Points saillants de la Loi de 1986 sur la protection du consommateur

L'article mentionné ci-dessous résume la Loi de 1986 sur la protection du consommateur.

Introduction:

La loi de 1986 sur la protection du consommateur a été adoptée par le Parlement indien pour protéger les droits des consommateurs, redresser les plaintes des consommateurs et résoudre les litiges de consommation.

Chaque individu est un consommateur de biens et de services et s’attend à un accord équitable contre l’exploitation déloyale.

Cette loi sur la protection du consommateur s'applique à l'ensemble de l'Inde, à l'exception de l'État du Jammu-et-Cachemire, et couvre tous les biens et services achetés par les consommateurs et tous les secteurs - privé, public et coopératif. L’objectif de la loi est «de mieux protéger les intérêts des consommateurs et, à cette fin, de prévoir la création de conseils des consommateurs et d’autres autorités chargées du règlement des litiges de consommation et des questions qui y sont liées». Il protège les consommateurs contre les pratiques commerciales déloyales ou les pratiques commerciales déloyales.

Il est important de noter que la Loi sur la protection du consommateur indien est une législation sur la protection sociale qui a été conçue pour éviter les problèmes techniques, les retards de procédure, les exigences de procédure, les frais de justice et les coûts.

La loi de 1986 sur la protection du consommateur confère aux consommateurs les droits suivants:

a) Droit d'être entendu et d'avoir l'assurance que les intérêts des consommateurs seront dûment pris en compte par le forum approprié;

b) Droit de demander réparation pour pratiques commerciales déloyales ou exploitation sans scrupule des consommateurs; et

c) Droit à l'éducation des consommateurs.

La loi de 1993 sur la protection du consommateur (amendement) ajoute les droits suivants au consommateur:

d) Le droit d'être assuré, chaque fois que possible, d'un accès à une variété de biens et de services à des prix compétitifs;

e) Le droit d'être informé de la qualité, de la puissance, de la pureté, du standard et du prix des biens (ou des services, selon le cas) afin de protéger les consommateurs contre les pratiques commerciales déloyales; et

f) Le droit d'être protégé contre la commercialisation de biens (et services) dangereux pour la vie et la propriété.

Agences de réparation:

Nous expliquons ci-dessous les différentes autorités créées en vertu de la loi de 1986 sur la protection du consommateur.

Conseils de protection du consommateur:

La loi prévoit la création d'un conseil central de la protection des consommateurs par le gouvernement central et des conseils des consommateurs des États par chaque État indien. Le Conseil central pour la protection des consommateurs est composé: (1) du ministre chargé de la consommation au sein du gouvernement central, qui en est le président, et du nombre d'autres membres, officiels ou non, représentant les intérêts fixés.

La loi exige que le Conseil central de la protection du consommateur se réunisse selon les besoins. Cependant, au moins une réunion du Conseil central doit avoir lieu chaque année. Les objectifs du conseil sont de protéger les droits des consommateurs et de promouvoir leurs intérêts énumérés ci-dessus de (a) à (f).

Les conseils des consommateurs des États chargés de protéger les droits des consommateurs, conformément à la modification de la loi de 1993, comprendront: 1) le ministre chargé de la consommation du gouvernement de l'État concerné et des membres d'autres responsables et non-fonctionnaires représentant les intérêts prescrits par les gouvernements des États. Comme dans le cas du Conseil central, les conseils d'État auront pour objet de protéger les droits des consommateurs énumérés ci-dessus de (a) à (f) au sein de l'État.

Système de réparation des litiges de consommation :

En vertu de la loi de 1986 sur la protection du consommateur, un système de règlement à trois niveaux des litiges de consommation a été mis en place aux niveaux du district, de l’État et du pays.

Ainsi, la loi prévoit la création des agences de recours suivantes pour les consommateurs:

1. Forum des consommateurs de district dans chaque district d'un État créé par le gouvernement de l'État.

2. Commission des consommateurs des États dans chaque État créée par chaque État.

3. Commission nationale de la consommation mise en place par le gouvernement central.

Composition des agences de réparation pour consommateurs:

Conformément à la loi de 1986 sur la protection du consommateur, chaque forum de consommateurs de district créé dans chaque district d’un État est composé d’une personne qui est ou a été ou est qualifiée pour être juge de district. Cette personne travaillera en tant que président du forum des consommateurs du district.

Deux membres éminents qui possèdent des connaissances et une expérience suffisantes et sont capables de traiter des problèmes de droit, de commerce, d’économie, de comptabilité, d’industrie, d’affaires publiques ou d’administration et dont l’un est une femme, en particulier une assistante sociale.

Un forum de district a la compétence pour traiter les plaintes lorsque la valeur du bien ou du service et de l’indemnisation réclamée, le cas échéant, n’excède pas Rs. 20 lakh (conformément à la modification apportée à la loi en 2002). Une plainte des consommateurs sera déposée dans un forum de district au cas où la partie adverse ou chacune des parties opposées, s'il y en a plusieurs, réside ou exploite une entreprise dans le district concerné au moment du dépôt de la plainte ou si l'une des parties la partie (s’il en existe plusieurs) résidant ou exploitant une entreprise dans le district au moment du dépôt de la plainte si le forum du district donne l’autorisation à cet effet.

La Commission nationale de la consommation est composée de:

(1) Une personne qui est ou a été juge d'une haute cour nommée par le gouvernement de l'État,

(2) Deux autres membres éminents qui ont une connaissance ou une expérience suffisante des problèmes de droit, du commerce, de l'économie, de l'industrie, de l'administration publique, etc., dont l'un est une femme.

La Commission des consommateurs de l’État, conformément à la loi modifiée en 2002, aura compétence pour connaître des plaintes lorsque la valeur des biens ou des services et l’indemnisation réclamée, le cas échéant, excède les RS. 20 lakh mais n'est pas plus que Rs. 1 crore.

La Commission des consommateurs de l’État entendra également les appels interjetés contre les décisions des forums de district au sein de l’État. En outre, les commissions nationales de la consommation ont été autorisées à demander les archives et à donner les ordres appropriés en cas de litige en matière de consommation pendant devant le forum de district au sein de l’État ou décidé par celui-ci si la commission d’État constate qu’un forum de district a exercé un pouvoir qui ne lui est pas attribué par la Loi ou qui a omis d'exercer un pouvoir ou une compétence qui lui est dévolu ou qui a agi illégalement dans l'exercice de ses pouvoirs.

La Commission nationale de la consommation sera composée de:

a) Une personne qui est ou a été juge de la Cour suprême et qui est nommée par le gouvernement central en consultation avec le président de la Cour suprême de l'Inde. Il travaillera également en tant que président de la commission nationale,

b) Quatre autres membres éminents ayant de bonnes connaissances ou expérience et la capacité de traiter des problèmes liés au commerce, à l’économie, au droit, à l’industrie, aux affaires publiques ou à l’administration, et dont l’un est une femme.

La Commission nationale de la consommation est compétente:

(1) Pour connaître des plaintes lorsque la valeur des biens ou des services et l’indemnisation réclamée, le cas échéant, est, selon l’amendement de 2002, à un crore ou plus;

(2) La commission nationale est habilitée à connaître des recours contre l'ordonnance d'une commission nationale des consommateurs.

(3) La Commission centrale a le droit de demander les archives des commissions d’État.

Il est important de noter que toutes les instances, les commissions nommées en vertu de la Loi sur la protection du consommateur ne sont pas, en substance, des affaires différentes des tribunaux civils ordinaires. Ce sont des tribunaux quasi judiciaires créés pour rendre justice rapidement

Action corrective :

On peut noter qu'une plainte auprès d'une agence de réparation peut être déposée par:

a) un particulier, un consommateur;

b) association de consommateurs reconnue,

(c) plus d'un consommateur ayant le même intérêt; et

d) L’État ou le gouvernement central. La plainte adressée à une agence de réparation doit concerner des biens vendus ou livrés ou un service fourni au plaignant.

Si l'agence de réparation est convaincue de la véracité d'une des allégations contenues dans la plainte, elle doit adresser une ordonnance appropriée à la partie adverse.

Cette commande peut être l’un des types suivants:

1. Éliminer le défaut s’il est avéré que le laboratoire approprié utilise le produit en question;

2. Remplacer les marchandises défectueuses par des marchandises neuves du même type exemptes de défauts;

3. Rendre au plaignant le prix du bien défectueux ou des frais qu’il a payés;

4. verser au plaignant le dédommagement qui peut être décidé par l'organisme de réparation pour le préjudice qu'il a subi;

5. éliminer les défauts ou carences du service rendu aux personnes;

6. mettre fin à la pratique commerciale déloyale ou restrictive ou s'engager à ne pas répéter l'exercice à l'avenir;

7. ne pas fournir de marchandises dangereuses;

8. retirer les marchandises dangereuses proposées à la vente; et

9. Donner des coûts suffisants aux parties en question.

Pénalités:

Les Commissions des consommateurs sont autorisées à imposer des sanctions au commerçant ou à la personne contre qui une plainte est déposée s'il ne se conforme pas à l'ordre de l'agence de réparation. La peine peut entraîner une peine d’emprisonnement maximale de trois ans ou une amende maximale de 10 000 roupies, ou les deux.

Loi de 2002 modifiant la loi sur la protection du consommateur:

La loi de 1986 sur la protection du consommateur a suscité de grands espoirs pour les consommateurs sans défense qui se sont vu refuser un accord équitable par des producteurs ou des commerçants peu scrupuleux. Dans la mise en œuvre de la loi de 1986 sur la protection du consommateur, certaines lacunes de la loi ont été constatées. Par conséquent, certaines modifications importantes ont été apportées à la loi par la Consumer Amendment Act 2002. Avec cette modification, toutes les agences de réparation (forums de district, commissions nationales de la consommation et commission centrale de la consommation) se sont vu attribuer les pouvoirs d'un magistrat judiciaire de première classe. des infractions relevant de leur compétence, sous réserve bien entendu du droit de recours d’un organisme de réparation inférieur à un organisme supérieur.

Les modifications importantes apportées par le Consumer Protection Amendment Act 2002 sont les suivantes:

1. La MRTP Act et la Loi sur la protection du consommateur traitent toutes deux de pratiques commerciales déloyales et déloyales. La modification apportée à la loi sur la protection du consommateur en 2002 a précisé que l'expression "pratiques commerciales restrictives" comprendrait également le retard dans la fourniture de biens ou de services et la hausse des prix entre-temps.

2. Les dispositions concernant les pratiques commerciales déloyales ont été renforcées. Il est maintenant prévu que, si les déclarations contenues dans une publicité pour la vente ou la fourniture d'un bien ou d'un service sont trompeuses, l'annonceur peut être tenu pour responsable de la mise en oeuvre des mesures correctives à ses propres frais, en dehors d'autres obligations.

3. Les forums de district seraient en mesure de traiter les cas impliquant le paiement d’une indemnité de Rs. 20 lakhs contre les Rs préexistants. 5 lakhs. De la même manière, les commissions nationales de la consommation peuvent désormais traiter des cas impliquant une indemnisation d’un montant maximum de RS. 1 crore alors que la Commission nationale de la consommation peut traiter des cas impliquant une indemnité de 5 000 roupies. 1 crore ou plus au lieu de Rs préexistants. 25 lakhs.

4. En cas de décès du requérant, un amendement à la loi de 2002 prévoit désormais le remplacement de ses représentants légaux. Les représentants légaux survivants peuvent déposer une plainte ou obtenir une substitution à la place de celle existante.

5. En ce qui concerne les marchandises dangereuses pour la vie ou la sécurité du public, les commerçants fournissant des marchandises seront responsables s'il peut être prouvé que le fournisseur aurait pu savoir avec la prudence requise que les biens ou les services fournis étaient dangereux pour le public. En outre, la loi de 2002 portant modification de la loi portant modification de la loi relative aux droits de l’homme énonce clairement la responsabilité des fournisseurs de produits et services non essentiels.

6. Un amendement important concerne le sens de l'expression «fabrication». La fabrication est maintenant définie comme consistant simplement à assembler des pièces de produits fabriqués par d’autres ou à apposer sa propre marque sur un produit fabriqué par d’autres.

7. La loi de 2002 portant modification de la loi alourdit les pratiques commerciales restrictives en y incluant les pratiques commerciales qui tendent à manipuler les prix ou les conditions de livraison des marchandises ou à affecter le flux de fournitures sur le marché de manière à imposer des coûts indus. ou des restrictions sur les consommateurs. Les pratiques commerciales restrictives incluent également le retard dans la livraison des marchandises au-delà de la période convenue par les négociants ou le retard dans la fourniture de services lorsque ce retard est susceptible de faire monter leurs prix.

8. Selon une disposition importante de la loi de 2002 portant modification de la loi, dans le commerce ou la vente de biens ou de services, la conduite trompeuse ou mensongère de négociants ou de fournisseurs serait considérée comme une pratique déloyale. Ceux qui font une fausse déclaration ou une fausse déclaration incitant les consommateurs à acheter des biens ou des services relèvent de pratiques commerciales déloyales et sont tenus pour responsables. En vertu de la loi de 2002 sur la protection du consommateur, les consommateurs qui sont tentés de conclure un tel contrat auraient le droit d’obtenir réparation.

De même, la loi de 2002 portant modification de la loi de 2002 couvre également le traitement inéquitable infligé aux consommateurs qui ont été séduits par les programmes offrant des cadeaux, des prix préférentiels ou certains articles gratuitement, en fonction des résultats officiels d’un système particulier. Cet amendement offre un recours aux consommateurs qui pourraient être traités injustement dans de tels systèmes en exigeant du promoteur qu'il divulgue les informations appropriées concernant les résultats d'un système en publiant en temps voulu les résultats dans des journaux, etc.

Modifications proposées à la Loi de 2010 sur les consommateurs :

Le Cabinet a approuvé les amendements proposés à la loi sur la protection du consommateur, qui devraient être adoptés par le Parlement à la session d'hiver de 2010. Ces amendements visent à rendre la loi sur la protection du consommateur plus réceptive aux plaintes des consommateurs grâce à un traitement plus rapide des affaires. Les modifications proposées ont élargi le champ d'application de la loi, fixé un délai pour une résolution plus rapide des affaires et rationalisé les qualifications requises pour la nomination de membres de forums de consommateurs aux niveaux national et de l'État.

Évaluation de la Loi sur la protection du consommateur :

La Loi sur la protection du consommateur, qui a été modifiée en 2002, est un texte législatif très complet qui vise à protéger les consommateurs contre les pratiques déloyales et d’exploitation des fabricants. La sensibilisation des consommateurs en Inde est en train de croître rapidement. En conséquence, à la fin de 2002, le nombre de plaintes déposées devant les forums de district s'élevait à environ 14 lakhs, celui avant les commissions d'État à 2 lakhs et celui devant la commission nationale à environ 21 000, ce qui représente un total d'environ 162 100.

Il est important de noter que la Loi sur la protection du consommateur est une loi supplémentaire protégeant les consommateurs mais ne constitue pas une dérogation à aucune autre loi protégeant les consommateurs. Les services ou biens fournis par les personnes travaillant dans les domaines des technologies de l'information et du commerce électronique (commerce électronique) sont également responsables en vertu de la loi sur la protection du consommateur, à l'exception de la loi régissant l'autorité de régulation des télécommunications de l'Inde (TRAI), qui régit non seulement les transactions entre fournisseurs concurrents de services de télécommunication. mais aussi les réglementer pour protéger les intérêts des consommateurs.

De même, la Loi sur la protection du consommateur vient s’ajouter à la Loi sur la MRTP, qui vise également à protéger les intérêts des consommateurs en contrôlant les pratiques commerciales monopolistiques et restrictives. Selon GL Sanghi, «Les tribunaux créés en vertu de la Loi sur la protection du consommateur ne sont pas, en substance, des affaires différentes des tribunaux civils ordinaires. Ce sont des tribunaux quasi judiciaires créés pour rendre une justice rapide et peu coûteuse. Ils offrent des solutions supplémentaires à travers les forums nouvellement créés ».

Un acte complet:

La Loi sur la protection du consommateur est une législation assez complète. En vertu de la Loi sur la protection du consommateur, non seulement les fabricants et les fournisseurs de biens, mais également des services tels que les prestataires d’assurance, le traitement médical, les prêts et le recouvrement des emprunts bancaires relèvent également de la loi. Quelques cas aussi importants méritent d’être expliqués.

Loi sur la protection du consommateur et praticiens:

L’applicabilité de la loi sur la protection du consommateur aux praticiens de la médecine est une question extrêmement complexe et l’affaire la concernant a même été portée devant la Cour suprême de l’Inde. Dans la défense des médecins, il a été soutenu que leurs services sont exclus de la catégorie des services sous «Contrôle des services personnels». La Cour suprême a rejeté ces arguments et amené les médecins, les hôpitaux et les maisons de retraite où les services sont rendus pour une considération précieuse en vertu de la Loi sur la protection du consommateur.

Les médecins et les hôpitaux coupables de négligence médicale sont donc tenus pour responsables et peuvent prétendre à des dommages-intérêts pour négligence médicale. Bien que cela ait suscité des craintes et des inquiétudes chez les médecins et les hôpitaux privés, cela aidera à prévenir les négligences médicales de la part des médecins et des hôpitaux.

Les médias ont largement fait état de négligence médicale, par exemple: opérer d'un mauvais œil, retirer le rein d'une personne sans son consentement, laisser une vis, des ciseaux et une serviette dans l'abdomen d'un patient, donner une mauvaise injection à la mort d'un patient. Pour tous ces actes de négligence, une indemnisation peut être réclamée aux médecins et aux hôpitaux, et des sanctions peuvent également leur être infligées.

Dans une affaire importante, la Cour suprême a jugé qu'un médecin pouvait être tenu responsable en cas de négligence concernant le diagnostic et / ou le traitement d'un patient, à condition qu'il puisse être démontré que l'acte de négligence n'était pas fondé sur des informations raisonnables et responsables concernant: le genre et la qualité du traitement.

Loi sur les sociétés d'assurances et la protection du consommateur:

L'une des catégories importantes où la Loi sur la protection du consommateur a été utilement appliquée concerne les réclamations contre les compagnies d'assurance. De nombreuses sociétés d’assurance (y compris les sociétés d’assurance du secteur public) refusent souvent les réclamations multiples aux assureurs sous un prétexte ou un autre.

En règle générale, les compagnies d’assurance refusent aux assureurs de réclamer des dommages-intérêts sans avoir divulgué la maladie préexistante dont ils souffraient au moment de s’assurer. Dans de nombreux cas, les commissions de consommateurs ont rejeté les arguments des compagnies d’assurances, alloué des dommages et intérêts aux assureurs et obligeant ces dernières à respecter leurs obligations contractuelles.

Dans une affaire récente d'accident, la United India Insurance Company a refusé de payer les dommages sur une voiture ayant subi un accident au motif qu'elle était exécutée sans le "certificat d'aptitude" prévu par la loi sur les véhicules à moteur. Dans ce cas de novembre 2007, National Consumer

La Commission a estimé que les compagnies d’assurance ne pouvaient refuser de recevoir des demandes d’indemnisation sous le prétexte que l’assuré avait enfreint certaines lois ou conditions «si l’assurance est une matière contractuelle entre les deux parties».

Recouvrement des prêts bancaires et loi sur la protection du consommateur:

L’applicabilité étendue de la loi sur la protection du consommateur peut être comprise à partir du récent jugement de la Commission des consommateurs de l’État de Delhi, qui a infligé une amende de Rs. 55 lakhs sur ICICI Bank pour avoir tenté de recouvrer un prêt-véhicule en embauchant des soldats. Les sbires de l'agent de recouvrement de la banque ont sorti de force un jeune de la voiture, l'ont frappé à coups de barres de fer, l'ont laissé saigner et sont partis avec le véhicule. Le juge JD Kapoor, président de la commission, a déclaré: "Nous tenons ICICI Bank coupable de la plus grave lacune en matière de service et de pratiques commerciales déloyales pour violation des conditions du contrat de location-vente / prêt en saisissant le véhicule illégalement."

Conclusion:

Compte tenu de l'utilité susmentionnée et de la large applicabilité de la loi sur la protection du consommateur, M. GL Sanghi a raison de conclure: «Dans tous les domaines liés à la vente de biens et de services, le consommateur est protégé. La polarité de cette loi est illimitée. Ses machines sont efficaces et impressionnantes pour le commerçant délinquant avec un réconfort pour le consommateur. Au fil de l'expérience, de nouvelles améliorations rendront ce remède de plus en plus utile ».

 

Laissez Vos Commentaires