Essai sur le développement économique d'un pays

Dans cet essai, nous discuterons du développement économique d'un pays. Après avoir lu cet essai, vous en apprendrez davantage sur: 1. La croissance économique et le développement économique 2. Les déterminants du développement économique 3. Les obstacles ou les contraintes 4. Les conditions préalables ou les besoins 5. Les changements structurels.

Contenu:

  1. Essai sur le sens du développement économique
  2. Essai sur les déterminants du développement économique
  3. Essai sur les obstacles ou contraintes au développement économique
  4. Essai sur les prérequis ou la nécessité du développement économique
  5. Essai sur les changements structurels au cours du développement économique

Essai n ° 1. Signification du développement économique:

Encore une fois Mme UK Hicks a déclaré: «Le développement économique traite du problème des pays sous-développés, alors que celui de la« croissance économique »concerne le problème des pays développés. Dans les pays sous-développés, les problèmes sont ceux du lancement et de l’accélération du développement. ”

Selon Maddison, "la hausse des niveaux de revenus est généralement appelée croissance économique dans les pays riches et dans les pays pauvres, elle est appelée développement économique".

Les processus de développement économique devraient non seulement générer des moyens de production accrus ou améliorés, mais aussi permettre une répartition équitable de ces ressources. Ainsi, par développement économique, nous entendons un processus visant à augmenter la production par habitant dans la perspective d’une répartition équitable.

Le professeur Meier a déclaré à juste titre: «Nous définirons le développement économique comme le processus par lequel le revenu par habitant d'un pays augmente sur une longue période.» Ici, le terme «processus» désigne les changements de longue période liés à l'évolution de la demande. comme des changements dans l'offre de facteurs.

Les changements survenant du côté de la demande sont principalement liés aux consommateurs, aux goûts et aux préférences, à la répartition du revenu, à la taille et à la composition de la population du pays et à d’autres changements organisationnels et institutionnels.

D'autre part, les changements survenant dans l'offre de facteurs sont également liés à: accumulation de capital, découverte de nouvelles ressources, introduction de techniques de production nouvelles et plus efficaces, augmentation de la taille de la population et changements organisationnels. La cause et les conséquences du développement économique sont principalement déterminées par le chemin parcouru dans le temps et la vitesse de ces changements susmentionnés.

Le développement économique, en tant que concept dynamique, fait référence à l’augmentation continue de la production au fil du temps. Deuxièmement, la réalisation du développement économique indique une augmentation du revenu réel par habitant au fil du temps. Ici, le revenu réel par habitant d’un pays indique simplement le revenu monétaire total ajusté aux variations de niveau de prix, c’est-à-dire

r = y / p où r = revenu réel; y = revenu monétaire et p = niveau de prix.

Troisièmement, par développement économique, nous entendons une augmentation continue du niveau de revenu national réel sur une période plus longue, couvrant une période d’au moins 25 à 30 ans.

Tout en expliquant la distinction entre développement économique et croissance économique, CP Kindleberger a déclaré: «La croissance économique signifie plus de production et le développement économique implique à la fois plus de production et une modification des arrangements techniques et institutionnels qui la produisent».

Selon ce point de vue, le terme «croissance» implique un niveau de production plus élevé ainsi que des résultats en termes d'augmentation du volume des variables économiques. En conséquence, Kindleberger a ajouté que «la croissance implique de se concentrer sur la taille ou le poids, alors que le développement attire l'attention sur le changement de capacité fonctionnelle».

Bien que certains économistes aient observé de légères différences entre le développement économique et la croissance économique, toutes ces différences sont imaginaires et irréelles et ont donc peu de valeur pratique. À ce propos, le professeur Arthur Lewis a fait remarquer à juste titre: «Le plus souvent, nous ne parlerons que de « croissance » mais occasionnellement, par souci de variété, de « progrès » et de « développement ».


Essai n ° 2. Déterminants du développement économique:

Par développement économique, nous entendons un niveau de productivité plus élevé dans presque tous les secteurs et un meilleur niveau de vie pour les masses en général. La voie du développement économique dans une économie sous-développée est semée d’obstacles.

Atteindre un niveau de développement économique plus élevé dépend du niveau de technologie. Le développement économique consiste donc à augmenter le taux de formation de capital, à la fois le capital physique et le capital humain.

En outre, la tâche du développement économique est influencée par un certain nombre de facteurs tels que: économique, politique, social, technologique, naturel, administratif, etc. Selon le professeur WA Lewis, le développement économique a trois causes principales.

Ceux-ci sont:

i) Des efforts pour réaliser des économies, soit en réduisant le coût d'un produit, soit en augmentant le rendement à partir d'un intrant ou d'autres ressources,

ii) Augmentation des connaissances et de son application appropriée et

(iii) Montant du capital ou d'autres ressources pour la terre.

En analysant les déterminants de la croissance économique, les professeurs JJ Spengler et WW Rostow ont fait des tentatives sincères à cet égard. Le professeur Spengler a répertorié environ dix-neuf déterminants, mais Rostow a mentionné six facteurs influant beaucoup sur la croissance économique.

Ces propensions sont:

(1) Propension à développer des services fondamentaux,

(2) Propension à appliquer la science à des fins économiques,

(3) propension à initier des innovations techniques,

(4) la propension à avoir une avance matérielle,

(5) Propension à consommer et

(6) Propension à avoir des enfants.

Toutes ces tendances montrent clairement les déterminants de la croissance économique en négligeant totalement les facteurs non économiques. En ce qui concerne les déterminants de la croissance économique, le Professeur Ragnar Nurkse a déclaré que «le développement économique a beaucoup à voir avec les ressources humaines, l'attitude sociale, les conditions politiques et les accidents historiques».

Le professeur PT Bauer a également rappelé que «les aptitudes, les capacités, les qualités, les capacités et les installations sont les principaux déterminants du développement économique». Le développement économique d'un pays dépend donc à la fois de facteurs économiques et non économiques.

Voici quelques facteurs économiques et non économiques importants qui déterminent le rythme du développement économique d'un pays:

A. Facteurs économiques:

1. Population et ressources humaines:

La population est considérée comme un déterminant important de la croissance économique. À cet égard, la population travaille à la fois comme un stimulant et comme un obstacle à la croissance économique. Premièrement, la population fournit de la main-d'œuvre et de l'esprit d'entreprise en tant que facteur important.

Les ressources naturelles du pays peuvent être correctement exploitées avec des ressources humaines. Avec une formation adéquate du capital humain, une mobilité croissante et une division du travail, les ressources en main-d'œuvre peuvent apporter un soutien utile au développement économique.

D'autre part, un taux de croissance démographique plus élevé augmente la demande de biens et services en tant que moyen de consommation entraînant une augmentation des besoins de consommation, un moindre équilibre entre investissement et exportation, une moindre formation de capital, une balance commerciale défavorable, une demande croissante de ressources sociales et économiques. infrastructures et problème de chômage plus élevé.

En conséquence, un taux de croissance démographique plus élevé peut mettre de sérieux obstacles sur la voie du développement économique. De plus, un taux de croissance de la population plus élevé absorbe généralement tous les avantages du développement économique, ce qui entraîne une croissance lente du revenu par habitant.

Cependant, certains économistes modernes ont également fait valoir qu'avec l’élan croissant du développement économique, le niveau de vie de la masse en général s’améliorait, ce qui créerait un meilleur environnement pour le contrôle de la croissance démographique. En outre, Easterlin a fait valoir que la pression démographique pouvait avoir une incidence positive sur la motivation des individus et qu’elle pouvait à nouveau modifier les techniques de production.

Ainsi, si la croissance démographique d'un pays retarde pratiquement ou contribue à la croissance économique, cela dépend uniquement de la situation qui prévaut et de l'équilibre de divers autres facteurs déterminant la croissance d'une économie.

2. Ressources naturelles et leur utilisation:

La disponibilité des ressources naturelles et leur utilisation appropriée sont considérées comme un facteur déterminant du développement économique. Si les pays sont riches en ressources naturelles et ont adopté les technologies modernes pour leur utilisation, ils peuvent alors atteindre un niveau de développement supérieur plus rapidement. La simple possession de ressources naturelles ne peut pas jouer un rôle déterminant dans le développement économique.

Malgré la grande diversité de leurs ressources naturelles, les pays d’Asie et d’Afrique ne pourraient atteindre un niveau de développement plus élevé faute d’une utilisation appropriée. Mais des pays comme la Grande-Bretagne et la France ont modernisé leur agriculture malgré le manque de terres et le pays tel que le Japon a développé une base industrielle solide malgré son déficit en ressources naturelles.

De même, la Grande-Bretagne a développé son secteur industriel en important certains minéraux et matières premières de l’étranger.

Cependant, une économie déficiente en ressources naturelles est obligée de dépendre d'un pays étranger pour l'approvisionnement en minéraux et autres matières premières afin de gérer son industrie. En conclusion, on peut donc constater que la disponibilité des ressources naturelles et leur utilisation appropriée continuent de jouer un rôle déterminant dans la croissance économique.

3. Formation de capital et accumulation de capital:

La formation de capital et l’accumulation de capital jouent un rôle important dans le processus de développement économique du pays. Ici, le capital désigne le stock de facteurs physiques reproductibles nécessaires à la production. L'augmentation du volume de la formation de capital conduit à une accumulation de capital.

Il est donc très important d’augmenter le taux de formation de capital de manière à constituer un stock important de machines, d’outils et d’équipements de la part de la communauté afin d’accroître la production.

Ainsi, le professeur Ragnar Nurkse a fait remarquer à juste titre: «La formation de capital signifie que la société n'applique pas l'ensemble de son activité actuelle aux besoins et désirs de la consommation immédiate, mais en oriente une partie vers la fabrication de biens d'équipement. instruments, machines et installations de transport, installations et équipements. "

Le processus de formation de capital comporte trois étapes:

a) Génération de l'épargne,

b) Mobilisation de l'épargne et

c) Augmenter le volume des investissements.

En outre, la formation de capital exige une formation adéquate en compétences, de manière à utiliser un appareil ou un équipement physique pour relever le niveau de productivité.

Dans une économie, l'accumulation de capital peut contribuer à accélérer le développement économique de la manière suivante:

a) Le capital joue un rôle diversifié dans l’augmentation du volume de la production nationale en modifiant l’échelle ou la technologie de production;

b) L’accumulation de capital est tout à fait essentielle pour fournir les outils et les intrants nécessaires à l’augmentation du volume de production et pour accroître les possibilités d’emploi pour le nombre croissant de main-d’œuvre;

c) L’accumulation de capital à un rythme plus rapide entraîne une augmentation de la fourniture d’outils et de machines par travailleur.

Divers pays développés comme le Japon ont pu atteindre un taux de formation de capital plus élevé pour déclencher une croissance économique rapide. Normalement, le taux de formation de capital dans les pays sous-développés est très faible. Par conséquent, ils doivent prendre les mesures appropriées, à savoir l’instauration de systèmes de dépôt obligatoire, la réduction de la consommation ostentatoire, la limitation des importations de biens de consommation, l’afflux de capitaux étrangers, etc.

Pour parvenir à une croissance économique rapide, le taux d'épargne et d'investissement intérieurs doit être porté à 20%.

Naturellement, au cours de la période initiale, il n’est pas possible d’accélérer le taux de formation de capital au taux requis par la seule épargne nationale. Initialement, pour augmenter le taux d’investissement dans l’économie, l’afflux de capitaux étrangers est dans une certaine mesure important. Mais avec la croissance progressive de l'épargne intérieure au cours des années de développement suivantes, la dépendance à l'égard des capitaux étrangers doit être progressivement réduite.

En tant que pays arriéré sur le plan technologique, l’Inde a décidé de permettre les investissements étrangers directs afin de se doter de technologies de pointe lui permettant d’atteindre la compétitivité internationale dans le contexte commercial et industriel mondial actuel.

Taux de croissance du PNB = (Ratio d’épargne / Ratio production-capital)

4. Ratio capital-production:

Le ratio capital / production est également considéré comme un déterminant important du développement économique d'un pays. Par ratio capital / production, nous entendons le nombre d'unités de capital nécessaires pour produire par unité de production. Il fait également référence à la productivité du capital de différents secteurs à un moment donné.

Mais le ratio capital-investissement dans un pays dépend également du stade de développement économique atteint et de la composition judiciaire du modèle d'investissement. En outre, le ratio capital / production associé au ratio de l'épargne nationale peuvent déterminer le taux de croissance du revenu national.

Ceci est une version simplifiée du modèle Harrod-Domar. Cette équation montre que le taux de croissance du PNB est directement lié au ratio d'épargne et inversement au ratio capital-prises.

Ainsi, pour atteindre un taux de croissance du revenu national plus élevé, le pays devra prendre les deux mesures suivantes:

a) augmenter le taux d'investissement et

(b) générer les forces nécessaires pour réduire le ratio capital / production.

5. Modèle d'investissement favorable:

Un modèle d’investissement favorable est un facteur déterminant du développement économique d’un pays. Cela nécessite une sélection appropriée des industries en fonction des priorités d'investissement et des techniques de production, de manière à obtenir un faible ratio capital / production et à atteindre une productivité maximale.

Ainsi, pour parvenir au développement économique à un rythme convenable, le gouvernement du pays doit choisir des critères d'investissement appropriés pour l'amélioration de l'économie. Les critères d'investissement appropriés devraient maximiser la productivité marginale sociale et également établir un équilibre entre les techniques à forte intensité de main-d'œuvre et à forte intensité de capital.

6. Structure professionnelle:

La structure professionnelle de la population active du pays est un autre déterminant du développement économique. Une trop grande dépendance à l'égard du secteur agricole n'est pas une situation encourageante pour le développement économique.

La pression croissante de la population active sur l'agriculture et les autres professions du secteur primaire doit être progressivement transférée au secteur secondaire et tertiaire ou au secteur des services grâce au développement progressif de ces secteurs.

En Inde, selon le recensement de 1991, environ 66, 0% de la population active totale étaient absorbés par l'agriculture. Selon le Rapport sur le développement dans le monde, 1983, alors que 45 à 66% de la main-d'œuvre des pays développés était employée dans le secteur tertiaire, l'Inde n'absorbait que 18% de la main-d'œuvre totale de ce secteur.

Le taux de développement économique et le niveau de revenu par habitant augmentent alors que de plus en plus de travailleurs passent du secteur primaire aux secteurs secondaire et tertiaire.

Comme l'écrit AGB Fisher, «nous pouvons dire que dans chaque économie progressive, l'emploi et les investissements ont été progressivement délaissés des« activités primaires »essentielles, …………………… ..en activités secondaires de tous types et encore plus dans la production tertiaire. "

Ainsi, pour atteindre un taux de développement économique élevé, un transfert intersectoriel de la main-d'œuvre est indispensable. L'ampleur et le rythme des transferts intersectoriels de main-d'œuvre dépendent beaucoup du taux d'accroissement de la productivité dans le secteur primaire par rapport aux autres secteurs.

7. Étendue du marché:

L'étendue du marché est également considérée comme un déterminant important du développement économique. L’expansion de l’échelle de production et sa diversification dépendent beaucoup de la taille du marché du pays.

En outre, le marché créé dans le pays étranger constitue également un stimulant utile pour l’expansion des secteurs primaire, secondaire et tertiaire du pays, menant à son développement économique. Le Japon et l'Angleterre font partie des pays qui ont étendu avec succès le marché de leurs produits à différents pays étrangers.

En outre, l'élimination des imperfections du marché est également un facteur déterminant du développement économique des pays sous-développés. En conséquence, le marché dans ces pays doit être exempt de toutes sortes d'imperfections retardant le développement économique du pays.

L'élimination des imperfections du marché prévoira un flux de ressources des emplois moins productifs vers des emplois plus productifs, ce qui est très important pour le développement d'une économie sous-développée.

8. Avancement technologique:

Le progrès technologique est considéré comme un facteur déterminant de la croissance économique. Par progrès technologique, nous entendons un savoir-faire technique amélioré et ses applications étendues.

Il comprend:

a) Utilisation du progrès technique loin des gains économiques,

b) Application des sciences appliquées donnant lieu à des innovations et inventions et

c) Utilisation d'innovations à grande échelle.

Avec l'avancement de la technologie, les biens d'équipement sont devenus plus productifs. En conséquence, le professeur Samuelson a fait remarquer à juste titre que la «nation hautement inventive» connaît normalement une croissance plus rapide que la «nation hautement investie».

Il peut exister trois formes d’avancées technologiques, à savoir:

a) Économie de capital

b) Économie de travail et

c) Neutre.

Les conditions suivantes doivent être remplies pour que les progrès technologiques d'un pays soient atteints:

a) prévoir de gros investissements dans la recherche,

(b) la capacité à exploiter les possibilités d'utilisation d'inventions et d'innovations scientifiques à des fins commerciales, ainsi qu'à l'expansion et à la diversification du marché de son produit.

Les pays sous-développés n’ayant pas rempli ces conditions, leur processus de développement n’est ni autonome ni cumulatif. Ainsi, pour atteindre un taux de développement plus élevé, les pays sous-développés ne devraient adapter que le type de technologie pouvant répondre à leurs besoins.

Les pays en développement comme le Mexique, le Brésil et l'Inde appliquent les technologies développées par les pays avancés selon leurs propres conditions et exigences. Ainsi, pour atteindre un niveau de développement économique élevé, les pays sous-développés doivent s'efforcer d'accomplir les progrès technologiques à un rythme plus rapide.

9. Planification du développement:

Ces dernières années, la planification économique a joué un rôle important dans l’accélération du développement économique de différents pays. Le développement économique est considéré comme une stratégie importante pour la construction de diverses infrastructures d’infrastructures aériennes et sociales ainsi que pour le développement équilibré des secteurs agricole, industriel et des services.

La planification est également essentielle pour la mobilisation des ressources, la formation de capital et également pour augmenter le volume des investissements nécessaires pour accélérer le développement. Des pays tels que l'ex-URSS et même les États-Unis et l'Allemagne de l'Ouest ont connu un développement rapide grâce à l'adoption d'une planification économique.

10. Facteurs externes:

La situation actuelle de l’économie mondiale appelle un soutien actif des facteurs extérieurs pour maintenir un taux de croissance satisfaisant dans les économies sous-développées. De plus, les ressources nationales ne peuvent à elles seules répondre à la totalité des besoins en ressources nécessaires au développement économique.

Par conséquent, à certains niveaux, la disponibilité des ressources étrangères détermine dans une large mesure le niveau de développement économique d'un pays.

Les facteurs externes qui jouent un rôle important dans le développement économique sont les suivants:

a) Des recettes d’exportation croissantes pour financer l’augmentation de la facture d’importations nécessaire au développement,

b) L’augmentation des flux de capitaux étrangers sous la forme d’investissements étrangers directs et de la participation à des fonds propres

(c) la coopération économique internationale sous la forme d'un flux croissant d'aide étrangère en provenance de pays avancés tels que les États-Unis, le Japon, etc., ainsi que d'un volume accru d'aide à des conditions de faveur émanant d'institutions internationales telles que le FMI, la BIRD (Banque mondiale) et d'autres organismes régionaux de développement économique. coopération comme l'ANASE, l'OPEP, la CEE, etc.

B. Facteurs non économiques:

Les facteurs économiques seuls ne suffisent pas pour déterminer le processus de développement économique d'un pays. Pour parvenir au développement économique, un climat social et politique approprié doit être mis en place.

À cet égard, les experts des Nations Unies ont fait observer que «le progrès économique ne sera possible que si l’atmosphère lui est favorable. La population d'un pays doit aspirer au progrès et sa situation sociale, économique, juridique et politique doit lui être favorable. ”

Mme Cairncross a souligné, insistant sur le rôle des facteurs non économiques, que «le développement n'est gouverné dans aucun pays par les seules forces économiques et que plus le pays est arriéré, plus cela est vrai. La clé du développement réside dans l'esprit des hommes, dans l'institution dans laquelle leur pensée trouve une expression et dans le jeu des opportunités sur les idées et l'institution. ”

Le professeur Macord Wright a de nouveau écrit: «Les facteurs fondamentaux de la croissance économique sont de nature non économique et non matérialiste. C'est l'esprit lui-même qui construit le corps. "Le professeur Ragnar Nurkse a également observé:" Le développement économique a beaucoup à voir avec les dotations humaines, les attitudes sociales, les conditions politiques et les accidents historiques. "

Les pays sous-développés se heurtent à divers obstacles sociopolitiques sur la voie du développement économique. Ainsi, pour atteindre la croissance économique, il ne suffit pas d'augmenter le niveau d'investissement, il est tout aussi important de transformer progressivement des institutions sociales, religieuses et politiques obsolètes qui entravent le progrès économique.

Voici donc certains des facteurs non économiques importants qui déterminent le rythme du développement économique d'un pays:

une. Envie de développement:

C’est l’intérêt mental pour le développement de la population en général qui joue un rôle déterminant dans l’initiation et l’accélération du processus de développement économique. Pour réaliser le progrès économique, les individus doivent être prêts à supporter à la fois les souffrances et les inconvénients. Les perspectives expérimentales, nécessaires au développement économique, doivent évoluer parallèlement à la progression de l’éducation.

b. Répartition de l'éducation:

Le progrès économique est étroitement lié à la diffusion de l’éducation. Le professeur Krause a observé que «l'éducation apporte des idées révolutionnaires pour le progrès économique.» L'éducation stimule la croissance économique dans la mesure où elle enseigne l'honnêteté, le patriotisme et l'aventure. L’éducation joue donc un rôle moteur dans le développement économique.

À cet égard, le professeur HW Singer a fait remarquer à juste titre: «L’investissement dans l’éducation est non seulement hautement productif, mais génère également des rendements croissants. L’éducation joue donc un rôle de pionnier dans la création du capital humain et le progrès social, qui à leur tour déterminent le progrès du pays. »

c. Changements dans les facteurs sociaux et institutionnels:

Les structures sociales et institutionnelles conservatrices et rigides, telles que le système familial mixte, le système de castes, les valeurs traditionnelles de la vie, un comportement irrationnel, etc., entravent sérieusement le développement économique et en ralentissent le rythme.

Il est donc très important d’apporter des changements sociaux et institutionnels adaptés à l’environnement en mutation et de réaliser les valeurs modernes de la vie pour accélérer le développement économique d’un pays.

Les professeurs Meier et Baldwin ont fait remarquer que «non seulement l'organisation économique doit être transformée, mais également l'organisation sociale, de sorte qu'un ensemble fondamental de valeurs et de motivation puisse être plus favorable aux changements économiques et culturels».

ré. Maintien approprié de la loi et de l'ordre:

Le maintien de l'ordre public de manière appropriée aide également le pays à réaliser son développement économique à un rythme plus rapide. La stabilité, la paix, la protection contre les agressions extérieures et la protection juridique soulèvent généralement des questions de moralité, d’initiative et d’esprit d’entreprise.

La formulation d'une politique monétaire et fiscale appropriée par un gouvernement efficace peut créer le climat nécessaire à un accroissement des investissements et peut également stimuler la formation de capital dans le pays.

Ainsi, afin d'accélérer le rythme du développement économique, le gouvernement doit prendre les dispositions nécessaires pour le maintien de l'ordre, la défense, la justice, la sécurité de la jouissance d'un bien, les droits testamentaires, l'assurance de maintenir les engagements et les contrats de l'entreprise, la mise en place de pondérations normalisées. mesures, la monnaie et la formulation de politiques monétaires et budgétaires appropriées du pays.

Mais l'économie des pays sous-développés fait maintenant face à une grave menace de troubles à grande échelle, de terrorisme, de perturbations à la frontière internationale, etc. Tout cela a conduit à un détournement de ressources et d'initiatives allant du développement à des fins non développementales.

En outre, dans une situation aussi chaotique, le processus de formation de capital, les initiatives commerciales et les entreprises de sociétés privées sont gravement touchés et faussés, ce qui entraîne une stagnation de l’économie dans ces pays.

À cet égard, le professeur Arthur Lewis a déclaré à juste titre: «Aucun pays n'a progressé sans un gouvernement intelligent pour le stimuler». Ainsi, pour parvenir au développement économique à un rythme plus rapide, le maintien de l'ordre public et la stabilité sont très importants.

e. Efficacité administrative:

Le développement économique d'un pays exige également la mise en place d'un mécanisme administratif fort, honnête, efficace et compétent pour la mise en œuvre réussie des politiques et programmes gouvernementaux de développement. L’existence d’un mécanisme administratif corrompu et inefficace conduit le pays au chaos et au désordre.

Le professeur Lewis a fait remarquer à juste titre que «le comportement du gouvernement joue un rôle important dans la stimulation ou le découragement de l'activité économique». Par conséquent, le maintien d'une structure administrative appropriée est un facteur déterminant du développement économique d'un pays.


Essai n ° 3. Obstacles ou contraintes au développement économique:

Le processus de développement d’une économie sous-développée ou en développement n’est pas une tâche facile mais plutôt compliqué car ces pays n’ont pas de caractéristiques communes. Ainsi, les pays sous-développés ou en développement sont confrontés à plusieurs contraintes ou obstacles sur leur trajectoire de développement économique.

Ces contraintes sur la voie du développement économique sont de deux types:

a) Contraintes à court terme et

(b) contraintes à long terme.

Ces contraintes à court terme sont liées à la surconcentration et à la stagnation du secteur agricole, au chômage et au sous-emploi, à la faible productivité du capital, au déficit croissant de sa balance des paiements, etc. Encore une fois, les contraintes à long terme incluent des goulots d'étranglement infrastructurels, des difficultés financières. contraintes etc.

Voici quelques-uns des obstacles ou contraintes importants sur la voie du développement économique des pays sous-développés:

(i) Exploitation coloniale:

Au début de leur processus de développement, la plupart des pays sous-développés étaient sous domination étrangère, ce qui avait conduit à une énorme exploitation coloniale par les dirigeants étrangers.

Les dirigeants étrangers ont converti ces économies en pays producteurs primaires engagés dans la production de matières premières pour être ensuite fournies au pays souverain à des prix inférieurs, ainsi qu’un puissant marché pour la vente des produits manufacturés fabriqués par le pays souverain.

Les capitalistes étrangers ont principalement investi leurs capitaux dans les industries de l'extraction minière, du forage pétrolier et des plantations où ils ont exploité au maximum les travailleurs domestiques et remis leurs bénéfices à leur pays d'origine.

Ils ont également détruit les industries artisanales et les petites industries en adoptant une concurrence déloyale qui a exercé une pression énorme sur l’agriculture, le chômage déguisé et la pauvreté. Après l’indépendance, ces pays sous-développés comme l’Inde ont dû faire face à de sérieux obstacles pour sortir de cette impasse profondément enracinée de pièges à l’équilibre de bas niveau.

ii) imperfections du marché:

Les imperfections du marché sous la forme d'immobilité des facteurs, de rigidité des prix, de méconnaissance des conditions du marché, de structure sociale rigide, etc. ont entraîné de sérieux obstacles sur la voie du développement économique des pays sous-développés. Toutes ces imperfections ont entraîné un faible niveau de production et un faible taux de productivité par travailleur.

En raison de ces imperfections du marché, les ressources de ces pays restent généralement inutilisées ou sous-utilisées, ce qui entraîne un déséquilibre des facteurs. Cela a forcé la production brute de ces pays à un coût inférieur à la production potentielle. La Fig. 1.1 clarifiera la situation.

Supposons que le pays ne produise que deux produits A et B. La courbe des possibilités de production AB représente la frontière de production qui montre les différentes combinaisons de produits A et B pouvant être produites par le pays dans toute la mesure du possible grâce à une allocation la plus complète et optimale possible. Ressources.

Ainsi, AB représente la courbe de production potentielle. Cependant, la courbe de production réelle du pays sous-développé, notée AB, est bien inférieure à la courbe de production potentielle AB en raison des imperfections du marché qui entraînent une mauvaise affectation et une sous-utilisation des ressources dans le pays.

Ainsi, en raison d'imperfections du marché, les pays sous-développés ne parviennent pas à atteindre la fonction de production optimale en raison de l'absence d'allocation optimale des ressources.

(iii) Faible taux d'épargne et d'investissement:

Un autre obstacle ou contrainte important auquel sont confrontés les pays sous-développés sur la voie du développement économique est le faible taux d’épargne et d’investissement. Malgré tous leurs efforts, le taux d’épargne de ces pays sous-développés est resté très faible, ne représentant que 5 à 9% de leur revenu national, contre 15 à 22% dans les pays développés.

Dans une telle situation, le taux d'investissement dans ces pays est très faible, ce qui entraîne un faible niveau de formation de capital et un faible niveau de revenu.

(iv) Cercle vicieux de la pauvreté:

Le cercle vicieux de la pauvreté est considéré comme l’un des principaux obstacles ou obstacles au développement économique des pays sous-développés. Le cercle vicieux dans les pays sous-développés caractérisés par une faible productivité résulte de l'insuffisance de capital, des imperfections du marché, du retard économique et d'un développement médiocre.

Ce cercle vicieux opère non seulement du côté de la demande, mais également du côté de l'offre.

Une faible productivité se traduit par un faible niveau de revenu et un faible taux d'épargne, ce qui entraîne un faible taux d'investissement, ce qui est également responsable du faible taux de productivité. Ainsi, le cercle vicieux de la pauvreté résulte de divers cercles vicieux liés à la demande et à l’offre du capital. Ces cercles vicieux de pauvreté s'aggravent mutuellement et il est vraiment difficile de briser ces cercles.

(v) Effet de démonstration:

L'effet de démonstration sur le niveau de consommation constitue un autre obstacle ou une contrainte majeure sur la voie du développement économique des pays sous-développés, car il augmente la propension à consommer et réduit ainsi le taux d'épargne et d'investissement.

Ici, le niveau de consommation d'un individu est très influencé par le niveau de vie ou les habitudes de consommation de ses voisins, amis et parents, mais pas par son seul revenu.

Ragnar Nurkse l'a qualifié d '«effet de démonstration international». He observed, “When people come into contact with superior goods or superior patterns of consumption, with new articles or new ways of meeting old wants, they are apt to feel after a while certain restlessness and dissatisfaction. Their knowledge is extended, their imagination is stimulated, new desires are aroused, the propensity to consume is shifted upward.”

Thus this international demonstration effect reduces the savings potential of the underdeveloped countries and thereby creates severe constraints on the path of their growth process.

(vi) Unsuitability in Adopting Modern Technology:

Underdeveloped countries are facing peculiar problem in respect of adopting modern and latest technology. Due to abundant labour supply and scarcity of capital, such technologies become unsuitable for these countries.

At the same time the existing poor technology of these underdeveloped countries fails to raise the rate of productivity and also to bring them out of the vicious circle of poverty and thereby makes it uncompetitive.

(vii) Rapidly Growing Population:

Most of the underdeveloped countries are facing the problem of rapidly growing population which hinders its path of economic development. In most of the over-populated countries of Asia and Africa, the rate of growth of population varies between 2 to 3 per cent which adversely affects their rate of economic growth and it is considered as the greatest obstacles to their path of economic development.

Jacob Viner has rightly observed, “Population increase hovers like a menacing cloud over all poor countries.”

Rapidly growing population slows down the rate and process of capital formation. Growing population increases the volume of consumption expenditure and thereby fails to increase the rate of savings and investment, so important for attaining higher level of economic growth.

Jacob Viner stated in this connection, “Population growth in a backward country does not induce capital widening investment or innovation. Instead it diminishes the rate of accumulation, raises costs in extractive industries, increases the amount of disguised unemployment and in large parts simply diverts capital to maintaining children who die before reaching a productive age. In short, resources go to the formation of population not capital.”

Moreover, rapidly rising population necessitates a higher rate of investment to maintain old standard of living and per capita income. Growing population also results food problem, unemployment problem which forced the country to divert its scarce resources to meet such crisis.

Thus, over-population results poverty, inefficiency, poor quality of population, lower productivity, low per capita income, unemployment and under-employment and finally leads the country toward under development.

(viii) Inefficient Agricultural Sector:

Another important obstacles or constraints to the path of development of underdeveloped countries are its inefficient agricultural structure. Agriculture dominates the economy of most of the underdeveloped countries like India as it is contributing the major share of their GDP.

Agricultural sector in these countries are suffering from primitive agricultural practices, lack of adequate inputs like fertilisers, HYV seeds and irrigation facilities, uneconomic holdings, defective land tenure and excessive dependence on agriculture.

Under such a poor structure, the agricultural productivity in these countries is very poor. Thus this poor performance of agricultural sector is another major obstacle in the path of economic development of these underdeveloped countries.

(ix) Inefficient Human Resources:

Inefficient and underdeveloped human resources are also considered another major obstacle towards economic development of underdeveloped countries. These countries suffer from surplus labour force but shortage of critical skills. Due to lack of adequate number of trained and skilled personnel, the production system remains thoroughly backward.

Thus this dearth of critical skills and knowledge in these countries has resulted under-utilisation and mis-utilisation of physical capital leading to lower productivity and higher cost structure of the production system. Due to lack of adoption of modern technique in agriculture, industry and trade, these underdeveloped countries fail to stand in the competition with developed countries.

(x) Shortage of Entrepreneurial Ability, Modern Enterprise and Innovation:

Underdeveloped countries are also suffering from lack of adequate number of entrepreneurial ability. Naturally there is absence of modern enterprise and proper managerial talent, Due to poor socio-cultural climate and weak environment, the managerial talent in these countries fails to reach its desirable level.

Moreover, due to the lack of spirit of experimentation and proper Research and Development (R&D) facilities, these underdeveloped countries fail to transform their production system to the desired level.

(xi) Inadequate Infrastructural Facilities:

Underdeveloped countries like India are facing serious obstacles due to inadequate infrastructural facilities. Thus the underdeveloped countries are suffering from lack of adequate transportation and communication facilities, shortage of power supply, inadequate banking and financial facilities and other social overheads which are considered very important for attaining economic development.

(xii) Adverse International Forces:

Certain adverse international forces are operating against the underdeveloped countries which are always going against the interest of the underdeveloped countries. International trade has forced the underdeveloped countries to become primary producing countries where the terms of trade as well as the gains from trade have always gone against these underdeveloped countries.

Prof. Raul Prebisch, Singer, Myrdal have formulated it “Theory of exploitation of poor countries”.

In this connection they observed, “During the last 150 years or so, the working of international forces through the media of trade and capital movement.” produced backwash effects on underdeveloped economies. There were certain disequalising forces operating in the world economy which made the gains from trade go mainly to developed countries.

(xiii) Political Instability:

Most of the underdeveloped countries are facing the problem of political instability resulting from frequent change of government, threats of external aggression and disturbed internal law and order conditions. This type of political instability creates uncertainty about its future steps and adversely affects the economic decisions of these underdeveloped countries relating to its investment.

Due to such uncertainty, flight of capital in considerable proportion takes place from these countries to advanced countries and also retards the chances of flow of foreign capital to these countries through foreign direct investment.

Moreover, weak and corrupt public administration in these countries has been resulting a huge leakage of public fund meant for investment in developmental activities.

(xiv) Inappropriate Social Structure:

Underdeveloped countries are suffering from backward social factors. Inappropriate social forces impeding the economic development of underdeveloped countries like India include prevalence of caste system, creating divergence between aptitudes, joint family system, peculiar law of inheritance, outdated religious beliefs, irrational attitudes towards number of children in a family etc.

All these social forces are obstructing the path of development of these underdeveloped countries.

Thus all these economic, political and social factors are equally responsible for the poor socio-economic set up of these underdeveloped countries and put serious obstacles for the path of economic development of these countries.


Essay # 4. Pre-Requisites or Need for Economic Development:

underdeveloped countries are very much concerned about their attainment of economic development. Attainment of economic development necessities a suitable environment for initiating, maintaining and accelerating the pace of economic development.

Prof. Lewis, in this connection, rightly observed, “The proximate causes of economic growth are: the effort to economise, the increase of knowledge or its application in production and increasing the amount of capital or other resources per head. these three causes, through clearly distinguishable conceptually are usually found together.”

Attainment of economic development in a country is very much related to social attitudes, political conditions, human resources, and also very much depending on psychological, social culture and political requirements of the country itself.

Prof. AK Cairncross has rightly observed that economic development “ is not just a matter of having plenty of money nor is it purely an economic phenomenon. It embraces all aspects of social behaviour, the establishment of law and order, scrupulousness in business dealing, including dealings with the revenue authorities, relationship between the family literacy, familiarity with mechanical gadgets and so on.”

Economic development of a country does not simply require removal of some of its basic obstacles like market imperfections, capital shortage, various circle of poverty etc. but it also requires a special attempt to identify some basic forces related to economic development. Following are some of the important pre-requisites for economic development of underdeveloped countries.

(i) Peoples' Desire for Economic Progress:

Peoples' desire for the attainment of economic progress is the most important requirement of economic development. In order to attain a self-generating growth of the economy, the people of the country must have a strong and positive willingness to attain such development. In order to arouse such peoples' desire, people of the country must be certain and well assured about the achievement of economic development:

(ii) Economic Organisation:

If the development strategy of the country is to be efficacious then it should be preceded by a proper economic organisation promoting such development and not hindering it any way. The economic organisation of the country should be of that type which can respond well to the requirements of planning for economic development.

A proper balance between the private and public sector initiatives is considered very important for evolving such an effective economic organisation. Thus in order to achieve fast economic progress, an underdeveloped country must attempt to introduce a rational reorganisation of its entire economy.

(iii) Removing Market Imperfections:

Removal of market imperfections is considered a very important pre-requisities for economic development as such imperfections create a lot of obstacles in the path of economic development of underdeveloped countries.

Market imperfection is largely responsible for wide spread poverty in such economies. Moreover, market imperfections results factor immobility, under-utilisation of resources and thereby abstract sectoral expansion and the process of development.

Removal of market imperfections can accelerate the pace of capital formation and can also widen the scope of capital and money market in these countries. The country should arrange cheap and larger volume of credit facilities readily available for its industrialists, cultivators, businessmen, small traders and new entrepreneurs.

Knowledge of these investors about market opportunities and new techniques of production should also be enhanced to the reasonable level. A whole hearted effort should be made to utilise its available limited resources in a most efficient and dynamic manner to its maximum extent.

In this connection, Prof. Schultz has rightly observed, “To achieve economic growth of major importance in such countries, it is necessary to allocate effort and capital to do three things: increase the quantity of reproducible goods, improve the quality of the people as productive agents and raise the level of productive arts.”

Thus the removal of market imperfections leads to an efficient allocation of resources which finally leads to advancement of industrial and agricultural production and also to expansion of foreign trade resulting an successful effort to break the vicious circle of poverty.

(iv) Reasonable Equality of Income:

Another pre-requisite for economic development of an underdeveloped country is the attainment of reasonable equality of income. Because this will generate adequate enthusiasm among, the general masses toward economic development of the country as well as for the successful working of the economic plan.

Growing concentration of income and wealth in the hands of few and political influence generally protects the richer section from higher rates of taxation and thereby the tax burden ultimately falls much on the middle class and poorer sections of the society.

Underdeveloped countries like India usually face this type of problem. Therefore, it is quite necessary mat proper steps be taken to check such concentration of wealth and they should attain reasonable equality in the distribution of income and wealth.

(v) Attaining Administrative Efficiency:

Existence of a stable strong, efficient and honest government machinery is considered another pre-requisite for economic development. In order to formulate and implement economic planning along with a specific policy for economic growth, the government must be strong and efficient one, capable of maintaining internal law and order and defending the country against any external aggression.

(vi) Indigenous Base:

The development process of underdeveloped countries must have a domestic or indigenous base and it is considered another major prerequisite for economic development. Whatever initiative is to be taken for the economic development, that should come from within the economy of these underdeveloped countries but not from outside.

Plan for economic progress and social betterment cannot be initiated from outside of a country. Some developmental projects may be developed out of foreign aid but it should be maintained, with indigenous motivation.

But too much dependence on external capital and external forces may dampen the spirit and initiative for development and paves the way for exploitation of natural resources of the underdeveloped countries by foreign investors. Thus to attain indigenous base in developmental framework is considered as an important pre-requisite for economic development.

(vii) Capital Formation:

In order to attain economic development in an underdeveloped economy, capital formation is considered as an important pre-requisite for development. In these countries, the rate of savings is low due to low per capita income and higher marginal propensity to consume. Thus immediate steps be taken to raise the rate of capital formation of the country.

These require:

(a) An increase in the volume of real savings,

(b) Establishment of proper credit and financial institutions for mobilising and channelising these savings into investible fund and

(c) Utilisation of these savings for the purpose of investment in capital goods.

Prof. Lewis has rightly observed, “No nation is so poor that it could not save 12 per cent of its national income if it wanted to, poverty has never prevented nations from launching upon wars or from wasting their substance in other ways.”

(viii) Determining suitable Investment Criterion:

To determine suitable investment criteria is also another major pre-requisite for economic development of underdeveloped countries. Here the idea is not only to determine the rate of investment but also the composition of investment. In order to determine an optimum investment pattern, it is essential to consider various fruitful avenues of investment available in these countries.

As social marginal productivity of investment differs thus investment should be made in those directions where its social marginal productivity is the highest.

The attainment of such higher social marginal productivity of investment requires—minimising the capital-output ratio, promoting greater external economies, investment in labour-intensive projects, use of domestic raw materials, reducing pressure on balance of payments and improving the pattern of distribution of income and wealth so as to reduce the gap between the rich and poor.

Moreover, investment in these countries should be channelised to build adequate social and economic overheads. Again the investment should be made to attain a balanced growth of different sectors of the economy. Finally, considering the structural environment in the country, proper choice of techniques be made for various investment projects of the country.

(ix) Absorption of Capital:

Another pre-requisite for economic development is to raise the capital absorption capacity of underdeveloped countries as they mostly suffer from lack of such capacity due to non-availability of co-operant factors. Such problems of low capital absorption capacity arise due to lack of technology, shortage of skilled personnel and poor geographical mobility of labour.

Thus with the increase in capital accumulation in such countries, the supply of other co-operant factors should be increased so as to enhance the capital absorption capacity of such countries.

(x) Maintaining Stability:

Underdeveloped countries are facing a peculiar problem of instability arising due to inflationary rise in price level. Inflation in these countries is influenced by the factors like monetary expansion, deficit financing, misdirection of savings in unproductive speculative activities, market imperfection: etc.

Therefore, another requirement of economic development is to maintain stability by avoiding inflationary rise in the price level so as to check mis-allocation of resources along with its other evils.

(xi) People's Participation and Co-Operation:

Finally, people's participation and public co-operation in all developmental projects are considered as an important pre-requisite and a principal force behind all planned developmental schemes of the under-developed countries. In the absence of public co-operation and participation, this development strategy cannot function properly.

Prof. WA Lewis observed, “Popular enthusiasm is both the lubricating oil of planning and the petrol of economic development—a dynamic force that makes all things possible.”

Therefore, planners should make an endeavour to enlist public co-operation and to arouse popular enthusiasm for implementing their plan for development. Moreover, in order to implement any developmental projects to the fullest extent and also to restrict the leakages involved in it, peoples' participation and public co-operation are considered very important, especially in these under-developed countries.


Essay # 5. Structural Changes during Economic Development:

Attaining structural changes in the economy is considered as one of the pre-conditions for economic development.in most of the developed countries, economic growth is characterised by structural transformations of the economy.

The process of growth is connected with both fuller use of existing resources and expanding resources. Here the problem has to be tackled in two ways. Firstly, the productive opportunities available within the existing resouirce and necessary known-how have to be utilised to the maximum extent through optimum allocation of the resources of the country.

Secondly, the production frontier, ie, the various productive sectors, has to be widened through sizable changes to the maximum extent.

Again the Chances of achieving higher rate of development through better allocation of existing resources is very much limited. TW Schultz has aptly observed, “in most poor countries there is not much economic growth to be had by merely taking up whatever slack may exist in the way of the available resources being utilised.” Therefore, in order to provide all outward push to the production frontier, the productive has to be expanded.

Moreover, the structural transformation of the economy indicates a shift away from agriculture to non-agriculture activities and from industry to services along with a change in the scale of productive units, and necessary shift from personal enterprises to impersonal organization of economic firms along with a change in the occupational status of labour.

Following are some of the important structural changes arising out of economic development:

(i) Shift in Economic Activities:

In most of the underdeveloped agricultural countries, the structural change may be initiated through reduction in proportion of population engaged in agriculture and thereby increase in the number of persons engaged in non-agricultural occupations.

HW Singer observed that, “The speed or rate of economic development may then be described by the rate of which 70 : 30 ratio in economic structure is approximated to the 20 : 80 ratio which represents ultimate equilibrium at a high level of development.”

Therefore, the transfer of population from agricultural sector to non-agricultural sector must be supported by an increase in agricultural production so as to provide necessary food and raw materials to the non-agricultural sector as well as to meet the requirement of increasing population in both of these sectors.

In order to meet such requirement, there should be sufficient transformation in the agricultural sector in the form of introduction of land reform measures, raising the supply of productive inputs or factors in agriculture, promoting new credit institutions, introducing dynamic market structure, providing additional incentives, arranging changes in socio-economic relationships, introducing intensive cultivation process.

The development experience in various countries shows that the share of agricultural sector in GDP of all developing countries has declined excepting Australia. In respect of changes in the contribution of services sector, the result is not so marked or consistent among the various countries.

(ii) Changes in Sectoral Distribution of Labour Force:

Movements in structural transformations in economic growth can also be analysed in the form of changes in the distribution of labour force among three major sectors. The share of total labour force engaged in industrial sector varied between 40 to 58 per cent for almost all the countries excepting erstwhile USSR and Japan, as these countries entered lately in the field of industrialisation.

On the other hand, the share of total labour force engaged in the services sector remained almost constant and relatively poor in the countries like Australia, Great Britain, Sweden and Belgium. But the same share recorded an absolute and relative increase in the countries like USA, Canada, Italy, Japan, Switzerland and erstwhile USSR.

(iii) Changes in Sectoral Share in GDP:

Prof. Simon Kuznets has rightly observed that during the period of modern economic growth, the share of agriculture and agro-based industries in aggregate output (GDP) has recorded a sharp decline, while the shares of manufacturing industries, public utilities and certain service groups like professional, government etc. have recorded a manifold increase.

Such changes have resulted corresponding shifts in the sectoral allocation of labour force of the country. Moreover, the rapid change in the size and form of business organisations has also resulted a major structural change in the economy. Modern economic growth has resulted a fall in the domination of sole trading small farms.

Moreover, the shift away from agriculture to non-agricultural activities has also resulted a significant fall in the share of small business units. Again, the modern economic growth has also paved the way for the emergence of joint stock companies and giant corporations in modern industrial set-up.

(iv) Changes in Social Structure:

Finally, social system has much impact on the economic phenomenon of the country. Social institutions, habits and attitudes are influencing the productive activities and expenditure patterns substantially, especially in the underdeveloped countries. Savings and investment patterns are considerably influenced by cultural and social considerations.

Therefore, in order to attain structural change in the economy, there is the necessity of change in the social structure of its society. Setting a dynamic economy in a static social set up is almost impossible as they cannot pull together.

In this connection, Meir and Baldwin aptly observed, “New wants, new motivations, new ways of production, new institutions are to be created if national income is to rise more rapidly. Where there are religious obstacles to modern economic progress, the religion may have to be taken less seriously or its character altered.”

Thus necessary change in the social structure is very important for attaining economic development in a country. Prof. Gadgil also observed,

“All attitudes, habits of mind, patterns of behaviour, are born out of chiefly historical institutional modes of living. These modes of living in most under-developed countries have had in the past little direct connection with economic development. If now rapid economic development is to become the main objective of these societies, their attitudes and habits of mind must change correspondingly.”


 

Laissez Vos Commentaires