Rapport de projet sur le revenu national

Dans ce rapport, nous discuterons des points suivants: - 1. Définitions du revenu national 2. Concepts du revenu national 3. Méthodes de mesure du revenu national 4. Limites de la mesure du revenu national 5. Importance de l'analyse du revenu national 6. Inter-relation entre différents concepts de NI.

Définitions du revenu national :

Le revenu national est un terme incertain qui est utilisé indifféremment avec le dividende national, la production nationale et les dépenses nationales. Sur cette base, le revenu national a été défini de différentes manières.

Dans le langage courant, le revenu national signifie la valeur totale des biens et services produits annuellement dans un pays. En d'autres termes, le montant total des revenus qu'un pays tire d'activités économiques au cours d'une année est appelé revenu national. Cela inclut les paiements faits à toutes les ressources sous forme de salaires, d’intérêts, de loyers et de bénéfices.

Les définitions du revenu national peuvent être regroupées en deux classes: l’une, les définitions traditionnelles avancées par Marshall, Pigou et Fisher; et deuxièmement, les définitions modernes.

La définition Marshallienne:

Selon Marshall: «La main-d'œuvre et le capital d'un pays qui exploite ses ressources naturelles produisent annuellement un certain agrégat net de produits de base, matériels et immatériels, y compris des services de toutes sortes. … Il s'agit du véritable revenu annuel net ou du produit net du dividende national ou national. » Dans cette définition, le terme« net »désigne les déductions du revenu national brut au titre de l'amortissement et de l'usure des machines. Et à cela, il faut ajouter les revenus de l'étranger.

Ses défauts:

Bien que la définition avancée par Marshall soit simple et complète, elle souffre toutefois de nombreuses limitations. Premièrement, dans le monde actuel, les biens et services produits sont si variés et si nombreux qu’il est très difficile d’en obtenir une estimation correcte.

Par conséquent, le revenu national ne peut pas être calculé correctement. Deuxièmement, il y a toujours la crainte de l'erreur de double comptabilisation et, par conséquent, le revenu national ne peut être correctement estimé.

Le double comptage signifie qu'un produit ou un service donné, comme une matière première, du travail, etc., peut être inclus dans le revenu national deux fois ou plus de deux fois. Par exemple, un paysan vend du blé à une valeur de Rs. 2 000 à un moulin à farine qui vend de la farine de blé au grossiste et à la détaillante qui la vend à son tour aux clients.

Si à chaque fois, ce blé ou sa farine est pris en compte, il fonctionnera à Rs. 8 000, alors qu'en réalité, il n'y a qu'une augmentation de Rs. 2000 dans le revenu national.

Troisièmement, il est encore impossible d’obtenir une estimation correcte du revenu national, car bon nombre des produits fabriqués ne sont pas commercialisés et le producteur garde le produit pour sa propre consommation ou l’échange contre d’autres produits. Cela se produit généralement dans un pays axé sur l'agriculture comme l'Inde. Ainsi, le volume du revenu national est sous-estimé.

Le Pigouvian Définition:

Le disciple de Marshall, AC Pigou, a dans sa définition du revenu national inclus ce revenu qui peut être mesuré en termes de monnaie. Dans les mots de Pigou, «le revenu national est la partie du revenu objectif de la communauté, y compris bien sûr le revenu provenant de l'étranger qui peut être mesuré en argent».

Cette définition est meilleure que la définition Marshallienne. Cela s’est également révélé plus pratique. Lors du calcul du revenu national aujourd'hui, les estimations sont établies conformément aux deux critères énoncés dans cette définition.

Premièrement, en évitant le double comptage, les biens et services qui peuvent être mesurés en monnaie sont inclus dans le revenu national. Deuxièmement, les revenus provenant d'investissements dans des pays étrangers sont inclus dans le revenu national.

Ses défauts:

La définition pigouvienne est précise, simple et pratique mais elle n’est pas exempte de critiques. Premièrement, à la lumière de la définition donnée par Pigou, nous devons différencier inutilement les produits qui peuvent être échangés contre de l’argent. Mais, en réalité, il n’ya aucune différence entre les formes fondamentales de ces produits, même s’ils peuvent être échangés contre de l’argent.

Deuxièmement, selon cette définition, lorsque l'estimation du revenu national n'inclut que les produits pouvant être échangés contre de l'argent, le revenu national ne peut être correctement mesuré. Selon Pigou, les services d'une femme en tant qu'infirmière seraient inclus dans le revenu national mais exclus lorsqu'elle travaillait à la maison pour s'occuper de ses enfants car elle ne recevait aucun salaire pour cela.

De même, Pigou est d'avis que si un homme épouse sa secrétaire, le revenu national diminue car il n'a plus à payer pour ses services. Ainsi, la définition pigovienne donne lieu à un certain nombre de paradoxes. Troisièmement, la définition de Pigovian ne s'applique qu'aux pays développés où les biens et services sont échangés contre de l'argent sur le marché.

Selon cette définition, dans les pays arriérés et sous-développés du monde, où une grande partie des produits sont tout simplement troqués, une estimation correcte du revenu national ne sera pas possible car elle restera toujours inférieure au niveau réel. Ainsi, la définition avancée par Pigou a une portée limitée.

Définition de Fisher:

Fisher a retenu la "consommation" comme critère de revenu national, alors que Marshall et Pigou ont considéré qu'il s'agissait d'une production. Selon Fisher, «le dividende national ou le revenu national consiste uniquement en des services reçus par les consommateurs ultimes, qu’ils proviennent de leur environnement matériel ou humain. Ainsi, un piano ou un manteau fabriqué pour moi cette année ne fait pas partie des revenus de cette année, mais constitue un ajout à la capitale. Seuls les services rendus à moi au cours de cette année par ces choses sont un revenu. "

La définition de Fisher est jugée meilleure que celle de Marshall ou de Pigou, car celle-ci fournit un concept adéquat de bien-être économique qui dépend de la consommation et la consommation représente notre niveau de vie.

Ses défauts:

Mais du point de vue pratique, cette définition est moins utile car il est difficile de mesurer les biens et services en termes monétaires. Premièrement, il est plus difficile d'estimer la valeur monétaire de la consommation nette que celle de la production nette.

Dans un pays, plusieurs personnes consomment un bien particulier et cela aussi à différents endroits. Il est donc très difficile d'estimer leur consommation totale en termes monétaires. Deuxièmement, certains biens de consommation sont durables et durent de nombreuses années.

Si nous prenons l'exemple du piano ou du manteau donné par Fisher, seuls les services rendus pour être utilisés pendant un an par eux seront inclus dans le revenu. Si un manteau coûte Rs. 100 et dure dix ans, Fisher ne prendra en compte que Rs. 10 comme revenu national pendant un an, alors que Marshall et Pigou incluront Rs. 100 dans le revenu national pour l'année, quand il est fait.

En outre, on ne peut pas affirmer avec certitude que le manteau ne durera que dix ans. Cela peut durer plus longtemps ou moins longtemps. Troisièmement, les biens durables changent généralement de mains, ce qui entraîne également un changement de propriété et de valeur. Il devient donc difficile de mesurer en argent la valeur de service de ces biens du point de vue de la consommation.

Par exemple, le propriétaire d'un Maruti le vend à un prix supérieur à son prix réel et l'acheteur, après l'avoir utilisé pendant plusieurs années, le revend à son prix réel. Maintenant, la question est de savoir lequel de ses prix, qu’il soit réel ou au marché noir, devrions-nous prendre en compte, et ensuite, lorsqu’il est transféré d’une personne à une autre, laquelle de ses valeurs en fonction de son âge moyen devrait être incluse dans le revenu?

Conclusion:

Mais les définitions avancées par Marshall, Pigou et Fisher ne sont pas sans défaut. Cependant, les définitions de Marshallian et de Pigovian nous expliquent les raisons qui influencent le bien-être économique, alors que la définition de Fisher nous aide à comparer le bien-être économique d'une année à l'autre.

Selon le point de vue moderne, Simon Kuznets a défini le revenu national comme «la production nette de produits de base et de services générée au cours de l'année par le système de production du pays aux mains des consommateurs ultimes».

Par ailleurs, dans l’un des rapports des Nations Unies, le revenu national a été défini sur la base des systèmes d’estimation du revenu national, à savoir le produit national net, en complément des parts de différents facteurs et en tant que dépense nationale nette en France. un pays dans un an. En pratique, lors de l'estimation du revenu national, n'importe laquelle de ces trois définitions peut être adoptée, car le même revenu national serait dérivé si différents éléments étaient correctement inclus dans l'estimation.

Notions de revenu national :

Il existe un certain nombre de concepts relatifs au revenu national et aux méthodes de mesure qui s'y rapportent.

(A) Produit intérieur brut (PIB):

Le PIB est la valeur totale des biens et services produits dans le pays au cours d’une année. Ceci est calculé aux prix du marché et est appelé PIB aux prix du marché. Dernberg définit le PIB au prix du marché comme «la valeur marchande de la production de biens et services finals produits sur le territoire national d'un pays au cours d'un exercice comptable».

Il existe trois manières différentes de mesurer le PIB:

Méthode de produit, Méthode de revenu et Méthode de dépense. Ces trois méthodes de calcul du PIB donnent le même résultat car Produit national = Revenu national = Dépenses nationales.

1. La méthode du produit:

Cette méthode consiste à additionner la valeur de tous les biens et services produits dans différentes industries au cours de l’année. Cette méthode est également connue sous le nom de méthode de la valeur ajoutée au PIB ou du PIB au coût des facteurs par industrie d'origine.

Les éléments suivants sont inclus en Inde dans cette agriculture et les services connexes; exploitation minière; fabrication, construction, approvisionnement en électricité, gaz et eau; transport, communication et commerce; banque et assurance, immobilier et propriété de logements et services aux entreprises; et administration publique et services de défense et autres (ou services gouvernementaux). En d'autres termes, il s'agit de la somme de la valeur ajoutée brute.

2. La méthode du revenu:

Les habitants d'un pays qui produisent un PIB au cours d'une année tirent des revenus de leur travail. Ainsi, le PIB selon la méthode du revenu est la somme de tous les revenus des facteurs: salaires et traitements (rémunération des employés) + loyer + intérêts + bénéfices.

3. Méthode de dépense:

Cette méthode est axée sur les biens et services produits dans le pays au cours d’une année.

La méthode du PIB par dépense comprend:

(1) Dépenses de consommation en services et biens durables et non durables (C),

(2) les investissements en capital fixe tels que les bâtiments résidentiels et non résidentiels, les machines et les stocks (I),

(3) les dépenses publiques en biens et services finaux (G),

(4) Exportation de biens et services produits par les habitants du pays (X),

(5) Moins d'importations (M). La part de la consommation, des investissements et des dépenses publiques consacrée aux importations est soustraite du PIB. De même, tout composant importé, tel que la matière première, utilisé dans la fabrication de biens d'exportation est également exclu.

Ainsi, le PIB par méthode de dépense aux prix du marché = C + I + G + (X - M), où (X - M) est l’exportation nette qui peut être positive ou négative.

(B) PIB au coût des facteurs:

Le PIB au coût des facteurs est la somme de la valeur nette ajoutée par tous les producteurs du pays. Étant donné que la valeur ajoutée nette est distribuée en tant que revenu aux propriétaires des facteurs de production, le PIB est la somme des revenus des facteurs nationaux et de la consommation (ou de la dépréciation) de capital fixe.

Ainsi, le PIB au coût des facteurs = valeur ajoutée nette + amortissements.

Le PIB au coût des facteurs comprend:

(i) Rémunération des employés, à savoir salaires, traitements, etc.

(ii) L’excédent d’exploitation, qui est le bénéfice des entreprises à la fois des sociétés constituées et des sociétés

(iii) Revenu mixte des travailleurs indépendants.

Conceptuellement, le PIB au coût des facteurs et le PIB au prix du marché doivent être identiques. En effet, le coût des facteurs (paiements aux facteurs) de la production de biens doit être égal à la valeur finale des biens et services aux prix du marché. Cependant, la valeur marchande des biens et services diffère des revenus des facteurs de production.

Le PIB au prix du marché comprend les impôts indirects et exclut les subventions des pouvoirs publics. Par conséquent, pour obtenir le PIB au coût des facteurs, les impôts indirects sont soustraits et les subventions sont ajoutées au PIB au prix du marché.

Ainsi, le PIB au coût des facteurs = le PIB au prix du marché - impôts indirects + subventions.

(C) Produit intérieur net (NPD):

Le NPD est la valeur de la production nette de l’économie pendant l’année. Une partie du capital du pays s'use ou devient obsolète chaque année au cours du processus de production. La valeur de cette consommation de capital correspond à un pourcentage de l’investissement brut déduit du PIB. Ainsi, le produit intérieur net = PIB au coût des facteurs - Amortissement.

(D) PIB nominal et réel:

Lorsque le PIB est mesuré sur la base des prix courants, il est appelé PIB aux prix courants ou PIB nominal. Par ailleurs, lorsque le PIB est calculé sur la base de prix fixes certaines années, il est appelé PIB à prix constants ou PIB réel.

Le PIB nominal est la valeur des biens et services produits au cours d'une année et mesurée en termes de roupies (monnaie) aux prix courants (du marché). En comparant une année à l’autre, nous sommes confrontés au problème suivant: la roupie n’est pas une mesure stable du pouvoir d’achat. Le PIB peut augmenter considérablement en un an, non pas à cause de la croissance rapide de l’économie, mais à cause de la hausse des prix (ou de l’inflation).

Au contraire, le PIB peut augmenter en raison de la baisse des prix en un an, mais en réalité il peut être inférieur à celui de l’année précédente. Dans les deux cas, le PIB ne montre pas l'état réel de l'économie. Pour remédier à la sous-estimation et à la surestimation du PIB, nous avons besoin d’une mesure qui tienne compte de la hausse et de la baisse des prix.

Cela peut être fait en mesurant le PIB à prix constants, appelé PIB réel. Pour connaître le PIB réel, une année de base est choisie lorsque le niveau de prix général est normal, c'est-à-dire qu'il n'est ni trop élevé ni trop bas. Les prix sont fixés à 100 (ou 1) dans l'année de base.

Maintenant, le niveau général des prix de l'année pour laquelle le PIB réel doit être calculé est lié à l'année de base sur la base de la formule suivante, appelée indice de déflateur:

PIB réel = PIB de l'année en cours x année de base (= 100) / indice de l'année en cours

Supposons que 1990-91 soit l'année de base et que le PIB pour 1999-2000 est égal à Rs. 6 000 000 de crores et l’indice des prix pour cette année est de 300.

Ainsi, le PIB réel pour 1999-2000 = Rs. 6, 00 000 x 100/300 = Rs. 2 000 000 crores.

(E) Déflateur du PIB:

Le déflateur du PIB est un indice des variations de prix des biens et services inclus dans le PIB. Il s’agit d’un indice de prix calculé en divisant le PIB nominal d’une année donnée par le PIB réel de la même année et en le multipliant par 100.

Ainsi,

Déflateur du PIB = PIB nominal (ou prix courants) / PIB réel (ou prix constants) x 100

Par exemple, le déflateur du PIB en 1997-1998 = 1426-7e Crores / 1049, 2e. crores aux prix de 1993-1994 = 135, 9

Il en ressort que, à prix constants (1993-1994), le PIB en 1997-1998 a augmenté de 135, 9% en raison de l’inflation (ou de la hausse des prix) due à RS. 1049.2 mille crores en 1993-94 à Rs. 1426, 7 milliers de crores en 1997-1998.

Le PNB est la mesure totale du flux de biens et services en valeur de marché résultant de la production actuelle au cours d'une année dans un pays, y compris le revenu net provenant de l'étranger.

Le PNB comprend quatre types de biens et services finaux:

(1) les biens et services des consommateurs pour satisfaire les besoins immédiats de la population;

(2) Investissements intérieurs privés bruts en biens d'équipement comprenant la formation de capital fixe, la construction résidentielle et les stocks de produits finis et non finis;

(3) biens et services produits par le gouvernement; et

(4) Exportations nettes de biens et services, c'est-à-dire la différence entre la valeur des exportations et des importations de biens et services, appelée revenu net de l'étranger.

Dans ce concept de PNB, certains facteurs doivent être pris en compte:

Premièrement, le PNB est la mesure de la masse monétaire, à laquelle tous les types de biens et services produits dans un pays au cours d’une année sont mesurés en termes de monnaie aux prix courants, puis additionnés. Mais de cette manière, en raison d’une augmentation ou d’une diminution des prix, le PNB affiche une hausse ou une baisse qui peut ne pas être réelle.

Pour éviter de commettre une erreur sur ce compte, une année donnée (par exemple, 1990-1991), lorsque les prix sont normaux, est prise comme année de base et le PNB est ajusté en fonction du numéro d'indice de cette année. Ce prix sera appelé PNB aux prix de 1990-91 ou aux prix constants.

Deuxièmement, lors de l'estimation du PNB de l'économie, il convient de prendre en compte le prix du marché des produits finis uniquement. Beaucoup de produits passent par plusieurs étapes avant d'être finalement achetés par les consommateurs. Si ces produits étaient comptés à chaque étape, ils seraient inclus plusieurs fois dans le produit national. Par conséquent, le PNB augmenterait trop. Par conséquent, pour éviter le double comptage, seuls les produits finis, et non les biens intermédiaires, doivent être pris en compte.

Troisièmement, les biens et services fournis gratuitement ne sont pas inclus dans le PNB, car il est impossible d'obtenir une estimation correcte de leur prix de marché. Par exemple, l'éducation d'un enfant par la mère, la transmission d'instructions à son fils par un enseignant, des récitals à ses amis par un musicien, etc.

Quatrièmement, les transactions qui ne proviennent pas du produit de l'année en cours ou qui ne contribuent en aucune manière à la production ne sont pas comprises dans le PNB. La vente et l’achat de biens anciens, ainsi que d’actions, de cautionnements et d’actifs de sociétés existantes ne sont pas inclus dans le PNB, car ils n’ajoutent pas de valeur ajoutée au produit national et les biens sont simplement transférés.

De même, les paiements reçus au titre de la sécurité sociale, tels que l'allocation d'assurance-chômage, la pension de vieillesse et les intérêts sur les emprunts publics, ne sont pas non plus compris dans le PNB, car les bénéficiaires ne fournissent aucun service à la place de ceux-ci. Toutefois, l’amortissement des machines, installations et autres biens d’équipement n’est pas déduit du PNB.

Cinquièmement, les bénéfices réalisés ou les pertes subies du fait de la variation des immobilisations résultant des fluctuations des prix du marché ne sont pas inclus dans le PNB s'ils ne sont pas responsables de la production actuelle ou de l'activité économique. Par exemple, si le prix d'une maison ou d'un terrain augmente en raison de l'inflation, le profit réalisé en le vendant ne fera pas partie du PNB.

Mais si, au cours de l'année en cours, une partie d'une maison est construite à nouveau, l'augmentation de la valeur de la maison (après soustraction du coût de la partie nouvellement construite) sera incluse dans le PNB. De même, les variations de la valeur des actifs, qui peuvent être déterminées au préalable et sont assurées contre les inondations et les incendies, ne sont pas comprises dans le PNB.

Enfin, les revenus tirés d'activités illégales ne sont pas inclus dans le PNB. Bien que les produits vendus sur le marché noir aient un prix et répondent aux besoins de la population, mais comme ils ne sont pas utiles du point de vue social, les revenus tirés de leur vente et de leur achat sont toujours exclus du PNB. Il y a deux raisons principales pour cela. Premièrement, on ignore si ces pièces ont été produites au cours de l’année en cours ou des années précédentes. Deux, beaucoup de ces marchandises sont de fabrication étrangère et de contrebande et ne sont donc pas incluses dans le PNB.

Trois approches du PNB:

Après avoir étudié les composantes fondamentales du PNB, il est essentiel de savoir comment il est estimé. Trois approches sont utilisées à cette fin. Un, la méthode du revenu au PNB; deuxièmement, la méthode de dépense en PNB; et troisièmement, la méthode de la valeur ajoutée au PNB. Puisque le revenu brut est égal aux dépenses brutes, le PNB estimé par toutes ces méthodes serait le même avec les ajustements appropriés.

1. Approche du revenu par rapport au PNB:

L’approche revenus du PNB comprend la rémunération versée en facteurs de production aux facteurs de production annuels dans un pays.

Ainsi, le PNB est la somme des éléments suivants:

i) Salaires et traitements:

Sous cette rubrique sont regroupées toutes les formes de salaires et traitements perçus dans le cadre d’activités productives par les travailleurs et les entrepreneurs. Il comprend toutes les sommes reçues ou déposées au cours d'une année sous forme de contributions comme les heures supplémentaires, les commissions, le fonds de prévoyance, les assurances, etc.

ii) loyers:

Le loyer total comprend les loyers des terrains, des magasins, des maisons, des usines, etc., ainsi que les loyers estimés de tous les actifs utilisés par les propriétaires eux-mêmes.

(iii) intérêt:

Sous intérêts, on entend les revenus sous forme d'intérêts reçus par l'individu d'un pays de différentes sources. A cela s’ajoute l’intérêt estimé sur ce capital privé qui est investi et non emprunté par l’homme d’affaires dans son entreprise personnelle. Mais il faut exclure les intérêts reçus sur les emprunts publics, car il s’agit d’un simple transfert de revenu national.

(iv) Dividendes:

Les dividendes gagnés par les actionnaires des sociétés sont inclus dans le GNR

(v) Bénéfices des sociétés non distribués:

Les bénéfices non distribués par les entreprises et conservés par celles-ci sont inclus dans le PNB.

vi) revenus mixtes:

Ceux-ci comprennent les bénéfices des entreprises non constituées en société, des travailleurs indépendants et des sociétés de personnes. Ils font partie du PNB.

vii) Impôts directs:

Les impôts prélevés sur les particuliers, les sociétés et d’autres entreprises sont inclus dans le PNB.

viii) Impôts indirects:

Le gouvernement prélève un certain nombre d’impôts indirects, tels que les droits d’accise et la taxe de vente. Ces taxes sont incluses dans les prix des produits. Mais les revenus qui en découlent vont au trésor public et non aux facteurs de production. Par conséquent, le revenu dû à ces taxes est ajouté au PNB.

(ix) Amortissement:

Chaque société tient compte des dépenses d’usure et d’amortissement des machines, installations et autres biens d’équipement. Comme cette somme ne fait pas non plus partie des revenus des facteurs de production, elle est donc également incluse dans le PNB.

x) Revenu net réalisé à l'étranger:

C'est la différence entre la valeur des exportations de biens et services et la valeur des importations de biens et services. Si cette différence est positive, elle est ajoutée au PNB et, si elle est négative, elle est déduite du PNB.

Ainsi, le PNB selon la méthode du revenu = Salaires et traitements + Loyers + Intérêts + Dividendes + Bénéfices non répartis des sociétés + Revenu mixte + Impôts directs + Impôts indirects + Amortissements + Revenu net de l'étranger.

2. Approche des dépenses en PNB:

Du point de vue des dépenses, le PNB est la somme des dépenses engagées pour l'achat de biens et services au cours d'une année dans un pays.

Il comprend les éléments suivants:

i) Dépenses de consommation privée:

Il inclut tous les types de dépenses de consommation personnelle des individus d’un pays. Elle comprend les dépenses en biens durables tels que montre, vélo, radio, etc., les dépenses en biens de consommation à usage unique, comme le lait, le pain, le ghee, les vêtements, etc., ainsi que les dépenses engagées pour des services de toutes sortes, comme des frais scolaires, médecin, avocat et transport. Tous ces éléments sont considérés comme des produits finis.

ii) Investissement privé intérieur brut:

Les dépenses engagées par l’entreprise privée au titre de nouveaux investissements et du remplacement de l’ancien capital sont alors incluses. Il comprend les dépenses de construction de logements, d’usines, de machines, d’usines et de biens d’équipement. En particulier, l’augmentation ou la diminution de l’inventaire s’ajoute ou s’en soustrait.

Le stock comprend les produits manufacturés et semi-manufacturés produits mais non vendus au cours de l'année et les stocks de matières premières, qui doivent être comptabilisés dans le PNB. Il ne tient pas compte de l'échange financier des actions et des actions, car leur vente et leur achat ne constituent pas un investissement réel. Mais l'amortissement est ajouté.

iii) Investissement étranger net:

Cela signifie la différence entre les exportations et les importations de surplus d'exportation. Chaque pays exporte ou importe de certains pays étrangers. Les produits importés ne sont pas produits dans le pays et ne peuvent donc pas être inclus dans le revenu national, mais les produits exportés sont fabriqués dans le pays. Par conséquent, la différence de valeur entre les exportations (OC et importations (M), positives ou négatives, est incluse dans le PNB.

iv) Dépenses publiques en biens et services:

Les dépenses engagées par le gouvernement pour l'achat de biens et de services font partie du PNB. Les gouvernements centraux, d’État ou locaux dépensent beaucoup pour leurs employés, leur police et leur armée.

Pour gérer les bureaux, les gouvernements doivent également financer des dépenses imprévues comprenant du papier, un stylo, un crayon et divers types d’articles de papeterie, de tissus, de meubles, de voitures, etc. Cela inclut également les dépenses pour les entreprises publiques. Toutefois, les dépenses en paiements de transfert ne sont pas ajoutées car ces paiements ne sont pas échangés contre des biens et services produits au cours de l’année en cours.

Ainsi, le PNB selon la méthode des dépenses = Consommation privée (C) + Investissement intérieur privé brut (I) + Investissement étranger net (XM) + Dépenses publiques en biens et services (G) = C + f + (XM) + G.

Comme indiqué plus haut, le PNB estimé par la méthode des revenus ou par la méthode des dépenses semblerait identique si tous les éléments sont correctement calculés.

3. Approche valeur ajoutée du PNB:

Une autre méthode de mesure du PNB est la valeur ajoutée. Dans le calcul du PNB, la valeur monétaire des biens et services finaux produits aux prix courants au cours d’une année est prise en compte. C'est l'un des moyens d'éviter le double comptage.

Mais il est difficile de bien distinguer entre un produit final et un produit intermédiaire. Par exemple, les matières premières, les produits semi-finis, les carburants et les services, etc., sont vendus comme intrants d’une industrie à l’autre. Ils peuvent être des produits finis pour une industrie et des produits intermédiaires pour les autres.

Ainsi, pour éviter les doubles emplois, la valeur des produits intermédiaires utilisés dans la fabrication des produits finis doit être soustraite de la valeur de la production totale de chaque industrie de l’économie.

Ainsi, la différence entre la valeur des produits et des produits à chaque étape de la production est appelée valeur ajoutée. Si toutes ces différences s’additionnent pour toutes les industries de l’économie, nous obtenons le PNB par valeur ajoutée. PNB par valeur ajoutée = valeur ajoutée brute + revenu net de l'étranger. Son calcul est présenté dans les tableaux 1, 2 et 3.

Le tableau 1 est construit en supposant que l'ensemble de l'économie aux fins de la production totale se compose de trois secteurs. Il s’agit de l’agriculture, de l’industrie manufacturière et d’autres activités du secteur tertiaire. Sur la valeur de la production totale de chaque secteur, on déduit la valeur de ses achats intermédiaires (ou intrants primaires) pour obtenir la valeur ajoutée pour l'ensemble de l'économie.

Ainsi, la valeur de la production totale de l’ensemble de l’économie selon le tableau 1 est Rs. 155 crores et la valeur de ses entrées primaires vient à Rs. 80 crores. Ainsi, le PIB en valeur ajoutée est de Rs. 75 crores (Rs. 155 moins Rs. 80 crores).

La valeur ajoutée totale est égale à la valeur du produit national brut (domestique) de l'économie. Sur cette valeur ajoutée, la majeure partie est sous forme de salaires et traitements, de loyers, d'intérêts et de profits, une petite partie est versée au gouvernement en tant qu'impôts indirects et le montant restant est destiné à l'amortissement. Ceci est montré dans le tableau 2.

Nous constatons donc que la valeur ajoutée brute totale d’une économie est égale à la valeur de son produit intérieur brut. Si l’amortissement est déduit de la valeur ajoutée brute, nous avons la valeur ajoutée nette qui s’élève à Rs. 67 crores (Rs. 75 moins Rs. 8 crores).

Ce n'est rien d'autre que le produit intérieur net aux prix du marché. Encore une fois, si les impôts indirects (7 milliards de roupies) sont déduits du produit intérieur net de 14 000 roupies. 67 crores, nous obtenons Rs. 60 crores de valeur ajoutée nette au coût des facteurs, ce qui équivaut au produit intérieur net au coût des facteurs. Ceci est illustré dans le tableau 2.

Ainsi, la valeur ajoutée au coût des facteurs est égale au produit intérieur net au coût des facteurs, telle que donnée par le total des éléments 1 à 4 du tableau 3 (Rs. 45 + 3 + 4 + 8 crores = 60 crores). Si nous ajoutons le revenu net reçu de l’étranger à la valeur ajoutée brute, nous obtenons le revenu national brut. Supposons que le revenu net de l’étranger soit égal à Rs. 5 crores. Alors le revenu national brut est de Rs. 80 crores (Rs. 75 crores + Rs. 5 crores) dans le tableau 3.

Son importance :

La méthode de la valeur ajoutée pour mesurer le revenu national est plus réaliste que les méthodes du produit et du revenu car elle évite le problème du double comptage en excluant la valeur des produits intermédiaires. Ainsi, cette méthode établit l’importance des produits intermédiaires dans l’économie nationale. Deuxièmement, en étudiant les comptes du revenu national relatifs à la valeur ajoutée, on peut déterminer la contribution de chaque secteur de production à la valeur du PNB.

Par exemple, cela peut nous dire si l'agriculture contribue davantage, si la part de l'industrie manufacturière est en baisse ou si le secteur tertiaire est en augmentation cette année par rapport à certaines années précédentes. Troisièmement, cette méthode est très utile car «elle permet de vérifier les estimations du PNB obtenues en faisant la somme des différents types d’achat de produits de base».

Ses difficultés :

Cependant, des difficultés surgissent dans le calcul de la valeur ajoutée dans le cas de certains services publics tels que la police, l'armée, la santé, l'éducation, etc., qui ne peuvent pas être estimés avec précision en termes monétaires. De même, il est difficile d'estimer la contribution apportée à la valeur ajoutée par les bénéfices réalisés sur les projets d'irrigation et d'électricité.

(G) PNB aux prix du marché :

Lorsque nous multiplions la production totale produite en un an par les prix du marché prévalant au cours de cette année dans un pays, nous obtenons le produit national brut aux prix du marché. Ainsi, le PNB aux prix du marché signifie la valeur brute des biens et services finals produits annuellement dans un pays, plus le revenu net de l'étranger. Il comprend la valeur brute de la production de tous les articles de (1) à (4) mentionnés dans le PNB.

PNB aux prix du marché = PIB aux prix du marché + revenu net étranger.

(H) PNB au coût du facteur :

Le PNB au coût des facteurs est la somme de la valeur monétaire des revenus générés par les divers facteurs de production en une année dans un pays. Il inclut tous les éléments mentionnés ci-dessus dans l’approche du PNB par le revenu, moins les impôts indirects.

Le PNB aux prix du marché inclut toujours les taxes indirectes perçues par le gouvernement sur les biens dont les prix sont élevés. Mais le PNB au coût des facteurs est le revenu que les facteurs de production perçoivent en contrepartie de leurs seuls services. C'est le coût de production.

Ainsi, le PNB aux prix du marché est toujours supérieur au PNB au coût des facteurs. Par conséquent, pour obtenir le PNB au coût des facteurs, nous déduisons les impôts indirects du PNB aux prix du marché. Là encore, il arrive souvent que le coût de production d'un produit pour le producteur soit supérieur au prix d'un produit similaire sur le marché.

Afin de protéger ces producteurs, le gouvernement les aide en accordant une aide monétaire sous la forme d'une subvention égale à la différence entre le prix du marché et le coût de production du produit. En conséquence, le prix du produit au producteur est réduit et égal au prix du marché d'un produit similaire.

Par exemple, si le prix du riz sur le marché est de Rs. 3 par kg, mais cela coûte aux producteurs dans certaines zones Rs. 3.50, le gouvernement leur accorde une subvention de 50 paises par kg afin de couvrir leurs coûts de production. Ainsi, pour arriver au PNB au coût des facteurs, des subventions sont ajoutées au PNB aux prix du marché.

PNB au coût des facteurs = PNB aux prix du marché - taxes indirectes + subventions.

(I) Produit national net (PNN):

NNP includes the value of total output of consumption goods and investment goods. But the process of production uses up a certain amount of fixed capital. Some fixed equipment wears out, its other components are damaged or destroyed, and still others are rendered obsolete through technological changes.

All this process is termed depreciation or capital consumption allowance. In order to arrive at NNP, we deduct depreciation from GNP. The word 'net' refers to the exclusion of that part of total output which represents depreciation. So NNP = GNP—Depreciation.

(J) NNP at Market Prices:

Net National Product at market prices is the net value of final goods and services evaluated at market prices in the course of one year in a country. If we deduct depreciation from GNP at market prices, we get NNP at market prices. So NNP at Market Prices = GNP at Market Prices – Depreciation.

(K) NNP at Factor Cost:

Net National Product at factor cost is the net output evaluated at factor prices. It includes income earned by factors of production through participation in the production process such as wages and salaries, rents, profits, etc. It is also called National Income. This measure differs from NNP at market prices in that indirect taxes are deducted and subsidies are added to NNP at market prices in order to arrive at NNP at factor cost.

Ainsi,

NNP at Factor Cost = NNP at Market Prices – Indirect taxes+ Subsidies.

= GNP at Market Prices – Depreciation – Indirect taxes + Subsidies.

= National Income.

Normally, NNP at market prices is higher than NNP at factor cost because indirect taxes exceed government subsidies. However, NNP at market prices can be less than NNP at factor cost when government subsidies exceed indirect taxes.

(L) Domestic Income:

Income generated (or earned) by factors of production within the country from its own resources is called domestic income or domestic product.

Domestic income includes:

(i) Salaires et traitements,

ii) les loyers, y compris les loyers imputés,

(iii) intérêt,

(iv) les dividendes,

v) Les bénéfices non distribués des sociétés, y compris les excédents des entreprises publiques,

(vi) Mixed incomes consisting of profits of unincorporated firms, self-employed persons, partnerships, etc., and

vii) Impôts directs.

Since domestic income does not include income earned from abroad, it can also be shown as: Domestic Income = National Income – Net Income earned from abroad. Thus the difference between national income and domestic income is the net income earned from abroad. If we add net income from abroad to domestic income, we get national income, ie, National Income = Domestic Income + Net income earned from abroad.

Mais le revenu national net gagné à l'étranger peut être positif ou négatif. If exports exceed imports net income earned from abroad is positive. In this case, national income is greater than domestic income. On the other hand, when imports exceed exports, net income earned from abroad is negative and domestic income is greater than national income.

(M) Private Income:

Private income is income obtained by private individuals or firms from any source, productive or otherwise, and the retained income of corporations. It can be arrived at from NNP at Factor Cost by making certain additions and deductions.

The additions include transfer payments such as pensions, unemployment allowances, and sickness and other social security benefits, gifts and remittances from abroad, windfall gains from lotteries or from horse racing, and interest on public debt. The deductions include income from government departments as well as surpluses from public undertakings, and employees' contribution to social security schemes like provident funds, life insurance, etc.

Thus Private Income = National Income (or NNP at Factor Cost) + Transfer Payments + Interest on Public Debt – Social Security – Profits and Surpluses of Public Undertakings.

(N) Personal Income:

Personal income is the total income received by individuals of a country from all sources before payment of direct taxes in one year. Personal income is never equal to the national income, because the former includes the transfer payments whereas they are not included in national income. Personal income is derived from national income by deducting undistributed corporate profits, profit taxes, and employees' contributions to social security schemes.

Ces trois composantes sont exclues du revenu national car elles atteignent les individus. But business and government transfer payments, and transfer payments from abroad in the form of gifts and remittances, windfall gains, and interest on public debt which are a source of income for individuals are added to national income. Thus Personal Income = National Income – Undistributed Corporate Profits – Profit Taxes – Social Security Contribution + Transfer Payments + Interest on Public Debt.

Personal income differs from private income in that it is less than the latter because it excludes undistributed corporate profits.

Thus Personal Income = Private Income – Undistributed Corporate Profits – Profit Taxes.

(O) Disposable Income:

Disposable income or personal disposable income means the actual income which can be spent on consumption by individuals and families. The whole of the personal income cannot be spent on consumption, because it is the income that accrues before direct taxes have actually been paid. Therefore, in order to obtain disposable income, direct taxes are deducted from personal income.

Thus Disposable Income=Personal Income – Direct Taxes.

But the whole of disposable income is not spent on consumption and a part of it is saved. Therefore, disposable income is divided into consumption expenditure and savings.

Thus Disposable Income = Consumption Expenditure + Savings.

If disposable income is to be deduced from national income, we deduct indirect taxes plus subsidies, direct taxes on persons and on business, social security payments, undistributed corporate profits or business savings from it and add transfer payments and net income from abroad to it.

Thus Disposable Income = National Income – Business Savings – Indirect Taxes + Subsidies – Direct Taxes on Persons – Direct Taxes on Business – Social Security Payments + Transfer Payments + Net Income from abroad.

(P) Real Income:

Real income is national income expressed in terms of a general level of prices of a particular year taken as base. National income is the value of goods and services produced, as expressed in terms of money at current prices. But it does not indicate the real state of the economy. It is possible that the net national product of goods and services this year might have been less than that of the last year, but owing to an increase in prices, the NNP might be higher this year.

On the contrary, it is also possible that NNP might have increased but the price level might have fallen, as a result of which national income would appear to be less than that of the last year. In both the situations, the national income does not depict the real state of the country. To rectify such a mistake, the concept of real income has been evolved.

In order to find out the real income of a country, a particular year is taken as the base year when the general price level is neither too high nor too low and the price level for that year is assumed to be 100. Now the general level of prices of the given year for which the real national income is to be determined is assessed in accordance with the prices of the base year.

For this purpose, the following formula is employed:

Real NNP = NNP for the Current Year x Base Year Index (=100)/Current Year Index

Suppose 1990-91 is the base year and the national income for 1999-2000 is Rs. 20, 000 crores and the index number for this year is 250. Hence, Real National Income for 1999-2000 will be = 20, 000 x 100/250 = Rs. 8, 000 crores. This is also known as NI at constant prices.

(Q) Per Capita Income:

The average income of the people of a country in a particular year is called Per Capita Income for that year. This concept also refers to the measurement of income at current prices and at constant prices. For instance, in order to find out the per capita income for 2001 at current prices, the national income of a country is divided by the population of the country in that year.

Per Capita Income for 2001 = National income for 2001/Population in 2001

Similarly, for the purpose of arriving at the Real Per Capita Income, this very formula is used.

Real Per Capita Income for 2001 = Real national income for 2001/Population in 2001

This concept enables us to know the average income and the standard of living of the people. But it is not very reliable, because in every country due to unequal distribution of national income, a major portion of it goes to the richer sections of the society and thus income received by the common man is lower than the per capita income.

Methods of Measuring National Income :

There are four methods of measuring national income. Which method is to be used depends on the availability of data in a country and the purpose in hand.

(1) Product Method:

According to this method, the total value of final goods and services produced in a country during a year is calculated at market prices. To find out the GNP, the data of all productive activities, such as agricultural products, wood received from forests, minerals received from mines, commodities produced by industries, the contributions to production made by transport, communications, insurance companies, lawyers, doctors, teachers, etc. are collected and assessed at market prices. Only the final goods and services are included and the intermediary goods and services are left out.

(2) Income Method:

Selon cette méthode, les paiements de revenus nets reçus par tous les citoyens d’un pays au cours d’une année donnée sont additionnés, c’est-à-dire que les revenus nets correspondant à tous les facteurs de production sous forme de loyers nets, de salaires nets, d’intérêts nets et de bénéfices nets sont calculés comme suit: Tous ces éléments sont cumulés, mais les revenus reçus sous forme de paiements de transfert n'y sont pas inclus.

The data pertaining to income are obtained from different sources, for instance, from income tax department in respect of high income groups and in case of workers from their wage bills.

(3) Expenditure Method:

According to this method, the total expenditure incurred by the society in a particular year is added together and includes personal consumption expenditure, net domestic investment, government expenditure on goods and services, and net foreign investment. Ce concept repose sur l'hypothèse que le revenu national est égal à la dépense nationale.

(4) Value Added Method:

Une autre méthode de mesure du revenu national est la valeur ajoutée par industrie. The difference between the value of material outputs and inputs at each stage of production is the value added. Si toutes ces différences s’additionnent pour toutes les industries de l’économie, nous aboutissons au produit intérieur brut.

Difficulties or Limitations in Measuring National Income :

There are many conceptual and statistical problems involved in measuring national income by the income method, product method, and expenditure method. We discuss them separately in the light of the three methods.

(A) Problems in Income Method:

The following problems arise in the computation of national income by income method:

1. Owner-occupied Houses:

A person who rents a house to another earns rental income, but if he occupies the house himself, will the services of the house be included in national income? The services of the owner-occupied house are included in national income as if the owner sells to himself as a tenant its services.

For the purpose of national income accounts, the amount of imputed rent is estimated as the sum for which the owner-occupied house could have been rented. The imputed net rent is calculated as that portion of the amount that would have accrued to the house-owner after deducing all expenses.

2. Self-employed Persons:

Another problem arises with regard to the income of self-employed persons. In their case, it is very difficult to find out the different inputs provided by the owner himself. He might be contributing his capital, land, labour and his abilities in the business. But it is not possible to estimate the value of each factor input to production. So he gets a mixed income consisting of interest, rent, wage and profit for his factor services. This is included in national income.

3. Goods meant for Self-consumption:

In under-developed countries like India, farmers keep a large portion of food and other goods produced on the farm for self-consumption. The problem is whether that part of the produce which is not sold in the market can be included in national income or not.

If the farmer were to sell his entire produce in the market, he will have to buy what he needs for self-consumption out of his money income. If, instead, he keeps some produce for his self-consumption, it has money value which must be included in national income.

4. Wages and Salaries paid in Kind:

Another problem arises with regard to wages and salaries paid in kind to the employees in the form of free food, lodging, dress and other amenities. Payments in kind by employers are included in national income. This is because the employees would have received money income equal to the value of free food, lodging, etc. from the employer and spent the same in paying for food, lodging, etc.

(B) Problems in Product Method:

The following problems arise in the computation of national income by product method:

1. Services of Housewives:

The estimation of the unpaid services of the housewife in national income presents a serious difficulty. A housewife renders a number of useful services like preparation of meals, serving, tailoring, mending, washing, cleaning, bringing up children, etc. She is not paid for them and her services are not included in national income. Such services performed by paid servants are included in national income.

The national income is, therefore, underestimated by excluding the services of a housewife. The reason for the exclusion of her services from national income is that the love and affection of a housewife in performing her domestic work cannot be measured in monetary terms.

That is why when the owner of a firm marries his lady secretary, her services are not included in national income when she stops working as a secretary and becomes a housewife. When a teacher teaches his own children, his work is also not included in national income. Similarly, there are a number of goods and services which are difficult to be assessed in money terms for the reason stated above, such as painting, singing, dancing, etc. as hobbies.

2. Intermediate and Final Goods:

The greatest difficulty in estimating national income by product method is the failure to distinguish properly between intermediate and final goods. There is always the possibility of including a good or service more than once, whereas only final goods are included in national income estimates. This leads to the problem of double counting which leads to the overestimation of national income.

3. Second-hand Goods and Assets:

Another problem arises with regard to the sale and purchase of second-hand goods and assets. We find that old scooters, cars, houses, machinery, etc. are transacted daily in the country. But they are not included in national income because they were counted in the national product in the year they were manufactured. If they are included every time they are bought and sold, national income would increase many times.

Similarly, the sale and purchase of old stocks, shares, and bonds of companies are not included in national income because they were included in national income when the companies were started for the first time. Now they are simply financial transactions and represent claims.

But the commission or fees charged by the brokers in the repurchase and resale of old shares, bonds, houses, cars or scooters, etc. are included in national income. For they are the payments they receive for their productive services during the year.

4. Illegal Activities:

Income earned through illegal activities like gambling, smuggling, illicit extraction of wine, etc. is not included in national income. Such activities have value and satisfy the wants of the people but they are not considered productive from the point of view of society. But in countries like Nepal and Monaco where gambling is legalised, it is included in national income. Similarly, horse-racing is a legal activity in England and is included in national income.

5. Consumers' Services:

There are a number of persons in society who render services to consumers but they do not produce anything tangible. They are the actors, dancers, doctors, singers, teachers, musicians, lawyers, barbers, etc. The problem arises about the inclusion of their services in national income since they do not produce tangible commodities. But as they satisfy human wants and receive payments for their services, their services are included as final goods in estimating national income.

6. Capital Gains:

The problem also arises with regard to capital gains. Capital gains arise when a capital asset such as a house, some other property, stocks or shares is sold at higher price than was paid for it at the time of purchase. Capital gains are excluded from national income because these do not arise from current economic activities. Similarly, capital losses are not taken into account while estimating national income.

7. Inventory Changes:

All inventory changes (or changes in stocks) whether positive or negative are included in national income. The procedure is to take changes in physical units of inventories for the year valued at average current prices paid for them.

The value of changes in inventories may be positive or negative which is added or subtracted from the current production of the firm. Remember, it is the change in inventories and not total inventories for the year that are taken into account in national income estimates.

8. Depreciation:

Depreciation is deducted from GNP in order to arrive at NNP. Thus depreciation lowers the national income. But the problem is of estimating the current depreciated value of, say, a machine, whose expected life is supposed to be thirty years. Firms calculate the depreciation value on the original cost of machines for their expected life. This does not solve the problem because the prices of machines change almost every year.

9. Price Changes:

National income by product method is measured by the value of final goods and services at current market prices. But prices do not remain stable. They rise or fall. When the price level rises, the national income also rises though the national production might have fallen.

On the contrary, with the fall in the price level the national income also falls, though the national production might have increased. So price changes do not adequately measure national income. To solve this problem, economists calculate the real national income at a constant price level by the consumer price index.

(C) Problems in Expenditure Method:

The following problems arise in the calculation of national income by expenditure method:

(1) Government Services:

In calculating national income by expenditure method, the problem of estimating government services arises. The government provides a number of services, such as police and military services, administrative and legal services. Should expenditure on government services be included in national income?

If they are final goods, then only they would be included in national income. On the other hand, if they are used as intermediate goods, meant for further production, they would not be included in national income. There are many divergent views on this issue.

One view is that if police, military, legal and administrative services protect the lives, property and liberty of the people, they are treated as final goods and hence form part of national income.

If they help in the smooth functioning of the production process by maintaining peace and security, then they are like intermediate goods that do not enter into national income. In reality, it is not possible to make a clear demarcation as to which service protects the people and which protects the productive process. Therefore, all such services are regarded as final goods and are included in national income.

(2) Transfer Payments:

There arises the problem of including transfer payments in national income. The government makes payments in the form of pensions, unemployment allowance, subsidies, interest on national debt, etc.

These are government expenditures but they are not included in national income because they are paid without adding anything to the production process during the current year. For instance, pensions and unemployment allowances are paid to individuals by the government without doing any productive work during the year.

Subsidies tend to lower the market price of the commodities. Interest on national or public debt is also considered a transfer payment because it is paid by the government to individuals and firms on their past savings without any productive work.

(3) Durable-use Consumers Goods:

Durable-use consumers' goods also pose a problem. Such durable-use consumers' goods as scooters, cars, fans, TVs, furniture, etc. are bought in one year but they are used for a number of years. Should they be included under investment expenditure or consumption expenditure in national income estimates? The expenditure on them is regarded as final consumption expenditure because it is not possible to measure their used up value for the subsequent years.

But there is one exception. The expenditure on a new house is regarded as investment expenditure and not consumption expenditure. This is because the rental income or the imputed rent which the house-owner gets is for making investment on the new house. However, expenditure on a car by a household is consumption expenditure. But if he spends the amount for using it as a taxi, it is investment expenditure.

(4) Public Expenditure:

The government spends on police, military, administrative and legal services, parks, street lighting, irrigation, museums, education, public health, roads, canals, buildings, etc. The problem is to find out which item is consumption expenditure and which is investment expenditure. Expenses on education, museums, public health, police, parks, street lighting, civil and judicial administration are consumption expenditure.

Expenses on roads, canals, buildings, etc. are investment expenditure. But expenses on defence equipment are treated as consumption expenditure because they are consumed during a war as they are destroyed or become obsolete. However, all such expenses including the salaries of armed personnel are included in national income.

Importance de l'analyse du revenu national :

The national income data have the following importance:

1. For the Economy:

The national income data are of great importance for the economy of a country. These days the national income data are regarded as accounts of the economy, which are known as social accounts. These refer to net national income and net national expenditure, which ultimately equal each other.

Les comptes sociaux nous disent comment les agrégats du revenu, de la production et du produit d’une nation résultent du revenu de différents individus, produits d’industries et transactions du commerce international. Their main constituents are inter-related and each particular account can be used to verify the correctness of any other account.

2. National Policies

The national income data form the basis of national policies such as employment policy, because these figures enable us to know the direction in which the industrial output, investment and savings, etc. change, and proper measures can be adopted to bring the economy to the right path.

3. Economic Planning:

In the present age of planning, the national data are of great importance. For economic planning, it is essential that the data pertaining to a country's gross income, output, saving and consumption from different sources should be available. Without these, planning is not possible.

4. Economic Models:

The economists build short-run as well as long-run economic models or long-run investment models in which the national income data are very widely used.

5. Research:

The national income data are also made use of by the research scholars of economics. They make use of the various data of the country's inputs, outputs, income, saving, consumption, investment, employment, etc., which are obtained from social accounts.

6. Per Capita Income:

The national income data are significant for a country's per capita income which reflects the economic welfare of the country. The higher the per capita income, the higher the economic welfare and vice versa.

7. Distribution of Income:

The national income statistics enable us to know about the distribution of income in the country. From the data pertaining to wages, rent, interest and profits, we learn of the disparities in the incomes of different sections of the society.

Similarly, the regional distribution of income is revealed. It is only on the basis of these that the government can adopt measures to remove the inequalities in income distribution and to restore regional equilibrium. With a view to removing these personal and regional disequilibria, the decisions to levy more taxes and increase public expenditure also rest on national income statistics.

Inter-Relationship among Different Concepts of NI :

The inter-relationships among the various concepts of national income can be shown in the form of equations as under:

1. Gross National Product (GNP) = Gross National Expenditure (GNE)

2. Gross Domestic Product (GDP) = GNP – Net Income from abroad.

3. GNP at market Prices = GNP at Factor cost + Indirect Taxes – Subsidies

4. NNP at Market Prices = GNP at Market Prices – Depreciation or Capital Consumption Allowance

5. Net Domestic Product (NDP) = NNP at Market Prices – Net Factor at Market Prices Income from abroad

6. NNP at Factor Cost or National Income or National Product = NNP at Market Prices – Indirect Taxes + Subsidies

7. NDP at Factor Cost or Domestic = National Income – Net Factor Income or Domestic Product Income from abroad

8. Private Income = NNP at Factor Cost + Government and Business Transfer Payments + Current Transfers from abroad in the form of Gifts and Remittances + Windfall Gains + Net Factor Income from abroad + Interest on Public Debt and Consumer Interest – Social Security Contribution – Income from Government Departments and property – Profits and Surpluses of Public Corporations (or Undertakings) Or

= Income from Domestic Product accruing to Private Sector + Interest on Public Debt + Net Factor Income from abroad + Transfer Payments + Current Transfers from the rest of the world (or abroad)

9. Income from Domestic Product = NDP at Factor Cost – Income from accruing to Private Sector Domestic Product accruing to Government Departments – Saving of Non-Departmental Enterprises.

10. Personal Income = Private Income – Saving of Private Corporate Sector (or Undistributed Corporate Profits) – Corporation Tax (or Profit Taxes)

11. Personal Disposable Income or = Personal Income – Direct Taxes Disposable Income paid by Households (or Direct Personal Taxes) and Miscellaneous Fees, Fines, etc.

Ou

= NDP at Factor Cost + Transfer Payments + Net Factor Income from abroad – Corporation Tax – Undistributed Corporate Profits – Social Security Payments – Direct Personal Taxes Or

= National Income at Factor Cost + Transfer Payments + Net Income from abroad – Corporate Tax – undistributed Corporate Profits – Social Security payments – Direct Personal Taxes – Indirect Taxes + Subsidies.

Solved Problems :

1. From the data pertaining to the Indian Economy given below, calculate (a) GNP at Factor Cost, (b) NNP at Factor Cost, (c) Net Domestic Product at Factor Cost, and (d) Net Domestic Product at market Prices.

2. On the basis of the following information relating to the Indian Economy, estimate (a) GNP at Market Prices, (b) Private Income, (c) Personal Income, and (d) Personal disposable Income.

First, calculate NNP at Factor Cost because NDP at Factor Cost is given in the illustration. So NNP at Factor Cost = NDP at Factor cost + Net Factor Income from abroad = 81429 + (-201) = 81228. Now Private Income = 81, 228 + 1, 981 + 1, 271 + 964-2, 333 = 83, 111 where Transfer Payments from Government

Administrative Departments = 1, 981

Other current transfers from the rest of the world = 1, 271

Interest on National Debt = 964

Income from Government Departments = 2, 333

The remaining items in the equation are not given in our example.

Remarque:

Items (vii) and (viii) relate to Transfer Payments.

(c) Personal Income = Private income – Undistributed Corporate Profit (or Savings of Private Corporate Sector) – Corporation Tax = 83, 111 -464- 1, 251 = 81, 396

(d) Personal Disposable Income = Personal Income – Direct Taxes paid by Households = 81, 396-2, 100 = 79, 296

3. On the basis of the following information, calculate Net National Product at Market Prices and Disposable Personal Income:

 

Laissez Vos Commentaires