Développement de l'agriculture: 3 étapes

Du point de vue du développement, Mellor divise l’agriculture en trois étapes. Les étapes sont les suivantes: 1. Agriculture traditionnelle. 2. Dynamique technologique: agriculture à faible capitalisation. 3. Technologie à forte capitalisation.

Étape n ° 1. Agriculture traditionnelle:

«C’est un stade technologiquement stagnant dans lequel la production est augmentée en grande partie grâce à l’application lentement croissante de formes traditionnelles de la terre, de la main-d’œuvre et du capital». L’augmentation de la production résulte d’une expansion essentiellement symétrique de tous les intrants ou de l’accroissement de ressources peu productives. La baisse des revenus et de la productivité par unité d’un intrant est une caractéristique commune de cette phase.

Politique dans une agriculture traditionnelle:

Lorsque nous trouvons l’agriculture au stade traditionnel, l’objectif évident est de le faire passer au deuxième stade. C’est parce que c’est principalement à la 2e étape que l’agriculture commence à contribuer au développement industriel de la société.

Nul doute que, si l’on examine l’histoire du développement économique des pays d’Europe occidentale, on constate que le développement industriel a commencé même lorsque l’agriculture était dans la phase traditionnelle. La production agricole augmente dans la phase traditionnelle en augmentant la superficie cultivée.

L'augmentation de la population n'a pas été suffisante pour absorber la production supplémentaire. La production supplémentaire a aidé le secteur industriel, ce qui a aidé le secteur agricole en fournissant des intrants agricoles améliorés.

Le développement de l'agriculture nécessite plus d'investissements. Plus d'investissement signifie plus d'économies dans le secteur agricole. Si la population continue de croître, les économies totales dans le secteur agricole pourraient ne pas augmenter, même en cas d'augmentation initiale de la production par acre. La production supplémentaire peut être consommée par la population croissante.

En fait, même lorsque la productivité agricole par habitant augmente dans une économie sous-développée, cela ne signifie pas nécessairement une augmentation de l'épargne par habitant, car l'élasticité-revenu de la demande dans les économies agricoles est très élevée et la totalité des ressources supplémentaires disponibles. la production peut être consommée dans le pays.

Une économie arriérée, en fait, nécessite des mesures spéciales de contrôle de la population car, au début de son développement, l’économie se trouve généralement dans un cercle vicieux de croissance démographique: pauvreté générant plus de population; plus de population menant à la pauvreté et donc propre. Ce n'est qu'avec de gros efforts que l'économie peut sortir de cette ornière.

Non seulement la croissance démographique entrave la croissance de l'épargne dans le secteur agricole, mais elle conduit également à la subdivision et à la fragmentation des exploitations rendant plus difficile l'utilisation de certains intrants améliorés, même s'ils peuvent être obtenus de l'extérieur. C'est particulièrement le cas dans de nombreuses économies sous-développées actuelles où il est devenu difficile d'étendre les frontières terrestres.

Étape n ° 2. Dynamique technologique de l'agriculture, technologie à faible capital:

Au stade II, «un ensemble de changements technologiques augmente considérablement l'efficacité des processus agricoles et augmente le taux d'augmentation de la production agricole ………. Les caractéristiques critiques de la phase II, par rapport à la phase I, sont la génération et l’application constante de technologies, facilitées par un cadre institutionnel complexe… »

À ce stade:

(a) L'agriculture représente toujours une part importante de l'économie totale

b) La demande de produits agricoles augmente rapidement en raison d'effets à la fois démographiques et sur les revenus,

c) Les capitaux nécessaires au développement industriel sont particulièrement rares et les rendements augmentent

d) Les limitations imposées au rythme de la transformation économique et à la pression de la croissance démographique empêchent d'élargir la superficie moyenne par exploitation et

e) L'utilisation de machines agricoles économisant le travail est en grande partie empêchée par des relations défavorables coût travail / capital. Ces conditions appellent un type de développement agricole qui n’était pas possible à un moment donné, mais qui est maintenant facilité par la science moderne.

Etat et deuxième stade de développement:

Une fois que l'agriculture d'une économie est entrée dans la deuxième phase de son développement, la politique de l'État doit être l'objectif suivant:

a) Veiller à ce que tous les agriculteurs utilisent progressivement les divers intrants nécessaires à la promotion de l'agriculture au cours de la deuxième phase de développement et continuent à être mis à la disposition de ceux-ci à des prix raisonnables (cela nécessitera une importation à grande échelle). pour ces intrants provenant de l'extérieur par l'exportation de produits agricoles et également de produits industriels après le développement du secteur industriel ou la mise en place d'industries produisant ces intrants dans le pays même);

(b) vulgariser ces entrées par le biais de démonstrations, de propagande, etc.

c) Fourniture de crédit aux agriculteurs, par exemple aux petits agriculteurs, qui ne disposent pas de moyens financiers suffisants pour acheter ces intrants.

Étape n ° 3. Technologie à fort capital agricole en agriculture technologiquement dynamique:

C'est à ce stade que l'agriculture a une grande partie de son importance relative dans la génération du revenu national. L'agriculture de divers pays développés est incluse dans cette étape. Le rôle du gouvernement dans les différentes étapes est assez important. Dans la nature, bien sûr, c'est différent. Nous voudrions souligner les objectifs et les mesures politiques importantes pertinentes pour chaque étape dans les paragraphes qui suivent.

On notera que, l’étape du développement agricole ne pouvant être délimitée avec précision, les objectifs de la politique agricole à un moment donné ne peuvent pas non plus être définis de manière rigide. Ce que nous avons imposé à un moment donné, c’est un ensemble d’objectifs, leur ordre de priorité, bien sûr, changeant au fil du temps. Nous ne donnerons ci-dessous que les objectifs politiques relativement plus importants vis-à-vis de l'agriculture à différents stades de développement.

Gouvernement et agriculture:

Si le processus de développement, tel que visualisé lorsque l'agriculture comme dans la phase II, se poursuit, un temps viendra où le secteur agricole ainsi que le secteur industriel sont fortement développés par l'interdépendance. C'est l'agriculture en phase III.

Une telle agriculture a deux problèmes majeurs:

(1) Le problème de la ferme et

(2) L'instabilité de l'agriculture.

Le problème agricole, pour décrire, se réfère brièvement au phénomène de la pauvreté dans le secteur agricole. La production agricole, en termes physiques, continue de croître au fur et à mesure de son développement.

Cependant, le revenu résultant de cette augmentation de la production n'augmente pas proportionnellement en raison de la faible élasticité de la demande de produits agricoles par rapport aux revenus dans les économies développées. Le revenu par habitant des agriculteurs diminue donc par rapport à celui des habitants des secteurs non agricoles.

L’instabilité de l’agriculture devient plus importante au stade III car elle est due en grande partie au développement du secteur industriel. Comme nous le savons, un industriel développé souffre de la maladie des booms et des dépressions.

Étant donné que le secteur industriel, à ce stade de développement économique, est très étroitement lié au secteur agricole par le biais de l'achat d'intrants du secteur agricole et de la vente de ses produits au secteur agricole, ces booms et dépressions sont également transmis au secteur agricole. L'instabilité de l'agriculture devient alors plus prononcée à ce stade.

Nous pouvons donc dire que, à ce stade, le problème fondamental est de ne pas décider des mesures nécessaires pour développer l'agriculture. C'est plutôt comment aborder certaines difficultés créées par le développement économique, en particulier celles qui découlent du «problème agricole» ou de «l'instabilité de l'agriculture».

Parmi les mesures suggérées pour réduire l'instabilité, citons les systèmes de stock tampon, le soutien des prix, les mesures de transfert direct de revenus, le contrôle des fluctuations du secteur non agricole, etc.

Le contrôle de la production, le transfert de main-d'œuvre du secteur agricole vers le secteur non agricole, l'encouragement des exportations de produits agricoles vers d'autres pays et le contrôle des importations de produits agricoles dans le pays sont quelques-unes des mesures prises pour résoudre le «problème de l'agriculture».

Conclusion:

Il convient de noter que les paragraphes précédents indiquent uniquement les priorités à attribuer à diverses mesures politiques en faveur de l’agriculture à différents stades de développement. Ce ne sont toutefois pas les seules mesures pertinentes pour l'agriculture à un stade donné.

Toutes les mesures de la phase I, par exemple, sont également pertinentes pour la phase II. Le contrôle de la population est également souhaitable au stade III. De même, certaines mesures, en particulier celles qui concernent les inégalités régionales, peuvent être nécessaires au stade III également si le développement de l'agriculture n'a pas été équilibré.

Le fait est que le gouvernement doit veiller à ce que, en plus de prendre certaines mesures en priorité à un stade particulier du développement agricole, les résultats des mesures prises à un stade antérieur ne soient pas tous perdus.

 

Laissez Vos Commentaires