Comité Raj & Taxes additionnelles sur l'agriculture

Dans cet article, nous discuterons des propositions du comité Raj concernant des taxes supplémentaires sur l'agriculture.

L'imposition de la fiscalité agricole a toujours été une source de controverse entre le centre et les États. Le gouvernement central a nommé le comité chargé de la fiscalité de la richesse et des revenus agricoles sous la présidence de M. KN Raj en février 1972 pour examiner la question de l'imposition de la richesse et des revenus agricoles sous tous ses aspects. Le comité Raj a soumis son rapport en octobre 1972.

Les principales recommandations du comité Raj étaient les suivantes:

i) Imposition de la taxe sur les avoirs agricoles (AHT) aux agriculteurs.

ii) Dans le cas des personnes évaluant des impôts non agricoles, les revenus tirés de l’agriculture devraient être inclus dans le revenu total aux fins du calcul de l’impôt sur le revenu.

(iii) Les revenus du bétail, de la volaille, de l'élevage laitier, etc., devraient être soumis à l'impôt.

(iv) Une taxation intégrée de la propriété agricole par le biais de l'impôt sur la fortune devrait être introduite.

(v) Un impôt sur les plus-values ​​sur les transferts de terrains devrait être imposé. Selon le Comité Raj, le système actuel de revenu foncier présentait deux défauts fondamentaux.

C'étaient:

a) la relation entre l'incidence du revenu foncier et la productivité de la terre n'était pas uniforme 'dans le pays,

(b) les recettes foncières évaluées au taux forfaitaire n'étaient pas progressives. Afin de supprimer ces deux défauts fondamentaux, le Comité Raj a recommandé l’impôt sur les exploitations agricoles. Le Comité a en outre recommandé que, si la production moyenne d'une culture dans un district équivalait à moins de la moitié de la production moyenne des 10 années précédentes, l'impôt sur les exploitations agricoles soit supprimé.

L’AHT devrait être perçu sur la base opérationnelle, c’est-à-dire les terres appartenant à l’agriculteur, moins toute partie des terres louées ou hypothéquées à des tiers, ainsi que les terres louées ou hypothéquées par d’autres. Pour assurer le succès de l’AHT, le comité a recommandé le système d’inspection des cultures et l’enregistrement des moyennes des cultures.

Les principales caractéristiques d'AHT suggérées par le Raj Committee étaient les suivantes:

i) L’évaluation du volume d’exploitation (AHT) serait effectuée sur la base d’un certain critère qui serait uniforme dans tout le pays.

ii) L’AHT tiendrait compte de la différence de productivité des terres d’un pays à l’autre.

(iii) L'impôt devait être progressif car il frappait lourdement les exploitations ayant une valeur imposable plus grande.

(iv) AHT devait être évalué sur les avoirs opérationnels.

(v) AHT devait être perçu sur la famille (en tant qu'unité d'évaluation de base) et non sur les individus.

vi) L’année d’évaluation devait être la même dans tout le pays.

La suggestion concernant la taxe de propriété agricole a été critiquée par de nombreux économistes. Dans le premier cas, il a été souligné qu'il serait très difficile de diviser le pays tout entier en régions homogènes en ce qui concerne leur productivité. La préparation des enregistrements pour l’estimation de la valeur de diverses variables pertinentes était une autre difficulté.

Deuxièmement, il a été estimé que son administration serait trop coûteuse. Troisièmement, comme CH Hanumantha Rao l’a souligné, le calcul de la taxe sur la base de la production des dix dernières années pourrait profiter aux grands agriculteurs qui ont constamment bénéficié de l’adoption de nouvelles innovations technologiques.

L'imposition de la taxe d'exploitation agricole a également été critiquée pour un autre motif. Il a été souligné que, cet impôt étant basé sur la taille des avoirs opérationnels, il exclurait les revenus de location de la fiscalité agricole.

Le Dr Raj avait accepté cette critique. Il a suggéré que:

a) L’assujettissement à l’impôt des avoirs opérationnels peut être partagé entre le propriétaire et le locataire et

b) La loi indienne sur l’impôt sur le revenu pourrait être modifiée de sorte que les revenus de location tirés de l’agriculture soient désormais traités comme des revenus non agricoles.

Cette taxe, jusqu'à présent, n'a pas été imposée dans le pays.

L’une des principales recommandations du Comité Raj était la recommandation de l’agrégation des revenus agricoles et non agricoles aux fins de l’impôt sur le revenu.

Ce principe reposait sur le principe selon lequel le fardeau fiscal des personnes ayant des revenus similaires ne devrait pas être très différent du seul fait qu’il provient en partie de l’agriculture. L'intégration contribuerait également à freiner l'évasion du revenu imposable du secteur non agricole.

Le Comité Raj avait également recommandé, comme indiqué précédemment, que l’impôt sur les avoirs agricoles soit complété par un impôt sur les biens agricoles et un impôt sur les gains en capital qui résulteraient de la vente d’un tel bien.

 

Laissez Vos Commentaires