Formule de calcul du taux de chômage

Le NRU est le niveau moyen autour duquel fluctue le taux de chômage.

C'est le taux de chômage qui existe même lorsque le marché du travail est en équilibre et qu'il n'y a pas de déficit de demande globale.

Selon Ruffin et Gregory:

«Le NRU est le taux de chômage résultant des frictions normales du marché du travail qui existent lorsque le marché du travail est en équilibre.» Le NRU fait référence au chômage structurel et par friction. Le plein emploi ne doit pas être interprété à zéro chômage. Il s’agit d’un niveau d’emploi associé à un NRU, c’est-à-dire qu’au niveau de plein emploi, il existe toujours un taux de chômage minimal, appelé NRU et désigné par le symbole u *.

Raisons de la hausse du NRU:

Des périodes prolongées de taux de chômage élevé font augmenter le NRU, connu sous le nom d'hystérésis de chômage qui signifie «arriver en retard».

Moyens dans lesquels l'hystérésis du chômage se produit:

1. En raison des allocations de chômage, les chômeurs s'habituent à ne pas travailler. Ils essaient de se renseigner sur les allocations de chômage, comment les obtenir et comment passer la journée à faire de petits boulots, ou

2. Comme ils sont au chômage depuis longtemps, ils se découragent et ne font aucun effort pour trouver un emploi, ou

3. Parfois, les employeurs ont l’impression que, lorsque le travailleur est au chômage depuis longtemps, il n’a ni l’énergie ni les qualifications nécessaires pour travailler. Les entreprises sont donc moins disposées à embaucher de tels travailleurs.

Selon Mankiw:

«Plus le taux de chômage est élevé, plus le cercle vicieux allongeant les périodes de chômage est incassable.»

Méthodes de réduction du réacteur NRU :

I. Sous-salaire minimum pour les adolescents:

Le chômage chez les adolescentes constitue une proportion importante du réacteur NRU car ils entrent et quittent fréquemment leur emploi, car les emplois qu’ils occupent ne sont pas attrayants. Pour réduire le réacteur NRU, une formation technique devrait être dispensée aux adolescents, ce qui rendrait encore plus gratifiant de conserver un emploi. Comme les salaires des adolescents sont plus proches du salaire minimum, le taux de chômage des adolescents peut être réduit en réduisant le salaire minimum.

II. Politiques publiques:

Les politiques publiques tentent de réduire le NRU en réduisant le chômage de friction. Les agences d’emploi du gouvernement réunissent des informations sur les offres d’emploi afin de mieux les rapprocher des emplois. Des programmes de recyclage financés par des fonds publics permettront aux travailleurs de passer des industries en déclin à celles en croissance. Si le programme réussit à augmenter le taux de recherche d'emploi, le réacteur NRU diminuera.

Implications du réacteur NRU pour les politiques publiques:

(i) Toute politique visant à réduire le réacteur NRU doit soit réduire le taux de cessation d’emploi (S), soit augmenter le taux de recherche d’emploi ( f ), car

U / L = s / s + f Si s augmente ou f diminue, U / L diminue.

(ii) Toute politique qui affecte 5 ou f change également le réacteur NRU.

Défaut des politiques publiques:

Bien que ce modèle soit utile pour relier le taux de chômage à s et f, il ne fournit pas de réponse à la question de savoir pourquoi il y a du chômage et pourquoi la recherche d'un emploi n'est pas instantanée.

Ainsi, tout en offrant des allocations de chômage, ses démérites devraient être supprimées, car il existe un compromis entre la réduction de la détresse subie par les chômeurs et la probabilité que des allocations plus élevées augmentent le NRU.

 

Laissez Vos Commentaires