Courbe d'Engel et élasticité-revenu de la demande (avec diagramme)

Dans cet article, nous discuterons de la courbe d'Engel et de l'élasticité-revenu de la demande, expliquées à l'aide de diagrammes.

La courbe d'Engel pour un bien est une relation de dépendance fonctionnelle entre le revenu des acheteurs et la demande pour le bien. La courbe d'Engel nous donne la quantité demandée de bien à n'importe quel niveau de revenu des acheteurs, tous les autres déterminants de la demande restant inchangés.

Par conséquent, la courbe d'Engel permet de savoir comment la demande de biens changerait en cas de modification du revenu des acheteurs.

C'est pourquoi l'élasticité-revenu de la demande est définie à n'importe quel point (revenu, demande) de la courbe d'Engel. Dans notre exemple (donné ci-dessus), l'indice de revenu monétaire de 150 et la quantité demandée de 300 unités constituent un point particulier (150, 300) de la courbe d'Engel. A ce stade, E I = 2 est obtenu.

La courbe de la Fig. 2.14 est la courbe d'Engel pour un bien. Cette courbe d'Engel est obtenue à partir des courbes d'Engel d'acheteurs individuels pour le bien. Ici, on a supposé que la demande de biens bons évoluait dans le même sens que le revenu des acheteurs. C'est pourquoi la courbe a été obtenue pour être en pente positive. Dans un tel cas, la valeur de E I serait également positive, E I = 2 est obtenu.

Maintenant, si la demande d'un bien (mesurée le long de l'axe vertical) diminue ou reste inchangée lorsque le revenu des acheteurs (mesuré le long de l'axe horizontal) augmente, c'est-à-dire si la pente de la courbe d'Engel pour le bien est négative ou nulle, alors le changement (proportionnel ou pc) de la demande serait respectivement négatif ou nul et, par conséquent, la valeur de E I serait également négative ou nulle.

Dans la Fig. 2.15, une courbe d'Engel est dessinée pour un bon OSTW. La pente du segment OS de cette courbe étant positive, la relation revenu-demande serait ici positive et E I le serait également (E I > 0). Là encore, le segment ST de cette courbe est une droite horizontale, et donc, ici, la pente de la courbe est nulle et E I serait également nul (E I = 0).

Sur ce segment, la demande pour le bien est indépendante du revenu. Enfin, le segment TW de la courbe d'Engel est en pente négative, de sorte que la relation revenu-demande est ici négative et que E serait également négatif (E I <0).

Élasticité-revenu de la demande et pente de la courbe d'Engel:

À tout point (I, q) de la courbe d'Engel pour un bien, on obtient:

Ligne droite courbe Engel et E I :

Si la courbe d'Engel est une ligne droite positivement inclinée, alors, en tout point de cette courbe, E I > 1, si la ligne part d'un point situé du côté positif de l'axe horizontal, E I = I, si la ligne commence à le point d'origine et, E I <1, si la ligne part d'un point situé du côté positif de l'axe vertical. Ces points peuvent être établis à l'aide de la Fig. 2.16.

Sur cette figure, la droite de la courbe de Engel AR 'a rencontré l'axe horizontal au point A de son côté positif.

En tout point H (I, q) sur cette ligne, on obtient:

Maintenant, dans le deuxième cas, la ligne droite Engel Curve OR '' a commencé à partir du point d'origine.

En tout point H (I, q) sur cette ligne, on obtient:

Enfin, la ligne droite Engel Curve BR '' 'a commencé à partir du point B situé du côté positif de l'axe.

En tout point H (I, q) sur cette ligne, on obtient:

On peut noter ici que le point H sur les trois lignes Engel de la figure 2.16 sont trois points quelconques sur ces lignes. Ils ne sont pas nécessairement identiques à ceux pris pour des raisons de netteté du diagramme. En d'autres termes, le point H n'est pas nécessairement le point d'intersection de deux ou de toutes les trois des lignes d'Engel indiquées à la Fig. 2.16.

Courbe d'Engel curviligne et E I :

Si la courbe d'Engel d'un bien quelconque était curviligne, la pente de la courbe en un point quelconque serait égale à la pente de la tangente à la courbe en ledit point.

C’est pourquoi, si cette tangente rencontre l’axe horizontal ou l’axe vertical en un point du côté positif (de l’axe), respectivement, E I > 1 ou E I <1, et si la tangente rencontre le point d’origine, E I = 1. Sur la figure 2.17, la courbe d'Engel curviligne est OU, et la tangente en un point quelconque H (I, q) de cette courbe a rencontré l'axe vertical au point B du côté positif. Maintenant, au point H, on obtient

On peut montrer de la même manière que si la tangente en un point quelconque d’une courbe de Engel curviligne rencontre l’axe horizontal en un point quelconque de son côté positif, ou si elle rencontre le point d’origine, alors E I > 1 ou E I = 1 peut être obtenu, respectivement.

 

Laissez Vos Commentaires