilibrer le marché des biens.

2. Le SI est en pente négative car une augmentation du taux d'intérêt réduit les dépenses d'investissement prévues (souhaitées) et donc la demande globale, abaissant ainsi le niveau de revenu à l'équilibre.

3. Plus le multiplicateur est petit et moins les dépenses d'investissement sont sensibles aux variations du taux d'intérêt, plus la courbe IS est raide.

4. La courbe IS est modifiée par les modifications des dépenses autonomes. Une augmentation des dépenses autonomes, telles que les dépenses d'investissement ou les dépenses publiques, déplace la courbe IS vers la droite.

5. Aux points situés à droite de la courbe IS, il existe une offre excédentaire sur le marché des biens: aux points situés à gauche de la courbe, il existe une demande excédentaire de biens.

L'équilibre du marché monétaire et la courbe LM :

Le marché financier désigne le marché sur lequel de l'argent, des obligations, des actions et d'autres formes d'actifs générant des revenus sont négociés. Ici, nous nous limitons au marché monétaire.

Pour étudier l’équilibre du marché monétaire, nous devons nous référer aux deux côtés du marché: l’offre et la demande. L'offre (ou la quantité nominale) de monnaie (M) est déterminée par la Banque centrale. Nous supposons donc que cela est donné au niveau M.

La Fig. 38.5 montre la demande de monnaie en fonction du taux d'intérêt et du revenu réel. La fonction de demande de monnaie est exprimée comme suit: L = kPY - hr, k. h> 0. Les paramètres k et h reflètent la sensibilité de la demande de monnaie au niveau de revenu (Y) et au taux d'intérêt (r), respectivement.

[Ici, kPY est une demande de monnaie liée à une transaction et à titre de précaution et hr est une demande spéculative.] La demande de monnaie (préférence de liquidité) est établie en fonction du taux d'intérêt (r).

Plus le taux d'intérêt est élevé, plus la quantité de monnaie demandée est faible, à un niveau de revenu fixe. Une augmentation des revenus augmente la demande de monnaie. Cela se traduit par un décalage à droite du calendrier de la demande de monnaie.

La Fig. 38.6 montre comment la courbe LM est dérivée. Le diagramme de droite [partie (b)] montre le marché monétaire. L'offre de monnaie est la ligne verticale M, puisqu'elle est fixée par la Banque centrale. Les deux courbes de demande de monnaie L 1 et L 2 correspondent à deux niveaux de revenus différents. Lorsque le niveau de revenu est Y 1, la courbe de demande de monnaie est L 1 et le taux d’intérêt d’équilibre est n.

Cela donne le point E 'de la liste du LM dans la partie (a). À un niveau de revenu plus élevé (Y 2 ); le taux d'intérêt d'équilibre est r 2, donnant le point F 'sur la courbe LM.

La courbe LM est un lieu de points montrant différentes combinaisons de taux d’intérêt et de niveau de revenu permettant d’équilibrer le marché monétaire. En d'autres termes, le schéma LM (courbe), ou schéma d'équilibre du marché monétaire, présente toutes les combinaisons de taux d'intérêt et de niveaux de revenu de sorte que la demande de monnaie soit égale à son offre.

Propriétés de la courbe LM :

Nous pouvons maintenant aborder brièvement les propriétés du programme LM.

Ce sont les suivantes:

1. La pente de la courbe LM :

Le calendrier de LM est en pente positive. Cela signifie qu'une augmentation du taux d'intérêt réduit la demande de monnaie. Pour maintenir la demande de monnaie égale à l'offre fixe, le niveau de revenu doit augmenter. En conséquence, l'équilibre du marché monétaire implique qu'une augmentation du taux d'intérêt s'accompagne d'une augmentation du niveau de revenu.

Plus la réactivité de la demande de monnaie par rapport au revenu, mesurée par k, est grande, plus la réactivité de la demande de monnaie par rapport au taux d'intérêt, mesurée par h, est faible. plus la courbe LM sera raide.

En fait, un changement de revenu donné, ∆Y, a un effet plus important sur le taux d'intérêt, r, plus grand est k et plus petit est h, si la demande de monnaie est assez inélastique, de sorte que h est proche de zéro, la courbe LM est presque verticale.

Si la demande de monnaie est assez élastique (c'est-à-dire très sensible au taux d'intérêt), de sorte que h a une valeur élevée, la courbe LM est presque horizontale. Dans ce cas, une légère modification du taux d’intérêt doit être accompagnée d’une forte modification du niveau de revenu afin de maintenir l’équilibre du marché monétaire.

2. La position de la courbe LM:

La masse monétaire est maintenue constante le long de la courbe LM. Il s'ensuit alors qu'une modification de la masse monétaire modifie la courbe LM. Ce point est illustré à la Fig. 38.7. Une augmentation de la quantité de monnaie en circulation déplace la courbe d'offre de la monnaie vers la droite dans la partie (b) - de M 1 à M 2 .

Pour rétablir l'équilibre du marché monétaire au niveau initial du revenu, le taux d'intérêt d'équilibre sur le marché monétaire doit être ramené à r 2 . Dans la partie (a), nous indiquons le point F 'comme un point de la nouvelle liste LM, correspondant à la masse monétaire la plus élevée.

Ainsi, une augmentation de la masse monétaire décale la courbe LM vers la droite. À chaque niveau de revenu, le taux d’intérêt d’équilibre doit être inférieur pour inciter les citoyens à détenir la plus grande quantité de monnaie. Alternativement, à chaque niveau de taux d’intérêt, le niveau de revenu doit être plus élevé pour augmenter la demande de monnaie (transactions) et ainsi absorber l’argent supplémentaire fourni.

3. Positions en dehors de la courbe LM:

La Fig. 38.8 montre des points sur la courbe LM. Les points au-dessus et à gauche de la courbe correspondent à une offre excédentaire de monnaie; ci-dessous et à droite, une demande excédentaire d’argent.

À partir du point E de la partie a), une augmentation du revenu nous conduit au point H. À H 'de la partie b), il existe une demande excédentaire de monnaie - et donc, à H de la partie (a), un excédent demande d'argent. Par un argument similaire, nous pouvons commencer à F 'et passer à G' où le niveau de revenu est inférieur. Cela crée un excédent d’argent.

Les points principaux sur la courbe LM sont les suivants:

1. La courbe LM est le schéma des combinaisons de taux d’intérêt et de niveaux de revenus permettant d’équilibrer le marché monétaire.

2. La courbe LM est en pente positive. Compte tenu de la masse monétaire fixe, une augmentation du niveau de revenu, qui augmente la quantité de monnaie demandée, doit s'accompagner d'une augmentation du taux d'intérêt. Cela réduit la quantité de monnaie demandée et maintient ainsi l’équilibre du marché monétaire.

3. Une augmentation de la masse monétaire décale la courbe LAI vers la droite.

4. La demande de monnaie est excédentaire à tous les points situés à droite de la courbe du LAI, tandis que l'offre de monnaie est excédentaire aux points situés à sa gauche.

Equilibre général macro-économique :

Nous pouvons maintenant discuter de l’équilibre des deux marchés afin de voir comment la production et les taux d’intérêt sont déterminés simultanément. Pour obtenir un équilibre simultané, les taux d’intérêt et les niveaux de revenu doivent être tels que le marché des biens et le marché monétaire soient en équilibre.

La figure 38.9 montre que le taux d’intérêt et le niveau de production sont déterminés par l’interaction des marchés monétaire (LM) et des produits de base (IS). Les deux marchés sont clairs au point E. Les taux d’intérêt et les niveaux de revenus sont tels que le public détient la quantité de monnaie existante et que les dépenses prévues (ou souhaitées) sont égales à la production (PNB).

Changements dans les niveaux de revenu d'équilibre et le taux d'intérêt :

Les niveaux d'équilibre de revenu et de taux d'intérêt changent lorsque la courbe IS ou la courbe LM passe à une nouvelle position (à droite ou à gauche). La Fig. 38.10, par exemple, montre les effets d’une augmentation des dépenses autonomes (telles que les investissements autonomes) sur les niveaux de revenu à l’équilibre et le taux d’intérêt. Une augmentation des dépenses autonomes déplace l'horaire du SI vers la droite.

En conséquence, le revenu national augmente et le niveau d'équilibre du revenu national augmente. Mais l’augmentation des revenus (∆Y) est inférieure à celle donnée par le multiplicateur d’investissement keynésien [m (I]) car les taux d’intérêt augmentent et étouffent la demande d’investissement.

La raison est facile à découvrir. L'augmentation des dépenses autonomes tend sans doute à augmenter le niveau de revenu. Mais une augmentation des revenus augmente la demande de monnaie.

Avec une masse monétaire fixe, le taux d’intérêt doit augmenter pour que la demande de monnaie reste égale à la masse fixe. Lorsque le taux d'intérêt augmente, les dépenses d'investissement sont réduites car l'investissement est négativement lié au taux d'intérêt (dl / dr <0).

Ajustement vers l'équilibre:

Supposons que notre économie hypothétique se situe initialement à un point tel que E sur la Fig. 38.10 et que l'une des courbes se déplace alors, de sorte que le nouvel équilibre se situe à un point tel que F. Comment atteindre ce nouvel équilibre? L'ajustement impliquerait des modifications à la fois du taux d'intérêt et du niveau de revenu.

Nous faisons ici deux hypothèses:

(1) Étant donné que les prix sont supposés rester fixes, la production augmente lorsque la demande augmente. La production diminue lorsque la demande diminue. Cela découle de la théorie keynésienne de la détermination du revenu.

(2) Le taux d'intérêt augmente lorsqu'il y a une demande excédentaire de monnaie et diminue lorsqu'il y a une offre excédentaire de monnaie. (Cela découle de la théorie keynésienne des préférences de liquidité). La Fig. 38.11 montre leur évolution dans le temps. Ce diagramme montre quatre régions et les caractérise dans le tableau 38.1.

Nous savons (d'après la figure 38.8) qu'il existe une offre excédentaire de monnaie au-dessus de la courbe LM, et nous présentons donc la gestion écologiquement rationnelle dans les régions I et II du tableau 38.1. De même, nous savons (d'après la Fig. 38.4) qu'il existe une demande excédentaire de biens en dessous de la courbe IS. Par conséquent, nous montrons EDG pour les régions II et III dans le tableau 38.1. Les entrées restantes du tableau 38.1 peuvent être expliquées de la même manière.

Les directions des ajustements sont représentées par des flèches. Ainsi, par exemple, dans la région IV, la demande de monnaie est excédentaire, ce qui entraîne une hausse des taux d’intérêt lorsque d’autres actifs (y compris des actions et des obligations) sont vendus à prix d'argent et que leurs prix baissent.

La hausse des taux d’intérêt est représentée par la flèche montante. Il existe également une offre excédentaire de biens dans la région IV et, par conséquent, une accumulation de stocks involontaire, à laquelle les unités de production (entreprises) répondent en réduisant la production. La baisse de la production est indiquée par la flèche dirigée vers la gauche.

Les ajustements indiqués par les flèches mèneront finalement, peut-être de manière cyclique, au point d'équilibre E. Par exemple, à partir de F, nous montrons que l'économie passe à E, le revenu et le taux d'intérêt augmentant le long de la trajectoire d'ajustement indiquée.

En bref, les revenus et les taux d’intérêt s’adaptent au déséquilibre des marchés de biens et des marchés d’actifs (monétaires). Plus précisément, les taux d'intérêt baissent lorsqu'il existe une offre excédentaire de monnaie et augmentent lorsque la demande est excédentaire. Le revenu augmente lorsque la demande globale de biens dépasse la production et diminue lorsque la demande globale est inférieure à la production. Le système finit par atteindre le point d'équilibre en E.

Utilisation du modèle :

Le modèle IS - LM continue d’être utilisé (depuis son introduction en 1939 par JR Hicks) pour les études macroéconomiques. La raison principale en est qu’elle fournit un cadre simple et approprié pour analyser les effets des changements de politique monétaire et budgétaire sur la demande de production et les taux d’intérêt.

Problème 1:

Donné:

C = 102 + 0, 7Y. I = 150 - 100r.M s = 300, L = 0, 25F + 124 - 200r dont kPY = 0, 5y et hr = 124 - 200r. Trouvez (a) le niveau de revenu et le taux d’intérêt d’équilibre, et (b) le niveau de C, I et L lorsque l’économie est en équilibre.

Solution, a) L’équilibre du marché des produits de base existe là où

Une baisse de l’investissement autonome, ceteris paribus, entraînera une baisse du niveau de revenu à l’équilibre et une baisse du taux d’intérêt.

 

Laissez Vos Commentaires