Théorie keynésienne du multiplicateur Invest: processus et limites

1. Concept multiplicateur:

Le moment est venu de poser une question d’importance directe aux décideurs puisque la demande globale est insuffisante pour mettre l’économie sur la voie du plein emploi.

Les Fig. 3.11 ou 3.12 nous indiquent que l’économie reste en deçà de l’état de plein emploi - la situation d’équilibre de sous-emploi.

Il faut donc stimuler la demande globale pour que la nouvelle demande globale soit égale à l'offre ou à la production globale. La question est donc de savoir ce qui se passe au niveau des revenus si l’équilibre est perturbé par une modification de différents éléments des injections (dépenses d’investissement privé, dépenses publiques ou barème fiscal). Déterminer l'impact sur le revenu d'équilibre à la suite d'un changement d'injection s'appelle le multiplicateur.

Le concept de multiplicateur est au cœur de la théorie de Keynes car il nous dit qu'une augmentation de l'investissement d'un certain montant entraîne une augmentation du revenu supérieure à celle de l'investissement. Ainsi, un investissement a un «effet multiplicateur» sur la demande globale. Le concept de multiplicateur est une solution au problème de l'équilibre de sous-emploi.

Tout en développant sa théorie du «multiplicateur d'investissement», Keynes a emprunté le concept au «multiplicateur d'emploi» de RF Kahn. Une modification des dépenses d'investissement autonomes entraîne une modification des revenus. Cependant, la variation du revenu est supérieure ou multiple de la variation de l'investissement. Supposons un investissement de Rs. 2.000 crores entraînent une augmentation du revenu de Rs. 6 000 crores, la valeur du multiplicateur serait de 3. Ainsi, le multiplicateur est la variation du revenu à la suite d'une modification de l'investissement. Ou le multiplicateur est le rapport entre la variation du revenu (AY) et la variation prévue de l'investissement (I). Soit K I le multiplicateur d’investissement. Le multiplicateur est le nombre par lequel le changement d'investissement doit être multiplié pour obtenir le changement de revenu qui en résulte.

Ainsi, ∆Y = K I. ∆l

Ou K I = ∆Y / ∆I

Pourquoi le revenu augmente-t-il sous forme multipliée à la suite d'une hausse de l'investissement? D'après le flux de revenus circulaire, nous savons que les entreprises gagnent lorsque les ménages dépensent et les ménages gagnent lorsque les entreprises dépensent pour embaucher des services fournis. Ainsi, le revenu total est égal au total des dépenses.

Cependant, une partie de ce revenu total est dépensée pour la consommation et le reste est économisé. Cette consommation induite d'un individu devient le revenu d'un autre individu, ce qui entraîne à nouveau une augmentation de la consommation. Cela crée à nouveau des revenus et le processus se poursuit.

Ainsi, une première dépense d’investissement autonome entraîne une augmentation des revenus via les dépenses de consommation. Cependant, le processus de génération de revenus doit cesser lorsque les dernières dépenses de consommation ne génèrent pas de nouveaux revenus. Quoi qu’il en soit, à la fin, l’augmentation totale du revenu sera supérieure au volume d’investissement initial. Cependant, le montant des revenus qui augmentera en réponse à une augmentation de l'investissement dépend de la valeur de MPC ou de son terme complémentaire, MPS.

2. Processus multiplicateur:

Pour comprendre le processus de multiplication, considérons l'exemple suivant. Supposons que le CMP de la communauté soit égal à 0, 75 (la valeur du CMP étant supérieure à zéro mais inférieure à un) et que l'investissement dans une industrie augmente de Rs. 20 crore.

Ce montant investi entraîne une augmentation du revenu des personnes engagées dans cette industrie, de Rs. 20 crore. Comme MPC = 0, 75, les travailleurs de cette industrie dépenseront pour l’achat de biens produits par la deuxième industrie jusqu’à concurrence de RS. 15 = (20 x 0, 75) crore. Cette consommation de Rs. 15 crore constitue une augmentation de revenu des travailleurs de la deuxième industrie. En conséquence, la consommation des personnes engagées dans la deuxième industrie augmenterait. Maintenant, la consommation augmenterait de Rs. 11, 25 = (15 x 0, 75) crore.

Ceci constitue une augmentation du revenu des travailleurs de la troisième industrie. De cette manière, l'augmentation de la consommation, donc des revenus, déclenche encore une autre augmentation de la consommation. C'est ce qu'on appelle le processus multiplicateur qui se poursuit indéfiniment. Mais comme l'augmentation de la consommation diminue progressivement, l'augmentation totale du revenu devient finie. L'augmentation finale des revenus suite à une augmentation initiale de l'investissement de Rs. 20 crore avec un MPC = 0, 75 est

∆I = Rs. 20 crore

∆Y = (20 + 15 + 11, 25 + 8, 44 +…)

= Rs. 80 crore.

Ainsi, la valeur du multiplicateur est (80/20) 4. Si MPC = 1/2, un investissement de Rs. 20 crore ferait augmenter les revenus de Rs. 40 crore. Ainsi, la valeur du multiplicateur serait 2. La formule du multiplicateur d’investissement est la suivante:

Ainsi, plus la valeur de MPC est grande ou inférieure à la valeur de MPS, plus la valeur de multiplicateur sera grande. Si MPC = 1, la valeur du multiplicateur serait infinie. Si MPC = 0, la valeur du multiplicateur serait unité. Depuis 0 <MPC <1, la valeur du multiplicateur est comprise entre un et l'infini.

Exposition graphique:

Graphiquement, le processus multiplicateur, qui présente une similitude avec «l'effet d'entraînement» d'une pierre jetée dans un étang, peut être illustré ici. Dans une économie fermée sans gouvernement, le revenu national d'équilibre est déterminé soit lorsque (i) la ligne C + 1 coupe la ligne des 45 °, ou (ii) que l'épargne équivaut à l'investissement.

Dans la Fig. 3.14, CC 'est la fonction de consommation initiale et la fonction d’investissement pertinente.

is I 1 En traçant ensemble les fonctions de consommation et d'investissement, nous obtenons le calendrier de la demande globale représenté par C + I 1 . Étant donné que ce calendrier de la demande globale se situe au-dessus de la ligne CC à tous les niveaux de revenu, il a la même pente que la fonction de consommation. La distance verticale entre CC 'et C + 1 1 représente le volume d'investissement autonome.

Le niveau de revenu d'équilibre; donné par l'intersection de la ligne à 45 ° et de la ligne C + I 1 au point E 1, est OY 1 Supposons maintenant que l'investissement privé augmente de I x à I T Par conséquent, le calendrier de la demande globale augmente jusqu'à C + 1 2 et l'équilibre se produit au point E 2 . Le revenu national d'équilibre s'élève à 2 ans . Ainsi, une augmentation de l'investissement de ∆I entraîne une augmentation du revenu d'équilibre de Y.

Notez que l'augmentation du revenu (Δ Y) est supérieure à l'augmentation de l'investissement (Δ I). La raison derrière ce processus est simple. Si les entreprises décidaient d'investir davantage, la demande globale dépasserait maintenant l'offre ou la production globale. En conséquence, les stocks auraient tendance à diminuer. Les stocks font partie du stock de capital. La réduction des stocks inciterait donc les entreprises à produire davantage. De toute évidence, la production ou le revenu national augmenterait jusqu'au nouveau niveau d'équilibre.

La Fig. 3.15 illustre l'exposition graphique du processus multiplicateur d'une autre manière. Pour être en équilibre, les fuites (ici, épargne uniquement) doivent être égales à l'injection (ici, investissements uniquement). En outre, l'investissement est supposé autonome, représenté par la ligne I 1 . SS'— le programme d'économies— coupe la ligne I 1 en E 1 .

Le niveau d'équilibre du revenu correspondant à ce point d'équilibre est donc déterminé comme suit: OY 1 Une augmentation de l'investissement d'un montant AI entraîne le passage de la ligne d'investissement à 1 1 Le point d'équilibre passe à E 2 et le revenu augmente de OY 1 à OY 2 Quoi qu’il en soit, l’augmentation des revenus (AY) est supérieure à celle de l’investissement (A 1). Le multiplicateur est maintenant en action et l'économie se remet de la «Grande Dépression».

La part du revenu national qui augmenterait en réponse à une augmentation de l'investissement dépend de la valeur de MPC ou de son MPS réciproque. Plus la valeur de MPC est grande ou plus la valeur de MPS est faible, plus la valeur du multiplicateur sera grande. Cette relation entre le MPC ou le MPS et le multiplicateur est illustrée au tableau 3.3. (Voir l'annexe mathématique: note 1)

3. Limites:

La discussion ci-dessus suggère que plus le changement dans l'investissement est grand, plus le changement dans le revenu sera grand. Cependant, l'analyse du multiplicateur keynésienne est considérée comme une analyse "idéale" dans le sens où il se produit un ajustement instantané entre la variation de l'investissement et la variation du revenu.

C'est pourquoi le multiplicateur de Keynes est appelé multiplicateur «instantané» ou multiplicateur statique ou multiplicateur intemporel. Cette analyse de multiplicateur est basée sur certaines hypothèses. Premièrement, la consommation est strictement fonction du revenu et le MPC de la société reste inchangé. Deuxièmement, les dépenses d'investissement sont autonomes. Troisièmement, l'économie reste en dessous du stade de plein emploi. Quatrièmement, il n'y a pas de décalage entre le revenu et la consommation. Cependant, en réalité, le processus multiplicateur s’affaiblit pour les raisons suivantes:

Tout d’abord, Keynes a supposé que la consommation dépendait du revenu et que la MPC de l’économie ne changeait pas. Cependant, l'expérience et les preuves suggèrent que la consommation dépend d'autres facteurs, dont le revenu. Keynes a ignoré les autres déterminants de la fonction de consommation.

Surtout, MPC ne reste pas statique. Les variations de revenus consécutives à un changement d'investissement entraînent une modification de la répartition des revenus, ce qui entraîne une modification de MPC. Le MPC pour les pauvres est élevé par rapport aux riches. Dans une telle situation, il devient difficile de calculer la valeur du multiplicateur. Il est vrai que 0 <MPC <1. Supposons que MPC soit supérieur à un. Si, alors, alors 1/1-MPC sera négatif.

Cela suggère qu'une augmentation de l'investissement autonome entraîne une baisse du revenu national.

Deuxièmement, l'analyse des multiplicateurs décrit l'effet d'une augmentation de l'investissement autonome sur le revenu national. Mais il néglige l'effet de la consommation sur l'investissement. Les changements de consommation entraînent une modification des dépenses d'investissement. Ce type d'investissement s'appelle investissement induit. L'analyse par multiplicateur néglige cet aspect. Si l'investissement induit est pris en compte, la valeur du multiplicateur sera supérieure au multiplicateur simple présenté par Keynes.

Troisièmement, l’analyse des multiplicateurs s’arrête si l’économie reste au niveau de plein emploi car la production ou le revenu ne peut pas dépasser ce niveau même si les dépenses d’investissement augmentent. Ce n'est que dans la situation de sous-emploi que le travail multiplicateur.

Quatrièmement, le multiplicateur keynésien est un multiplicateur instantané en ce sens que dès que l'investissement est réalisé, les revenus ont tendance à augmenter. Ceci est également appelé "multiplicateur statique" car il n'y a pas de décalage entre les revenus et les dépenses d'investissement. Cependant, en réalité, il existe un décalage entre les revenus perçus et les dépenses de consommation. Plus le décalage temporel est grand, plus la valeur du multiplicateur est basse, car l'évolution du revenu n'est plus instantanée. Une fois que nous introduisons un décalage dans le processus de changement de revenu, nous obtenons un «multiplicateur dynamique» par opposition au multiplicateur statique.

Enfin, les fuites ou les retraits entraînent une valeur de multiplicateur inférieure. En d'autres termes, en raison de la présence de fuites, le processus de génération de revenus ralentit. Par exemple, si les gens décident d’épargner davantage de leurs revenus, la valeur du multiplicateur sera plus faible.

En effet, dans une économie interdépendante, la consommation accrue d'un individu entraînera une augmentation de son revenu. Ainsi, plus la consommation de la communauté sera grande, plus la valeur du revenu sera grande. C'est pourquoi on dit que l'investissement se traduit par une augmentation des revenus via les dépenses de consommation.

Toutefois, si la société décide d'épargner davantage (c.-à-d. Des MPS élevés), les revenus des personnes diminueront. En d'autres termes, le processus de multiplication sera plus faible si le SPM de la société est élevé. Encore une fois, une fois que nous avons inclus le gouvernement dans notre analyse, le processus de multiplication risque de ne pas fonctionner de la manière susmentionnée. Par exemple, si le gouvernement augmente le taux d'imposition ou si le secteur des entreprises ne distribue pas une partie des bénéfices aux actionnaires, le revenu disponible diminuera.

Cela entraînera une augmentation lente des dépenses de consommation. En fin de compte, l'augmentation des revenus résultant d'une augmentation de l'investissement sera moindre. De même, si les gens achètent plus de biens importés, les dépenses de consommation d'un pays pour les biens produits au pays seront moindres. Maintenant, l'augmentation des revenus résultant d'une augmentation de l'investissement serait moins importante. Ainsi, plus les fuites sont importantes (S + T + M), plus la valeur du multiplicateur est basse.

Malgré ces limitations, l’analyse des multiplicateurs a quelques utilisations. Premièrement, il montre qu'un changement dans les dépenses d'investissement entraîne une augmentation du revenu et du niveau de l'emploi. Deuxièmement, en estimant les multiplicateurs (pour les dépenses publiques, les impôts et la masse monétaire), il est possible d'estimer l'efficacité de la politique budgétaire et de la politique monétaire. Troisièmement, le concept de multiplicateur nous permet d’analyser les fluctuations cycliques, son contrôle et ses prévisions. C’est pourquoi on dit que ce concept est novateur.

Exemple mathématique de multiplicateur:

Supposons que C = Rs. 40 + 0, 75Y et 1 = Rs. 60.

Trouvez les niveaux d'équilibre revenu, consommation et épargne.

Maintenant, si l'investissement monte à Rs. 90, quels seront les nouveaux niveaux de revenus d'équilibre, de consommation et d'épargne?

Solution:

Utilisation de la demande globale - approche globale,

 

Laissez Vos Commentaires