Méthodes permettant de corriger le déséquilibre de la balance des paiements

Nous détaillons ici les quatre méthodes adoptées pour corriger le déséquilibre de la balance des paiements.

Méthode 1 # Mesures de politique commerciale: Accroître les exportations et restreindre les importations:

Les mesures de politique commerciale visant à améliorer la balance des paiements font référence aux mesures adoptées pour promouvoir les exportations et réduire les importations.

On peut encourager les exportations en réduisant ou en supprimant les droits à l’exportation et en abaissant le taux d’intérêt du crédit utilisé pour financer les exportations. Les exportations sont également encouragées par l’octroi de subventions aux fabricants et aux exportateurs.

En outre, sur les recettes d'exportation, un impôt sur le revenu moins élevé peut être perçu pour inciter les exportateurs à produire et à exporter davantage de biens et de services. En imposant des droits d'accise moins élevés, les prix des exportations peuvent être réduits pour les rendre compétitifs sur les marchés mondiaux.

D'autre part, les importations peuvent être réduites en imposant ou en augmentant les droits de douane (droits d'importation) sur les importations de biens. Les importations peuvent également être restreintes par l'imposition de quotas d'importation et par la délivrance de licences d'importation. L'importation de certains articles non essentiels peut être totalement interdite.

Avant les réformes économiques menées depuis 1991. L’Inde avait appliqué toutes les mesures susmentionnées pour promouvoir les exportations et restreindre les importations afin d’améliorer sa balance des paiements. Mais ils n’avaient pas pleinement atteint leur objectif de corriger le déséquilibre de la balance des paiements.

Par conséquent, l'Inde devait faire face à de grandes difficultés en ce qui concerne la balance des paiements. À plusieurs reprises, il a approché le FMI pour le sortir de la crise des changes provoquée par les énormes déficits de la balance des paiements. Enfin, la crise économique causée par les déficits persistants de la balance des paiements a contraint l'Inde à introduire des réformes structurelles pour parvenir à une solution durable au problème de la balance des paiements.

Méthode 2 # Politiques de réduction des dépenses:

Le moyen important de réduire les importations et, partant, de réduire le déficit de la balance des paiements consiste à adopter des politiques monétaire et budgétaire visant à réduire les dépenses globales de l'économie. La baisse de la dépense globale ou de la demande globale dans l'économie contribue à réduire les importations et à résoudre le problème de la balance des paiements.

Les deux principaux outils de réduction des dépenses globales sont les suivants:

(1) politique monétaire stricte et

(2) Politique budgétaire concrète.

Nous les expliquons ci-dessous:

Politique monétaire restrictive:

Le resserrement monétaire est souvent utilisé pour vérifier les dépenses ou la demande globale en augmentant le coût du crédit bancaire et en limitant la disponibilité du crédit. Pour ce taux bancaire est augmenté par la Banque centrale du pays, ce qui entraîne une augmentation des taux débiteurs appliqués par les banques commerciales. Cela décourage les hommes d'affaires d'emprunter pour investir et les consommateurs d'emprunter pour acheter des biens de consommation durables.

Cela conduit donc à la réduction des investissements et des dépenses de consommation. En outre, la disponibilité du crédit à prêter à des fins d’investissement et de consommation est réduite par l’augmentation du ratio de réserve de trésorerie (CRR) des banques et par la réalisation d’opérations d’open market (vente de titres publics sur le marché libre) par la Banque centrale du pays.

Cela tend également à réduire les dépenses ou la demande globale, ce qui contribuera à réduire les importations. Cependant, l'utilisation réussie de la politique monétaire pour contrôler les importations présente des limites, en particulier dans un pays en développement comme l'Inde. En effet, le resserrement de la politique monétaire a un impact négatif sur l’augmentation des investissements, nécessaire à l’accélération de la croissance économique.

Si un pays en développement est confronté à l’inflation, une politique monétaire restrictive est assez efficace pour freiner l’inflation en réduisant la demande globale. Cela contribuera à réduire les dépenses globales et, en fonction de la propension à importer des revenus, à limiter les importations. En outre, une politique monétaire restrictive contribue à réduire les prix ou à réduire le taux d'inflation. Un niveau de prix inférieur ou un taux d'inflation plus bas freineront la tendance à l'importation, tant de la part des hommes d'affaires que des consommateurs.

Mais lorsqu'un pays en développement comme l'Inde connaît une récession ou un ralentissement de la croissance économique ainsi que des déficits de la balance des paiements, le recours à une politique monétaire restrictive réduisant les dépenses ou la demande globale n'aidera pas grand-chose, car il affectera négativement la croissance économique et aggravera la récession économique. . Par conséquent, dans un pays en développement, la politique monétaire doit être associée à d'autres politiques, telles qu'une politique budgétaire et une politique commerciale appropriées, pour s'attaquer au problème du déséquilibre de la balance des paiements.

Politique fiscale contractuelle:

Une politique budgétaire appropriée est également un moyen important de réduire les dépenses globales. Une augmentation des impôts directs tels que l’impôt sur le revenu réduira les dépenses globales. Une partie de la réduction des dépenses peut entraîner une diminution des importations. L'augmentation des taxes indirectes telles que les droits d'accise et la taxe de vente entraînera également une réduction des dépenses.

L’autre mesure de politique budgétaire consiste à réduire les dépenses de l’État, en particulier les dépenses improductives ou hors développement. La réduction des dépenses publiques non seulement réduira les dépenses directement mais également indirectement grâce au fonctionnement du multiplicateur.

On peut noter que si les politiques budgétaires restrictives monétaires et restrictives parviennent à réduire les dépenses agrégées, ce qui entraîne une réduction des prix ou un taux d'inflation plus faible, elles contribueront de deux manières à améliorer la balance des paiements. Premièrement, la chute des prix intérieurs ou le taux d’inflation plus faible incitera les gens à acheter des produits nationaux plutôt que des produits importés. Deuxièmement, des prix intérieurs plus bas ou un taux d'inflation plus bas stimuleront les exportations. La baisse des importations et la hausse des exportations contribueront à réduire le déficit de la balance des paiements.

Cependant, il convient de souligner à nouveau que la méthode de réduction des dépenses par le biais de politiques monétaires et budgétaires restrictives n’est pas sans limites. Si la réduction de la demande globale diminue les investissements, cela affectera négativement la croissance économique. Ainsi, une correction de la balance des paiements peut être réalisée aux dépens de la croissance économique.

En outre, il n’est pas facile de réduire considérablement les dépenses publiques et d’imposer de lourdes taxes, car elles risquent d’affecter les incitations à travailler et à investir et d’inciter à la protestation et à l’opposition. Nous voyons donc que corriger la balance des paiements par une politique budgétaire restrictive n’est pas une mince affaire.

Méthode 3 sur # Dépenses - Stratégies de commutation: Dévaluation:

Une méthode importante, souvent utilisée pour corriger le déséquilibre fondamental de la balance des paiements, consiste à recourir à des politiques d'ajustement des dépenses. Les politiques de changement de dépenses fonctionnent en modifiant les prix relatifs. Les prix des importations sont augmentés en rendant les produits d'origine nationale relativement meilleur marché. Les politiques de substitution des dépenses peuvent faire baisser les prix des exportations, ce qui encouragera les exportations d'un pays. Ainsi, en modifiant les prix relatifs, les politiques de réorientation des dépenses aident à corriger le déséquilibre de la balance des paiements.

La réduction du taux de change de la monnaie nationale, à savoir la dévaluation, est la principale forme de politique de substitution des dépenses. Par dévaluation, nous entendons réduire la valeur ou le taux de change d’une monnaie nationale par rapport à d’autres monnaies étrangères. Il convient de rappeler que la dévaluation est effectuée lorsqu'un pays est soumis à un système de taux de change fixe et décide parfois de baisser le taux de change de sa monnaie pour améliorer sa balance des paiements.

En vertu du système de Bretton Woods adopté en 1946, un système de taux de change fixe a été adopté, mais pour corriger le déséquilibre fondamental de la balance des paiements, les pays ont été autorisés à effectuer une dévaluation de leur monnaie avec l'autorisation du FMI. À présent, le système de Bretton Woods a été abandonné et la plupart des pays du monde ont flotté leurs monnaies et ont donc adopté le système de taux de change flexibles, déterminé par les forces du marché en matière de demande et d’offre.

Cependant, même dans le système de taux de change flexible actuel, la valeur d’une monnaie ou son taux de change, déterminés par la demande et l’offre de celle-ci, peuvent baisser. La baisse de la valeur d'une devise par rapport à une devise étrangère, déterminée par les conditions de la demande et de l'offre, est décrite comme une dépréciation.

Si un pays permet à sa monnaie de se déprécier sans prendre des mesures efficaces pour la vérifier, cela aura les mêmes effets que la dévaluation. Ainsi, dans notre analyse, nous discuterons des effets de la baisse de valeur d’une monnaie, qu’elle résulte d’une dévaluation ou d’une dépréciation. En juillet 1991, lorsque l'Inde était soumise au système de taux de change fixe de Bretton-Woods, elle avait dévalué sa roupie d'environ 20%. (De 20 roupies par dollar à 25 roupies par dollar) pour corriger le déséquilibre de la balance des paiements.

Maintenant, la question est de savoir comment la dévaluation d’une monnaie contribue à améliorer la balance des paiements. En raison de la réduction du taux de change d'une devise par rapport à une devise étrangère, les prix des biens à exporter baissent, alors que les prix des importations augmentent. Cela encourage les exportations et décourage les importations. Les exportations étant tellement stimulées et les importations découragées, le déficit de la balance des paiements aura tendance à être réduit.

Ainsi, la politique de dévaluation est également appelée politique de substitution des dépenses puisqu’en raison de la réduction des importations, les habitants d’un pays transfèrent leurs dépenses d’importations sur les biens produits dans le pays. On peut noter que, du fait de la baisse des prix des exportations, les recettes d’exportation augmenteront si la demande d’exportations d’un pays est élastique par rapport au prix (c’est-à-dire si e> 1). Et aussi avec la hausse des prix des importations, la valeur des importations diminuera si la demande d'importation d'un pays est élastique. Si la demande d'importations d'un pays est inélastique, ses dépenses en importations augmenteront au lieu de diminuer en raison de la hausse des prix des importations.

Dévaluation: Marshall Lerner Condition. Il est clair d’en haut que la dévaluation ou les dépréciations entraîneront une hausse des recettes d’exportation et que la réduction des dépenses d’importation dépend de l’élasticité-prix de la demande étrangère pour les exportations et de la demande intérieure pour les importations.

Marshall et Lerner ont mis au point une condition stipulant que la dévaluation parviendra à améliorer la balance des paiements si la somme de l'élasticité-prix des exportations et de l'élasticité-prix des importations est supérieure à un. Ainsi, selon Marshall-Lerner Condition, la dévaluation améliore la balance des paiements si

e x + e m >

e x représente l'élasticité-prix des exportations

e m représente l'élasticité-prix des importations

Si, dans le cas d’un pays e x + e m <1, la dévaluation aurait un effet défavorable sur la position de la balance des paiements au lieu de l’améliorer. Si e x + e m = 1, la dévaluation laissera le déséquilibre de la balance des paiements inchangé.

Approche de la dévaluation fondée sur l’absorption des revenus:

En outre, pour que la dévaluation réussisse à corriger le déséquilibre de la balance des paiements, un pays devrait avoir un excédent exportable suffisant. Si un pays ne dispose pas d'une quantité suffisante de biens et de services à exporter, il ne sera pas possible de faire baisser ses prix en raison d'une dévaluation ou d'une dépréciation.

Cela peut s'expliquer par l'approche d'absorption des revenus proposée par Sidney S Alexander. Selon cette approche, la balance commerciale est la différence entre la production totale de biens et services produits dans un pays et son absorption par celui-ci.

Par absorption de la production de biens et de services, nous entendons la quantité d’énergie utilisée pour la consommation et l’investissement dans ce pays. En d’autres termes, l’absorption signifie la somme des dépenses de consommation et d’investissement pour des biens et services produits dans le pays.

Exprimant algébriquement nous avons;

B = Y - A

Où:

B = balance commerciale ou excédent exportable

Y = revenu national ou valeur de la production de biens et services produits

A = Absorption ou somme des dépenses de consommation et d'investissement

Il découle de ce qui précède que si les dépenses ou l’absorption sont inférieures au produit national, la balance commerciale sera positive ou les excédents exportables. Pour créer cet excédent exportable, il convient de réduire les dépenses en biens de consommation et d’investissement de production nationale ou d’augmenter suffisamment le produit national.

En résumé, il découle de ce qui précède que, pour que la dévaluation ou la dépréciation parvienne à corriger le déséquilibre de la balance des paiements, la somme des élasticités-prix de la demande pour les exportations et les importations d’un pays doit être élevée (c’est-à-dire supérieure à un) et deuxièmement, il devrait avoir un excédent exportable suffisant. La dévaluation ne réussira pas non plus à atteindre son objectif si d’autres pays prennent des mesures de rétorsion et procèdent à une dévaluation similaire de leur monnaie et, partant, à une dévaluation concurrentielle du taux de change.

Après l’indépendance, l’Inde a dévalué sa monnaie à trois reprises, la première en 1949, la deuxième en juin 1966 et la troisième en juillet 1991 pour corriger le déséquilibre de la balance des paiements. La dévaluation de juin 1966 n’a pas réussi pendant quelque temps à réduire le déficit de la balance des paiements.

En effet, la demande pour la majeure partie de nos exportations traditionnelles n’était pas très élastique et nous ne pouvions pas non plus réduire nos importations en dépit de leurs prix plus élevés. Toutefois, la dévaluation de juillet 1991 s’est avérée tout à fait un succès, car nos exportations ont augmenté rapidement pendant quelques années et la croissance des importations est restée dans des limites sûres.

Méthode 4 # Contrôle de l'échange:

Enfin, il y a la méthode de contrôle des changes. Nous savons que la déflation est dangereuse. la dévaluation a un effet temporaire et peut provoquer la dévaluation d'autres personnes. La dévaluation frappe également le prestige d'un pays. Ces méthodes sont donc évitées et les devises contrôlées par le gouvernement.

En vertu de cet accord, tous les exportateurs sont tenus de remettre leurs devises à la banque centrale d'un pays, qui les rationne ensuite entre les importateurs agréés. Personne d'autre n'est autorisé à importer des marchandises sans licence. La balance des paiements est donc rectifiée en maintenant les importations dans des limites.

Après la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle institution internationale, le «Fonds monétaire international (FMI)», a été créée pour maintenir à court terme l'équilibre de la balance des paiements des pays membres. Les pays membres en ont emprunté pendant une courte période pour maintenir l'équilibre de la balance des paiements. Le FMI conseille également aux pays membres de remédier au déséquilibre fondamental de la balance des paiements, le cas échéant. On peut toutefois mentionner ici qu’aucun pays n’a maintenant besoin de subir la déflation (et donc la dépression) pour éliminer les causes du déséquilibre sous-jacent, comme cela devait être le cas sous l’étalon or. Au contraire, le FMI fournit un mécanisme permettant de modifier de manière ordonnée les taux de change.

Conclusion:

En résumé, la correction du déséquilibre appelle une combinaison judicieuse des méthodes suivantes:

i) Les changements monétaires et fiscaux affectant les revenus et les prix dans le pays;

ii) ajustement du taux de change, c’est-à-dire dévaluation ou appréciation de la monnaie nationale;

iii) restrictions commerciales, telles que droits de douane, contingents, etc.

(iv) Mouvements de capitaux, à savoir emprunts ou prêts à bord; et

(v) Contrôle des changes.

Aucune confiance ne peut être placée sur un seul outil. Il y a de la place pour plus d'une approche et pour plus d'un appareil. Mais l'application des outils dépend de la nature du déséquilibre.

Nous avons dit, il y a trois types de déséquilibre:

(1) le déséquilibre cyclique,

(2) le déséquilibre séculaire,

(3) Déséquilibre structurel (au niveau des biens et du facteur).

Il est plus approprié que des mesures fiscales soient utilisées pour corriger le déséquilibre cyclique de la balance des paiements. Pour corriger le déséquilibre structurel, il convient d'éviter tout ajustement du taux de change. Des mouvements de capitaux sont nécessaires pour compenser des forces profondes en déséquilibre séculaire.

Les principales méthodes d'ajustement souhaitable sont donc les politiques monétaires et budgétaires qui affectent directement les revenus et la dépréciation des changes (c'est-à-dire la dévaluation) qui affecte les prix en premier lieu. La dévaluation ou la dépréciation du taux de change peut également avoir un effet sur le revenu par le biais des effets sur les prix. Les politiques monétaire et fiscale affectent également les prix relatifs.

 

Laissez Vos Commentaires