Concept de préférence convexe (avec diagramme)

Dans cet article, nous allons discuter du concept de préférence convexe à l'aide d'un diagramme.

L'un des axiomes qui définissent les caractéristiques des courbes d'indifférence (CI) bien comportées est que les moyennes sont préférées aux extrêmes. En bref, c'est le concept de préférence convexe.

Autrement dit, prenons deux combinaisons de biens X et Y, à savoir, (x 1, y 1 et (x 2, y 2 )), sur le même circuit intégré, et prenons une moyenne pondérée telle que [(ax 1 + bx 2 ) / (a + b), (ay 1 + by 1 ) / (a ​​+ b)] des deux combinaisons où la somme des poids a et b est égale à 1, la combinaison moyenne sera au moins aussi bonne que, ou, strictement préféré, à chacun des faisceaux extrêmes.

Cette combinaison moyenne se situe entre les deux combinaisons extrêmes sur la ligne droite qui les relie.

Supposons, sur la figure 6.3 (b), P et Q sont deux combinaisons quelconques sur un IC, P contenant un peu de X et trop de Y et Q contenant trop de X et un peu de Y. Supposons également que R est une moyenne pondérée des deux combinaisons extrêmes, à savoir P et Q, et ainsi de suite, R se situe entre P et Q sur la ligne droite qui les relie.

Il a été dit que R, la combinaison moyenne, serait légèrement ou strictement préférable aux combinaisons extrêmes, P et Q - dans le premier cas, P, R et Q seraient sur le même circuit intégré, c’est-à-dire que le circuit intégré aurait un segment plat, et dans ce dernier cas, R serait sur un IC plus élevé (ici IC 2 ) que P et Q.

Supposons maintenant que S soit une moyenne pondérée des combinaisons R et Q. Or, si S est strictement préféré à R et Q, il se situerait sur un IC supérieur (ici IC 3 ) à ces deux derniers points.

En procédant de cette façon, arriver à la combinaison T qui est une moyenne pondérée des combinaisons S et Q. Si T est strictement préféré aux combinaisons S et Q, il se trouverait sur un IC supérieur (IC 4 ) à celui des deux derniers. Supposons que T soit la combinaison la plus équilibrée parmi les combinaisons moyennes pour le consommateur, c'est-à-dire qu'elle contient les produits dans la proportion optimale.

Ensuite, si le consommateur se déplace le long de la droite PQ ou TQ, de T à une autre combinaison V qui est une moyenne pondérée de T et Q, cette combinaison deviendrait quelque peu extrême (c’est-à-dire avec un solde moindre) par rapport à T et il se trouverait donc sur un IC inférieur à T, mais sur un IC supérieur à Q, car ce serait toujours une moyenne préférable à Q (puisqu'il aurait un meilleur équilibre que Q).

Il ressort de l'analyse que le concept de préférence convexe implique que si P et Q sont deux combinaisons indifférentes, alors si le consommateur se déplace le long de la droite PQ du point P au point Q, les points sur le chemin comme R, S et T reposeraient sur des CI de plus en plus élevés.

Sur la figure 6.3 (b), T est sur le CI le plus élevé (IC 4 ), c'est-à-dire que la droite PQ est une tangente à IC 4 au point T. Mais lorsque le consommateur se déplace le long de la ligne PQ à partir du point T vers le point Q, il serait successivement sur les CI inférieurs aux points V, W, etc.

En d'autres termes, la préférence convexe implique que les CI sont convexes à l'origine. Cependant, ils peuvent avoir un segment plat si la préférence pour la moyenne est faible. Il est généralement admis que les préférences bien conçues sont convexes, car la plupart des biens sont consommés ensemble.

Le consommateur voudrait échanger un produit contre un autre et finir par consommer les deux, plutôt que de se spécialiser sur un seul des deux produits.

 

Laissez Vos Commentaires