Flux circulaire de revenu: 2 secteurs, 3 secteurs et 4 secteurs

Étudions en profondeur le flux circulaire de revenus dans deux secteurs, trois et quatre secteurs.

Flux de revenus circulaire dans une économie à deux secteurs:

Les flux réels de ressources, de biens et de services ont été représentés à la Fig. 6.1. Dans la boucle supérieure de cette figure, les ressources telles que la terre, le capital et les capacités entrepreneuriales sont transférées des ménages aux entreprises, comme indiqué par la flèche.

En sens inverse, l’argent circule des entreprises vers les ménages sous forme de paiements de facteurs tels que les salaires, le loyer, les intérêts et les bénéfices.

Dans la partie inférieure de la figure, l'argent circule des ménages aux entreprises sous forme de dépenses de consommation effectuées par les ménages sur les biens et services produits par les entreprises, tandis que les flux de biens et services sont inversement proportionnels.

Nous voyons donc que l’argent circule des entreprises vers les ménages sous forme de paiements de facteurs, puis des ménages vers les entreprises. Il existe donc en réalité un flux circulaire d’argent ou de revenu. Ce flux d’argent circulera indéfiniment de semaine en semaine et d’année en année. Voici comment fonctionne l'économie. On peut toutefois souligner que ce flux de revenus monétaires ne restera pas toujours le même en volume.

En d'autres termes, le flux de revenus monétaires ne continuera pas toujours à un niveau constant. En année de dépression, le flux circulaire des revenus monétaires va se contracter, c'est-à-dire diminuer en volume et, au cours des années de prospérité, il va s'étendre, c'est-à-dire devenir plus important.

En effet, le flux de monnaie est une mesure du revenu national et changera donc avec l’évolution du revenu national. En année de dépression, lorsque le revenu national est faible, le volume du flux monétaire sera faible et que, dans les années de prospérité, lorsque le niveau du revenu national sera assez élevé, le flux monétaire sera important.

Afin de simplifier notre analyse et d’expliquer les problèmes centraux, nous prenons de nombreuses hypothèses. En premier lieu, nous supposons que ni les ménages n'épargnent de leurs revenus, ni les entreprises n'épargnent de leurs profits. Nous supposons en outre que le gouvernement ne joue aucun rôle dans l'économie nationale.

En d'autres termes, le gouvernement ne reçoit pas d'argent de la population sous forme d'impôts, ni ne dépense d'argent pour les biens et services produits par les entreprises ou pour les ressources et services fournis par les ménages. Troisièmement, nous supposons que l’économie n’importe ni biens ni services, ni n’exporte rien. En d'autres termes, dans notre analyse ci-dessus, nous n'avons pas pris en compte le rôle du commerce extérieur. En fait, nous avons expliqué ci-dessus le flux monétaire qui se produit dans le fonctionnement d’une économie fermée sans économie ni rôle du gouvernement.

Flux de revenu circulaire avec épargne et investissement :

Dans notre analyse du flux de revenus circulaire ci-dessus, nous avons supposé que tous les revenus que les ménages reçoivent, ils les dépensent en biens et services de consommation. Il en résulte un flux circulaire de vitesse d’argent et de revenus non diminués. Nous allons maintenant expliquer si les ménages épargnent une partie de leurs revenus et en quoi leurs économies influeront sur les flux monétaires de l'économie.

Lorsque les ménages épargnent, leurs dépenses en biens et services diminuent d'autant et, par conséquent, les flux monétaires vers les entreprises se contractent. Avec des recettes monétaires réduites, les entreprises embaucheront moins de travailleurs (ou licencieront certains travailleurs) ou réduiront les paiements de facteurs qu’elles versent aux fournisseurs de facteurs tels que les travailleurs.

Cela conduira à la baisse des revenus totaux des ménages. Ainsi, les économies réduisent le flux de dépenses monétaires des entreprises et entraîneront une baisse du revenu total de l'économie. Les économistes considèrent donc que l'épargne est une fuite des flux de dépenses monétaires.

Toutefois, les économies réalisées par les ménages ne doivent pas nécessairement conduire à une réduction des dépenses et des revenus globaux s’ils retrouvent le chemin des dépenses. Dans les économies de marché, il existe un ensemble d'institutions telles que des banques, des compagnies d'assurance, des établissements financiers, des marchés boursiers où les ménages déposent leur épargne. Toutes ces institutions réunies sont appelées institutions financières ou marché financier. Nous supposons que toutes les économies des ménages arrivent sur le marché financier. Nous supposons en outre qu’il n’ya pas d’emprunts entre ménages.

Ce sont les entreprises commerciales qui empruntent sur le marché financier pour investir dans des biens d'équipement tels que des machines, des usines, des outils et des instruments, des camions. Les entreprises investissent dans le développement de leurs capacités de production.

Ainsi, grâce aux dépenses d’investissement résultant de l’emprunt de l’épargne des ménages déposés sur le marché financier, elles sont à nouveau intégrées dans le flux de dépenses et, de ce fait, le flux total des dépenses ne diminue pas. Les flux monétaires circulaires avec épargne et investissement sont illustrés à la Fig. 6.2 où, dans la partie centrale, un cadre représentant le marché financier est tracé. Le flux monétaire de l'épargne est présenté par les ménages vers le marché financier. Ensuite, le flux de dépenses d’investissement est présenté en tant qu’emprunt des entreprises sur le marché financier.

Condition pour la constance du flux de revenu circulaire:

Maintenant, la question se pose de savoir quelle est la condition pour que le flux de revenu monétaire continue à un niveau constant, de sorte qu'il permette la production et le flux ultérieur d'un volume donné de biens et services à prix constants. Pour expliquer cela, nous devons introduire l'épargne et l'investissement dans l'analyse du flux de revenus circulaire.

Économiser une partie des revenus signifie qu’ils ne sont pas dépensés en biens et services de consommation. En d'autres termes, l'épargne consiste à retirer une partie de l'argent du flux de revenus. D'autre part, investir signifie que de l'argent est dépensé dans l'achat de nouveaux biens d'équipement afin d'accroître la capacité de production. En d'autres termes, l'investissement consiste à injecter de l'argent dans un flux de revenus circulaire.

Pour que le flux de revenus continue de s’écouler sans relâche, le retrait d’argent du flux de revenu par le biais de l’épargne doit correspondre à l’injection d’argent au moyen de dépenses d’investissement. Par conséquent, l’épargne prévue doit être égale à l’investissement prévu si l’on veut obtenir un revenu monétaire constant dans une économie.

Maintenant, que se passera-t-il si les dépenses d'investissement prévues sont inférieures aux économies prévues? En conséquence de la baisse des dépenses d’investissement prévues, les revenus, la production et l’emploi chuteront et, par conséquent, les flux monétaires se contracteront.

Si l'égalité entre l'épargne projetée et les investissements prévus est perturbée par l'augmentation de l'épargne, l'effet immédiat sera alors que les stocks de marchandises se trouvant dans les rayons des magasins vont augmenter (certains produits ne seront pas vendus à cause de la chute consommation, c’est-à-dire augmentation de l’épargne). En raison de la faiblesse de la demande de biens et de l’accumulation de stocks, les détaillants passeront de petites commandes auprès des grossistes. En conséquence, la quantité de biens produite sera plus petite et, par conséquent, moins de biens d'équipement, tels que des machines, auront pour effet de faire chuter l'investissement fixe.

Ainsi, l’effet ultime de la baisse de l’investissement prévu ou de l’augmentation de l’épargne projetée est le même, à savoir la baisse du revenu, de la production, de l’emploi et des prix, ce qui entraîne une contraction du flux monétaire.

D'autre part, si l'égalité entre l'épargne projetée et l'investissement prévu est perturbée par l'augmentation de la demande d'investissement, il en résultera une augmentation des revenus, de la production et de l'emploi. En conséquence, le flux de revenus monétaires augmentera.

Il ressort donc clairement de l'analyse ci-dessus que le flux des revenus monétaires ne se maintiendra à un niveau constant que lorsque la condition d'égalité entre épargne planifiée et investissement sera remplie. Les économistes classiques estimaient que le marché financier offrait un mécanisme permettant de coordonner l’épargne des ménages et les dépenses d’investissement des entreprises. Le taux d'intérêt, qui est le prix d'utilisation de l'épargne, est déterminé par l'épargne et l'investissement.

Si l’épargne dépasse les dépenses d’investissement, le taux d’intérêt diminue de sorte que, à un taux d’intérêt inférieur, l’investissement augmente et les deux deviennent égaux. Au contraire, si les dépenses d'investissement sont supérieures à l'épargne, le taux d'intérêt augmentera de sorte que, à un taux d'intérêt plus élevé, l'épargne augmentera et deviendra égale aux dépenses d'investissement prévues.

Toutefois, un éminent économiste britannique, JM Keynes, a réfuté l'argument susmentionné selon lequel des modifications du taux d'intérêt entraîneraient une égalisation de l'épargne et des investissements. Selon lui, étant donné que dans une économie capitaliste de marché libre, les investissements sont réalisés par les entreprises et que l'épargne est principalement réalisée par les ménages et que, pour différentes raisons, rien ne garantit que l'investissement prévu sera égal à l'épargne planifiée et donc aux fluctuations du revenu, de la production et l'emploi sont inévitables.

En conséquence, le flux circulaire de revenus ne se maintient pas à un niveau constant dans une économie capitaliste de libre entreprise, à moins que le gouvernement ne prenne certaines mesures correctives et préventives pour maintenir la stabilité de l'économie.

Identité épargne-investissement dans les comptes de revenu national dans une économie à deux secteurs :

Malgré le fait que les épargnants diffèrent des entreprises qui investissent principalement, dans les comptes de revenu nationaux, l’épargne est identique ou toujours égale à un investissement dans une économie à deux secteurs simples n’ayant aucun rôle de gouvernement et de commerce extérieur. C’est une identité de base dans les comptes du revenu national qui doit être soigneusement comprise.

Bien sûr, dans notre analyse du flux de revenu circulaire ci-dessus, nous avons expliqué que les investissements prévus par les entreprises commerciales peuvent différer de l'épargne par ménage. Mais dans cette analyse, nous avons évoqué les investissements et les économies prévus ou envisagés, qui diffèrent souvent et affectent le flux de revenus nationaux.

Toutefois, dans les comptes du revenu national, nous nous intéressons à l’épargne réelle et aux investissements réels. Ce sont ces économies et investissements réels ou réalisés qui sont identiques dans les comptes du revenu national. Nous pouvons prouver leur identité de la manière suivante.

Dans une économie simple qui n'a ni gouvernement, ni commerce extérieur, la valeur de la production produite que nous désignons par Y est égale à la valeur de la production vendue. Puisque la valeur de la production vendue dans une économie à deux secteurs est égale à la somme des dépenses de consommation et des dépenses d’investissement, nous avons y = C + I où Y = Valeur de la production globale, C = Dépenses de consommation et I = Dépenses d’investissement.

Une question pertinente qui se pose ici est ce qui arrive à la sortie invendue. La production invendue entraîne une augmentation des stocks de biens et, dans la comptabilisation du revenu national, l'augmentation des stocks de biens est traitée comme une partie de l'investissement réel. Cela peut être considéré comme une entreprise qui se vend les produits à ajouter à ses stocks. Ainsi, le produit national brut (PNB) produit est utilisé soit pour la consommation, soit pour l’investissement.

Examinons maintenant le produit national brut ou le revenu dans l’économie simple du point de vue de sa répartition entre consommation et épargne. Étant donné que le revenu national (égal au PNB) peut être soit consommé, soit économisé. Nous avons Y Ξ C + S

Des identités (i) et (ii) nous obtenons

C + I Ξ Y Ξ C + S

La partie gauche de l'identité (iii), à savoir C + I = Y, montre les composantes de la demande globale (c'est-à-dire les dépenses globales sur les biens et services produits) et la partie droite de l'identité (iii), à savoir Y = C + S montre l’affectation du revenu national à la consommation ou à l’épargne. Ainsi, l'identité (iii) montre que la valeur de la production produite ou vendue est égale au revenu total reçu. Ce sont les revenus reçus qui sont dépensés en biens et services produits.

Maintenant, en soustrayant la consommation (C) des deux côtés de l'identité (iii), nous avons

I Ξ Y Ξ S

ou I = S

Ainsi, dans nos deux secteurs d’économie simple sans gouvernement ni commerce extérieur, l’investissement est identique à l’épargne.

Flux de revenus circulaire dans une économie à trois secteurs avec le gouvernement :

Dans notre analyse des flux monétaires ci-dessus, nous avons ignoré l'existence du gouvernement afin de simplifier notre modèle de flux circulaire. Cela est tout à fait irréaliste car le gouvernement absorbe une bonne partie des revenus des ménages. Le gouvernement affecte l'économie de plusieurs manières.

Ici, nous allons nous concentrer sur ses rôles de taxation, de dépense et d’emprunt. Le gouvernement achète des biens et des services au même titre que les ménages et les entreprises. Les dépenses publiques prennent de nombreuses formes, y compris des dépenses en biens d'équipement et en infrastructures (autoroutes, électricité, communications), en biens de défense, en éducation et en santé publique, etc. Celles-ci s'ajoutent aux flux monétaires indiqués à la Fig. 6.3, où une boîte représentant le gouvernement a été dessinée. Nous verrons que les achats de biens et de services des entreprises et des ménages par les pouvoirs publics sont représentés par les flux de dépenses en biens et services.

Les dépenses publiques peuvent être financées par des impôts, par des avoirs ou par des emprunts. Le flux monétaire des ménages et des entreprises vers le gouvernement est qualifié de paiement d'impôts dans la figure 6.3. Ce flux monétaire comprend tous les paiements d'impôt versés par les ménages moins les paiements de transfert reçus du gouvernement. Les paiements de transfert sont traités comme des paiements d’impôts négatifs.

Une autre méthode de financement des dépenses publiques est l’emprunt sur le marché financier. Cela peut être représenté par le flux monétaire du marché financier au gouvernement et est qualifié d'emprunt public (pour éviter toute confusion, nous n'avons pas tiré ce flux monétaire du marché financier vers le gouvernement). Les emprunts publics augmentent la demande de crédit, ce qui entraîne une augmentation du taux d'intérêt.

Le fait que le gouvernement emprunte par son effet sur le taux d'intérêt affecte le comportement des entreprises et des ménages. Les entreprises considèrent le taux d’intérêt comme un coût d’emprunt et la hausse du taux d’intérêt résultant de l’emprunt par le gouvernement réduit l’investissement privé. Cependant, les ménages qui considèrent le taux d’intérêt comme une rentabilité de l’épargne se sentent encouragés à épargner davantage.

Il découle de ce qui précède que l'inclusion du secteur des administrations publiques a une incidence considérable sur la situation économique globale. Le flux total des dépenses dans l’économie est maintenant la somme des dépenses de consommation (notées C), des dépenses d’investissement (I) et des dépenses publiques (notées G). Ainsi

Dépenses totales (E) = C + I + G… .. (i)

Le revenu total (K) reçu est affecté à la consommation (C), à l’épargne (S) et aux impôts (T). Ainsi

Y = C + S + T… (ii)

Puisque les dépenses) doivent être égales aux revenus perçus (Y), les équations (i) et (ii) ci-dessus donnent

C + I + G = C + S + T… (iii)

Comme C apparaît des deux côtés de l’équation (iii) et sera donc annulé, nous avons

I + G = S + T… (iv)

En réarrangeant on obtient

G - T = S - I… (v)

L’équation (v) est très importante car elle décrit les conséquences si le budget du gouvernement n’était pas équilibré, c’est-à-dire si les dépenses publiques (G) étaient supérieures aux recettes fiscales (7), c’est-à-dire que G> T, le gouvernement aura un budget déficitaire. Pour financer le budget du déficit, le gouvernement empruntera sur le marché financier.

À cette fin, l'investissement privé des entreprises doit être inférieur à l'épargne des ménages. Ainsi, l'emprunt gouvernemental réduit l'investissement privé dans l'économie. En d'autres termes, l'emprunt gouvernemental élimine l'investissement privé.

Flux de revenus monétaires dans les quatre secteurs de l'économie ouverte: ajout du secteur étranger:

Nous allons maintenant expliquer les flux monétaires générés dans une économie ouverte, c’est-à-dire une économie entretenant des relations commerciales avec des pays étrangers. Ainsi, l'inclusion du secteur étranger nous révélera l'interaction de l'économie nationale avec les pays étrangers. Les étrangers interagissent avec les entreprises et les ménages nationaux par le biais d’exportations et d’importations de biens et de services, ainsi que par le biais d’emprunts et de prêts sur le marché financier. Les biens et services produits sur le territoire national et vendus aux étrangers sont appelés exportations.

Par ailleurs, les achats de biens et de services fabriqués à l'étranger par les ménages nationaux sont appelés des importations. La figure 6.4 illustre les flux monétaires supplémentaires générés dans l’économie ouverte lorsque des exportations et des importations existent également dans l’économie. Dans notre analyse, nous supposons que seules les entreprises de l’économie nationale interagissent avec des pays étrangers et exportent et importent donc des biens et des services.

Il a été démontré qu'un flux de dépenses monétaires sur les importations se produit des entreprises nationales vers les pays étrangers (c.-à-d. Le reste du monde). Au contraire, il a été démontré que le flux des dépenses monétaires consacrées aux exportations d’une économie nationale s’exerçait depuis des pays étrangers vers les entreprises de l’économie nationale.

Si les exportations sont égales aux importations, il existe une balance commerciale. Généralement, les exportations et les importations ne sont pas égales. Si la valeur des exportations dépasse la valeur des importations, il en résulte un excédent commercial. D'autre part, si la valeur des importations dépasse la valeur des exportations d'un pays, il se produit un déficit commercial.

Dans l’économie ouverte, il existe une interaction entre les pays non seulement par le biais d’exportations et d’importations de biens et de services, mais également par le biais de fonds d’emprunt et de prêt ou de ce que l’on appelle également le marché financier. De nos jours, les marchés financiers du monde entier sont bien intégrés.

Lorsqu'il y a un excédent commercial dans l'économie, c'est-à-dire lorsque les exportations (X) dépassent les importations (M), un afflux net de capitaux aura lieu. Par entrée nette de capitaux, nous entendons que les étrangers emprunteront auprès des épargnants nationaux pour financer leurs achats d’exportations nationales. De la sorte, grâce aux entrées nettes de capitaux, les épargnants nationaux prêteront aux étrangers, c'est-à-dire acquerront des actifs financiers étrangers.

Au contraire, en cas de surplus d'importations, c'est-à-dire lorsque les importations sont supérieures aux exportations, un déficit commercial se produira. Par conséquent, en cas de déficit commercial, les ménages de consommateurs nationaux et les entreprises commerciales emprunteront à l'étranger pour financer l'excédent de leurs importations sur leurs exportations. En conséquence, les étrangers acquerront des actifs financiers nationaux.

À partir des flux circulaires qui se produisent dans l’économie ouverte, le revenu national doit être mesuré par une dépense globale qui inclut les exportations nettes, c’est-à-dire XM où X représente les exportations et M les importations. Les importations doivent être soustraites du total des dépenses en biens et services produits à l'étranger pour obtenir la valeur des exportations nettes. Ainsi, dans l'économie ouverte

Revenu national = C + I + G + NX

où NX représente les exportations nettes, XM.

Comme le revenu national peut être consommé, économisé ou versé au gouvernement sous forme d’impôts, nous avons

C + I + G + NX = C + S + T

 

Laissez Vos Commentaires