Marché: signification et classification

Étudions le marché. Après avoir lu cet article, vous en apprendrez davantage sur: 1. La signification du terme "marché" 2. La classification du marché 3. Les critères de classification.

Signification du terme «marché»:

Dans le sens ordinaire, le terme marché désigne un lieu où des biens sont achetés et vendus. Mais pour un économiste, le terme "marché" ne désigne pas un lieu. En économie, le terme marché désigne un groupe d'acheteurs et de vendeurs intervenant dans un produit donné (par exemple, le marché de l'or, le marché du pétrole, le marché de l'automobile, le marché des fruits, etc.).

Un marché est donc une zone de chalandise où acheteurs et vendeurs sont en contact si étroit qu’un prix unique pour des produits de base d’une quantité uniforme prévaut. Un marché est créé chaque fois que les vendeurs d’un bien ou d’un service sont mis en contact avec les acheteurs et qu’un moyen d’échange est créé.

Le moyen d'échange peut être de l'argent ou des biens eux-mêmes (c.-à-d. Le troc). Quel que soit le moyen d'échange utilisé, les accords d'échange entre acheteurs et vendeurs sont conclus par le biais du fonctionnement des forces de l'offre et de la demande.

Le marché, en économie, peut donc être défini comme tout processus d’échange entre acheteurs et vendeurs. Ainsi, un marché est un arrangement ou une institution qui permet aux acheteurs et aux vendeurs d’obtenir des informations et de faire des affaires ou d’organiser un échange de biens entre eux. Pindyck et Rubin-Feld déclarent qu ' «un marché est un ensemble d'acheteurs et de vendeurs qui interagissent, ce qui crée une possibilité d'échange».

Classification du marché :

En gros, un marché est classé en marché de produits où les marchandises sont négociées et en marché de facteurs où les intrants sont achetés et vendus. Un marché de biens existe pour les biens durables, non durables et périssables.

A. Selon l'étendue de la zone couverte, un marché est classé en local, national et international. Sur un marché local, les marchandises périssables sont traitées. Un prix uniforme prévaut sur le marché local.

Certains produits sont achetés et vendus presque au même prix (hors taxes) dans tout le pays, les marchés pour ces produits étant nationaux. Le marché de l'or a un caractère international en ce sens que les acheteurs et les vendeurs du monde entier se rencontrent.

B. Marshall a classé le marché en fonction de la période.

Il considère quatre types de marché:

(i) Le marché des très courtes périodes

ii) Le marché à court terme

(iii) Le marché des longues périodes

(iv) Le marché de très longue période.

Il faut se rappeler que la «période» n'est pas une heure calendaire. Cela dépend avant tout de la nature de l’entreprise et de la nature de la marchandise. Une entreprise donnée peut ne pas avoir une vision à long terme.

C: Le marché peut être parfait ou imparfait. Sur un marché parfait, un nombre assez important d'entreprises se font concurrence pour la fourniture d'un seul produit. Mais dans une concurrence imparfaite, le nombre de vendeurs peut ne pas être nécessairement important. Les marchés peuvent également être classés en fonction de la nature de la concurrence entre acheteurs et vendeurs. Nous pouvons avoir une concurrence pure ou parfaite, un monopole, une concurrence monopolistique, un oligopole, etc.

Les différences entre ces quatre marchés classés en fonction du degré de concurrence peuvent être présentées sous forme de tableau (figure 4.1).

La concurrence parfaite se caractérise par les caractéristiques principales suivantes:

(i) Il y a un grand nombre de vendeurs

(ii) Les vendeurs et les acheteurs sont des preneurs de prix

(iii) Les produits fabriqués sont homogènes

(iv) Il existe une liberté d’entrée et de sortie.

Le marché du monopole existe lorsque

i) Il n’existe qu’un seul vendeur produisant un produit qui n’a pas de substitut proche sur le marché

ii) Le monopoleur se comporte comme un facteur de prix

(iii) L'entrée est complètement bloquée.

La concurrence monopolistique est un mélange de concurrence parfaite et de monopole. Il combine les caractéristiques de ces marchés. En ce sens, la concurrence monopolistique est un marché réaliste. La concurrence parfaite et le monopole, au vrai sens du terme, ne se rencontrent pas dans la réalité.

La concurrence monopolistique présente les caractéristiques suivantes:

(i) Il existe plusieurs ou plusieurs vendeurs

(ii) Les vendeurs vendent des produits différenciés, c’est-à-dire que les produits d’un vendeur sont un substitut assez proche de ceux d’autres vendeurs.

(iii) Les vendeurs ont une influence sur le prix de leurs produits

(iv) Il existe une liberté d'entrée et de sortie

Un marché d'oligopole a les attributs suivants:

(i) Il existe un petit nombre de vendeurs

(ii) Les vendeurs peuvent vendre des produits homogènes ou différenciés

(iii) Chaque vendeur oligopole considère l'effet de son action (à savoir le prix) sur d'autres vendeurs rivaux (ainsi, les vendeurs reconnaissent leur interdépendance)

(iv) L'entrée est restreinte

En d’autres termes, si l’on constate l’absence de l’une des caractéristiques de la concurrence parfaite, le marché sera qualifié de marché imparfait.

Il existe plusieurs formes de concurrence imparfaite:

Monopole, concurrence monopolistique et oligopole.

Les structures de marché vont donc des extrêmes théoriques de concurrence parfaite et de monopole. En pratique, nous nous concentrons sur les niveaux d'imperfection du marché se situant entre ces deux extrêmes. Nous avons choisi deux paramètres - le nombre d'entreprises sur un marché et l'influence d'une entreprise sur le marché - afin d'identifier différents marchés (figure 4.2).

Si le nombre d'entreprises sur un marché est trop élevé (trop bas) et si l'influence d'une entreprise sur le marché est pratiquement nulle (ou trop élevée), le marché est dit parfaitement concurrentiel (monopole). La concurrence monopolistique et l’oligopole se situent entre ces formes de marché.

Critères de classification des marchés :

Trois critères de classification des marchés sont souvent suggérés.

Ceux-ci sont:

i) Critère de substituabilité des produits

ii) Critère d'interdépendance

iii) Critère de facilité d'entrée

Le premier critère prend en compte l’existence et la proximité des substituts, tandis que le second tient compte des réactions des vendeurs concurrents. Ce critère est étroitement lié au nombre d'entreprises dans l'industrie et au degré de différenciation des produits. Le dernier critère est la condition d'entrée qui prend en compte la «facilité d'entrée» sur différents marchés.

Nous allons maintenant classer les marchés en fonction des trois critères mentionnés ci-dessus:

a) Critère de substituabilité du produit:

Ce premier critère important est le critère de substituabilité du produit, qui est mesuré par l'élasticité croisée de la demande par rapport aux prix. L'élasticité croisée de la demande par rapport au prix mesure le degré de réactivité de la quantité demandée pour un produit à une variation des prix des biens connexes.

Le coefficient d'élasticité-prix croisé de la demande est positif pour les produits de substitution et négatif pour les produits complémentaires. Ainsi, plus le degré de substitution est grand, plus la valeur de l'élasticité croisée de la demande est grande. Dans une concurrence parfaite, les produits sont des substituts parfaits et, par conséquent, le coefficient de croisement, l’élasticité-prix de la demande est infinie. En monopole, il n'y a pas de produit concurrent ni de produit de substitution.

Le coefficient d’élasticité-prix de la demande est donc nul. Dans la mesure où, dans le cadre d’une concurrence monopolistique, les vendeurs vendent des produits différenciés mais étroitement liés, le coefficient d’élasticité de la demande par rapport au prix est supérieur à zéro mais inférieur à l’infini. En revanche, si la valeur de l'élasticité croisée de la demande par rapport aux prix est supérieure à zéro mais inférieure à l'infini, le marché du produit devient un marché oligopolistique.

b) Critère d'interdépendance:

Le deuxième critère est le critère d'interdépendance, étroitement lié au nombre d'entreprises du secteur et au degré de différenciation des produits.

La concurrence parfaite se caractérise par un nombre incalculable d'entreprises du secteur et des produits homogènes ou identiques. Les décisions en matière de prix d'une entreprise concurrente ne sont aucunement affectées par les décisions de prix d'une autre entreprise Ainsi, il n'y a pas de rivalité entre producteurs.

Aucune question d'interdépendance ne se pose sur le marché monopoliste. Malgré l'existence de produits étroitement liés dans une concurrence monopolistique, chaque entreprise définit ses décisions en matière de prix et de production de manière indépendante. Sous oligopole, chaque entreprise prend en compte les actions et les réactions des vendeurs rivaux.

c) Critère de facilité d'entrée:

Expliquons maintenant la "condition d'entrée" qui se traduit par les notations suivantes:

E = Pa - Pc / Pc

E représente la condition d'entrée, P c le prix en concurrence parfaite et P a le prix réel facturé par les entreprises. Il est évident que si la valeur de E est réduite à zéro (c’est-à-dire qu’il n’ya pas de barrière à la pénétration sur le marché), on dit que le marché est parfaitement concurrentiel et concurrentiel. Sous monopole, l'entrée est bloquée.

Sous forme de tableau, les caractéristiques des différents marchés ont été décrites ici (tableau 4.1).

Ainsi, nous constatons qu'il existe quatre formes de base du marché:

Concurrence parfaite, monopole, concurrence monopolistique et oligopole. En concurrence parfaite, les entreprises se comportent comme des preneurs de prix, alors que dans les trois dernières formes de marché, elles agissent en tant que fabricants de prix. Quoi qu’il en soit, nous pouvons montrer les différences entre ces formes de marché en termes d’hypothèses structurelles et comportementales durables (tableau 4.2).

 

Laissez Vos Commentaires