Compétences d'un gestionnaire efficace

Tout ce que vous devez savoir sur les compétences d’un gestionnaire efficace. Les compétences de gestion sont essentielles pour atteindre les objectifs de l'organisation. La gestion ne peut être efficace si les gestionnaires ne possèdent pas le bon type de compétences. Pour une meilleure gestion, chaque gestionnaire doit posséder trois types de compétences de gestion: compétences conceptuelles, compétences en relations humaines et compétences techniques.

À mesure que le cadre de gestion évolue, les compétences managériales requises évoluent également. La nature de l’organisation, qu’il s’agisse de fabrication ou de service, détermine le contenu des compétences de gestion, ce qui varie d’une organisation à l’autre.

Les compétences d'un responsable sont notamment les suivantes: - 1. Compétence conceptuelle 2. Compétence comportementale 3. Compétence technique 4. Compétence humaine 5. Compétence analytique 6. Compétence administrative 7. Compétence de communication 8. Compétence de prise de décision 9. Compétence informatique 10. Compétences de conception.


Compétences en gestion: conceptuel, comportemental, technique, humain, analytique, administratif, communication et quelques autres

Compétences d'un gestionnaire efficace - Compétences conceptuelles, comportementales et techniques

Les compétences requises pour une gestion efficace sont appelées compétences de gestion. Ces compétences sont nécessaires pour chaque niveau de gestion. Les compétences de gestion sont conceptuelles, humaines et techniques. Même toutes ces compétences sont nécessaires à tous les niveaux de gestion, mais leur degré varie d'un niveau à l'autre.

1. Compétence conceptuelle:

La compétence conceptuelle comprend la capacité mentale des gestionnaires à coordonner et à intégrer les environnements interne et externe de l'organisation. Lors de la formulation et de la mise en œuvre des plans et des politiques de l'organisation, cette compétence est requise. La compétence conceptuelle analyse les opportunités environnementales, les exploite de manière fructueuse et les corrèle avec le système interne de l'organisation. Ainsi, la compétence conceptuelle est utile dans la prise de décision concernant la richesse et la prospérité organisationnelles.

2. Compétence comportementale:

Tant de personnes travaillent dans l'organisation avec des pensées et des sentiments différents. Ainsi, les responsables doivent avoir la capacité de travailler avec et de comprendre les membres de l’organisation. Une telle capacité est appelée compétence comportementale ou humaine. Le comportement joue un rôle de premier plan pour travailler en équipe et coopérer les uns avec les autres. Les gestionnaires interagissent avec leurs pairs et leurs supérieurs. Cette compétence est donc nécessaire pour analyser et comprendre leur comportement.

3. Compétences techniques:

La capacité à utiliser des outils, des techniques et des procédures dans le domaine de spécialisation est appelée compétence technique. La technique, les compétences sont nécessaires pour effectuer divers travaux et donner des instructions pour effectuer les procédures. Généralement, cette compétence nécessite plus de pratique avant d'utiliser une machine.

Bien que ces trois compétences soient nécessaires pour une gestion efficace et sans heurts, leur degré varie toutefois d’un niveau à l’autre. Quant aux compétences conceptuelles, elles sont beaucoup plus nécessaires au niveau de la direction, moins humaines ou comportementales et un peu techniques.

La compétence humaine ou comportementale est plus nécessaire au niveau intermédiaire que le niveau supérieur et inférieur de la direction. La direction de niveau inférieur est impliquée dans les opérations. Par conséquent, ils nécessitent davantage de compétences techniques que de compétences comportementales et conceptuelles. Ainsi, on peut dire que chaque niveau de gestion a besoin de tout type de compétences. Ils ne varient que dans le degré à différents niveaux.


Compétences d'un gestionnaire - Compétences conceptuelles, techniques, humaines, analytiques et administratives

La compétence est la capacité à effectuer une tâche particulière. Plusieurs compétences sont nécessaires pour gérer avec succès une grande entreprise dans un environnement dynamique.

Un gestionnaire efficace devrait posséder les compétences suivantes:

1. Compétence conceptuelle:

La compétence conceptuelle désigne la capacité à comprendre un problème sous tous ses aspects et à utiliser une pensée originale pour le résoudre. Cette compétence est requise par tous les responsables à tous les niveaux de l’organisation. Cette compétence aide à visualiser les complexités de l'organisation globale et développe une vision pour faire face aux situations. Une telle compétence est nécessaire pour une prise de décision rationnelle. Cette compétence aide à comprendre la relation entre une organisation et son environnement externe.

2. Compétence technique:

La compétence technique désigne la capacité à utiliser des outils, des équipements, des techniques, des procédures, etc., de manière spécialisée dans l'exécution de tâches spécifiques. Ces compétences requièrent des connaissances spécialisées, une formation et des compétences pour effectuer un travail ou une tâche particulière. Normalement, les directeurs d’exploitation (ou de supervision) ont besoin d’un niveau élevé de compétences techniques pour fournir des conseils et des instructions à leurs subordonnés. Plus le niveau de gestion est élevé, plus le besoin de compétences techniques diminue.

3. Compétence humaine:

La compétence humaine fait référence à la capacité de comprendre, de diriger, de motiver et de travailler avec d'autres personnes de l'organisation. Cette compétence inclut les compétences interpersonnelles et comportementales des gestionnaires pour résoudre les problèmes de leurs subordonnés. Cette compétence nécessite un sens du ressenti pour les autres et une capacité à regarder les choses du point de vue des autres. Cela aide à comprendre les subalternes et leurs besoins, sentiments et problèmes. Cette compétence permet d'obtenir la coopération de subordonnés et de créer un travail d'équipe efficace.

4. Compétence analytique:

La compétence analytique fait référence à la capacité de résoudre tout problème en identifiant et en analysant sa nature. Cette compétence est un mélange approprié de capacité d'analyse, de bon sens et d'intelligence de base. Cette compétence est requise par chaque responsable pour la résolution de problèmes complexes. Les gestionnaires ayant une telle compétence peuvent rapidement entrer dans la profondeur du problème.

5. Compétence administrative:

La compétence administrative fait référence à la capacité de faire avancer les choses par le biais des autres. Cette compétence comprend les capacités de diriger, motiver, communiquer, coopérer et se coordonner avec les autres afin de faire avancer les choses par le biais des autres. Cette compétence rend les gestionnaires sains et pragmatiques sur le plan professionnel.


Compétences d'un gestionnaire efficace - Conceptuel, relations humaines et compétences techniques

Les compétences de gestion sont essentielles pour atteindre les objectifs de l'organisation. La gestion ne peut être efficace si les gestionnaires ne possèdent pas le bon type de compétences. Pour une meilleure gestion, chaque gestionnaire doit posséder trois types de compétences de gestion: compétences conceptuelles, compétences en relations humaines et compétences techniques.

À mesure que le cadre de gestion évolue, les compétences managériales requises évoluent également. La nature de l’organisation, qu’il s’agisse de fabrication ou de service, détermine le contenu des compétences de gestion, ce qui varie d’une organisation à l’autre.

1. Compétences conceptuelles :

La capacité de visualiser l’organisation dans son ensemble à partir d’une perspective intégrée est appelée compétence conceptuelle. Il comprend des compétences analytiques, créatives et d’initiative qui aident à identifier les causes des problèmes. Ces compétences sont une condition préalable pour qu'un responsable puisse planifier chaque situation et résoudre les problèmes de l'organisation. Les cadres supérieurs exigent une part relativement importante de compétences conceptuelles, ce qui les aide à planifier et à organiser pour l’ensemble de l’organisation.

2. Compétences en relations humaines :

Travailler avec des personnes n’est pas un processus facile et requiert des compétences relationnelles pour comprendre, communiquer et travailler avec d’autres. Les gestionnaires ne peuvent diriger, motiver et développer des équipes que s’ils possèdent des compétences en relations humaines. Bien qu’apparemment, ces compétences soient vitales pour tous les niveaux de gestion, les cadres supérieurs et intermédiaires en particulier devraient être forts en compétences en relations humaines.

3. Compétences techniques :

Une compétence technique est la capacité d'effectuer le travail donné sur différentes machines et avec les outils nécessaires en utilisant les procédures et techniques données. Les responsables de bas niveau sont responsables des opérations réelles et doivent donc être très compétents en compétences techniques.

Bien que les compétences ci-dessus soient considérées comme de grandes catégories de compétences de gestion, des compétences spécifiques telles que - les compétences de communication, les compétences administratives, les compétences de leadership, les compétences de résolution de problèmes ont pris une grande importance et celles-ci sont centrées dans tous les programmes de formation. organisations.


Compétences d'un gestionnaire efficace - compétences techniques, analytiques, conceptuelles, humaines et en communication

1. Compétences techniques:

Si une personne est un professionnel, par exemple un ingénieur, un comptable, un avocat, etc., il est évident qu'il doit posséder des compétences professionnelles dans son domaine particulier. Cela est nécessaire, qu'il souhaite rester spécialiste ou qu'il ait l'ambition d'entrer dans la direction générale. Dans la plupart des entreprises, il est peu probable qu'une personne puisse envisager de devenir membre de la direction générale sans avoir prouvé ses compétences et acquis de l'expérience dans son propre domaine de spécialisation.

La société dans son ensemble et le commerce et l'industrie en particulier sont devenus si complexes qu'il ne suffit plus d'avoir ses propres compétences de spécialiste, même si vous n'avez pas d'ambition «généraliste». Une certaine connaissance de la finance est essentielle. Le calcul ou la facilité avec les chiffres et la familiarité avec les techniques informatiques deviennent de plus en plus nécessaires. Plus l'individu souhaite progresser dans l'organisation, plus l'étendue des compétences qu'il devra maîtriser sera grande.

2. Compétences analytiques :

La capacité à décomposer un problème en ses composants, à discerner les relations internes, à identifier les causes et les effets, à détecter les tendances, à filtrer les données disponibles et à rejeter les détails non pertinents fait partie des étapes à suivre une manière disciplinée et rationnelle si les problèmes doivent être résolus.

Il est nécessaire d’être clair sur le vrai problème. Nous confondons souvent l'effet pour la cause et le symptôme pour la maladie. Il est souvent plus important de poser la bonne question que de chercher la bonne réponse.

L'identification du problème est une étape clé et, une fois terminée, la solution peut ne pas être trop difficile à trouver. Les compétences analytiques sont essentielles, mais pas toujours suffisantes pour résoudre les problèmes. Sans ces compétences, il n’y aura pas d’alternative à l’intuition ou à ce que l’on appelle parfois le jugement du «siège du pantalon». Ce dernier a sa place dans la gestion mais il est probable que ce soit beaucoup; plus efficace si elle est précédée d’une analyse rigoureuse.

3. Compétences conceptuelles :

Si vous souhaitez diriger un grand département, une division ou une organisation entière, que ce soit dans l'industrie, le gouvernement ou dans la vie publique, vous avez besoin d'une sorte de vue d'ensemble de l'organisation et de son environnement. Sans ce cadre conceptuel, vous ne pouvez pas développer une vision globale de l’ensemble de l’organisation.

Dans une entreprise, cette qualité est connue assez vivement sous le nom de qualité «d'hélicoptère»; cela signifie qu'un responsable doit pouvoir visualiser ses problèmes ou ses activités d'un point de vue élevé lui permettant d'avoir une vue d'ensemble.

Une analogie utile consiste à examiner le contrôle du trafic. Le policier au carrefour ne peut voir que la circulation dans son voisinage immédiat. Il n'a aucune idée de la façon dont cela se construit aux carrefours voisins. S'il est en contact radio avec un contrôleur de la circulation planant au-dessus de lui dans un hélicoptère, ce dernier peut lui donner une image complète de l'accumulation de trafic dans une zone plus vaste et le policier du carrefour peut réagir à son propre problème avec cette vision améliorée.

Une méthode efficace est souvent décrite par d'autres comme étant "au-dessus de son travail". C'est une description presque exacte de la qualité de l'hélicoptère. Superficiellement, cela signifie qu'il a maîtrisé son travail et qu'il y est très bon, mais ce n'est pas tout son sens. Cela implique qu'il a l'image globale ou littéralement un «aperçu».

L’approche analytique décrite précédemment donne au départ une vue du problème de l’intérieur. En complétant ceci à travers la vue d'ensemble, les influences et relations externes peuvent être superposées et le problème soumis à une analyse plus approfondie.

Cela devrait conduire, par le recours à la créativité et à l'imagination, à la formulation d'une hypothèse et à la construction d'un "modèle" du problème pouvant être testé intellectuellement ou, le cas échéant, sur le terrain afin de le valider. Si ça se passe bien, vous avez une solution. Ainsi, l'analyse, la vue d'ensemble et l'imagination sont tous les ingrédients nécessaires d'une recette pour la résolution de problèmes.

Il est nécessaire d’ajouter que l’expression «compétence conceptuelle» est un peu plus large que l’approche par hélicoptère ou d’ensemble. Cela signifie une vision de l'ensemble du commerce et de la société dans les années à venir dans le contexte de tous ses liens avec l'environnement externe et interne - forces et tendances économiques, politiques, sociétales et internationales, frontières de la science et de la technologie, etc.

Les directeurs généraux en herbe doivent développer leurs forces et affiner leurs compétences dans ce domaine en poursuivant leurs efforts, leur auto-perfectionnement et toute aide extérieure disponible. Ce processus commence dans les écoles de gestion, mais doit se poursuivre tout au long de la vie professionnelle.

4. Compétences humaines :

La vie, autant que les affaires, est une affaire de personnes - travailler avec des personnes, par des personnes ou pour des personnes. La plupart des gestionnaires ont un patron, des pairs et des subordonnés au sein de l'organisation. En outre, ils doivent traiter avec des personnes du monde extérieur - fonctionnaires et organismes de réglementation, groupe particulièrement important dans l'environnement indien, clients, distributeurs, fournisseurs, actionnaires, institutions financières, syndicats, hommes politiques, leaders d'opinion, travailleurs sociaux, groupes d'intérêts spéciaux (par exemple, groupes environnementaux, associations de consommateurs et assimilés et concurrents).

Il sera évident que le pouvoir absolu est une illusion et que même le président de la plus grande entreprise ne peut atteindre ses objectifs sans une interaction considérable avec les personnes de son entreprise et beaucoup d’autres sans.

Avec le temps et la complexité environnementale grandissante, tous les responsables devront développer leurs compétences pour traiter avec les personnes internes et externes à l'organisation. Plus ils seront expérimentés, plus ils consacreront de temps à cette activité. Les compétences en matière de manipulation des personnes si elles peuvent être acquises et mises en pratique ont peu de chances de réussir longtemps, car les victimes risquent de les voir très vite. Ce qu'il faut, c'est la capacité de communiquer ouvertement et efficacement.

Les gestionnaires doivent être disposés à écouter les gens, à les comprendre et à comprendre leurs motivations, à se mettre à leur place et à communiquer efficacement leurs idées. Les cadres ont également besoin de qualités de leadership s’ils aspirent à la salle du conseil, car les objectifs de l’entreprise ne peuvent être atteints que par des personnes qui doivent être recrutées, formées, motivées et dirigées. Cela ne peut se faire que par le développement de compétences en gestion des ressources humaines.

Une ou deux qualifications peuvent être appropriées. Il est douteux que les traits de personnalité sous-jacents d'un individu puissent être modifiés. Le mieux que l'on puisse espérer est de développer une conscience de ses propres caractéristiques de personnalité, d'aplanir les aspérités et d'éviter de donner une offense involontaire. Si un individu est essentiellement solitaire et mal à l'aise avec les gens, il pourrait être mieux placé dans une petite entreprise, dans la R & D ou dans un rôle de conseil où la capacité de communiquer avec les gens peut être moins critique.

Il faut toutefois reconnaître que pratiquement aucune activité, à l'exception peut-être d'un moine trappiste, ne peut être menée sans interaction avec les gens. Même dans les activités de RD où la marge de manœuvre des personnes isolées est relativement plus grande, on observe une tendance croissante à une approche coopérative et multidisciplinaire impliquant des groupes de personnes.

5. Compétences de communication :

Si vous devez traiter avec des personnes, vous devez communiquer avec elles oralement et par écrit. On dit que la brièveté est l’âme de l’esprit et qu’elle est certainement essentielle dans le monde des affaires, car les gestionnaires pressés n’ont ni le temps ni la patience d’écouter ou de lire des exposés et des mémorandums longs.

La capacité à préparer un document de synthèse, un ordre du jour pour une réunion, un compte rendu d'une discussion, des mémorandums et des propositions de budget peut être facilement enseignée et apprise, mais elle est malheureusement grandement négligée. La communication est un processus à double sens; en plus d'apprendre à communiquer avec les autres, il est nécessaire d'apprendre à écouter, à voir à travers les rideaux d'obstacles sociaux et autres, de détournements et de significations cachées.

Disciplines d'exploitation :

Nous arrivons maintenant à un groupe de compétences omnibus que l'on pourrait appeler, à défaut d'un meilleur terme, des disciplines opérationnelles.

Ils comprennent:

je. Faire la distinction entre la phase "étude" et "action" d'un programme,

ii. Établissement d'objectifs, suivi et critique,

iii. Gestion du temps,

iv. La planification du travail,

v. Effectuer le travail du personnel et

vi. Gestion de réunions.

je. Phases d'étude et d'action :

L’expérience montre que les gestionnaires indiens sont forts pour proposer des idées, en particulier lorsque la mise en œuvre incombe à d’autres. Ils ont tendance à être moins forts pour évaluer les idées, les classer par ordre de priorité, planifier leur exécution, suivre les progrès et évaluer à la fin si le projet a abouti à ce qui était attendu et enfin critiquer l'expérience, c'est-à-dire en considérant les leçons à tirer pour le projet. futur.

Pour que ce processus soit efficace, il est nécessaire de faire la distinction entre une «phase d’étude», comprenant une analyse d’exploration et une réflexion conceptuelle, et une prise de décision, la définition des priorités, la planification de la mise en œuvre, le suivi des progrès et la critique.

Il est nécessaire d’analyser le problème, d’envisager et d’évaluer les options et d’arriver à une conclusion consistant à «geler» la solution; cela ne devrait être fait ni trop tôt, c'est-à-dire sans étude adéquate, ni trop tard, c'est-à-dire sans hésitation ou indécis. Après avoir pris une décision, il est essentiel de disposer d’un plan de mise en œuvre prévoyant une affectation appropriée des ressources, un suivi des progrès et une critique périodique permettant de tirer des enseignements pour l’avenir.

La «critique» auto-administrée est une discipline importante pour l'efficacité de la gestion dans tous ses faits.

ii. Établissement d'objectifs :

Après avoir pris une décision, l'établissement d'objectifs pour l'organisation et pour les individus concernés est une étape importante sans laquelle le contrôle de la performance (de préférence par les individus eux-mêmes) et la responsabilisation ne sont pas possibles. Dans une organisation axée sur les résultats, l'établissement de buts et de priorités, suivi d'un suivi et d'une critique, constitueront des pratiques bien établies.

iii. Gestion du temps :

Le temps est peut-être la ressource la plus épuisable et non renouvelable. Un dirigeant efficace doit gérer son utilisation avec soin. Planifier votre journée, réserver des segments de temps discrets pour un travail non réparti, identifier le mode qui fait ressortir les facultés de création et une délégation efficace sont quelques-uns des moyens permettant d’assurer une utilisation efficace. Ce processus nécessite une grande autodiscipline.

iv. Planification du travail :

Pour tirer le meilleur parti d’une activité, il est généralement nécessaire de la planifier, sauf s’il s’agit d’un cas de gestion de crise inévitable. Au cours d'une année de travail, des tâches et des événements répétitifs se déroulent à des horaires prédéterminés, tels que budgets et revues annuels, réunions, entretiens d'évaluation des performances, etc., qui peuvent être planifiés.

De même, un responsable doit planifier une réunion à laquelle il s'attend à assister. Cela inclurait la lecture préliminaire de l'ordre du jour et des notes de synthèse, la définition de ses propres objectifs, la collecte de données et la mise en forme des arguments nécessaires, la formulation de tactiques, la discussion avec d'autres participants pertinents de points d'intérêt mutuel, etc.

Après la réunion, il convient de se demander si les objectifs de l’emploi ont été atteints et quelles leçons, le cas échéant, pourraient être apprises.

v. Travail effectué par le personnel :

C’est la chose la plus facile au monde pour un manager qui a un problème de s’adresser à son patron pour lui demander conseil. Il y a de fortes chances pour que ce dernier propose rapidement une solution basée sur son expérience, ses connaissances et son intuition.

Cette approche est contre-productive pour l’organisation car le patron a peut-être réagi sans étude adéquate ni évaluation de toutes les options disponibles. Il est également contre-productif pour le subordonné, car il n’a fourni aucune expérience d’apprentissage et a encouragé la paresse et la dépendance excessive.

Dans la majorité des cas, il est judicieux que le subordonné identifie le problème, examine les options et leurs avantages et inconvénients, et propose une solution viable. Il devrait traduire cela dans un plan d'action avec toute la documentation pertinente.

Il doit ensuite aller chez le patron, exposer la conclusion, décrire les options, les avantages et les inconvénients, etc., et présenter un document à signer par le patron. Il s’agit essentiellement d’un «travail de personnel achevé». Cela fait gagner beaucoup de temps au patron et offre au subordonné une expérience d'apprentissage précieuse. Initialement, le patron peut avoir d'autres suggestions et ne pas accepter la conclusion et le plan d'action, mais avec la pratique, le plan sera probablement approuvé dans la majorité des cas si le subordonné est bon.

vi. Gestion des réunions :

Qu'on le veuille ou non, plus l'organisation est grande, plus le temps consacré aux comités et aux réunions est important. Un gestionnaire efficace doit apprendre à gérer et à participer à des réunions. Établir un ordre du jour, préparer des prises de position, formuler ses propres objectifs pour la réunion, orienter la discussion en canaux productifs, essayer d'encourager une interaction créative, clore la discussion au moment opportun, aider à atteindre un consensus et l'enregistrement des procès-verbaux sont quelques-unes des étapes à maîtriser.


Compétences d'un gestionnaire - Compétences techniques, compétences humaines, compétences conceptuelles, compétences analytiques et compétences administratives

Le terme «compétences managériales» désigne les capacités personnelles utilisées par un gestionnaire pour la réalisation d'objectifs organisationnels. Le travail d'un manager moderne est devenu très complexe. Il a besoin de différents types de compétences pour gérer une grande organisation dans un environnement en évolution rapide.

RL Katz a donné les trois types de compétences managériales suivantes:

(i) Compétences techniques

ii) compétences humaines

(iii) compétences conceptuelles.

Certains auteurs ont ajouté deux compétences supplémentaires à la liste ci-dessus. Ce sont des compétences analytiques et des compétences administratives.

(i) Compétences techniques :

Les compétences techniques impliquent la maîtrise d'un type d'activité particulier, notamment celui impliquant des méthodes, des processus, des procédures ou des techniques. Nous pouvons visualiser les compétences techniques du chirurgien, du musicien, du comptable ou de l’ingénieur, lorsque chacun remplit sa propre fonction. Ces fonctions impliquent des connaissances spécialisées, une capacité d'analyse dans le domaine spécialisé, une facilité d'utilisation des outils et des techniques de la discipline concernée.

Les compétences techniques sont très importantes dans la gestion. Le superviseur de première ligne dans une entreprise manufacturière a besoin d’une connaissance plus approfondie des aspects techniques du travail par rapport à son supérieur hiérarchique. Dans une petite entreprise manufacturière, même le supérieur hiérarchique qui possède l'entreprise doit posséder de nombreuses compétences techniques. Cependant, dans les grandes organisations, les compétences techniques sont plus importantes aux niveaux inférieurs.

Les gestionnaires ont besoin de compétences techniques pour guider et former leurs subordonnés. Ils ne peuvent pas gérer leurs subordonnés s’ils ne savent pas comment les tâches sont accomplies. Un gestionnaire doit comprendre deux choses à propos des compétences techniques. En premier lieu, il doit savoir quelles compétences devraient être utilisées dans son unité. Deuxièmement, le responsable doit comprendre le rôle de chaque compétence utilisée, ainsi que les relations entre différentes compétences.

ii) Compétences humaines :

La compétence humaine est la capacité du manager à travailler efficacement en tant que membre du groupe et à développer un effort de coopération au sein de l'équipe qu'il dirige. Chaque niveau de gestion exige des gestionnaires qu'ils interagissent avec les subordonnés travaillant avec des processus et des ressources physiques. Des compétences en relations humaines sont nécessaires pour obtenir la coopération des autres et constituer des équipes de travail efficaces. De telles compétences requièrent un sens des autres et une capacité à voir les choses du point de vue des autres.

Les compétences humaines se reflètent dans la manière dont un responsable perçoit ses supérieurs, ses subordonnés et ses pairs. Une personne avec des compétences humaines est suffisamment sensible aux besoins et aux motivations des autres membres de l'organisation. Avec des compétences humaines, les responsables peuvent résoudre les conflits intra et inter-groupes. Une prise de conscience de l'importance des compétences humaines devrait faire partie de l'orientation de chaque responsable.

(iii) Compétences conceptuelles :

La compétence conceptuelle signifie la capacité de voir l'organisation dans son ensemble et comprend la reconnaissance de la manière dont les diverses fonctions de l'organisation dépendent les unes des autres. Cela permet également à la personne de prendre conscience de l'impact des changements d'une partie de l'organisation sur les autres. Cela inclut la visualisation de la relation de chaque entreprise avec l'industrie, la communauté et les forces politiques, sociales et économiques de la nation dans son ensemble. Ainsi, le gestionnaire comprend mieux l'amélioration de l'efficacité globale de l'organisation.

(iv) Compétences analytiques :

Il s’agit de la capacité à procéder de manière logique, étape par étape et systématique, à examiner les divers aspects de problèmes spécifiques et à comprendre les caractéristiques complexes d’un phénomène. C'est aussi la capacité de décomposer un problème en ses composants et d'examiner «cliniquement» ses dimensions. Des compétences analytiques sont nécessaires pour résoudre les problèmes et prendre des décisions, pour évaluer les performances et pour gérer des situations complexes.

(v) Compétences administratives :

Celles-ci sont centrées sur la capacité à agir de manière pragmatique, à mettre en œuvre des décisions et des plans, à mobiliser et à organiser des ressources et des efforts, à coordonner diverses activités et à organiser les événements de manière ordonnée.

Compétences requises à différents niveaux de gestion :

Les gestionnaires de chaque niveau auront besoin de connaissances et de compétences techniques, humaines et conceptuelles pour mener à bien les tâches qui leur sont confiées. Cependant, la combinaison de connaissances et de compétences requises à chaque niveau devra être différente en fonction des tâches à accomplir. Au niveau de la supervision, les compétences techniques sont plus importantes pour la réussite du travail de superviseur.

Au fur et à mesure qu'il monte dans la hiérarchie, de plus en plus de compétences conceptuelles sont requises. Les compétences humaines ont plus ou moins la même importance à tous les niveaux. Les compétences techniques peuvent être apprises facilement, mais les compétences conceptuelles ne peuvent être acquises que si un individu a le potentiel et la capacité de les apprendre.


Compétences d'un manager - Qualifications techniques, conceptuelles et en relations humaines

Les compétences managériales sont les compétences nécessaires à un gestionnaire performant. Celles-ci peuvent être considérées à partir de la différence d'accent placé par différentes pensées de la direction. Selon le groupe des sciences de la gestion, le décideur doit utiliser des modèles mathématiques et des ordinateurs pour les aider à prendre des décisions optimales. Les scientifiques du comportement mettent l’accent sur les compétences en leadership et en motivation.

Les compétences managériales peuvent être classées comme suit:

1. Compétences techniques:

Il devrait maîtriser les méthodes, les processus et les techniques de manutention nécessaires à son travail.

2. Compétences conceptuelles:

Il doit pouvoir voir l’ensemble de la société et reconnaître les relations entre les différentes fonctions. Il doit également être capable de guider efficacement ses subordonnés vers des objectifs organisationnels. Les compétences techniques sont davantage nécessaires aux gestionnaires de niveau inférieur, tandis que les compétences conceptuelles sont davantage requises des cadres supérieurs.

Les compétences conceptuelles sont des compétences de prise de décision et des compétences organisationnelles. La capacité de prise de décision est la capacité d'une personne à prendre des décisions rapides et précises, tandis que les compétences organisationnelles aident à sélectionner et à affecter différentes personnes au travail qui lui conviennent le mieux.

3. Compétences en relations humaines:

C’est la capacité d’un gestionnaire à travailler efficacement avec les autres et à renforcer la coopération dans son apprentissage de manière à atteindre les objectifs de l’organisation. Pour ce violet, il devrait avoir des compétences de communication, de motivation et de leadership.


Compétences d'un gestionnaire - 4 catégories de compétences d'un gestionnaire efficace: compétences techniques, conceptuelles, humaines et diagnostiques

Le métier de manager est devenu très exigeant. Plusieurs compétences sont donc nécessaires pour réussir dans la gestion.

Les compétences d’un gestionnaire efficace peuvent être classées en quatre catégories:

1. Compétences techniques

2. Compétences conceptuelles

3. compétences humaines

4. Compétences diagnostiques

1. Compétences techniques - Les compétences techniques font référence à la capacité et aux connaissances nécessaires pour utiliser le matériel, les techniques et les procédures nécessaires à l'exécution de tâches spécifiques.

2. Compétences humaines - Les compétences humaines consistent en la capacité de travailler efficacement avec d'autres personnes, à la fois en tant qu'individus et en tant que membres d'un groupe.

3. Compétences conceptuelles - Les compétences conceptuelles comprennent la capacité de voir l'ensemble de l'organisation et les relations entre ses parties. Ces compétences aident le manager à conceptualiser l'environnement, à analyser les forces qui travaillent dans une situation et à avoir une vision large et prévoyante de l'organisation.

4. Compétences en matière de diagnostic - Les compétences en matière de diagnostic comprennent l'aptitude à déterminer, au moyen d'analyses et d'examens, la nature et les circonstances d'une condition particulière. C'est la capacité de couper à travers des aspects sans importance et d'aller rapidement au cœur du problème, à savoir la pensée logique, le raisonnement analytique et la créativité.


Compétences d'un manager - Technique, relations humaines, analytique, conceptuel, prise de décision, informatique et communication

Quelles sont les compétences associées aux gestionnaires de ces niveaux? Ou quelles sont les compétences requises pour ces gestionnaires et à quel degré? Ou quel est le degré d'implication des niveaux dans les aspects du processus de gestion, à savoir la planification, l'organisation, la dotation en personnel et le contrôle?

Les réponses à ces questions nous indiqueront le type de compétences que doivent posséder les responsables à différents niveaux. "Une compétence est une capacité ou une compétence dans l'exécution d'une tâche particulière." Les compétences telles que (i) Compétence technique (ii) Compétence en relations humaines (iii) Compétence analytique (iv) Compétence conceptuelle (v) Compétence pour la prise de décision (vi) Informatique compétences, et (vii) Les gestionnaires doivent posséder des compétences en communication pour gérer efficacement l’organisation.

Ces compétences sont brièvement analysées dans les paragraphes suivants:

(i) Compétence technique:

Cette compétence est requise pour les gestionnaires de première ligne. Ces responsables seront en charge de la production directe et devront donc connaître les aspects techniques de la production et être en mesure de guider techniquement les subordonnés. Les connaissances «particulières» doivent être possédées par le responsable des opérations. Il devrait posséder la capacité d'adopter des techniques pour avoir une production efficace.

De la même façon, les gestionnaires finaux doivent posséder des compétences dans leur domaine de travail. Le superviseur comptable doit avoir des connaissances en comptabilité pour maintenir les comptes en ordre. Chaque responsable de fonction spécifique à chaque niveau doit avoir une connaissance de son domaine d’activité et les responsables finaux tels que les superviseurs, les contremaîtres ou les surintendants doivent disposer de davantage de connaissances, de techniques et de ressources pour bien fonctionner. Le responsable qui travaille en tant que responsable de la production doit posséder des connaissances et une expertise spécialisées pour exécuter la planification, la programmation et la comptabilité liées au travail.

(ii) Compétence en relations humaines:

Chaque manager doit travailler avec des êtres humains. Les ressources humaines constituent une partie vitale de l'organisation. À moins que les gestionnaires comprennent les personnes qui travaillent avec eux (cadres supérieurs et inférieurs), ils ne peuvent pas devenir des gestionnaires efficaces. As things have to be got done by other people, the managers should be able to understand, communicate and work with them. The quality of leadership is determined by the types of human relations the managers maintain with their workers.

“Human relation skill is a reflection of manager's leadership abilities.” The success of an organisation depends upon considerable human relations skill. Managements believe that employees have a basic desire to work with zeal and as members of a company they contribute their mite to society. They reward employees for good performance. They are honest in understanding their employees to the core. We can see alive human relations oriented philosophy in many companies and “TATA Group” practices this philosophy. This skill is their main stay, for success.

Thus, Human skills are the ones that develop cooperation within the team lead by the manager. This is more concerned with attitudes, perceptions, communication power of the individual, human resource management etc. These skills are more concerned with people and working with them.

(iii) Analytical Skill:

This skill is concerned with the analysis of a situation to take sound managerial decision. Every manager is posed with several problems. He should be quick in his action to solve these problems. Here is the need for analytical skill. The manager should locate the real problem, identify the disturbing elements and then adopt suitable solution to solve that problem. Without understanding the situation, an action plan to solve the problem cannot be prepared. The vision, creativity and intelligence of the manager will take the organisation in a successful path.

(iv) Conceptual Skill:

Every manager should have an integrated approach to run the organisation successfully. Conceptual skill demands that every manager should have an approach to look at the organisation as a whole. The manager should understand as to how the various segments of the organisation go together. “Integrated Systems Approach” is the core of conceptual skill that manager should possess. How the systems and sub-systems are interrelated and work for the common cause of the organisation is well explained by conceptual skill.

This skill “consist of the ability of a manager to see a big picture.” Many managers blend conceptual and analytical skill to develop a long range plan for their organisations. It is said that Chairman of matxushita, japan has developed a 250 year plan for his company by combining conceptual and analytical skills. He picks-up a solution which he feels better for solving the problem.

Thus, Conceptual Skills, involve the ability to understand the organisation as a whole. Policy making body should possess these skills to a greater extent to know how various functions of the organisation support one another how the organisation responds to the external environment and how changes in one operational function will affect the other, operational function.

Every manager should possess every type of skill. It is a challenging task. That is why managerial positions are occupied by challenging personalities who possess required skills to perform their tasks effectively.

(v) Decision-Making Skill:

Selection of solution determines the managerial skill of the manager. The decision he takes determines the quality of his thinking and ability. A good decision maker is a good analyst too. Every manager should be able to take sound decisions. They can develop this skill only when they are capable of analysing the situations well. Both analytical and conceptual skills of a manager help him in taking successful decisions.

Take for example the Reliance Industries. “Although dogged by controversies, the company continues to maintain its lead in the Indian Corporate world. In spite of huge profits it has remained zero tax payer and has now entered into the new sectors like power, telecom and infrastructure in a big way and the corporate ladder is gelling too short for this giant.” (ET 500 special issue). This is an example of good decision-making at a top level.

(vi) Computer Skill:

Today's manager should have a first-hand knowledge about computers which provide fast information at finger tips. One should have the knowledge of computer terminologies like hardware, software, and should be able to adopt appropriate software for carrying out the tasks in the organisation. The manager, if need be, should develop a software fitting to his organisation activities. Today there is explosion of information technology and computers are widely used in all offices and industrial and service sectors. This acts as a sound decision-making tool, it increases the manager's productivity.

(vi) Communication Skill:

This skill requires the ability of person (Manager) to tell, what he wants, to tell in an effective way. This enables the receivers of the message to carry it promptly. The manager who has to get things done by others should be proficient in oral and written communication. “The communication skill is critical to success in every field, but it is crucial to managers who must achieve results through the efforts of others.”

Frequent communication is the only way to build employee trust and co-operation which is essential for the success of the organisation. Therefore every manager should possess sound communication skill to find out whether his fellow workers have understood his thinking and decisions. This can be made out by getting a feedback from the employees.

Skill Difference at Different Levels :

The different types of skills vary from one managerial level to another. If technological skill is required more at the bottom line, the top managers need more conceptual and analytical skill. Every level manager needs communication skill at a reasonable degree.

Skills vary from one level to another. Top managers concentrate on decision-making skills which are assisted by conceptual, analytical and computer skills. They being the policy makers should be able to see the organisation as a whole. “Seeing the Big Picture” capacity should be possessed by them. The middle managers act as liaison officers and are a vital link between first level and bottom line.

This managerial position is found in complex organisation. They need more of analytical and human skills and have more computer and communication, skills too Bottom line managers are more concerned with production and should know of skills concerning production. Therefore they have more of computer and technical skills.

When a manager moves upwards from one level to another, technical skills become less important and conceptual skills become more important. This means as manager advances in his position, he or she will be involving more and more in guiding the organisation and less attention will be given to operational aspects.


Skills of a Manager – Conceptual and Technical Skills (With Importance of Skills at Different Levels)

The job of a manager demands a mixture of many types of skills, whether he belongs to business organisation, an educational institution, a hospital or a club. We can broadly classify the skills required by managers into the following three categories – (i) Conceptual skills (ii) Human Relations skills, and (iii) Technical skills. Technical skills deal with jobs, human relations skills with persons and conceptual skills with ideas. The three types of skills are interrelated and they are required by all managers.

But the proportion or relative significance of these skills varies with the level of management.

(i) Conceptual Skills:

Conceptual skill is the ability to see the organization as a whole, to recognize inter-relationships among different functions of the business and external forces and to guide effectively the organizational efforts. Conceptualization requires extensive knowledge, imagination and ability to see the 'big picture' of the organisation.

Conceptual skills are used for abstract thinking, and for the concept development involved in planning and strategy formulation. Conceptual skills involve the ability to understand how the parts of an organisation depend on each other.

A manager needs conceptual skills to recognize the interrelationships of various situational factors and, therefore, make decisions that will be in the best interests of the organization achieve their cooperation. Human skills are the abilities needed to resolve conflicts, motivate, lead and communicate effectively with others.

Because all work is done when people work together, human relations skills are equally important at all levels of management. Every manager should be able to communicate effectively and also understand what thoughts others are trying to convey.

(ii) Technical Skills:

Technical skills refer to specialized knowledge and proficiency in handling methods, processes and techniques of specific jobs. These skills are most important at lower levels of management and much less important at upper levels- The production supervisor in a manufacturing plant, for example, must know the processes used and be able to physically perform the tasks he supervises.

The data processing supervisor must have specialized knowledge about computer software used in the system. In most cases, technical skills are important at the lower level because supervisory managers must train their subordinates in the proper use of work-related tools, machines and equipment.

Besides the above skills, the managers, particularly at upper organisational levels, must also have design skills. These involve competencies to solve organisational problems in the light of the prevailing external environment of the organisation. These are also known as diagnostic and analytical skills.

Diagnostic skills include the ability to determine by analysis and examination, the nature and circumstances of a particular situation. It is the ability to cut through unimportant aspects and quickly get to the heart of the problem, ie, logical thinking, analytical reasoning and creativity. Diagnostic skills are probably the most difficult ones to develop because they require the proper blend of analytic ability with commonsense and intelligence.

Importance of Skills at Different Levels:

There are various levels of management; and the managers at various levels perform all the functions of management though in varying degrees. Thus, the level of skills required at different managerial levels varies. Conceptual skills are critical in top executive positions whereas technical skills are very essential for lower level management. Technical skills can be learnt easily, but other skills cannot be learnt unless an individual has the potential and capacity and an inner urge to learn them.

Conceptual skills are highly important for top management which is responsible for formulating long-range plans and policies for the whole business. Human skills are important at all levels of management. This should be obvious as management is the process of getting things done through and with people.

At every level, managers interact and work with other human beings. But technical skills are most important for the first line management which has to oversee the use of equipments, tools, processes and procedures. The relative importance of technical skills decreases as one move up to higher levels of management.


Skills of a Manager – Conceptual, Analytical, Human Relation and Behavioual, Administrative and Technical Skills

Manager is a person who has to ensure the performance of tasks entrusted to various subordinates and then to workers. It is quite easy to do some job but it is equally difficult to get the job done by others, that too in a way one wants it. The manager has to do it. Naturally he must possess some qualities for the purpose.

Generally we are in habit of passing out remarks on other's work (bad or good). In that, we generally say that so and so has managed the situation nicely. The same/time we unknowingly compare this person with some other and may remark that this another person would not have been able to handle the situation as the first.

When both the persons having same status of position are subjected to handling a particular situation, why can there be a difference or variation in the result? Logical and prompt answer to the question is, that the first one has more capabilities than the other.

A manager of any organisation is required to perform various jobs, most important of these is personnel management. This relates to handling of human resources. Finance is life blood of any organisation. Its management is also equally important. So is marketing management.

These jobs are required to be managed by getting the things done in better result oriented manner. This naturally requires certain qualities and capabilities. These capabilities are known as skills. Such qualities and capabilities that are required to be possessed by managers are known as 'Managerial skills.'

These skills are required to be developed. They are not inborn. Some psychological and analytical qualities may be inborn, even then, managerial skills are to be developed.

Management, itself, is aimed at better results that suit the organisation. Academic knowledge of management is not sufficient for this result oriented process of management. The managers are required to use their own, conscious and abilities for this ie “the skills'. As discussed above these managerial skills are to be inherited and acquired. These skills are to be developed on the basis of some important factors. Thus managerial skills can be classified on the basis of these factors.

This classification is as under:

(1) Conceptual Skills:

These skills refer to application and interpretation of various concepts like management concepts, psychological concepts, social concepts etc. The manager is responsible for all the activities of the organisation right from performance, result, a clear foresight and future vision.

For this the manager is required to visualise the organisation as a whole system. Thus he cannot restrict his vision to any aspect singularly. If a manager is able to do this he becomes successful in coordinating various sub-systems and in relating them with complete system in effective manner and subsequently ensuring their smooth functioning.

Another use of conceptual skill is to develop the understanding and visualising the future in abstract form. This includes anticipated responsibilities of changing environment in near and/or distant future, discovering various opportunities that may be provided by such atmosphere, as well as spotting out problems and problem areas that may arise out of dynamic situations etc.

Such an anticipation and visualisation help the manager in relating them to strength and weakness of the organisation so that precautionary measures for problems and preparation for exploiting the opportunities can well be prepared.

The conceptual skills relate to the abilities of the manager to know different departmental or sectional objectives and integrate them in broad organisational objectives to formulate strategies.

Thus it is evident from the above discussion that the functions as mentioned above are almost the functions of top management and therefore “possessing conceptual skills” is of utmost importance for them, otherwise their efforts may not be translated in good results.

(2) Analytical Skills:

A manager has to foresee future events in abstract form. This future vision is based on present events and prevailing trends. As such a manager must be able to analyse the present events, situation, technology etc. to base his strategies. He must have that much intelligence by which he can read between the lines.

A manager has to face many problems, solutions to which are expected from him. Solution to any problem can be derived only after analytical understanding of problems. Here, also he requires analytical ability. An organisation has to perform complex and complicated tasks through its workers. Performance of such jobs is not possible unless they are divided in sections.

Division and subdivision of tasks can be done only after analytical study. Last but not the least a manager is supposed to evaluate the performance of his subordinates and has to assess existing moral among them. This is, also, based on analysis of behaviour. Thus analytical skill also, is important to be possessed by managers. Top level and second level managers must have analytical skill.

(3) Human Relation and Behavioual Skills:

Every manager has to get the work done by others. Performance of any job or worker is affected by the behavioural attitude of the work. If a manager wants good performance, he must have the capacity as well as capability to understand the behaviour of workers and he must be able to identify the factors which have affected it.

Human behaviour is directly correlated to the degree of satisfaction of needs. An unsatisfied soul cannot give satisfactorily results, therefore the manager must find out unsatisfied needs of the workers. Interest and values are also equally important for behaviour.

The manager, thus, has to establish rapport with the workers. He has to interact with them. He further has to develop warm relationship and conducive interpersonal relations. The manager has to guide, direct and lead the workers and finally motivate them.

All the things can well be done by the manager if he possesses human relation and behavioural skills. If this skill and analytical skill are used as supplementary to each other, good results are assured. Naturally middle level managers need this type of skill.

(4) Administrative Skills:

Top level management takes decisions, formulate policies aimed at accomplishment of organisational goals. These decisions and policies are communicated to lower level of management which is entrusted with their implementation. Such implementation is to be done by various people.

Thus it becomes a collective job related not only to members of a group but to various groups also. Naturally coordination becomes key factor. This is again administration. Administration includes coordination between various activities as well as groups, seeking effective utilisation of available and allocated resources and getting things done by subordinates.

This requires pragmatism in thought and action. The way and ability to administer is known as administrative skills. The work of administration and implementation is entrusted to lower level managers. Therefore this skill is most needed by them.

(5) Technical Skills:

Technique is nothing but the knowledge of methods, procedures to be adopted in handling jobs and situation. The employees have to perform jobs which can be divided in sub jobs. Each of these requires some method and procedure by which it can be performed.

Now- a-days, new and modern technologies are emerging very fast. If any organisation wants to stand in the changing environment of technologies, it is imperative on its part to adopt them. These technologies ensure revised and improved methods and procedures along with new modernised machines.

It is the managers who must get acquainted to these things as well as modernise his know how and thus has to acquire expertise. This is because, unless the manager / supervisor know, he cannot guide his workers in performing jobs.

Secondly the manager must know the details of all the jobs which include its sub-jobs, way of performing each of them, the sequence in which they are to be performed and the areas or stages where the actual performer may need his guidance. Unless the manager knows all these, he would not be in a position to give justice to his own job.

Thus the manager must have these technical skills.


Skills of a Manager – 4 Basic Skills Required by a Manager: Conceptual, Human, Technical and Design Skills (With Effectiveness v/s Efficiency )

A manager is required to possess varied skills since the job he needs to perform is complex and multi-dimensional. He has to be creative, innovative and dynamic so that he can easily confront and resolve the challenges he has to face while his functioning sphere. A manager needs to possess foresightedness so that he can understand the future happenings and prepare himself well in advance for the challenges foreseen by him in future.

Or else, he will not only invite troubles for himself but also become victim of events. In managing an organization, the manager has to keep on having an effective planning and control over the management of Men, Machine, Material, Methods, Minute, Market, Morale, Money and Management of data to achieve the set organizational objectives and goals.

Basic Skills required by a Manager :

1. Conceptual Skills:

While talking about conceptual skills of a manager, we refer to his cognitive ability to consider the organization as a whole and develop deeper relations among its various parts. This category of skills gives a meek reference to mental ability of the manager to understand the ramifications of the complex situations.

Managers are responsible to identify problems, and evaluate alternatives to solve them and adopt strategies which suit the best in interest of the organization and its personnel. A technically and interpersonally competent manger may also not be able to perform his best if he does not possess the conceptual skills to rationally process and interpret information.

2. Human Skills:

Human skills possessed by a manager takes into account the ability of the manger to work with and through human capital of his organization. It refers to his abilities to work as a leader to his team of professionals involved in various functions.

Such skills are reflected by the manner in which a manager relates to his personnel in the sense of the motivation, facilitation, coordination, leadership he provides to his fellow colleagues and resolve internal conflicts, if any. No manager possessing extraordinary human skills will be able to perform effectively even if he has strong conceptual and technical skills.

3. Technical Skills:

A technical skill of a manager is the show case of his understanding and proficiency in the performance of a specific task. It includes his expertise over various methods, techniques and equipment employed to perform specific functions like engineering, banking, manufacturing, finance, and others.

The basket of technical skills also carries specialized knowledge, analytical ability and competence of a manager to use tools and techniques in order to solve different problems in the specific discipline of his concern.

4. Design Skills:

Design skills of a manager are shown by his abilities to workout optimum solutions for an organization which will work best in the interest of an organization. A manager equipped with design skills requires flexibility in thinking, an urge to be creative and different from others. He should also be self-disciplined, confident, having buoyant nature, some degrees of restlessness, positive attitude and an analytical mind.

Besides the skills explicitly mentioned above, the most important attribute of a manager as has been rightly said by Virgil, “For they can conquer who believe they can.” Thus what matters the most is equipping oneself with competencies that are a combination of knowledge skills, behaviour and attitudes that contribute to personal effectiveness.

Today's dynamic and highly competitive work environment requires development of competence on a continual basis in line with the demands of the market in order to target personal and organizational effectiveness and efficiency.

All business enterprises have five dimensions- material, intellectual, emotional, volitional and spiritual. All these five dimensions do not work in isolation. Though they have five different areas of operation yet they are found to be highly interwoven in an organization. While material dimension refers to concern of physical life such as physical, equipment, comfort, safety, adequate pay and financial viability.

The intellectual dimension on the other hand takes care of the collective intelligence of employees along with their urge to develop and become learned, as well as the effective use of resources available and plan productively to stay abreast of the latest developments- to be on the “cutting edge” if technology in their fields.

The emotional dimension takes care of the work environment and look into how well people get along their colleagues in order to work in a team. Effective teams require members who are concerned with maintaining the needed skills, who can foster mutual trust, listen well and get and give positive feedback, along with an absence of defensiveness in their dealings.

In simpler terms, people having maturity in emotional development make effective teams. The desire and will to improve of people working in the organization contribute to the volitional dimension. The ability to change, demands the willingness to do things differently. Finally, the spiritual dimension deals with moral issues of people such as justice and respect. Each individual in work area should be empathetic and accept his fellows as unique and treat them with dignity.

However, most organizations focus on material and intellectual dimensions in order to bring about changes. Some may also lay emphasis on volitional change and emotional and spiritual aspects are left ignored. The resulting lack of balance almost guarantees only limited success at best and often failure.

Effectiveness v/s Efficiency :

While effectiveness may be understood as doing the right things, efficiency on the other hand may be doing things right. The effectiveness of management is not limited to application of ideas in business and industrial enterprise but its functional area is way wider.

It encompasses to all the organizations which work to achieve the pre-defined goals and objectives set by a chief executive or a manger with the help of a group of people. The pre-condition for efficiency is effectiveness. Efficiency without effectiveness may lead to wastage of resources deployed efficiently.

The manager's functions can be briefly summed up as under:

je. Forming a vision and planning the strategy to realize such a vision;

ii. Cultivating the art of leadership;

iii. Establishing the institutional excellence and building an innovative organization;

iv. Developing human resources;

v. Team building and teamwork;

vi. Delegation, motivation and communication;

vii. Reviewing performance and taking corrective steps whenever called for.

Thus, Management may be understood as a process searching for excellence by aligning right people for right job and infuse commitment in them to achieve a common goal.

Next important question pondering each manger is the way to become effective in his job. The mantra for managerial success in displaying the qualities and expertise superior to all others in his competition which would make him stand higher than the one he is managing and competing with. In case he fails to do so, he will turn out to be just another face in the crowd in today's highly competitive and challenging era.

The fast changing technological developments that have taken place during the last and a half decade, have totally changed the business environment and have posed various challenges along with opportunities to the managers. The most prominent change has taken place because of the internet.

As Business Week magazine describes it, “The Darwinian struggle of daily business will be won by the people and the organizations that adapt most successfully to the new world that is unfolding.”

Business world today is completely different than the one which was observed in pre-reform period. The buzz words altering the business environment are globalization, competition, internet, knowledge economy which is resulting in fast generation and multiplication of novel ideas.

Besides, collaborations across geographical borders have also contributed significantly. The introduction of highly advanced information technology in business world has made it mandatory for managers today to effectively manage management information system and related strategies but also acquire updated computerized communication skills to develop and manage business relationships over these wireless networks.

Besides this, managers are also entrusted to develop stronger business networks between a company and its stakeholders including partners, equity holders, suppliers, customers, government, etc. The globalised business world has posed serious challenges for each business entity irrespective of its size, location or scale of operation.

The element of competition and marketing has been strongly infused in the business world due to opening up of the gates of business for foreign players. Now the perspective has changed completely form becoming local leader to global leader by capturing world market share and becoming the best across the globe in the long run.

The essential needs for new, unique and practicable beneficial ideas are the most unexampled force for change in management horizon today. Gary Hamel has rightly put it as, “We have moved from an economy of hands to an economy of heads. Knowledge management would become a basic prerequisite for every organization. It would basically focus on tapping the organizational and intellectual resources of an organization – human assets; help people collaborate and learn, help people generate new ideas and harness these into successful innovations.”

This clearly indicates that organization introducing innovation and novice workable commercial ideas would only be the ones to survive the cut-throat competition in business world. Continuous introduction and implementation of smooth strategies is a must which demands collaboration within and outside in the business world.

Companies will have to introduce a conducive environment, so that productive communication among different departments, divisions, groups, etc. becomes a natural phenomenon. Similarly, effective communication and flow of information between the company and suppliers, customers, ad agencies, consultants, etc., has to result into collaborative efforts to come out with win-win situations.

Thus, the new and emerging era consisting of internet, globalization, knowledge management and importance of new ideas and above all collaboration across boundary-less society, have paved the way for new philosophies of management to effectively respond to the emerging challenges.

The leaders and managers of tomorrow have to manage situations amidst a highly dynamic environment. The rules of the game would necessitate a perfect balance between old models and philosophies of management and new emerging internet models.

The concept of effective management is all-pervasive and is not necessarily restricted to corporate entities which aim for achieving a well-defined worthwhile goal through the Chief Executive, also known as the leader, who finalizes efforts and energy of all team members. Therefore, management is a people driven process in search of excellence, so as to achieve a well-defined corporate goal by ensuring due benefit and value to the customer and society in general.


 

Laissez Vos Commentaires