Types de normes monétaires: Métal et papier Norme | Économie

Dans cet article, nous discuterons des deux types de normes monétaires: A. Norme métallique B. Norme papier.

A. Norme métallique :

En standard métallique, l'unité monétaire est déterminée en termes de métal comme l'or, l'argent, etc. Les pièces standard sont fabriquées à partir du métal. Les pièces de monnaie standard ont une valeur légale pleine et leur valeur est égale à leur valeur métallique intrinsèque. La chose importante à noter est que pour être sur une norme métallique, un pays doit conserver - (a) son unité monétaire à une valeur constante en termes de métal sélectionné, et (b) ses différents types de monnaie convertible en métal sélectionné à valeurs constantes.

Le standard métallique peut être de deux types:

1. Le monométallisme

2. Bimétallisme.

1. Le monométallisme :

Le monométallisme fait référence au système monétaire dans lequel l'unité monétaire est composée ou convertible en un seul métal. Selon la norme monométallique, un seul métal est utilisé comme monnaie standard dont la valeur marchande est fixée en termes de quantité et de qualité données du métal.

Caractéristiques du monométallisme :

Les caractéristiques essentielles du standard monométallique sont indiquées ci-dessous:

(i) Les pièces standard sont définies en termes d'un seul métal.

(ii) Ces pièces sont acceptées comme monnaie légale illimitée pour l'exécution de leurs obligations quotidiennes.

(iii) Le monnayage est libre (c'est-à-dire fabrication de pièces).

iv) Il n’existe aucune restriction à l’exportation et à l’importation de métal utilisé comme monnaie.

(v) La monnaie de papier circule également, mais elle est convertible en pièces métalliques standard.

Types de monométallisme :

Le monométallisme peut être de deux types:

une. Silver Standard:

En argent standard, l'unité monétaire est définie en termes d'argent. Les pièces standard sont en argent et ont un poids et une finesse fixes en termes d'argent. Ils sont offre illimitée. Il n'y a aucune restriction sur l'importation et l'exportation d'argent. L'étalon d'argent est resté en vigueur dans de nombreux pays pendant une longue période.

L'Inde est resté sur l'étalon d'argent de 1835 à 1893. Durant cette période, la roupie était la pièce de monnaie standard et son poids était fixé à 180 grains et finesse 11/12. La monnaie de la roupie était gratuite et les gens peuvent obtenir leur argent converti en pièces à la menthe. De même, les pièces d'argent pourraient être fondues en lingots.

Silver Standard manque de reconnaissance universelle par rapport à Gold Standard. La valeur monétaire de la monnaie, tant interne qu'externe, est plus instable en argent, car le prix de l'argent fluctue davantage que celui de l'or. Ainsi, en ce qui concerne le métal, l’or est préféré à l’argent dans la plupart des pays.

b. Étalon-or:

L'étalon-or est la forme la plus populaire d'étalon monométallique; l'unité monétaire est exprimée en termes d'or. Les pièces standard possèdent un poids fixe et une finesse d’or. L'étalon-or est resté largement accepté dans la plupart des pays du monde au cours du dernier quart du 19e siècle et du premier quart du 20e siècle.

Le Royaume-Uni fut le premier pays à adopter l'étalon-or en 1816. Elle fut également la première à abandonner cet étalon en 1931. L'Allemagne adopta l'étalon-or en 1873, la France en 1878 et les États-Unis en 1900. Peu à peu, cet étalon disparut pays et finalement il a été complètement abandonné par le monde en 1936.

Gold Standard est la forme la plus populaire de standard monométallique. En étalon or, l'unité monétaire est exprimée en or. Les pièces standard possèdent un poids fixe et une finesse d’or. L'étalon-or est resté largement accepté dans la plupart des pays du monde au cours du dernier quart du 19e siècle et du premier quart du 20e siècle. Le Royaume-Uni a été le premier pays à adopter l'étalon-or en 1816.

Elle mourait aussi d'abord pour abandonner cet étalon en 1931. L'Allemagne adopta l'étalon-or en 1873, la France en 1878 et les États-Unis en 1900. Peu à peu, l'étalon-or disparut de différents pays et fut complètement abandonné par le monde en 1936.

L'étalon-or a été défini différemment par différents économistes monétaires. Selon DH Robertson, "L'étalon-or est un état dans lequel un pays conserve la valeur de son unité monétaire et la valeur d'un poids défini d'or à égalité entre eux". Selon Coulborn, "L'étalon-or est un arrangement en vertu duquel la pièce de monnaie principale d'un pays est échangeable contre une quantité fixe d'or d'une qualité spécifique. "

Selon Kemmerer, «un étalon-or est un système monétaire dans lequel l'unité de valeur, dans laquelle le prix et le salaire sont habituellement exprimés, et dans lequel les dettes sont habituellement contractées, consiste en la valeur d'une quantité fixe d'or un marché de l’or essentiellement libre.

Mérites du monométallisme :

La norme monométallique présente les avantages suivants:

je. Simplicité:

Comme un seul métal est utilisé comme étalon de valeur, le monométallisme est simple à utiliser et à comprendre.

ii. Confiance du public:

Étant donné que la monnaie standard est constituée d’un métal précieux (or ou argent), elle inspire la confiance du public.

iii. Favorise le commerce extérieur:

Le monométallisme facilite et favorise le commerce extérieur. L'étalon or ou argent est facilement acceptable comme moyen de paiement international.

iv. Évite la loi de Gresham:

Le monométallisme évite l'application de la loi de Gresham. Selon cette loi, lorsqu'il existe à la fois de bonnes et de mauvaises sommes dans l'économie, les mauvaises ont tendance à faire fuir le bon argent.

v. Auto-opératif:

Cela rend la masse monétaire autonome. S'il y a un surplus d'argent, la valeur de l'argent va chuter et les gens commenceront à convertir des pièces en métal. Cela effacera le surplus d'argent, créant ainsi un équilibre.

Démérites du monométallisme :

Voici les inconvénients du monométallisme:

je. Norme coûteuse:

C'est une norme coûteuse et tous les pays, en particulier les pays pauvres, ne peuvent se permettre de l'adopter.

ii. Manque d'élasticité:

Le monométallisme manque d'élasticité. La masse monétaire dépend des réserves métalliques. Ainsi, la masse monétaire ne peut être modifiée conformément aux exigences de l’économie.

iii. Retarde la croissance économique:

La croissance économique nécessite une expansion de la masse monétaire pour répondre aux besoins croissants de l'économie. Mais, sous monométallisme, la rareté du métal peut engendrer une raréfaction de la masse monétaire qui, à son tour, peut entraver la croissance économique.

iv. Manque de stabilité des prix:

Le prix du métal ne pouvant rester parfaitement stable, la valeur de la monnaie (ou du niveau de prix interne) sous monométallisme manque de stabilité.

2. Bimétallisme :

Le bimétallisme est un système monétaire qui tente de fonder la monnaie sur deux métaux. Selon Chandler, «Un bimétallique ou un double standard est un système dans lequel l'unité monétaire et tous les types de monnaie d'un pays sont maintenus à valeur constante en termes d'or et d'argent également». Sous le bimétallisme, deux standards métalliques fonctionnent simultanément.

Deux types de pièces standard de deux métaux différents (par exemple or et argent) sont frappées. Les deux types de pièces standard ont une valeur légale illimitée et un taux d’échange fixe basé sur un taux d’échange mixte basé sur la parité des menthe leur est prescrit. Les dispositions relatives à l'achat, à la vente et au rachat illimités sont étendues aux deux métaux.

Caractéristiques du bimétallisme :

(i) Un étalon bimétallique est basé sur deux métaux; c'est le maintien simultané des normes d'or et d'argent.

(ii) Il existe une frappe libre et illimitée des deux métaux.

(iii) Le rapport des monnaies des valeurs d'or et d'argent à la monnaie est fixé par le gouvernement.

(iv) Deux types de pièces de monnaie standard (à savoir les pièces d'or et les pièces d'argent) sont en circulation au même moment.

(v) Les deux pièces sont des pièces corsées. En d'autres termes, la valeur faciale et la valeur intrinsèque des deux pièces sont égales

(vi) Les deux pièces sont des offres légales illimitées. Ils sont également convertibles l'un en l'autre.

(vii) Les deux métaux sont importés et exportés gratuitement.

Mérites du bimétallisme :

Les avantages du bimétallisme sont discutés ci-dessous:

je. Devise pleine de corps:

Le bimétallisme fournit des pièces pleines et pratiques pour les petites et grandes transactions. Il fournit de l’argent portable pour les grandes transactions et de l’argent pratique pour les petits paiements. Cet argument a toutefois perdu de sa vigueur maintenant que la monnaie de crédit s'est développée.

ii. Stabilité des prix:

Dans ce système monétaire, la pénurie d'un métal peut être compensée en augmentant la production de l'autre métal. Par conséquent, la stabilité des prix des deux métaux et donc des prix intérieurs peut être assurée.

iii. Stabilité du taux de change:

Le bimétallisme assure la stabilité du taux de change. Tant que l'or et l'argent sont stabilisés l'un par rapport à l'autre, les monnaies de tous les pays à valeurs fixes en or ou en argent s'échangeront à des taux presque constants.

iv. Une somme d'argent suffisante:

Dans le bimétallisme, une masse monétaire suffisante est assurée pour répondre aux besoins commerciaux de l’économie. Comme il n'est pas question que les deux métaux se raréfient simultanément, l'offre de monnaie est plus élastique dans ce système.

v. Maintien des réserves bancaires:

Sous bimétallisme, le maintien des réserves bancaires devient simple et économique. Dans ce système, les pièces en or et en argent sont des pièces standard et des offres illimitées. Par conséquent, il est facile pour les banques de conserver leurs réserves de trésorerie en pièces d'or ou en pièces d'argent.

vi. Faibles taux d'intérêt:

Étant donné que, sous le bimétallisme, la monnaie est constituée de deux métaux, son offre est généralement supérieure à sa demande. En conséquence, les taux d'intérêt diminuent. Les banques peuvent prolonger leurs prêts à des taux moins chers. Cela augmenterait les investissements et donc la production dans l'économie.

vii. Stimule le commerce extérieur:

Le bimétallisme stimule le commerce international de deux manières: - (a) un pays sur le bimétallisme peut entretenir des relations commerciales avec les pays du même niveau que ceux de l'argent, (b) il n'y a pas de restrictions aux importations et aux exportations en raison de l'entrée libre des deux types de pièces .

Démérites du bimétallisme :

Le bimétallisme a les inconvénients suivants:

je. Application de la loi de Gresham:

Le bimétallisme dans un seul pays est une norme monétaire temporaire et non viable en raison de l'application de la loi de Gresham. Selon cette loi, en cas de disparité entre le taux de parité des monnaies et le taux de change des deux métaux sur le marché, la monnaie ou le métal surévalué à la menthe (dont le prix à la monnaie est supérieur au prix du marché) a tendance à sortir circulation bon argent ou métal sous-évalué à la menthe (dont le prix du marché dépasse le prix de la menthe).

Ainsi, à terme, la monnaie unique (monométallisme) restera en pratique. Le bimétallisme national n’est donc qu’un phénomène temporaire. Seul le bimétallisme international peut se révéler permanent et praticable.

ii. Inégalité entre les taux de la menthe et du marché:

Le bimétallisme ne peut fonctionner avec succès que si l'égalité entre le taux du marché et le taux minimum peut être maintenue. Mais, dans la pratique, il est difficile de maintenir une égalité entre les deux taux, en particulier lorsqu'un métal est suralimenté par rapport à l'autre.

iii. Pas de stabilité des prix:

L'argument selon lequel le bimétallisme assure la stabilité des prix intérieurs et un ajustement automatique entre l'offre et la demande de monnaie est illusoire. Il est possible que les deux métaux se raréfient.

iv. Difficultés de paiement:

Le bimétallisme conduit à une situation difficile dans le règlement des transactions lorsqu'une partie insiste pour que le paiement soit effectué en termes d'un type particulier de pièces.

v. Encourage l'activité spéculative:

Il encourage les activités spéculatives sur les deux métaux lorsque leurs prix fluctuent sur le marché.

vi. Pas de stimulation du commerce extérieur:

Le commerce international est stimulé si tous les pays adoptent le bimétallisme. Mais, c'est une possibilité rare dans les circonstances actuelles.

vii. Norme monétaire onéreuse:

Le bimétallisme est une norme monétaire coûteuse et toutes les nations, en particulier les pays pauvres, ne peuvent se permettre de l’adopter.

Loi de Gresham :

La loi de Gresham, dans sa forme la plus simple, stipule que, lorsque les bons et les mauvais fonds sont ensemble en circulation, ils ont tendance à avoir pour effet de faire tendre un bon argent. Cela implique que moins d'argent de valeur tend à remplacer plus d'argent de valeur en circulation.

Cette loi a été énoncée par Sir Thomas Gresham, conseiller financier de la reine Elizabeth I au XVIe siècle en Angleterre. Gresham n’a cependant pas été le premier à élaborer cette loi, mais elle a été associée à son nom après avoir expliqué un problème rencontré par la reine. Dans le but de réformer le système monétaire, la reine tenta de remplacer les mauvaises pièces du régime précédent en émettant de nouvelles pièces à pleine pondération.

Mais à sa grande surprise, dès que de nouvelles pièces ont été distribuées, elles ont disparu et les anciennes pièces dégradées ont continué à rester en circulation. Elle a demandé conseil à Sir Thomas Gresham, qui a donné son explication sous la forme d'une loi selon laquelle «le mauvais argent a tendance à faire sortir de la circulation le bon argent».

L'explication théorique de cette loi est la divergence entre le taux de change du marché des deux monnaies et le taux de change. Si le taux de change (c'est-à-dire le taux de change officiel entre deux types de monnaie) diffère du taux de change du marché entre les deux types de monnaie, la monnaie surévaluée à la monnaie aura tendance à entraîner la monnaie sous-évaluée. hors circulation.

Supposons, sous bimétallisme, qu’une pièce en or échange 10 pièces d’argent, c’est-à-dire que le taux de change officiel ou le taux en vigueur est de 1:10. Maintenant, si le taux du marché est de 1:12, alors l’or est sous-valorisé et l’argent surestimé au taux de la monnaie (c’est-à-dire que le taux du marché de l’or dépasse le taux de la menthe et que le taux du marché de l’argent est inférieur taux). Dans ce cas, l'or deviendra un bon argent et l'argent un mauvais argent. Le mauvais argent (argent) chassera le bon argent (or) de la circulation.

Opération de la loi :

Lorsque le bon et le mauvais argent sont ensemble en circulation comme monnaie légale, le bon argent disparaît de trois manières:

je. Bon argent est accumulé:

Lorsque le bon et le mauvais argent circulent simultanément, les gens ont tendance à amasser du bon argent et à utiliser le mauvais argent pour effectuer un paiement.

ii. Le bon argent est fondu:

Puisque les bonnes et les mauvaises pièces sont en circulation et ont la même valeur, les gens préfèrent fondre les bonnes pour les convertir en ornements ou autres objets d'art.

iii. Bon argent est exporté:

Dans les paiements aux pays étrangers, les pièces d'or sont acceptées en poids et non en chiffres. Ainsi, il serait avantageux de payer aux étrangers des nouvelles pièces de poids complet plutôt que des pièces anciennes et légères.

Loi de Gresham sous forme générale :

La loi de Gresham, dans sa forme originale, ne s'applique qu'aux pièces en retrait du système monométallique (c'est-à-dire l'étalon-or).

Cependant, la loi peut cependant être étendue à toutes les formes de normes monétaires:

1. Sous monométallisme:

Sous monométallisme (par exemple, gold standard), les pièces anciennes et usées sont considérées comme des pièces de mauvaise qualité et les pièces de poids complet sont considérées comme des pièces de bonne qualité. Selon la loi de Gresham, les vieilles et usées pièces de monnaie tirent les nouvelles et lourdes pièces de monnaie des circulations.

2. Sous bimétallisme:

Sous le bimétallisme (généralement un système de pièces d'or et d'argent), les pièces de monnaie surévaluées sont considérées comme de la mauvaise monnaie et les pièces de métal sous-évalué comme de la bonne monnaie. Ainsi, selon la loi de Gresham, les pièces surévaluées chasseront les pièces sous-évaluées de la circulation.

3. Sous Standard papier:

Selon la norme papier, si des pièces de monnaie supérieure en métal et des billets en papier non convertibles sont en circulation, les pièces métalliques constitueront une bonne monnaie et les billets en papier seront de la mauvaise monnaie. Ainsi, les billets en papier chasseront les pièces de monnaie standard de la circulation.

Ainsi, la loi de Gresham est une loi générale qui peut être appliquée dans différentes formes de normes monétaires. Marshall a présenté une version généralisée de la loi: "La loi de Gresham est qu'une monnaie inférieure, si elle n'est pas limitée en montant, chassera la monnaie supérieure."

Limites de la loi :

La loi de Gresham s'appliquera si les conditions nécessaires suivantes sont remplies.

En l'absence de ces conditions, la loi ne s'appliquera pas:

je. Utilité du bon argent:

Une condition importante de la loi de Gresham est que l'argent intrinsèquement plus précieux (c.-à-d. Le bon argent) doit également être plus utile dans d'autres utilisations que comme argent en circulation. Le non-respect de cette condition explique pourquoi la monnaie pièce reste aujourd'hui en circulation aussi fidèlement que le papier malgré sa valeur intrinsèque plus élevée.

ii. Ratio de parité fixe:

L'applicabilité de la loi exige que la monnaie intrinsèquement plus précieuse soit relativement fixée dans sa parité avec la monnaie. La loi ne s'appliquera pas là où une monnaie devient intrinsèquement plus précieuse qu'une autre monnaie (à l'ancienne parité) si la parité change.

iii. Une somme d'argent suffisante:

La loi ne s'appliquera que si le bon argent et le mauvais argent sont en circulation et que la masse monétaire totale dépasse les besoins monétaires réels de l'économie.

iv. Offre suffisante de mauvaise monnaie:

L’applicabilité de la loi exige qu’il y ait suffisamment d’argent de mauvaise qualité en circulation pour satisfaire aux exigences de transaction de la population. S'il y a pénurie de mauvaise monnaie, la bonne et la mauvaise monnaie resteront en circulation et la loi ne sera pas appliquée.

v. Contenu en métal pur:

La loi ne s'appliquera pas si le contenu de métal pur dans les pièces de monnaie est inférieur à celui des pièces anciennes.

vi. Acceptabilité de la mauvaise monnaie:

La loi s'appliquera si les gens sont prêts à accepter le mauvais argent dans les transactions.

vii. Distinction entre bon et mauvais argent :

La loi suppose que les gens peuvent faire la distinction entre un mauvais argent et un bon argent.

viii. Développement de l'habitude bancaire:

La loi s'applique en l'absence d'habitudes bancaires. Le développement d'habitudes bancaires parmi la population tend à décourager la thésaurisation et restreint ainsi l'application de la loi de Gresham.

ix. Convertibilité:

La loi ne s'applique pas non plus si le pays applique une norme de papier non convertible.

B. Papier standard :

Papier standard fait référence à un standard monétaire dans lequel le papier-monnaie non convertible circule sous forme de cours légal illimité. Selon la norme de monnaie de papier, bien que la monnaie standard soit en papier, les devises et les pièces servent de monnaie standard aux fins du paiement. Aucune réserve d’or n’est nécessaire pour soutenir la monnaie nationale en papier ou pour faciliter les paiements en devises.

Le standard papier est appelé standard géré car la quantité de monnaie en circulation est contrôlée et gérée par l'autorité monétaire afin de maintenir la stabilité des prix et des revenus dans le pays. On l'appelle aussi fiat standard car le papier-monnaie est non convertible en or et est toujours considéré comme ayant cours plein. Après la décomposition générale de l'étalon-or en 1931, presque tous les pays du monde sont passés à l'étalon papier.

Caractéristiques du papier standard :

Le standard de papier présente les caractéristiques suivantes:

(i) La monnaie de papier (billets de banque et pièces de monnaie symboliques) circule comme monnaie standard et acceptée comme monnaie légale à concurrence illimitée dans le cadre de l'exécution des obligations.

(ii) L'unité monétaire n'est pas définie en termes de marchandise.

(iii) La valeur marchande (ou valeur intrinsèque) de la monnaie en circulation est particulièrement nulle.

iv) La monnaie de papier ne peut être convertie en marchandise ni en or.

(v) Le pouvoir d'achat de l'unité monétaire n'est égal à aucun produit de base (par exemple, l'or).

(vi) Le standard papier a un caractère national. Il n'y a pas de lien entre les différents systèmes de devise papier.

(vii) Le taux de change est déterminé sur la base de la parité des pouvoirs d’achat des monnaies de différents pays.

Mérites de la norme de papier :

Divers avantages de la norme de papier sont décrits ci-dessous:

1. économique:

Etant donné que sous papier standard, aucune pièce d’or n’est en circulation et aucune réserve d’or n’est nécessaire pour soutenir les billets papier, c’est la forme la plus économique de standard monétaire. Même les pays pauvres peuvent l'adopter sans aucune difficulté.

2. Utilisation appropriée de l'or:

Le gaspillage de l'or est évité et ce métal précieux devient disponible à des fins industrielles, artistiques et ornementales.

3. Offre de monnaie élastique:

Comme la monnaie de papier n’est liée à aucun métal, le gouvernement ou les autorités monétaires peuvent facilement modifier la masse monétaire pour répondre aux besoins industriels et commerciaux de l’économie.

4. Assure le plein emploi et la croissance économique:

Selon le standard papier, le gouvernement d'un pays est libre de déterminer sa politique monétaire. Elle régule son argent de manière à garantir la chute de l'emploi des ressources productives et à promouvoir la croissance économique.

5. Évite la déflation:

Avec le standard papier, un pays évite une chute déflationniste des prix et des revenus, conséquence directe de l'exportation d'or. Ce type de situation se présente à la norme de référence lorsqu'un pays participant fait face à une balance des paiements défavorable. Cela se traduit par des sorties d’or et une contraction de la masse monétaire.

6. Utile en cas d'urgence:

Le papier-monnaie est très utile en temps de guerre, lorsque des fonds importants sont nécessaires pour financer la guerre. Il convient également mieux aux pays moins développés comme l’Inde. Pour ces économies, il dégage d'importantes ressources financières par le biais d'un financement du déficit pour la réalisation de programmes de développement.

7. Stabilité interne des prix:

Dans ce système, l'autorité monétaire d'un pays peut établir une stabilité du niveau des prix intérieurs en régulant la masse monétaire en fonction de l'évolution des besoins de l'économie.

8. Régulation du taux de change:

Le papier standard permet une régulation plus efficace et automatique du taux de change, alors que, en or standard, le taux de change est absolument fixe. Chaque fois que le taux de change fluctue en raison d’un déséquilibre entre les forces de la demande et de l’offre, le standard papier utilise les importations et les exportations et rétablit l’équilibre. Il permet aux forces de l'offre et de la demande de fonctionner librement pour établir l'équilibre.

Démérites de papier standard :

Le standard papier présente les défauts suivants:

1. Instabilité de l'échange:

Étant donné que la monnaie n'a aucun lien avec un métal sous la devise papier, les taux de change fluctuent considérablement. Cela nuit au commerce international du pays. L'instabilité des échanges survient lorsque les prix extérieurs fluctuent davantage que les prix intérieurs.

2. Instabilité interne des prix:

Même l’avantage généralement allégué du papier standard, à savoir la stabilité des prix sur le marché intérieur, peut ne pas être atteint dans la réalité. En fait, les pays sur papier standard connaissent de telles fluctuations violentes des prix internes qu’elles ont connu un étalon or auparavant.

3. Dangers de l'inflation:

Le papier standard a un biais certain en faveur de l'inflation, car il existe toujours une possibilité de sur-émission de la monnaie. Le gouvernement a généralement tendance à utiliser une monnaie gérée pour couvrir son déficit budgétaire. Il en résulte une hausse inflationniste des prix avec tous ses effets pervers.

4. Dangers de la mauvaise gestion:

Le système de papier-monnaie ne peut servir le pays que s'il est géré correctement et efficacement. Même une petite erreur dans la gestion de la monnaie en papier peut donner un résultat aussi désastreux que l’on ne peut concevoir sous aucune autre forme de norme monétaire. Si le gouvernement émet un peu plus ou un peu moins de monnaie que ce qui est nécessaire pour maintenir la stabilité des prix, cela peut conduire à une inflation cumulative ou à une déflation cumulative.

5. Liberté limitée:

Dans le monde actuel de dépendance économique, il est presque impossible pour un pays donné de s'isoler et de rester insensible aux fluctuations économiques internationales simplement en adoptant un standard papier.

6. Absence de fonctionnement automatique:

Le papier standard ne fonctionne pas automatiquement. Pour que cela fonctionne correctement, le gouvernement doit intervenir de temps en temps.

Principes de l'émission de note :

À l'heure actuelle, tous les pays du monde ont adopté le standard papier.

En fait, cette norme s'est révélée être une aubaine pour le système monétaire moderne. La banque centrale d'un pays, qui joue un rôle important dans la norme papier, est chargée du problème de la note.

Un bon système d’émission de notes doit posséder les qualités suivantes:

(a) Il devrait inspirer la confiance du public et, pour cela, il devrait reposer sur des réserves suffisantes d'or et d'argent.

(b) Il devrait être élastique en ce sens que la masse monétaire peut être augmentée ou diminuée en fonction des besoins du pays.

(c) Il devrait être automatique et sécurisé.

Pour assurer un bon système de délivrance de notes, deux principes ont été préconisés:

(1) Principe de la monnaie et

(2) Principe bancaire.

1. Principe de la monnaie:

Le principe de la monnaie est préconisé par «l'école de la monnaie» composée de Robert Torrens, Lord Overstone, GW Norman et William Ward. Le principe de la monnaie repose sur l’hypothèse selon laquelle un système solide de problèmes de notes devrait susciter la plus grande confiance du public. Cela nécessite que l'émission de billets soit accompagnée de réserves d'or ou d'argent à 100%. Autrement dit, le papier-monnaie devrait être entièrement convertible en or ou en argent.

Ainsi, selon le principe de la monnaie, l’approvisionnement en papier-monnaie est soumis à la disponibilité de réserves métalliques et varie directement avec les variations des réserves métalliques.

Mérite:

Le principe de la devise présente les avantages suivants:

(i) Puisque, conformément à ce principe, le papier-monnaie est totalement convertible en or et en argent, il inspire une confiance maximale au public.

(ii) il n’existe aucun risque d’émission de billets de la monnaie en papier entraînant des pressions inflationnistes,

(iii) Cela rend le système de monnaie papier automatique et ne laisse rien à la volonté de l'autorité monétaire.

Démérites:

Le principe de la monnaie présente les inconvénients suivants:

(i) Le principe de la monnaie rend le système monétaire inélastique, car il ne permet pas à l'autorité monétaire d'élargir la masse monétaire en fonction des besoins du pays.

(ii) Elle nécessite un soutien total des réserves d’or pour l’émission de billets. Cela rend donc le système monétaire coûteux et peu économique.

(iii) Ce principe n'est pas pratique pour tous les pays car l'or et l'argent sont répartis de manière inégale entre les pays.

2. Principe bancaire:

Le principe bancaire est prôné par «l'école de banque», dont les membres importants sont Thomas Tooke, John Fullarton James, Wilson et JW Gilbart. Le principe bancaire repose sur l’hypothèse que l’homme du commun n’est pas très intéressé par la conversion de ses billets de banque en or ou en argent.

Par conséquent, des réserves métalliques à 100% peuvent ne pas être nécessaires contre des émissions de billets. Il suffit de ne conserver qu’un certain pourcentage du papier-monnaie total sous forme de réserves d’or ou d’argent. Le principe bancaire d’émission de billets découle de la pratique des banques commerciales de ne conserver qu’une certaine proportion des réserves de trésorerie par rapport au total de leurs dépôts.

Mérite:

Les avantages du principe bancaire sont les suivants:

(i) Le principe bancaire rend le système d'émission de notes élastique. L'autorité monétaire peut modifier l'offre de monnaie en fonction des besoins de l'économie.

(ii) Étant donné que le principe bancaire n'exige pas un support métallique à 100% contre le problème des billets, il s'agit du principe le plus économique et peut donc être suivi à la fois par les pays riches et par les pays pauvres.

Démérites:

Le principe bancaire présente les inconvénients suivants:

(i) Le principe bancaire est de nature inflationniste, car il comporte le risque d'une émission excessive de papier-monnaie.

(ii) Le système monétaire basé sur le principe bancaire ne suscite pas la confiance du public car il n'est pas entièrement soutenu par des réserves métalliques.

Conclusion:

La principale conclusion concernant les deux principes de la note est la suivante:

(i) Le principe de la monnaie et le principe de la banque ne répondent pas à toutes les exigences d'un système d'émission de bons billets. Le principe de la monnaie garantit la sécurité et la confiance du public, mais manque d’élasticité, d’économie et de praticabilité. Au contraire, le principe bancaire donne élasticité et économie au système d’émission de billets, mais il souffre des inconvénients de la sur-émission et de la perte de confiance du public.

(ii) Malgré l'inachèvement des deux principes, le principe bancaire plutôt que le principe monétaire a été préféré et largement accepté à l'époque moderne, principalement en raison de l'accent mis sur les qualités d'élasticité, d'économie et de praticabilité du système d'émission de billets . La qualité de la convertibilité, qui est à la base du principe de la monnaie, n'est plus considérée comme une condition nécessaire à un système d'émission de bons billets.

Méthodes de Note Issue :

Différents pays ont adopté diverses méthodes d'émission de notes au cours de différentes périodes.

Les méthodes importantes de note-issue sont discutées ci-dessous:

1. Système de dépôt simple:

Dans le système de dépôt simple, les billets de banque en papier sont entièrement garantis par les réserves d’or ou d’argent, ou les deux. Ce système est basé sur le principe de la monnaie d'émission de billets. Cette méthode ne comporte aucun risque de sur-émission de monnaie et impose un degré maximum de confiance du public. Mais ce système n’a jamais été pratiqué car il est très coûteux et n’a aucune élasticité de la masse monétaire.

2. Système fiduciaire fixe:

Dans le système fiduciaire à taux fixe, la banque centrale n’est autorisée à émettre qu’un montant fixe de billets de banque contre des titres publics. Tous les billets émis au-delà de cette limite doivent être intégralement garantis par des réserves d’or et d’argent. Emission fiduciaire signifie émission de billets de banque sans adhésion d’or et d’argent. Ce système a été introduit en Angleterre en vertu du Bank Charter Act of 1844 et y prévaut toujours. L'Inde a suivi ce système entre 1862 et 1920.

Mérite:

Le système fiduciaire fixe présente les avantages suivants:

(i) Il assure la convertibilité des billets de banque.

(ii) Cela inspire la confiance du public puisque le gouvernement garantit la convertibilité des billets.

(iii) Il n'y a pas de risque de sur-émission de billets papier car, sauf une partie, l'émission de billets est entièrement garantie par des réserves d'or.

Démérites:

Les principaux inconvénients du système fiduciaire fixe sont les suivants:

(i) Cela rend le système monétaire moins élastique. En période de crise économique, la masse monétaire ne peut être augmentée sans garder plus d'or en réserve.

(ii) C'est un système coûteux qui nécessite des réserves d'or suffisantes. Les pays pauvres ne peuvent pas se permettre de l'adopter.

(iii) C'est une méthode peu pratique car chaque fois que les réserves d'or diminuent, la banque centrale doit réduire l'offre de monnaie, ce qui perturbe grandement le fonctionnement de l'économie.

3. Système de réserves proportionnelles:

Dans le système de réserves proportionnelles, une certaine proportion des billets libellés en devises (40%) est adossée à des réserves en or et en argent et le reste de l’émission de billets par des titres approuvés. L'Inde a adopté cette méthode sur la recommandation de la Commission Wilton Young.

Selon la Reserve Bank of India Act de 1933, au moins 40% du total des actifs du département d’émission devraient être constitués de lingots d’or, de pièces d’or et de titres étrangers, avec une disposition supplémentaire stipulant que les pièces et les lingots d’or temps d'être inférieur à Rs. 40 crores. Le système de réserves proportionnelles a ensuite été remplacé par le système de réserves obligatoires par la loi de 1956 sur la Reserve Bank of India (Amendement).

Mérite:

Le système de réserve proportionnelle présente les avantages suivants:

(i) Il garantit la convertibilité du papier-monnaie.

(ii) il assure l'élasticité du système monétaire; l'autorité monétaire peut émettre du papier-monnaie bien plus que ce qui est garanti par les réserves.

(iii) Il est économique et peut être facilement adopté par les pays pauvres.

Démérites:

The proportional reserves system suffers from the following defects:

(i) Under this system, it is easy to expand currency but very difficult to reduce it. The reduction of currency has deflationary effects in the economy.

(ii) There is wastage of gold because large amount of gold lies in the reserve and cannot be put to productive use.

(iii) The convertibility of paper notes is not real. In practice, high denomination notes are converted into low denomination notes and not into coins.

4. Minimum Fiduciary System:

Under the minimum fiduciary system, the minimum reserves of gold against note issue that the authority is required to maintain are fixed by law. Against these minimum reserves, the monetary authority can issue as much paper currency as is considered necessary for the economy. There is no upper limit fixed for the issue of currency.

Minimum fiduciary system is based upon two considerations:

(a) The central bank feels that there should not be any restriction on the note issue, especially when the demand for currency is fast increasing,

(b) In the modern age, when bank deposits assume greater significance as an important constituent of money supply, the convertibility of notes into gold need not be bothered about.

The minimum fiduciary system, if ably managed, can prove very useful for developing countries. It can make available enormous resources for financing developmental schemes. Similarly, during inflation, the monetary authority can control the money supply. This system has been in force in India since 1957. The Reserve Bank of India is required to keep minimum reserves of Rs. 200 crores of which not less than Rs. 115 crores must be kept in the form of gold.

Mérite:

The minimum reserve system has the following advantages:

(i) The system is economical because the entire note issue need not be backed by metallic reserves. Only a minimum reserve is to be maintained.

(ii) It renders elasticity to the monetary system. After maintaining the minimum reserves, the monetary authority can issue any amount of currency that it feels necessary.

Démérites:

The minimum reserve system has the following drawbacks:

(i) Since, under this system, no additional reserves are required for increasing the supply of currency, there is always a tendency towards the over-issue of currency, and hence an inherent danger of inflationary pressures.

(ii) Since the system provides no convertibility of currency notes into gold, it lacks public confidence.

5. Maximum Reserve System:

Under this system, the government fixes the maximum limit upto which the monetary authority can issue notes without the backing of metallic reserves. The monetary authority cannot issue notes beyond this limit. The maximum limit is not rigid and may be revised from time to time according to the changing needs of the economy.

This system was followed by France and England upto 1928 and 1939 respectively. Under this system, the Central bank is given the power to determine the maximum limit and thus an element of elasticity is introduced in the system of note issue. The system, however involves the dangers of over-issue and loss of public confidence when the maximum limit is raised and additional currency is circulated without the backing of metallic reserves.

Conclusion:

The following conclusions emerge from the discussion of various methods of note issue:

(i) The analysis of relative merits and demerits of various methods of note issue makes it difficult to identify any one method as an ideal method.

(ii) A good method of note issue must possess the qualities of economy, elasticity and public confidence without being inflationary in effect.

(iii) Convertibility of currency notes into some precious metal is no longer considered an important requirement because in modern times currency notes are accepted on their own merit.

(iv) Keeping in view these considerations, minimum fiduciary system can prove to be a better method, if managed ably and sincerely.

Ideal Monetary System :

An ideal monetary standard should be able to achieve the twin objectives of – (a) growth and full employment with reasonable price stability within the country, and (b) smooth flow of goods, services and capital at the international level. Such an ideal monetary system requires wise blending of both paper and gold standards. This blending will provide the advantages of both the standards, with none of their disadvantages.

In modern times, the establishment of International Monetary Fund (IMF) and the International Bank of Reconstruction and Development (IBRD) has been designed to give the ideal monetary system a practical shape. These institutions have been able – (a) to make the paper standard function efficiently both internally and internationally by removing its various defects; and (b) to operate international affairs quite successfully, thus promoting trade and cooperation among the nations.

 

Laissez Vos Commentaires