5 types de jeux dans la théorie des jeux (avec schéma)

Lisez cet article pour en savoir plus sur les différents types de jeux de la théorie des jeux, expliqués à l'aide de diagrammes!

Dans la théorie des jeux, différents types de jeux aident à analyser différents types de problèmes.

Les différents types de jeux sont formés sur la base du nombre de joueurs impliqués dans un jeu, de la symétrie du jeu et de la coopération entre les joueurs.

Les différents types de jeux (illustrés à la figure 1) sont expliqués ci-dessous:

1. Jeux coopératifs et non coopératifs :

Les jeux coopératifs sont ceux dans lesquels les joueurs sont convaincus d'adopter une stratégie particulière par le biais de négociations et d'accords entre joueurs. Prenons l'exemple cité dans le dilemme du prisonnier pour comprendre le concept de jeux coopératifs. Au cas où John et Mac auraient pu se contacter, ils auraient alors décidé de rester silencieux. Par conséquent, leur négociation aurait aidé à résoudre le problème.

Un autre exemple peut être cité pour les organisations pan masala. Supposons que les organisations pan masala souhaitent réduire leurs dépenses publicitaires. Cependant, ils ne savent pas si d'autres organisations les suivront ou non.

Cela crée une situation de dilemme parmi les organisations pan masala. Cependant, le gouvernement restreint la publicité du pan masala sur les téléviseurs. Cela contribuerait à réduire les dépenses publicitaires des organisations pan masala. Ceci est un exemple de jeu coopératif.

Cependant, les jeux non coopératifs font référence aux jeux dans lesquels les joueurs décident de leur propre stratégie pour maximiser leurs profits. Le meilleur exemple de jeu non coopératif est le dilemme du prisonnier. Les jeux non coopératifs donnent des résultats précis. En effet, dans les jeux non coopératifs, une analyse très approfondie d’un problème a lieu.

2. Jeux de forme normale et de forme extensive :

Les jeux sous forme normale se réfèrent à la description du jeu sous forme de matrice. En d’autres termes, lorsque les gains et les stratégies d’un jeu sont représentés sous forme de tableau, on parle de jeux de forme normale. Les jeux de forme normale aident à identifier les stratégies dominées et l’équilibre de Nash. Dans les jeux sous forme normale, la matrice illustre les stratégies adoptées par les différents acteurs du jeu et leurs résultats possibles.

Par contre, les jeux sous forme extensive sont ceux dans lesquels la description du jeu est faite sous la forme d’un arbre de décision. De nombreux jeux de formes aident à la représentation d’événements pouvant se produire par hasard. Ces jeux consistent en une structure arborescente dans laquelle les noms des joueurs sont représentés sur différents nœuds.

En outre, dans cette structure, les actions réalisables et les résultats de chaque joueur sont également indiqués. Laissez-nous comprendre le concept de jeux de forme extensifs à l'aide d'un exemple. Supposons que l'organisation A souhaite entrer sur un nouveau marché, alors que l'organisation B est l'organisation existante sur ce marché.

L'organisation A a deux stratégies; un IS à entrer sur le marché et contester de survivre ou de ne pas entrer sur le marché et rester privé du profit qu'il peut gagner. De même, l’organisation B a également deux stratégies: lutter pour son existence ou coopérer avec l’organisation A.

La figure 2 montre l'arbre de décision pour la situation actuelle:

Dans la figure 2, l'organisation A fait le premier pas qui sera suivi par l'organisation B plus tard. Si l'organisation A n'entre pas sur le marché, ses gains seraient alors nuls. Cependant, si elle entrait sur le marché, la situation du marché dépendrait totalement de l'organisation B.

S'ils se lancent tous deux dans la guerre des prix, ils subiront tous les deux la perte de 3. D'autre part, si l'organisation B coopère, elle réalisera des profits égaux. Dans ce cas, la meilleure option serait que l’organisation A entre sur le marché et que l’organisation B coopère.

3. Jeux de mouvements simultanés et jeux de mouvements séquentiels :

Les jeux simultanés sont ceux dans lesquels le mouvement de deux joueurs (la stratégie adoptée par deux joueurs) est simultané. Lors d'un mouvement simultané, les joueurs ne connaissent pas le mouvement des autres joueurs. Au contraire, les jeux séquentiels sont ceux dans lesquels les joueurs sont conscients des mouvements des joueurs qui ont déjà adopté une stratégie.

Cependant, dans les jeux séquentiels, les joueurs n’ont pas une connaissance approfondie des stratégies des autres joueurs. Par exemple, un joueur sait que l'autre joueur n'utilisera pas une seule stratégie, mais il / elle n'est pas sûr du nombre de stratégies que l'autre joueur peut utiliser. Les jeux simultanés sont représentés sous forme normale tandis que les jeux séquentiels sont représentés sous forme extensive.

Laissez-nous comprendre l'application de jeux de déplacement simultanés à l'aide d'un exemple. Supposons que les organisations X et Y souhaitent minimiser leurs coûts en externalisant leurs activités de marketing. Cependant, ils craignent que l'externalisation d'activités de marketing entraîne une augmentation des ventes de l'autre concurrent. Les stratégies qu’ils peuvent adopter sont d’externaliser ou de ne pas externaliser les activités de marketing.

Le tableau 10 présente la matrice des retombées pour les deux organisations:

Dans le tableau 10, on voit que les organisations X et Y ne sont pas au courant de la stratégie de l’autre. Les deux travaillent sur la perception que l'autre adopterait la meilleure stratégie pour lui-même. Par conséquent, les deux organisations adopteraient la stratégie qui leur convient le mieux.

Le même exemple peut également être utilisé pour l'explication de jeux de déplacement séquentiels. Supposons que l'organisation X soit la première à décider si elle doit externaliser les activités de marketing ou non.

L'arbre de jeu qui représente la décision de l'organisation X et Y est illustré à la figure 3:

Dans la figure 3, l'organisation X prend la première décision, tandis que l'organisation Y prendrait sa décision sur la base de la décision prise par X. Toutefois, le résultat final dépend de la décision de l'organisation Y. Dans le cas présent, le second est conscient de la décision du premier joueur.

4. Jeux à somme constante, à somme nulle et à somme autre que zéro :

Le jeu à somme constante est celui dans lequel la somme du résultat de tous les joueurs reste constante même si les résultats sont différents. Jeu à somme nulle est un type de jeu à somme constante dans lequel la somme des résultats de tous les joueurs est égale à zéro. En jeu à somme nulle, les stratégies des différents joueurs ne peuvent affecter les ressources disponibles.

De plus, en jeu à somme nulle, le gain d'un joueur est toujours égal à la perte de l'autre joueur. D'autre part, les jeux à somme non nulle sont les jeux dans lesquels la somme des résultats de tous les joueurs n'est pas nulle.

Un jeu à somme non nulle peut être transformé en jeu à somme nulle en ajoutant un joueur factice. Les pertes du joueur fictif sont annulées par les gains nets des joueurs. Des exemples de jeux à somme nulle sont les échecs et les jeux d'argent. Dans ces jeux, le gain d'un joueur entraîne la perte de l'autre joueur. Cependant, les jeux coopératifs sont l'exemple des jeux non nuls. En effet, dans les jeux coopératifs, chaque joueur gagne ou perd.

5. Jeux symétriques et asymétriques :

Dans les jeux symétriques, les stratégies adoptées par tous les joueurs sont les mêmes. La symétrie peut exister dans les jeux à court terme uniquement parce que dans les jeux à long terme, le nombre d'options avec un joueur augmente. Les décisions dans un jeu symétrique dépendent des stratégies utilisées et non des joueurs. Même en cas de changement de joueurs, les décisions restent les mêmes dans les jeux symétriques. Un exemple de jeu symétrique est le dilemme du prisonnier.

D'autre part, les jeux asymétriques sont ceux dans lesquels les stratégies adoptées par les joueurs sont différentes. Dans les jeux asymétriques, la stratégie procurant des avantages à un joueur peut ne pas être tout aussi bénéfique pour l'autre joueur. Cependant, la prise de décision dans les jeux asymétriques dépend des différents types de stratégies et de décisions des joueurs. Un exemple de jeu asymétrique est l’entrée d’une nouvelle organisation sur un marché car différentes organisations adoptent des stratégies différentes pour entrer sur le même marché.

 

Laissez Vos Commentaires